U-matic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Cassette U-matic

U-matic est l'un des premiers formats de cassette vidéo à avoir été commercialisé. Dévoilé par Sony en 1969 à l'état de prototype, il a été commercialisé à partir de 1971 puis a engendré deux dérivés : le BVU (Broadcast Video Umatic) introduit en 1978 et le BVU Sp introduit en 1988. Ces dérivés avaient pour but d'améliorer la qualité de l'image par des enregistrements de fréquences plus élevées.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1970, Matsushita Electric Industrial (Panasonic), JVC, Sony et cinq autres entreprises du secteur de l'électronique ont signé un accord concernant le futur format standard. La bande de la cassette mesurait 19 mm (3/4 de pouce) de large. Ce fut la seule bande de cette largeur en vidéo analogique.

Utilisation[modifier | modifier le code]

L'U-matic a été utilisé dans la production audiovisuelle, ainsi que dans les domaines du cinéma et de la musique, pour le stockage des rushes ou du son numérique. Initialement pensé comme un équipement grand public, n'a séduit que des professionnels ou des institutions en raison de son coût élevé.

L'U-matic a permis, pour la première fois, le reportage autonome en extérieur grâce à une caméra d'épaule reliée à un magnétoscope portable. Ce n'était pas encore du matériel léger mais cela offrait une certaine liberté de mouvement. Les cassettes U-matic portables étaient de petite taille et d'une durée de 22 minutes au maximum. Des cassettes plus grandes, jusqu'à 75 minutes, permettaient le montage électronique en régie.

Ce fut durant plusieurs années le format de reportage télévision par excellence avant d'être détrôné par le Betacam en 1983. De nombreuses institutions et sociétés l'utilisèrent et, à ce titre, l'U-matic représente un patrimoine audiovisuel non négligeable. Cependant, il semble avoir du mal à résister aux dommages du temps, à l'opposé du Betacam plus robuste mais plus récent.

L'U-matic modulait un signal vidéo analogique dit "composite" PAL (Phase Alternative Line), SECAM (Séquentiel à Mémoire) ou NTSC (National Television Sequency Comittee), c'est-à-dire que les informations de l'image étaient mélangées. La définition horizontale ne dépassait pas 260 points/ligne. Elle fut améliorée avec le BVU et le BVU Sp.

Notes et références[modifier | modifier le code]