Wakanim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wakanim
logo de Wakanim
Logo de la plateforme depuis mai 2015.

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Olivier Cervantès
Ludovic Alcala
Jonathan Fontaine
Forme juridique Société par actions simplifiée unipersonnelleVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Roubaix
Drapeau de France France
Direction Olivier Cervantes
Actionnaires Aniplex
Activité Éditeur d'animation japonaise
Produits Streaming et SimulcastVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère Funimation Global Group (Sony Pictures Television / Aniplex)
Sociétés sœurs Madman Anime Group (AnimeLab)
Effectif 6 à 9 (2018)[1]
SIREN 510634256Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne FR16510634256Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.wakanim.tvVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires 713 600  (2013[1])

Wakanim est une plateforme de VOD ayant pour thématique la diffusion de séries d'animation japonaise. C'est également la première société à proposer des vidéos en téléchargement sans gestion des droits numériques[2] sur des séries d'animation en Europe.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts en indépendant[modifier | modifier le code]

Wakanim SAS est enregistrée et immatriculée le [1]. Avec l'arrivée de YouTube en France en , Olivier Cervantès et Ludovic Alcala avaient en tête de créer une plateforme communautaire avec pour but la diffusion simultanée (simulcast) des séries d'animation avec le Japon[3],[4], dans la mesure où le marché français de l'animation japonaise de l'époque n'avait encore pas d'offre légale adaptée et qu'elle souffrait du piratage (fansub)[4],[5]. Ils décident d'entamer la concrétisation de ce projet en [3],[6], auquel ils ont estimé que l'établissement d'une relation de confiance avec les partenaires japonais n'était pas le plus difficile[5], mais bien de se faire approuver par des partenaires financiers et des partenaires industriels en France[3]. Jonathan Fontaine a participé à la création de plateforme, avec la conception du site web, le logo et la mascotte[a],[7]. Le nom de la plateforme est un mot-valise avec « Waka » venant des termes japonais wakaru (分かる?, litt. « comprendre ») et wakka (輪っか?, litt. « cercle »), et « anim » pour animation[6].

C'est finalement en que Wakanim diffuse sa première série, Que sa volonté soit faite[8]. L'entreprise s'était également lancée dans l'édition de vidéo avec les sorties DVD et Blu-ray de Que sa volonté soit faite en [9].

En , Wakanim a fait sa première tentative d'expansion à l'étranger et le service a été étendu au Royaume-Uni avec le soutien du distributeur britannique Anime Limited[10],[11],[12]. Cependant, le service de sous-titres anglais pour cette région n'est plus disponible, la dernière série diffusée en simulcast étant la comédie de science-fiction de , Space Dandy[13].

En , Wakanim a annoncé le lancement d'un service, intitulé Wakanim Music, qui proposera de suivre l'actualité musicale asiatique et offrirait de la musique à la demande[14]. Il a été lancé en [15], mais le service n'est plus disponible depuis [4].

Rachat par Aniplex et expansion à l'étranger[modifier | modifier le code]

Vers le début des années 2010, dans la crainte de rachat des droits mondiaux des séries dans le marché du simulcast d'anime par des acteurs soutenus par des géants de l'industrie tels que l'américain Crunchyroll[b], qui commence à s'étendre à l'étranger, mais également les français KZplay[c] et Genzai[d] avant leur fusion pour former Anime Digital Network, Wakanim a mené des réflexions pour sortir de cette situation, conduisant à des pourparlers avec des sociétés françaises dont Canal+ et d'autres chaînes de télévision[4]. Ils finissent par conclure un accord avec Aniplex, qui rachète et investit dans l'entreprise en [16].

Le rachat par Aniplex a permis à Wakanim de se développer à nouveau à l'étranger, ce qui se fait de plus en plus depuis . En , Wakanim ouvre une version anglaise dans les pays nordiques[17]. En , Wakanim annonce l'ouverture du service pour l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse avec des sous-titres et doublages en allemand en coopération avec le service AkibaPass[18]. En , Wakanim annonce le lancement de son service en russe pour la Russie et d'autres pays[19].

En , Wakanim propose la série Drifters avec un doublage français en simultané avec le Japon, en partenariat avec la chaîne J-One[20].

En , Sony Pictures Television et Aniplex ont annoncé la consolidation de leurs activités internationales de diffusion en streaming d'anime sous une nouvelle coentreprise, dirigée par le directeur général de Funimation, Colin Decker. La coentreprise fonctionnera sous la marque de Funimation et permettra à Funimation d'acquérir et de distribuer des titres avec les filiales d'Aniplex, Wakanim et Madman Anime Group (AnimeLab)[21]. Le premier titre de cette fusion, Fate/Grand Order Absolute Demonic Front: Babylonia, bénéficiera d'une exclusivité de 30 jours sur FunimationNow, AnimeLab et Wakanim, et accorde à Funimation les droits exclusifs sur le doublage anglais de la série pendant un an[22].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Les vidéos sont protégées par des DRM dont la lecture a lieu via un lecteur HTML5 propriétaire sous une version 8.11.8 de JW-Player (en) (à partir de )[23]. En , Wakanim a annoncé une version remaniée de son site web et en de la même année, elle a commencé à utiliser le nouveau lecteur HTML5 au lieu du lecteur Flash Adobe AIR[24],[25]. Wakanim a également développé des applications pour Xbox One[26], PlayStation 4, Windows 10, Apple TV[27], Amazon Fire TV, les appareils sous iOS et Android[28]. Les versions iOS et Android ont un mode hors ligne, dans lequel il est possible de télécharger des vidéos et de les regarder plus tard sans accès à Internet[29].

Modèle économique[modifier | modifier le code]

Ancienne offre[modifier | modifier le code]

Lors du lancement de son service, le modèle économique de Wakanim se basait sur la gratuité avec un financement par la publicité, dont les épisodes de séries diffusées en simulcast avec le Japon restaient accessibles (en streaming ou en téléchargement avec DRM) pendant trente jours, avant que leur visionnage ne deviennent payant après ce délai[30]. L'option d'achat des épisodes a été intégrée en , permettant le téléchargement des épisodes sans DRM[4].

Dans un remaniement de son modèle économique face au déclin du marché publicitaire, la plateforme met en place en l'offre d'abonnement dit « Pass ZéroPub » qui est au prix libre, permettant aux utilisateurs de choisir le montant qu'ils veulent verser pour ensuite visionner les épisodes gratuits avec un délai supplémentaire de quinze jours et sans publicité[31],[32]. Cela a notamment servi comme étude de marché afin d'observer ce que les utilisateurs étaient prêt à mettre pour un abonnement[4]. Ainsi, en , Wakanim remplace son offre ZéroPub par un abonnement mensuel au prix fixe, mais qui cette fois-ci propose l'accès à la grande majorité de son catalogue[33],[30]. La durée des visionnages gratuits des épisodes diffusées est revue à la baisse en , passant de trente à sept jours[34].

Nouvelle offre[modifier | modifier le code]

En , la plateforme change à nouveau le fonctionnement de ses différentes offres[35]. Les épisodes des nouvelles séries diffusés en simulcast avec le Japon sont réservés aux comptes disposant d'un abonnement mensuel, appelés « membres VIP », durant la semaine qui suit leur diffusion[35]. Ils sont proposés avec la meilleure qualité possible (jusqu'en 4K) et sans publicités, et après une semaine, les membres gratuits peuvent y accéder avec une qualité SD (480p) et quelques publicités[35]. Les anciennes séries sont disponibles pour tous, mais avec une qualité qui varie suivant le type de compte, jusqu'en 4K et sans pub pour les membres VIP et en SD (480p) avec pub pour les membres gratuits[35].

En , Wakanim a commencé à proposer un abonnement trimestriel et annuel[36].

Disponibilité géographique[modifier | modifier le code]

Wakanim propose des séries et films qui sont restreints géographiquement selon la langue sélectionnée[37] :

Animes diffusés[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Projections cinémas[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annotations[modifier | modifier le code]

  1. La première mascotte de Wakanim était une grenouille blanche anthropomorphe dont le choix était dû à la cohérence qu'ils trouvaient « au son « wak » qui ressemblait un peu au croassement de la grenouille »[6].
  2. Crunchyroll était soutenue à ses débuts par TV Tokyo et d'autres sociétés japonaises.
  3. KZplay appartenait à l'éditeur Kazé dont ce dernier est rattaché à VIZ Media Europe, elle-même détenue par les éditeurs japonais Shūeisha et Shōgakukan.
  4. Genzai appartenait à Kana dont la plate-forme technique est fournie par Crunchyroll.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « WAKANIM », sur societe.com (consulté le )
  2. Romain Heuillard, « Wakanim : téléchargement définitif en HD et sans DRM », sur Clubic,
  3. a b et c Olivier Cervantès, interview par Paoru, Interview Wakanim : vers une nouvelle vision de la japanimation…, Paoru.fr,  (consulté le ).
  4. a b c d e et f Olivier Cervantès, interview par Kobito; ThunderGeek, N°66 – Wakanim 10 ans de VOD, quelles évolutions  ?, Mangacast, Mangacast,  (consulté le ).
  5. a et b Olivier Cervantès et Ludovic Alcala, interview par Kiss My Geek, [ITW] Ludo & Oliv de WAKANIM, Kiss My Geek,  (consulté le ).
  6. a b et c Wakanim, interview par Manga-News, Wakanim, Manga-News,  (consulté le ).
  7. « Réalisation : Wakanim », sur jonathanfontaine.com, (consulté le )
  8. « Un simulcast gratuit ! », sur AnimeLand
  9. Olivier, « WAKANIM crée son label vidéo », sur AnimeLand, (consulté le )
  10. Olivier, « WAKANIM s’étend au Royaume-Uni », sur AnimeLand, (consulté le )
  11. (en) Andrew Osmond, « U.K. Wakanim Website Now Online (Updated) », sur Anime News Network, (consulté le )
  12. (en) Andrew Osmond, « DIGITAL & SIMULCASTING ON YOUR TERMS – WAKANIM.CO.UK », sur All the Anime, (consulté le )
  13. (en) « Wakanim.tv UK » (version du 9 juillet 2015 sur l'Internet Archive), sur wakanim.co.uk,
  14. « Wakanim lance un service musical », sur Manga-news,
  15. « Lancement de la plateforme Wakanim Music », sur manga-news.com, (consulté le )
  16. « La célèbre maison de production japonaise Aniplex investit dans Wakanim.tv », sur Adala-News, (consulté le )
  17. (en) « Wakanim to Launch Anime Streaming Services in the Nordic Region July 1st 2017 », sur Anime News Network, (consulté le )
  18. (de) « Weitere Details zur neuen VoD-Plattform Wakanim ! », sur anime2you.de,
  19. (ru) Nikolay Shutov, « Онлайн-сервис Wakanim приходит в Россию », sur kg-portal.ru,‎ (consulté le )
  20. « Wakanim se lance dans le simuldub avec Drifters », sur mangamag.fr, (consulté le ).
  21. (en) Egan Loo, « Sony Pictures TV, Aniplex Consolidate Funimation, France's Wakanim, Australia's Madman Anime Into Joint Venture : 1st project is Fate/Grand Order Absolute Demonic Front: Babylonia, including dub », sur Anime News Network, (consulté le )
  22. (en) Todd Spangler, « Sony Merges Anime Streaming Businesses Under Funimation-Led Joint Venture (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le )
  23. « JW Player Javascript. », sur Wakanim.tv, (consulté le )
  24. Hugo_, « Wakanim Version 2 dévoilé lors du Wakanim Live #5 le 26 juin à 18H », sur Wakanim.tv, (consulté le )
  25. Pering, « Le lecteur Wakanim passe en HTML 5 ! », sur Wakanim.tv, (consulté le )
  26. *Lilly*, « L'application Xbox est arrivée », sur Wakanim.tv, (consulté le )
  27. Taison, « Wakanim maintenant disponible sur Apple TV ! », sur Wakanim.tv, (consulté le )
  28. Wakadmin, « De nouvelles applications iOS et Android chez Wakanim », sur Wakanim.tv, (consulté le )
  29. ameheut, « Regardez vos anime hors-ligne sur iOS et Android ! », sur Wakanim.tv, (consulté le )
  30. a et b Guénaël Pépin, « Animes : Wakanim passe à l'abonnement intégral, Chromecast en vue : RIP ZeroPub », sur Next INpact, (consulté le )
  31. Geneviève Hermann, « Manga : "On paie ce qu’on veut sur Wakanim" », sur La Tribune, (consulté le )
  32. Guénaël Pépin, « ZeroPub, pas de DRM : comment Wakanim réinvente son modèle économique : ZeroPub mais plein d'abonnés », sur Next INpact, (consulté le )
  33. « Wakanim se lance dans l'abonnement », sur manga-news.com, (consulté le )
  34. « CET ÉTÉ SUR WAKANIM.TV ! », sur *Lilly*, (consulté le )
  35. a b c et d *Lilly*, « Du nouveau sur Wakanim.tv! », sur Wakanim, (consulté le )
  36. Taison, « Wakanim présente ses nouvelles offres d'abonnement, en collaboration spécial avec Sony® ! », sur Wakanim, (consulté le )
  37. (ru) « FAQ », sur wakanim.tv
  38. « Avant-première du 3ème film Puella Magi Madoka Magica à Paris », sur Manga-news.com (consulté le )
  39. « Nekomonogatari Black au Grand Rex ! », sur Manga-news.com (consulté le )
  40. « Nekomonogatari Black au Kino Ciné », sur Manga-news.com (consulté le )
  41. « Soirée Kick Heart au Grand Rex », sur Manga-news.com (consulté le )
  42. « Avant première mondiale de Ghost in the Shell Arise », sur Manga-news.com (consulté le )
  43. « La trilogie Kizumonogatari s'offre une avant-première au Grand Rex », sur manga-news.com, (consulté le ).
  44. « Kizumonogatari - Séances », sur Wakanim.TV (consulté le )
  45. « Sword Art Online The Movie Ordinal Scale prochainement au cinéma en France ! », sur Wakanim.TV (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]