Sebastião José de Carvalho e Melo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pombal.
Le marquis de Pombal

Sebastião José de Carvalho e Melo, comte d'Oeiras, marquis de Pombal (13 mai 1699 - 8 mai 1782) était un homme politique portugais. Sa personnalité et des circonstances exceptionnelles ont fait de ce simple secrétaire d'État l'un des hommes politiques les plus importants dans l'histoire du Portugal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la petite noblesse provinciale, Pombal naît à Lisbonne le 13 mai 1699. Il étudie dans sa jeunesse à São João da Pesqueira, où plus tard il créera une zone viticole productrice de vin de Porto. Après des études à l'université de Coïmbra, il servit dans l'armée puis épousa la fille du Comte dos Arcos, ce qui lui ouvrit bien des portes. Il n'arriva donc que tard sur la scène politique, nommé ambassadeur à Londres en 1738, puis à Vienne en 1745. Il fait partie de la franc-maçonnerie portugaise.

Ayant de grands projets pour son pays, il tente de négocier une paix européenne mais échoue. Le roi Jean V n'appréciant pas beaucoup Pombal le rappela à Lisbonne. Après la mort du roi, en 1750, son fils devient roi sous le nom de Joseph Ier.

Ce dernier, à la différence de son père, apprécie le marquis et le nomme secrétaire d'Etat en 1755 puis comte d'Oeiras en 1759 et marquis de Pombal en 1770.

Le 1er novembre 1755, un tremblement de terre de magnitude 8,75 (environ) ravage Lisbonne provoquant incendies, raz-de-marée, scènes de paniques. On compte 15 000 morts et 85 % des habitations détruites, dont le palais royal, avec la bibliothèque et ses archives, des églises…

Pombal prend immédiatement les choses en main alors que la famille royale fuit Lisbonne. Tout est fait pour ramener l'ordre, assainir la ville, conserver les habitants sur place, museler les mauvais prophètes.

Surtout, on lui doit la reconstruction de la ville basse (a Baixa) telle que nous la connaissons aujourd'hui. Il fait appel à des architectes portugais avec qui il va chercher à appliquer les principes des Lumières : souci de simplicité, de cohérence et d'efficacité animent ce projet. Les activités sont regroupées par quartier.¨Pour se protéger des incendies, on privilégie l'azulejo qui connaît son grand essor.

Cet événement lui permet, enfin, de se défaire en politique de tous ses opposants (la noblesse et les jésuites) et d'exercer un pouvoir absolu. Pendant vingt ans, il sera l'homme fort du pays, le roi Joseph Ier ayant une personnalité réservée. Il va redresser le pays économiquement et politiquement et lui faire rattraper son retard.

En diplomatie et en économie, il poursuit l'alliance britannique, organise la colonisation du Brésil, et contribue à l'histoire de la culture du cacao par la création de la Companhia Geral do Grao Para e Maranhao, stimule le développement des manufactures et crée de nombreux monopoles dont la compagnie pour la culture des vignes du haut-Douro qui règlemente la production de Porto.

Il lutte également avec acharnement contre les Jésuites, semblant oublier que le Portugal est profondément ancré dans le catholicisme. Il va faire expulser la Compagnie de Jésus du Portugal le 19 janvier 1759 . Il va supprimer la vieille distinction entre anciens et nouveaux chrétiens en vigueur depuis plus de deux siècles. Il interdit l'esclavage en 1761. Il soumet l'Inquisition à l'autorité royale. D'une certaine manière, on peut dire qu'il prépare la laïcité du siècle suivant.[réf. nécessaire]

Il est aussi à l'origine d'une importante réforme de l'enseignement qui va permettre au pays de se doter des cadres et des administrateurs dignes d'un État moderne. Le but est là aussi de centraliser le pouvoir au détriment de la noblesse. Il développe l'université de Coïmbra. Il met en place un système de police moderne.

Ainsi les rancœurs à son égard s'accumulent, et lorsqu'en 1776 Joseph Ier quitte le pouvoir, sa fille Marie Ire écarte le vieux marquis. Accusé de tous les maux, Pombal est jugé et démissionne. Retiré, il meurt en 1782.

Mausolée du Marquis de Pombal à l'Église de la Mémoire (Ajuda-Lisbonne)

Postérité[modifier | modifier le code]

L'adjectif pombalin est depuis utilisé pour désigner l'époque du gouvernement de Pombal et son style architectural.

Bibliographie[modifier | modifier le code]