Logiciel abandonné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Logo de l'abandonware, détournement du tidy man.

Un logiciel abandonné, ou abandogiciel, ou par anglicisme un abandonware, est un logiciel (le plus souvent un jeu vidéo, voire un logiciel utilitaire[1],[2],[3],[4],[5]) considéré comme abandonné sous prétexte qu'il n'est plus en vente ou mis à jour par son éditeur ou ayant droit, si bien que certains utilisateurs prennent des libertés par rapport à la législation sur la propriété intellectuelle en l'utilisant, le reproduisant et le partageant gratuitement bien qu'il soit encore protégé[6].

Le terme logiciel abandonné est large, et englobe de nombreux types de vieux logiciels. Les définitions du terme logiciel abandonné varient, mais en général, c'est comme tout objet abandonné - il est ignoré par le propriétaire, et en tant que tel, le support du produit et éventuellement l'application du droit d'auteur sont également abandonnés[7].

La notion de logiciel abandonné n'a pas de base légale (tant que l'éditeur n'a pas libéré les droits).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Créé par Peter Ringering en 1997 pour son webring Abandonware Ring Central[8], le néologisme anglais abandonware, formé par l'amalgame de « abandon » (« abandonner, délaisser ») et de « ware » (produits), pour « software » (produits logiciels) ou pour « game ware » (jeux)[note 1], s'est répandu à partir de 1997 à la suite de la banalisation de l'Internet et de la mise en ligne de sites mettant illégalement du contenu protégé à la disposition des internautes. Par la suite, certains de ces sites, dits de warez, se spécialisèrent dans les jeux passés de mode, adoptant les vocables oldwarez ou abandonwarez. Enfin la dénomination perdit le z terminal pour s'arrêter à abandonware par souci de ses adeptes de se différencier des sites de pirates[9].

Si les termes français correspondants sont « logiciel abandonné » ou « logiciel orphelin », le terme le plus couramment employé par les francophones reste « abandonware »[réf. souhaitée].

En 2001, l'Office québécois de la langue française proposa les synonymes « abandogiciel », « abandoniciel » et « abandongiciel », trois différentes contractions de « abandon » et « logiciel », laissant à l'usager le soin de faire son choix[1]. Certains dictionnaires par la suite ont donné la préférence à « abandogiciel »[Lesquels ?].

Types[modifier | modifier le code]

Logiciel commercial non supporté mais appartenant toujours à une entreprise viable[modifier | modifier le code]

La disponibilité du logiciel dépend de l'attitude de l'ayant droit à son égard. Dans de nombreux cas, l'entreprise qui détient les droits sur le logiciel n'est pas celle qui l'a créé, ou ne reconnaît pas sa propriété. Certaines entreprises, comme Borland, mettent certains vieux logiciels à disposition en ligne[10], sous forme de freeware. D'autres, comme Microsoft, ne mettent pas d'anciennes versions à disposition pour une utilisation gratuite et ne permettent pas aux gens de copier le logiciel.

Logiciel commercial appartenant à une société qui n'est plus en activité[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il n'existe plus d'entité propriétaire d'un logiciel, toutes les activités (vente, support, mise à jour, etc.) en rapport avec ce logiciel ont cessé. Si les droits d'un logiciel sont irrécupérables dans les limbes juridiques (œuvre orpheline), les droits du logiciel ne peuvent pas être achetés par une autre société, et il n'y a aucune société pour faire respecter le droit d'auteur. Un exemple de ceci est le compilateur PL/I de Digital Research pour DOS[11], qui a été considéré pendant de nombreuses années comme sans propriétaire ; Micro Focus, qui a acquis Novell, qui avait racheté les actifs de Digital Research, est propriétaire de cet ancien compilateur PL/I, mais dispose d'une offre PL/I plus récente[12].

Shareware que son auteur rend encore disponible[modifier | modifier le code]

Trouver des anciennes versions peut toutefois s'avérer difficile car la plupart des archives de sharewares suppriment les anciennes versions avec la sortie des nouvelles. Les auteurs peuvent ou non rendre les anciennes versions disponibles. Certains sites Web archivent et proposent au téléchargement d'anciennes versions de shareware, de freeware et d'applications commerciales. Dans certains cas, ces sites ont dû supprimer des versions antérieures de logiciels, en particulier si la société produisant ces logiciels en assure toujours la maintenance, ou si des versions ultérieures introduisent la gestion des droits numériques (GDN), les anciennes versions pouvant être considérées comme un contournement de la GDN.

Programmes open source et freeware qui ont été abandonnés[modifier | modifier le code]

Dans certains cas, le code source reste disponible, ce qui peut constituer un artefact historique. C'est le cas de PC-LISP, que l'on trouve encore en ligne, et qui met en œuvre le dialecte Franz Lisp. Le PC-LISP basé sur DOS fonctionne toujours bien dans les émulateurs et sous Microsoft Windows.

Code orphelin[modifier | modifier le code]

Le code source ou l'exécutable est peut-être encore disponible, mais l'auteur est inconnu ou seulement identifié par une adresse électronique morte ou un équivalent, et il n'y a aucune perspective réaliste de trouver le propriétaire de la propriété intellectuelle.

Implications[modifier | modifier le code]

Si un logiciel arrive en fin de vie et est abandonné, les utilisateurs sont confrontés à plusieurs problèmes : absence de possibilité d'achat (excepté pour des logiciels usagés) et absence de services d'assistance, par exemple les correctifs de compatibilité pour les matériels et les systèmes d'exploitation plus récents. Ces problèmes sont exacerbés si le logiciel est lié à un support physique dont la durée de vie est limitée (disquettes, disques optiques, etc.) et si les sauvegardes sont impossibles en raison de la protection contre la copie ou de la législation sur le droit d'auteur. Si un logiciel n'est distribué que sous une forme numérique, verrouillée par la gestion des droits numériques[13] ou en tant que SaaS, l'arrêt des serveurs entraînera une perte du logiciel. Si le logiciel n'a pas d'alternative, la non disponibilité du logiciel devient un défi pour l'utilisateur qui en dépend.

Une fois qu'un logiciel a été abandonné, il y a un risque élevé que le code source soit perdu ou irrécupérable, même pour les développeurs d'origine, comme l'ont montré de nombreux cas[14]. L'un des nombreux exemples est la fermeture d'Atari à Sunnyvale, en Californie, en 1996, lorsque les codes sources de plusieurs jalons de l'histoire des jeux vidéo (tels que Asteroids et Centipede) ont été jetés à la poubelle. Certains ont heureusement été récupérés par la suite[15],[16].

La non-disponibilité des logiciels et du code source associé peut également constituer un obstacle à l'archéologie logicielle et à la recherche sur les logiciels[17].

Réponse à l'abandon des logiciels[modifier | modifier le code]

Premiers sites Web de logiciels abandonnés[modifier | modifier le code]

En réponse à l'abandon des logiciels, des personnes ont distribué de vieux logiciels depuis peu après l'avènement des ordinateurs personnels, mais cette activité est restée discrète jusqu'à l'avènement d'Internet. L'échange de vieux jeux a pris de nombreux noms et formes, le terme abandonware a été inventé par Peter Ringering à la fin de l'année 1996[18]. Peter Ringering a trouvé des sites Web de jeux classiques similaires au sien, a contacté leurs webmestres et a formé le premier Abandonware Ring (anneau de sites de logiciels abandonnées) en février 1997[18]. Ce premier anneau de sites n'était guère plus qu'une collection de sites renvoyant à adventureclassicgaming.com. Un autre site indexait le contenu des sites pour fournir une fonction de recherche rudimentaire. En octobre 1997, l'Interactive Digital Software Association a envoyé des mises en demeure à tous les sites de l'Abandonware Ring, ce qui a entraîné la fermeture de la plupart d'entre eux. Cette situation a eu pour conséquence involontaire d'inciter d'autres personnes à créer de tels sites et organisations de logiciels abandonnés, qui ont fini par dépasser en nombre les membres de l'anneau initial. Parmi les sites créés après la disparition de l'Abandonware Ring, citons Abandonia (en), Bunny Abandonware et Home of the Underdogs (en).

Plus tard, les sites Web consacrés aux logiciels abandonnés ont activement acquis et reçu des autorisations de la part des développeurs et des détenteurs de droits d'auteur (par exemple, Jeff Minter, Magnetic Fields[19],[20] ou Gremlin Interactive[21]) pour la redistribution légale des œuvres abandonnées[22] ; un exemple est le site World of Spectrum qui a obtenu l'autorisation de nombreux développeurs et a réussi à se sortir d'un procès intenté par la Digital Millennium Copyright Act (DMCA)[23],[24],[25],[26].

Archives[modifier | modifier le code]

Plusieurs sites Web archivent des logiciels abandonnés à télécharger, y compris d'anciennes versions d'applications qui sont difficiles à trouver par d'autres moyens. La plupart de ces logiciels correspondent à la définition de logiciel qui n'est plus d'actualité, mais qui présente toujours un intérêt, mais la frontière entre l'utilisation et la distribution d'un logiciel abandonné et la violation du droit d'auteur est floue, et le terme logiciel abandonné pourrait être utilisé pour distribuer un logiciel sans en informer correctement le propriétaire.

L'Internet Archive a créé des archives de ce qu'elle décrit comme des logiciels vintage, afin de les préserver[27]. Le projet a plaidé en faveur d'une exemption de la loi américaine Digital Millennium Copyright Act (Loi sur le droit d'auteur du millénaire numérique) pour leur permettre de contourner la protection contre la copie. Cette exemption a été approuvée en 2003 pour une période de trois ans[28]. L'exemption a été renouvelée en 2006 et, depuis le , a été prolongée indéfiniment dans l'attente de nouvelles règles[29].

L'Internet Archive ne propose pas ses logiciel en téléchargement, car l'exemption est uniquement à des fins de préservation ou de reproduction archivistique d'œuvres numériques publiées par une bibliothèque ou une archive[30]. Néanmoins, en 2013, l'Internet Archive a commencé à fournir des jeux anciens sous forme d'émulation jouable par navigateur web via MESS, par exemple le jeu Atari 2600 E.T. the Extra-Terrestrial[31].

Depuis le 23 décembre 2014, l'Internet Archive offre via une émulation DOSBox basée sur un navigateur des milliers de jeux sur ordinateur personnel DOS[32],[33],[34],[35] à des fins académiques et de recherche uniquement[36].

À partir de 2006 environ, la Bibliothèque du Congrès américaine a commencé à préserver à long terme les jeux vidéo avec la liste Game canon (en)[37],[38]. En septembre 2012, la collection comptait près de 3 000 jeux de nombreuses plateformes et environ 1 500 guides de stratégie[39],[40]. Par exemple, le code source du jeu inédit sur PlayStation Portable Duke Nukem: Critical Mass a été découvert en août 2014 et est conservé à la Bibliothèque du Congrès[41],[42],[43].

Depuis environ 2009, l'International Center for the History of Electronic Games (en) (ICHEG) a adopté une approche en cinq volets pour la préservation des jeux vidéo : le logiciel et le matériel d'origine, le matériel de marketing et les publications, les archives de production, les captures d'écran de jeu et enfin le code source[44]. En décembre 2013, l'ICHEG a reçu un don de plusieurs jeux vidéo de Strategic Simulations, par exemple Computer Bismarck, y compris le code source[45],[46]. En 2014, une collection de jeux de Brøderbund Software[47] et une collection de code source et d'équipements d'arcade Atari virtuellement complète ont été ajoutées aux archives du ICHEG[48],[49].

En 2010, le Computer History Museum (Musée de l'Histoire de l'ordinateur) a commencé à préserver le code source de logiciels importants, en commençant par MacPaint 1.3 d'Apple[50],[51],[52]. En 2012, le langage de programmation APL a suivi[53]. Adobe a fait don du code source de Photoshop 1.0.1 à la collection en février 2013[54],[55]. Le code source est mis à la disposition du public sous une licence propriétaire non commerciale. Le 25 mars 2014, Microsoft a suivi avec le don des variantes de MS-DOS ainsi que de Word pour Windows 1.1a sous sa propre licence[56],[57]. Le 21 octobre 2014, le code source et d'autres ressources de Xerox Alto ont suivi[58].

En 2012, un groupe de musées et d'organisations européennes a créé la Fédération européenne des archives, musées et projets de préservation des jeux vidéo afin d'unir leurs forces pour « préserver l'héritage du jeu »[59],[60] Au Japon, l'archivage des logiciels de jeux vidéo se fait aussi depuis plusieurs années[61].

En 2012, le MoMA a commencé à archiver des jeux vidéo et tente explicitement d'en obtenir le code source[62].

Il existe également des cas où le code source de jeux a été donné à une communauté de fans pour une conservation à long terme, par exemple plusieurs titres de la série de jeux vidéo Wing Commander[63],[64],[65] ou Ultima IX: Ascension de la série Ultima[66].

Soutien communautaire[modifier | modifier le code]

En réponse à l'absence de support logiciel, il arrive que la communauté des utilisateurs du logiciel commence à fournir un support (corrections de bogues, adaptations de compatibilité, etc.), même sans code source disponible, sans documentation et sans les outils de développement originaux[67]. Les méthodes utilisées sont le débogage, la rétro-ingénierie, et le piratage des exécutables. Les résultats sont souvent distribués sous forme de correctifs non officiels. Des exemples notables sont Fallout 2[68], Vampire: The Masquerade - Bloodlines[69] ou encore Windows 98[70]. Par exemple, en 2012, lorsque le jeu multijoueur Supreme Commander: Forged Alliance a été abandonné sans support, le serveur et le support officiels ayant été fermés[71],[72], la communauté du jeu a elle-même pris le relais et a fourni un serveur et un client pour permettre la survie du jeu[73],[74],[75],[76].

Rééditions par distribution numérique[modifier | modifier le code]

Avec la nouvelle possibilité de distribution numérique apparue vers 2005, la distribution commerciale de nombreux titres anciens est redevenue possible, car les coûts de déploiement et de stockage ont considérablement baissé[77]. Un distributeur numérique spécialisé dans la sortie de vieux jeux de l'état d'abandon est GOG.com (anciennement appelé Good Old Games) qui a commencé en 2008 à rechercher les détenteurs de droits d'auteur de jeux classiques pour les sortir à nouveau légalement et sans gestion des droits numériques[78],[79]. Par exemple, Conquest: Frontier Wars a été, après dix ans d'indisponibilité, réédité par gog.com, incluant également le code source[80],[81].

Arguments pour et contre la distribution de logiciels abandonnés[modifier | modifier le code]

Les partisans de la distribution des logiciels abandonnés soutiennent qu'il est plus éthique de faire des copies de ces logiciels que de faire des copies de nouveaux logiciels qui sont encore commercialisés. Ceux qui ne connaissent pas la loi sur le droit d'auteur croient à tort que la distribution de logiciels abandonnés est légale, bien qu'aucun logiciel écrit depuis 1964 ne soit assez vieux pour que le droit d'auteur ait expiré aux États-Unis[82]. Même dans les cas où l'entreprise d'origine n'existe plus, les droits appartiennent généralement à quelqu'un, même si personne n'est en mesure de retracer le propriétaire actuel, y compris le propriétaire original lui-même.

Les défenseurs de la distribution des logiciels abandonnés citent aussi fréquemment la préservation historique comme raison de la distribution de logiciels abandonnés[18]. Les anciens supports informatiques sont fragiles et sujets à une détérioration rapide, ce qui nécessite le transfert de ces matériaux vers des supports plus modernes et stables et la génération de nombreuses copies pour s'assurer que le logiciel ne disparaîtra pas. Les utilisateurs d'anciens systèmes informatiques encore fonctionnels défendent la nécessité de distribuer des logiciels abandonnés parce que la réédition des logiciels par les détenteurs de droits d'auteur visera très probablement des systèmes modernes ou des supports incompatibles, empêchant ainsi l'achat légal de logiciels compatibles avec leurs équipements.

Ceux qui s'opposent à ces pratiques font valoir que la distribution prive le titulaire du droit d'auteur de ventes potentielles, sous la forme de titres réédités, d'émulation officielle, etc. De même, ils affirment que si les gens peuvent acquérir gratuitement une ancienne version d'un programme, ils seront peut-être moins enclins à acheter une version plus récente si l'ancienne version répond à leurs besoins.

Certains développeurs de jeux ont manifesté leur sympathie pour les sites Web de logiciels abandonnés, qui préservent leurs titres de jeux classiques :

[...] personnellement, je pense que les sites qui prennent en charge ces vieux jeux sont une bonne chose tant pour les consommateurs que pour les détenteurs de droits d'auteur. Si les options sont (a) d'avoir un jeu perdu pour toujours et (b) de l'avoir disponible sur un de ces sites, je voudrais qu'il soit disponible. Cela dit, je pense qu'un jeu n'est abandonné que longtemps après avoir été épuisé. Et le fait qu'un livre soit épuisé ne me donne pas le droit d'en faire une copie pour mes amis.
- Richard Garriott[83] ;
Est-ce du piratage ? Oui, bien sûr. Mais alors quoi ? La plupart des fabricants de jeux ne vivent plus des revenus de ces vieux jeux. La plupart des équipes créatives à l'origine de tous ces jeux ont depuis longtemps quitté les sociétés qui les ont publiés, et il est donc impossible que les personnes qui le méritent perçoivent encore des royalties sur ces jeux. Alors allez-y, volez ce jeu ! Répandez l'amour !
- Tim Schafer[83] ;
Si je possédais les droits d'auteur de Total Annihilation, j'autoriserais probablement sa diffusion gratuite à l'heure actuelle (quatre ans après sa sortie initiale).
- Chris Taylor[84].

Droit[modifier | modifier le code]

Dans la plupart des cas, les logiciels abandonnés ne sont pas dans le domaine public, car leurs droits d'auteur initial n'ont jamais été officiellement révoqués et une société ou un individu peut encore les détenir. Bien que le partage d'un tel logiciel soit généralement considéré comme une violation du droit d'auteur, dans la pratique, les détenteurs de droits d'auteur font rarement valoir leurs droits sur les logiciels abandonnés pour un certain nombre de raisons - principalement parce que le logiciel est technologiquement obsolète et n'a donc aucune valeur commerciale, ce qui rend l'application du droit d'auteur futile. Par défaut, cela peut permettre au produit de tomber de facto dans le domaine public étant donné que le droit d'auteur n'est pas défendu[85].

Il est rare qu'une affaire de logiciel abandonné soit portée devant les tribunaux, mais il est toujours illégal de distribuer des copies de logiciels et de jeux protégés par le droit d'auteur, avec ou sans compensation, dans tout pays signataire de la Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques[86].

Défense du droit d'auteur[modifier | modifier le code]

Les droits d'auteur anciens ne sont généralement pas défendus. Cela peut être dû à une non-application intentionnelle par les propriétaires en raison de l'âge ou de l'obsolescence du logiciel, mais cela résulte parfois du fait qu'une société détentrice du droit d'auteur a fait faillite sans transférer explicitement la propriété du droit d'auteur, ne laissant à personne la connaissance du droit d'auteur et la possibilité de le défendre.

Même si le droit d'auteur n'est pas défendu, la copie d'un tel logiciel est toujours illégale dans la plupart des juridictions où le droit d'auteur est encore en vigueur. Les logiciels abandonnés sont copiés en partant du principe que les ressources nécessaires pour faire respecter les droits d'auteur dépassent les bénéfices qu'un détenteur des droits pourrait réaliser en vendant des licences des logiciels. En outre, les partisans des logiciels abandonnés soutiennent que la distribution de logiciels pour lesquels il n'y a personne pour défendre le droit d'auteur est moralement acceptable, même si elle n'est pas soutenue par la loi actuelle. Les entreprises qui ont fait faillite sans transférer leurs droits d'auteur en sont un exemple ; de nombreuses entreprises de matériel et de logiciels qui ont développé d'anciens systèmes ont cessé leurs activités depuis longtemps et la documentation précise des droits d'auteur peut ne pas être facilement disponible.

La disponibilité de logiciels abandonnés sur Internet est souvent liée à la volonté des détenteurs de droits d'auteur de défendre ces derniers. Par exemple, les vieux jeux pour ColecoVision sont nettement plus faciles à trouver sur Internet que les vieux jeux pour l'Intellivision de Mattel, en grande partie parce qu'il existe encore une société qui vend des jeux Intellivision alors qu'il n'en existe aucune pour la Colecovision.

DMCA[modifier | modifier le code]

Le Digital Millennium Copyright Act (DMCA) peut constituer un problème pour la préservation des anciens logiciels car il interdit l'utilisation de techniques requises pour préserver les anciens logiciels. En octobre 2003, le Congrès américain a adopté 4 clauses au DMCA qui autorisent la rétro-ingénierie des logiciels en cas de préservation.

« 3. Les programmes informatiques et les jeux vidéo distribués dans des formats qui sont devenus obsolètes et qui nécessitent le support ou le matériel original comme condition d'accès. ...Le registraire a conclu que dans la mesure où les bibliothèques et les archives souhaitent faire des copies de préservation de logiciels et de jeux vidéo publiés qui ont été distribués dans des formats qui sont maintenant obsolètes (soit parce que le support physique sur lequel ils ont été distribués n'est plus utilisé, soit parce que l'utilisation d'un système d'exploitation obsolète est requise), cette activité est une utilisation non contrefaisante couverte par la section 108(c) du Copyright Act. »
- Exemption à l'interdiction de contournement des systèmes de protection du droit d'auteur pour les technologies de contrôle d'accès[87]

En novembre 2006, la Bibliothèque du Congrès a approuvé une exemption à la DMCA qui autorise le contournement de la protection contre la copie sur les logiciels qui ne sont plus vendus ou pris en charge par leur détenteur de droits d'auteur afin qu'ils puissent être archivés et conservés sans crainte de représailles[88],[89].

Loi américaine sur le droit d'auteur[modifier | modifier le code]

Actuellement[Quand ?], la législation américaine sur le droit d'auteur ne reconnaît pas le terme ou le concept de logiciel abandonné, alors que le concept général d'œuvres orphelines est reconnu (voir Œuvres orphelines aux États-Unis (en)). Il existe depuis longtemps un concept d'abandon dans le droit des marques, conséquence directe de la durée infinie de la protection des marques. Actuellement[Quand ?], un droit d'auteur peut être libéré dans le domaine public si le titulaire le fait clairement par écrit ; toutefois, ce processus formel n'est pas considéré comme un abandon, mais plutôt comme une libération. Les personnes qui ne sont pas titulaires d'un droit d'auteur ne peuvent pas simplement prétendre à l'abandon du droit d'auteur et commencer à utiliser des œuvres protégées sans l'autorisation du titulaire du droit d'auteur, qui pourrait alors engager un recours juridique.

L'hébergement et la distribution de logiciels protégés par le droit d'auteur sans autorisation sont illégaux. Les détenteurs de droits d'auteur, parfois par l'intermédiaire de l'Entertainment Software Association, envoient des mises en demeure, ce qui a amené certains sites à fermer ou à supprimer les logiciels en infraction. Cependant, la plupart des efforts de l'association sont consacrés aux nouveaux jeux, car ce sont les titres qui ont le plus de valeur[90].

Le droit européen[modifier | modifier le code]

En 2012, l'Union européenne a adopté une directive sur les œuvres orphelines (Directive 2012/28/EU (en)), qui a été transposée dans les lois des États membres. Bien que la terminologie comporte des ambiguïtés concernant les logiciels et en particulier les jeux vidéo, certains spécialistes soutiennent que les jeux vidéo abandonnés relèvent de la définition des œuvres audiovisuelles qui y est mentionnée[91].

Expiration du droit d'auteur[modifier | modifier le code]

Une fois que le droit d'auteur sur un logiciel a expiré, celui-ci tombe automatiquement dans le domaine public. Un tel logiciel peut être distribué légalement sans restrictions. Cependant, en raison de la durée des droits d'auteur dans la plupart des pays, cela ne s'est pas encore produit pour la plupart des logiciels. Tous les pays qui respectent la convention de Berne appliquent la propriété du droit d'auteur pendant au moins 50 ans après la publication ou le décès de l'auteur. Cependant, certains pays ont choisi de faire respecter les droits d'auteur pour des périodes plus longues. Aux États-Unis, la durée du droit d'auteur est déterminée en fonction de l'authorship. Pour la plupart des œuvres publiées, la durée est de 70 ans après la mort de l'auteur. Toutefois, pour les œuvres anonymes, les œuvres publiées sous un pseudonyme ou les œuvres réalisées à titre onéreux, la durée est de 120 ans après la création ou de 95 ans après la publication, selon la première éventualité. En France, la durée du droit d'auteur est de 70 ans après la date pertinente (date du décès de l'auteur ou de la publication) pour les deux catégories.

Cependant, en raison de la durée d'application du droit d'auteur dans la plupart des pays, il est probable qu'au moment où un logiciel passera par défaut dans le domaine public, il sera depuis longtemps devenu obsolète, sans intérêt ou incompatible avec tout matériel existant. En outre, en raison de la durée de vie commerciale et physique relativement courte de la plupart des supports numériques, il est tout à fait possible qu'à l'expiration du droit d'auteur d'un logiciel, celui-ci n'existe plus sous aucune forme. Toutefois, comme le plus grand risque lié aux logiciels abandonnés est celui de la distribution, il peut être quelque peu atténué par des utilisateurs privés (ou des organisations telles que l'Internet Archive) qui font des copies privées de ces logiciels, qui seraient alors légalement redistribuables au moment de l'expiration du droit d'auteur.

Alternatives à l'abandon de logiciels[modifier | modifier le code]

Il existe des alternatives à l'abandon sans soutien pour les entreprises dont le produit logiciel arrive en fin de vie.

Disponibilité en tant que freeware[modifier | modifier le code]

Certaines communautés d'utilisateurs convainquent les entreprises de renoncer volontairement aux droits d'auteur sur les logiciels, les plaçant ainsi dans le domaine public, ou les redistribuant sous licence libre. Contrairement aux logiciels dits abandonnés, il est parfaitement légal de distribuer des logiciels du domaine public ou sous licence libre.

Amstrad est un exemple d'organisation qui prend en charge l'émulation et la distribution gratuite des cartouches de jeu vidéo et des logiciels du Amstrad CPC et du ZX Spectrum[92]. Borland a publié des logiciels anciens sous forme de freeware[10],[93]. Smith Engineering autorise la reproduction et la distribution à but non lucratif des jeux et de la documentation du Vectrex[94].

Les groupes qui font pression sur les entreprises pour qu'elles publient leurs logiciels sous forme de logiciel libre ont obtenu des résultats mitigés. La bibliothèque de titres éducatifs publiée par MECC (en) en est un exemple. MECC a été vendue à Brøderbund, qui a été vendue à The Learning Company. Lorsque The Learning Company a été contacté au sujet de la diffusion de titres classiques de MECC sous forme de logiciels libres, la documentation prouvant que la compagnie détenait les droits sur ces titres n'a pas pu être trouvée, et par conséquent les droits de ces titres sont dans les limbes et pourraient ne jamais être diffusés légalement[95]. La perte ou le manque de clarté des droits d'auteur sur des logiciels anciens n'est pas rare, comme l'illustrent les droits sur la série No One Lives Forever[96],[97].

Support par libération du code source[modifier | modifier le code]

Le problème de l'absence de support technique pour un logiciel peut être résolu plus efficacement lorsque le code source est libéré. Par conséquent, plusieurs entreprises ont décidé de publier le code source spécifiquement pour permettre aux communautés d'utilisateurs de fournir elles-mêmes un support technique supplémentaire pour les logiciels (corrections de bugs, adaptations de compatibilité, etc.)[98],[99], par exemple par des correctifs communautaires ou des conversions de logiciels vers de nouvelles plateformes informatiques. Par exemple, en décembre 2015, Microsoft a libéré le code source de Windows Live Writer[100] pour permettre à la communauté d'en poursuivre le support.

id Software et 3D Realms ont été les premiers à adopter cette pratique, en publiant le code source des moteurs de jeu de certains titres anciens sous une licence de logiciel libre (mais pas le contenu réel du jeu, comme les niveaux ou les textures). Le concepteur principal de Falcon 4.0, Kevin Klemmick, a également affirmé en 2011 que la mise à disposition du code source de son logiciel pour la communauté était une bonne chose :

Je pense honnêtement que cette [mise à disposition du code source] devrait être une procédure standard pour les entreprises qui décident de ne pas continuer à supporter une base de code.
- Kevin Klemmick, interviewé par Giorgio Bertolone (12 mars 2011)

L'effet paralysant de l'éventualité d'une poursuite judiciaire peut décourager la libération du code source. Les efforts déployés pour persuader IBM de publier OS/2 en tant que logiciel libre ont été ignorés[101] car une partie du code était codéveloppée par Microsoft.

Néanmoins, il existe plusieurs exemples notables de logiciels commerciaux devenus des logiciels libres avec succès, par exemple, le navigateur web Netscape Communicator, qui a été publié par Netscape Communications le 31 mars 1998[102]. Le développement a été poursuivi sous l'égide de la Fondation Mozilla et Netscape Communicator est devenu la base de plusieurs navigateurs, tels que Mozilla Firefox[103].

Un autre exemple important de logiciel devenu logiciel libre est la suite bureautique StarOffice qui a été publiée par Sun Microsystems en octobre 2000 sous le nom d'OpenOffice.org[104] et dont le développement se poursuit sous les noms de LibreOffice et Apache OpenOffice.

Il existe également de nombreux exemples dans le domaine des jeux vidéo : Revolution Software a publié son jeu Beneath a Steel Sky sous forme de freeware et a donné le code source du moteur de jeu aux auteurs de ScummVM pour qu'ils poursuivent le support du jeu. D'autres exemples sont Myth II[105], Call to Power II[106] et Microsoft's Allegiance[99] qui ont été publiés pour permettre à la communauté d'en continuer le support.

Musées[modifier | modifier le code]

Les musées, qu'ils soient physiques ou virtuels, offrent un moyen légal de préserver ce qui serait autrement une œuvre orpheline.

WinWorld[modifier | modifier le code]

WinWorld est un musée en ligne qui contient des informations sur les anciens ordinateurs et les logiciels qui y roulaient[107],[108]. Le musée propose également des captures d'écran et des copies téléchargeables d'anciens logiciels.[109],[110]

Vintage Computer Federation (VCF)[modifier | modifier le code]

La Vintage Computer Federation (en) promeut également la préservation des ordinateurs obsolètes.

Abandon volontaire[modifier | modifier le code]

Certains éditeurs distribuent gratuitement sur leur site web leurs jeux les plus anciens, à l'image de Grand Theft Auto (1997) et Grand Theft Auto 2 (1999) et Wild Metal Country (1999), que Rockstar Games mit en ligne en 2003 et 2004[111] ; ou encore de Command and Conquer (1995) qu'Electronic Arts mit en ligne le pour célébrer le douzième anniversaire de la sortie du jeu[112].

D'autres éditeurs font eux passer leurs jeux sous licence libre et/ou publient leur code source. C'est par exemple le cas d'id Software avec ses anciens moteurs de jeu, ou de Beneath a Steel Sky (1994) dont Revolution Software donna le code source à ScummVM le . De même, pour permettre le portage du jeu sur le projet One Laptop per Child, SimCity parut sous licence GNU GPL 3 le [113] et fut renommé Micropolis[114].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme anglais se rencontre aussi sous les formes abandon-ware et abandon ware (en deux mots séparés), abandoned ware, abandoned software et abandon software, certaines plus répandues que d'autres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « logiciel abandonné », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le ) : « Il arrive que les abandogiciels soient des utilitaires, mais plus rarement. Il s'agit le plus souvent de jeux vidéo ».
  2. (en) Eric Goldman, « The Challenges of Regulating Warez Trading », Social Science Computer Review, vol. 23, no 1,‎ , p. 24–28 (DOI 10.1177/0894439304271531, lire en ligne) : « ... abandonware enthusiasts collect and distribute software (especially gaming software)... ».
  3. (en) Aaron Schwabach, Internet and the Law : Technology, Society, and Compromises, Santa Barbara, ABC-CLIO, , 395 p. (ISBN 1-85109-731-7 et 1-85109-736-8, lire en ligne), « Abandonware », p. 2 : « Old spreadsheets, word processing programs, and the like are of interest only to a limited number of enthousiasts. ».
  4. (en) Matthew G. Kirschenbaum, Mechanisms : New Media and the Forensic Imagination, Cambridge (Mass.), MIT Press, , 296 p. (ISBN 978-0-262-11311-3, lire en ligne), p. 210 : « Abandonware sites... are... repositories... for... such products, most often games. ».
  5. (en) Kevin Savetz, « Can "Abandonware" Revive Forgotten Programs? », sur byte.com, 17 septembre 2001 : « Many (if not most) abandonware sites focus on games, but there are plenty such as Underdogs and Prophet's Abandonware that offer applications and utilities, too. ».
  6. (en) « The Abandonware FAQ v6: I. A. The definition of abandonware », sur The Official Abandonware Ring, 1997 / 2006 (consulté le ).
  7. Kosta Krauth, « Abandonware: Princess Maker 2 », PC Zone, no 160,‎
  8. (en) « The Abandonware FAQ v6: I. F. The history of abandonware », sur The Official Abandonware Ring, 1997 / 2006 (consulté le ).
  9. (fr) « Histoire de l'abandonware », sur Définition de l'abandonware.
  10. a et b « EDN»Museum » [archive du ], embarcadero.com (consulté le )
  11. « The Unofficial CP/M Web Site » [archive du ], sur www.cpm.z80.de (consulté le )
  12. « PL/I modernization »
  13. Anthony John Agnello, « Nothing Lasts Forever: Confronting the Problem of Video Game Preservation » [archive du ], usgamer.net, (consulté le )
  14. John Andersen, « Where Games Go To Sleep: The Game Preservation Crisis, Part 1 » [archive du ], Gamasutra, (consulté le )
    Todd Ciolek, « Among the Missing: Notable Games Lost to Time » [archive du ], 1up.com, (consulté le )
    Adam Barenblat, « Sega Can't Find The Source Code For Your Favorite Old School Arcade Games » [archive du ], Kotaku, (consulté le )
    (en) Jim Sterling, « Silent Hill HD was made from incomplete code » [archive du ], sur Destructoid, (consulté le )
    (en-US) « Oh, my. Silent Hill HD Collections Sucked Because Konami Lost The Source Code », sur Game Overviews, (consulté le )
    « Kingdom Hearts 1 Data Is Lost; Square Had To "Recreate Everything" For HD » [archive du ], sur Siliconera, (consulté le )
    Jason Schreier, « Nobody Can Find The Source Code For Icewind Dale II », sur Kotaku, (consulté le )
  15. Kevin Parrish, « Atari 7800 Source Code Rescued - Atari released the source code for the 7800 console and games » [archive du ], tomsguide.com, (consulté le )
  16. « 7800 Games & Development » [archive du ], atari-museum.com, (consulté le )
  17. Ben Kuchera, « Finding treasures in the code: Why the source code of classic games matters, even to non-coders » [archive du ], polygon.com, (consulté le )
  18. a b et c « The Abandonware Ring FAQ » [archive du ], The Official Abandonware Ring, (consulté le )
  19. Permissions on lemon64.com
  20. Mr_Chip_MF_DL on c64gg.com (archived)
  21. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  22. Games on Amiga Forever "The following is a list of the major sites which include thousands of downloadable Amiga games with permission of the copyright holders: Amiga Future, Amigaland, Ami Sector One, Back to the Roots, Borrowed Time, Dream17, Gremlin Graphics World, Games Coffer"
  23. world-of-spectrum-gets-a-visit-from-the-idsa « https://web.archive.org/web/20120531080840/http://slashdot.org/story/03/02/28/0747252/world-of-spectrum-gets-a-visit-from-the-idsa »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), on slashdot.org
  24. Games anti piracy bot fingers ZX Spectrum archive site « https://web.archive.org/web/20100507033537/https://www.theregister.co.uk/2003/03/07/games_anti_piracy_bot_fingers/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), on theregister.com by John Lettice (7 Mar 2003)
  25. ARCHIVE - COPYRIGHTS AND DISTRIBUTION PERMISSIONS « https://web.archive.org/web/20160417235847/http://www.worldofspectrum.org/permits/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), on worldofspectrum.org "Cases filed against World of Spectrum: IDSA / DMCA #922932 (14/2/2003 - result: case retracted)"
  26. ARCHIVE - DISTRIBUTION PERMISSIONS - SOFTWARE HOUSES on worldofspectrum.org
  27. « The Internet Archive Classic Software Preservation Project » [archive du ], Internet Archive (consulté le )
  28. « Internet Archive Gets DMCA Exemption To Help Archive Vintage Software » [archive du ] (consulté le )
  29. Bibliothèque du Congrès Copyright Office, « Exemption to Prohibition on Circumvention of Copyright Protection Systems for Access Control Technologies », Federal Register, vol. 27, no 206,‎ , p. 55137–55139 (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  30. Bibliothèque du Congrès Copyright Office, « Exemption to Prohibition on Circumvention of Copyright Protection Systems for Access Control Technologies », Federal Register, vol. 71, no 227,‎ , p. 68472–68480 (lire en ligne [archive du ], consulté le ) :

    « Computer programs and video games distributed in formats that have become obsolete and that require the original media or hardware as a condition of access, when circumvention is accomplished for the purpose of preservation or archival reproduction of published digital works by a library or archive. A format shall be considered obsolete if the machine or system necessary to render perceptible a work stored in that format is no longer manufactured or is no longer reasonably available in the commercial marketplace. »

  31. Adi Robertson, « The Internet Archive puts Atari games and obsolete software directly in your browser » [archive du ], The Verge, (consulté le )
  32. Abby Ohlheiser, « You can now play nearly 2,400 MS-DOS video games in your browser », Washington Post,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  33. Each New Boot a Miracle « https://web.archive.org/web/20150109113609/http://ascii.textfiles.com/archives/4471 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), by Jason Scott (December 23, 2014)
  34. collection:softwarelibrary_msdos « https://web.archive.org/web/20150628201230/https://archive.org/search.php?query=collection%3Asoftwarelibrary_msdos&page=1 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), in the Internet Archive (December 29, 2014)
  35. Kris Graft, « Saving video game history begins right now » [archive du ], Gamasutra, (consulté le )
  36. « Internet Archive's Terms of Use, Privacy Policy, and Copyright Policy » [archive du ], (consulté le ) : « Access to the Archive’s Collections is provided at no cost to you and is granted for scholarship and research purposes only. »
  37. Heather Chaplin, « Is That Just Some Game? No, It's a Cultural Artifact », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  38. Joseph Bernstein, « Meet The Men Trying To Immortalize Video Games » [archive du ], sur BuzzFeed, (consulté le )
  39. Trevor Owens, « Yes, The Library of Congress Has Video Games: An Interview with David Gibson » [archive du ], blogs.loc.gov, (consulté le )
  40. dave gibson on nodontdie.com (March 18, 2016)
  41. Trevor Owens, 6 août 2014, Duke’s Legacy: Video Game Source Disc Preservation at the Library of Congress « https://web.archive.org/web/20140813053238/http://blogs.loc.gov/digitalpreservation/2014/08/dukes-legacy-video-game-source-disc-preservation-at-the-library-of-congress/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , Library of Congress
  42. Library of Congress discovers unreleased Duke Nukem game « https://web.archive.org/web/20140813080542/http://www.eurogamer.net/articles/2014-08-06-library-of-congress-discovers-unreleased-psp-duke-nukem-game »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), on eurogamer.net
  43. Michelle Starr, « Unreleased Duke Nukem source code found at Library of Congress » [archive du ], cnet.com, (consulté le ) : « A cache of recently acquired video games at the Library of Congress turned up a true find: the source code for unreleased PSP game Duke Nukem: Critical Mass. »
  44. Jon-Paul C. Dyson, « ICHEG's Approach to Collecting and Preserving Video Games » [archive du ], museumofplay.org, (consulté le )
  45. Christian Nutt, « Strategic Simulations, Inc. founder donates company collection to ICHEG » [archive du ], Gamasutra, (consulté le )
  46. Jon-Paul C. Dyson, « The Strategic Simulations, Inc. Collection » [archive du ], ICHEG, (consulté le )
  47. Dave Tach, « Broderbund founder donates collection including Myst, Prince of Persia to Museum of Play » [archive du ], polygon.com, (consulté le )
  48. Owen S. Good, « Museum acquires 'virtually complete' source code from Atari's arcade heyday » [archive du ], polygon.com, (consulté le )
  49. A Museum Just Acquired 22 Pallets of Atari History « https://web.archive.org/web/20150701233353/http://www.giantbomb.com/articles/a-museum-just-acquired-22-pallets-of-atari-history/1100-4905/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), on giantbomb.com by Patrick Klepek (April 30, 2014)
  50. « MacPaint and QuickDraw Source Code » [archive du ], sur Computer History Museum,
  51. Erik Hesseldahl, « Apple Donates MacPaint Source Code To Computer History Museum » [archive du ], businessweek.com,
  52. « The quest to save today's gaming history from being lost forever » [archive du ], Ars Technica, (consulté le ) : « "[Jobs] sent a one line e-mail saying it was a good idea, and it was done the next day," Spicer recalled. "Having an internal advocate is key." »
  53. Len Shustek, « The APL Programming Language Source Code » [archive du ], computerhistory.org, (consulté le )
  54. Bryan Bishop, « Adobe releases original Photoshop source code for nostalgic developers » [archive du ], theverge.com, (consulté le )
  55. « Adobe Photoshop Source Code | @CHM Blog | Computer History Museum » [archive du ], sur www.computerhistory.org
  56. Len Shustek, « Microsoft Word for Windows Version 1.1a Source Code » [archive du ], (consulté le )
  57. Roy Levin, « Microsoft makes source code for MS-DOS and Word for Windows available to public » [archive du ], sur Official Microsoft Blog, (consulté le ) (NB. While the author and publishers claim the package would include MS-DOS 1.1 and 2.0, it actually contains SCP MS-DOS 1.25 and a mixture of files from Altos MS-DOS 2.11 and TeleVideo PC DOS 2.11.)
  58. Paul McJones, « Xerox Alto Source Code - The roots of the modern personal computer » [archive du ], sur Software Gems: The Computer History Museum Historical Source Code Series, Computer History Museum, (consulté le ) : « With the permission of the Palo Alto Research Center, the Computer History Museum is pleased to make available, for non-commercial use only, snapshots of Alto source code, executables, documentation, font files, and other files from 1975 to 1987. »
  59. European Computer and Video Game Archives and Museums Joining Forces to Preserve Gaming Legacy « https://web.archive.org/web/20160118041457/https://computerspielemuseum.de/1243_European_Computer_and_Video_Game_Archives_and_Museums_Joining_Forces_to_Preserve_Gaming_Legacy.htm?nId=24 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), computerspielemuseum.de (on March 26, 2012)
  60. British Library starts videogame website archive project « https://web.archive.org/web/20160118041459/http://www.independent.co.uk/life-style/gadgets-and-tech/news/british-library-starts-videogame-website-archive-project-6858507.html »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), on independent.co.uk by David Crookes (February 13, 2012)
  61. Professor races against time to preserve Japan's video game culture « https://web.archive.org/web/20160118041501/http://ajw.asahi.com/article/cool_japan/style/AJ201309220054 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), by TAKAFUMI YABUKI (September 22, 2013)
  62. Bo Moore, « 'All Hell Broke Loose': Why MoMA Is Exhibiting Tetris and Pac-Man », wired.com,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ) :

    « The end goal is to acquire the game’s original source code, which can be quite difficult to pry away from secretive gamemakers. If that’s not possible at first, Antonelli at least wants to wedge her foot in the door. “We’re going to stay with them forever,” she said. “They’re not going to get rid of us. And one day, we’ll get that code.” »

  63. « BIG NEWS: Wing Commander I Source Code Archived! » [archive du ], wcnews.com, (consulté le ) : « Thanks to an extremely kind donation from an anonymous former EA/Origin developer, the source code to the PC version of Wing Commander I is now preserved in our offline archive! Because of our agreement with Electronic Arts, we're not allowed to post recovered source code for download--but rest easy knowing that the C files that started it all are being kept safe for future reference. Our offline archive contains material that has been preserved but which can't be posted, including other source code and budget data from several of the games. »
  64. « Wing Commander III - The Source Code » [archive du ], wcnews.com, (consulté le ) : « As we celebrate Wing Commander III's first widespread retail availability since the late 1990s, we would like to mention for anyone that we have the game's source code in our offline archive. We know it's frustrating for fans, who could do amazing things with this, to read these updates... but it's also in everyone's best interests to remind EA that we have the raw material from which they could port Wing Commander III to a modern computer or console. Just let us know! »
  65. « Wing Commander IV: Source Code » [archive du ], wcnews.com, (consulté le ) : « As with Wing Commander I and Wing Commander III, we are pleased to announced that an extremely kind former EA/Origin employee has provided a copy of the Wing Commander IV source code for our preservation efforts! We can't offer it for download at this time, but it is now preserved for future use. »
  66. WtF Dragon, « Ultima 9: The Source Code » [archive du ], ultima codex, (consulté le ) : « "As we continue to mark the occasion of Ultima 9’s fifteenth anniversary, I’m pleased to announced that the seemingly dormant Ultima Source Code Offline Archival Project (USCOAP) has finally borne some fruit: the Ultima Codex has added the source code for Ultima 9 to its offline archive." »
  67. Voyager, « Ultima The Reconstruction - Fanpatches » [archive du ], reconstruction.voyd.net, (consulté le ) : « Fan patches are those packages released by an Ultima fan to either repair bugs in a game that were never fixed by Origin, solve platform compatibility issues, or enhance the gaming experience. »
  68. Shawn Sines, « Fallout 2 Restoration Project » [archive du ], gamefront.com, (consulté le )
  69. Alec Meer, « Undying: Vampire Bloodlines Patched Anew » [archive du ], Rock, Paper, Shotgun, (consulté le ) : « Bloodlines [...] was essentially abandoned by its publisher after its developer closed a few months after release, but the fans have just kept on going, fixing things, improving things, digging up locked away extra content [...] »
  70. (de) Hans-Christian Dirscherl, « Nicht tot zu kriegen: Win 98 Service Pack 2.1 » [archive du ], PCWelt.de, (consulté le ) : « Einige Informationen zu diesem kuriosen Update-Pack: Da Microsoft nie ein Servicepack für Windows 98 SE (Zweite Ausgabe) herausgebracht hat, hat ein Programmierer aus der Türkei kurzerhand sein eigenes Servicepack für Windows 98 SE-Anwender erstellt. Es beinhaltet alle Windows 98 SE Updates von der Windows Update-Seite und weitere Updates sowie Verbesserungen. »
  71. GPGNet Services Update 2 (GPGnet has been shutdown) « https://web.archive.org/web/20140903143132/http://forums.gaspowered.com/viewtopic.php?f=67&t=57459 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), on gaspowered.com
  72. T.J. Hafer, « Community-made Forged Alliance Forever keeps Supreme Commander multiplayer alive » [archive du ], PC Gamer, (consulté le ) : « The official multiplayer servers for Supreme Commander: Forged Alliance have been decommissioned for a while now, but fortunately [...] the community-driven Forged Alliance Forever has emerged. »
  73. « Forged Alliance Forever official site » (consulté le )
  74. Editorial staff, « Forging On, Supreme Commander has returned a changed game preview », PC Gamer, no 240,‎ , p. 86–87
  75. Chris Thursten, « PC gamer pod cast 87 » [archive du ], sur PC Gamer, (consulté le )
  76. You're in charge! - From vital patches to game cancellations, players are often intimately involved. « https://web.archive.org/web/20161104225804/http://www.eurogamer.net/articles/2013-11-02-youre-in-charge »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), by Christian Donlan on Eurogamer "Supreme Commander fans released Forged Alliance Forever and gave the game the online client it could otherwise only dream of. I haven't played it much, but I still got a tear in my eye when I read about the extents these coders had gone to. There's nothing quite so wonderful to witness as love, and this is surely love of the very purest order. [...] SupCom guys resurrect a series whose publisher had just gone under." (2013-11-02)
  77. John Walker, « RPS Exclusive: Gabe Newell Interview » [archive du ], Rock, Paper, Shotgun, (consulté le ) : « Gabe: The worst days [for game development] were the cartridge days for the NES. It was a huge risk – you had all this money tied up in silicon in a warehouse somewhere, and so you’d be conservative in the decisions you felt you could make, very conservative in the IPs you signed, your art direction would not change, and so on. Now it’s the opposite extreme: we can put something up on Steam, deliver it to people all around the world, make changes. We can take more interesting risks.[...] On Steam there’s no shelf-space restriction. It’s great because they’re a bunch of old, orphaned games. »
  78. Frank Caron, « First look: GOG revives classic PC games for download age » [archive du ], Ars Technica, (consulté le ) : « [...] [Good Old Games] focuses on bringing old, time-tested games into the downloadable era with low prices and no DRM. »
  79. Tom Bennet, « How GOG.com Save And Restore Classic Videogames » [archive du ], rockpapershotgun.com, (consulté le ) : « Preservation of old games involves more than just an extra patch. The journey from dusty unplayable relic to polished, cross-platform installer is a minefield of technical and legal obstacles. The team at Good Old Games remain the industry leaders in the restoration of classic PC games, tasked with reverse engineering code written more than 20 years ago [...] “Source and game code is an extremely rare commodity for us,” explains Paczyński. “Older titles have often gone through so many different hands that no one knows who has the original code anymore, or it no longer exists in any usable form.” With source files lost forever, the team’s only recourse is to retrofit retail code taken from a boxed copy of the game. »
  80. GOG.com, « Classic Gem Promo: Conquest: Frontier Wars » [archive du ], CD Projekt, (consulté le )
  81. Conquest: Frontier Wars on GOG « https://web.archive.org/web/20140903085151/https://robertsspaceindustries.com/comm-link/spectrum-dispatch/12863-Conquest-Frontier-Wars-On-GOG »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), on robertsspaceindustries.com
  82. Lee Hollaar, « Copyright of Computer Programs » [archive du ], (consulté le )
  83. a et b Marc Saltzman, « Flashbacks For Free: The Skinny On Abandonware » [archive du ], gamespot.com, (consulté le ), p. 4.
  84. Marc Saltzman, « Flashbacks For Free: The Skinny On Abandonware » [archive du ], gamespot.com, (consulté le ), p. 5
  85. Peter B. Hirtle, Digital Preservation and Copyright (thèse), Cornell University, (hdl 1813/53)
  86. Ross Miller, « US Copyright Office grants abandonware rights » [archive du ] (consulté le )
  87. Exemption to Prohibition on Circumvention of Copyright Protection Systems for Access Control Technologies « https://web.archive.org/web/20120928063920/http://www.copyright.gov/1201/docs/fedreg-notice-final.pdf »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), by LIBRARY OF CONGRESS Copyright Office 37 CFR Part 201 (Docket No. RM 2002-4E) (October 2003)
  88. « U.S. Copyright Office - Anticircumvention Rulemaking » [archive du ], sur www.copyright.gov
  89. Emma Boyes, « Abandonware now legal? - Changes in copyright rules let gamers break copy protection on old games--in some circumstances. » [archive du ], GameSpot.com, (consulté le )
  90. Brad King, « Abandonware: Dead Games Live On » [archive du ], Wired, (consulté le )
  91. Henrike Maier, « Games as Cultural Heritage Copyright Challenges for Preserving (Orphan) Video Games in the EU » [archive du ], sur JIPITEC, Humboldt Universität zu Berlin, (consulté le ), p. 120
  92. Cliff Lawson, « Amstrad ROM permissions », comp.sys.amstrad.8bit, (consulté le ) : « 1) What exactly do you have to do to use Sinclair ROMs in an emulator, such as acknowledgements etc?" Amstrad are happy for emulator writers to include images of our copyrighted code as long as the (c)opyright messages are not altered and we appreciate it if the program/manual includes a note to the effect that "Amstrad have kindly given their permission for the redistribution of their copyrighted material but retain that copyright". »
  93. « CDN » Museum » [archive du ], borland.com (consulté le )
  94. « Vectrex System History The Mini Arcade » [archive du ], Vectrex Museum (consulté le )
  95. Kevin Savetz, « Can "Abandonware" Revive Forgotten Programs? » [archive du ], byte.com, (consulté le )
  96. Bo Moore, « Lost in limbo: on the hunt for PC gaming's abandoned classics » [archive du ], PC Games, (consulté le ) : « The saga of No One Lives Forever's resurrection has been a rollercoaster of ups and downs. [...] The problem was, it was just the trademark— no one was quite sure who held the game's copyright. [...] Digging into dead or forgotten IPs is tough work. These games came from an era when big-name publishing was the only model for success. Even though many of the games on this list were made by small, dedicated studios, they still relied on companies like EA to get to market. But as studios were swallowed or shut down, the rights of their beloved games often got lost in the shuffle. It's unfortunate that so many of them are still lost today simply due to the apathy of the rights-holder. »
  97. g4tv staff, « The Lost History of System Shock » [archive du ], g4tv.com, (consulté le ) : « Looking Glass Studios closed in 2000, a year after System Shock 2's release, and the copyright to the series went into the hands of an insurance company. That left EA with only the System Shock name, but no actual development rights. »
  98. Andy Largent, « Homeworld Source Code Released » [archive du ], insidemacgames.com, (consulté le ) : « With the release of Homeworld 2 for the PC, Relic Entertainment has decided to give back to their impressive fan community by releasing the source code to the original Homeworld. »
  99. a et b Bob Colayco, « Microsoft pledges Allegiance to its fanbase » [archive du ], gamespot.com, (consulté le ) : « The release of the source code came in response to the enthusiasm of Allegiance's small-but-dedicated fanbase. Microsoft's Joel Dehlin commented that the development team has "been amazed at the level to which some of the Allegiance fans have remained hard-core. We’re astounded at the progress that has been made at creating new factions, hosting new servers, replacing authentication, etc. It seems that Allegiance hasn’t really died. With that in mind, we’re releasing the Allegiance source code to the community." »
  100. Microsoft open-sources Live Writer, beloved but abandoned blogging tool « https://web.archive.org/web/20160612020134/http://arstechnica.com/information-technology/2015/12/microsoft-open-sources-live-writer-beloved-but-abandoned-blogging-tool/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), by Peter Bright on Ars Technica "Opening the app means that it'll get some much-needed maintenance." (2015)
  101. Michael Reed, « I'm Glad That IBM Declined to Release the OS/2 Source » [archive du ], OSNews LLC, (consulté le )
  102. « NETSCAPE ANNOUNCES PLANS TO MAKE NEXT-GENERATION COMMUNICATOR SOURCE CODE AVAILABLE FREE ON THE NET » [archive du ], Netscape Communications Corporation, (consulté le ) : « BOLD MOVE TO HARNESS CREATIVE POWER OF THOUSANDS OF INTERNET DEVELOPERS; COMPANY MAKES NETSCAPE NAVIGATOR AND COMMUNICATOR 4.0 IMMEDIATELY FREE FOR ALL USERS, SEEDING MARKET FOR ENTERPRISE AND NETCENTER BUSINESSES  »
  103. « MOUNTAIN VIEW, Calif., April 1 /PRNewswire/ -- Netscape Communications and open source developers are celebrating the first anniversary, March 31, 1999, of the release of Netscape's browser source code to mozilla.org » [archive du ], Netscape Communications, (consulté le ) : « [...]The organization that manages open source developers working on the next generation of Netscape's browser and communication software. This event marked a historical milestone for the Internet as Netscape became the first major commercial software company to open its source code, a trend that has since been followed by several other corporations. Since the code was first published on the Internet, thousands of individuals and organizations have downloaded it and made hundreds of contributions to the software. Mozilla.org is now celebrating this one-year anniversary with a party Thursday night in San Francisco. »
  104. Brian Proffitt, « StarOffice Code Released in Largest Open Source Project » [archive du ], linuxtoday.com, (consulté le ) : « Sun's joint effort with CollabNet kicked into high gear on the OpenOffice Web site at 5 a.m. PST this morning with the release of much of the source code for the upcoming 6.0 version of StarOffice. According to Sun, this release of 9 million lines of code under GPL is the beginning of the largest open source software project ever. »
  105. Howard Wen, « Keeping the Myths Alive » [archive du ], linuxdevcenter.com, (consulté le ) : « [...]fans of the Myth trilogy have taken this idea a step further: they have official access to the source code for the Myth games. Organized under the name MythDevelopers, this all-volunteer group of programmers, artists, and other talented people devote their time to improving and supporting further development of the Myth game series. »
  106. John Bell, « Opening the Source of Art » [archive du ], Technology Innovation Management Review, (consulté le ) : « [...]that no further patches to the title would be forthcoming. The community was predictably upset. Instead of giving up on the game, users decided that if Activision wasn't going to fix the bugs, they would. They wanted to save the game by getting Activision to open the source so it could be kept alive beyond the point where Activision lost interest. With some help from members of the development team that were active on fan forums, they were eventually able to convince Activision to release Call to Power II's source code in October of 2003. »
  107. https://winworldpc.com
  108. « WinWorld: online museum of vintage, abandoned, and pre-release software », sur Y Combinator (company),
  109. example: Crosstalk XVI, released 1982, predecessor to Crosstalk Mk.4: « Crosstalk XVI 3.3x », sur WinWorld
  110. « WinWorld Safe? Need Kaypro 2000+ DOS 3.21 » [archive du ],
  111. (en) « Rockstar Classics - Free Donwload Series », Rockstar Games.
  112. (en) Carlos Bergfeld, « Free Download of Command and Conquer Gold Begins C&C 12th Anniversary Celebration », sur Shacknews, .
  113. (en) Bil Simser, SimCity Source Code Released to the Wild! Let the ports begin…, Weblogs, 10 janvier 2008 (page consultée le 20 novembre 2008).
  114. (en) Code source de Micropolis, donhopkins.com, (page consultée le 20 novembre 2008).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]