hubiC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
HubiC
Logo

Développeur OVH
Première version 2011
Dernière version 2.1.1.145
État du projet Actif
Environnement Microsoft WindowsVoir et modifier les données sur Wikidata
Langues Français, anglais, ...
Type Service d'hébergements de fichiers en ligne
Licence Propriétaire
Site web www.hubic.com

hubiC est un service de stockage et de partage de copies de fichiers locaux en ligne proposé depuis décembre 2011 par la société OVH.com, entreprise familiale[1],[2] localisée en France[3],[4]. L'offre grand public est surnommée hubiC pour « Hub in the Cloud »[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

OVH lance fin 2011 son tout nouveau service de stockage dans les nuages[6],[7] et se fait rapidement un nom[8] grâce à son offre de stockage illimitée à un coût très bas, une première dans l'industrie[6],[5]. Afin de se différencier des autres services similaires la version gratuite permettait de stocker jusqu'à 25 Go de données[4],[5], et deux versions payantes étaient découpées en deux paliers qui permettaient de stocker soit 100 Go (hubiC perso) ou soit en illimité (hubiC premium). Ces offres étaient proposées pour 11,95 € et 83,71 € par an respectivement.

Selon le magazine de presse informatique spécialisé PCWorld, hubiC serait « le premier service du genre à proposer une capacité de stockage illimitée à ses abonnés pour un tarif très abordable »[8]. Durant cette période se créent jusqu’à 3 000 comptes par heure et 40 To de données sont déposés chaque semaine[9].

Début 2013 marque l'arrêt de l'offre illimitée et d'une hausse générale des tarifs, soit un peu plus d'un an après le lancement du service. Deux nouveaux paliers apparaissent en plus des 100 Go, soit 500 Go et 1 To. L'offre gratuite offrant 25 Go reste d'actualité[10].

Le 6 février 2014, OVH dévoile de nouvelles offres. Aux côtés de la formule 25 Go, inchangée, le tarif pour 100 Go est revu à la baisse tandis que l'offre 1 To est remplacée par une offre 10 To[11].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Ce service d’informatique en nuage est accessible via n'importe quel navigateur Web, mais aussi en utilisant un client multi-système d'exploitation : sous Macintosh, MS Windows, iOS ainsi que sur Android et GNU/Linux[12] (en version bêta pour cette dernière, en date de novembre 2016). Des versions Windows Phone, et BlackBerry OS ont récemment vu le jour[13].

Ce client permet d'utiliser hubiC de manière transparente, les fichiers localisés sur le répertoire sauvegardé du disque dur de l'ordinateur étant copiés sur le serveur après chaque enregistrement.

L'hébergement des données est fait en France[14],[15],[9] avec une volonté d’avoir un cloud pour lequel les serveurs sont hébergés dans l’Hexagone[16],[17].

Ceci implique que les données, à l'inverse de services identiques américains, ne tombent pas sous le coup du USA PATRIOT Act (autorisant les services de sécurité à accéder aux données informatiques détenues sans autorisation aux États-Unis), mais sont soumises à la législation française. Depuis l'affaire PRISM de 2013, le fondateur Octave Klaba a indiqué que le service est plus populaire, et que sa croissance s'est accélérée[18],[19],[8],[20]. Les serveurs sont localisés à Roubaix[18],[21], Gravelines, et Strasbourg[20].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

- Téléchargements et uploads de fichiers depuis l'interface web (2Go maximum par fichier).

Interface utilisateur de hubiC

- Synchronisations et sauvegardes depuis l'application officielle sur Windows, Macintosh, iOS ainsi que sur Android et GNU/Linux.

- Visionnage des photos depuis l'interface web ou via l'application officiel sur iOS et Android.

- Visionnage des vidéos (MP4, AVI, MKV encodé en x264 uniquement) en streaming via l'interface web.

- Montage en disque virtuel sous Windows et Macintosh via ExpanDrive (payant).

- Montage en disque virtuel sous GNU/Linux via HubicFuse (libre).

- Accès aux données via SwiftExplorer sur Windows, Macintosh et GNU/Linux (libre) (5Go maximum puis découpage automatique).

- Sauvegarde des données par le logiciel duplicity sous GNU/Linux (libre).

- Synchronisation et sauvegarde sur Disk Station Manager pour NAS Synology.

- Envoi de liens de partage via l'extension pour Thunderbird.

- Partage de fichiers via un lien (limite de 30 jours).

- Transferts sécurisés grâce au protocole TLS..

Références[modifier | modifier le code]

  1. Romain Gueugneau, « OVH change de dimension », sur www.lesechos.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  2. Mickael Guiho, « La société roubaisienne OVH, leader européen de l'hébergement web, fait son show à Paris », sur France 3 Nord-Pas-de-Calais,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  3. « Hébergeur de fichiers : qui est OVH.com ? », sur www.hubic.com/fr (consulté le 10 novembre 2013)
  4. a et b « HubiC d'OVH : 25 Go de stockage en ligne gratuit, illimité pour 83,71 € / an », sur www.pcinpact.com,‎ (consulté le 8 novembre 2013)
  5. a, b et c « HubiC : Test de l’offre Cloud d’OVH pour le grand public (25 Go Gratuits) », sur www.lejournalducloud.com,‎ (consulté le 8 novembre 2013)
  6. a et b Yves Grandmontagne, « HubiC : le cloud « grand public » d'OVH », sur www.silicon.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  7. « Cloud : OVH lance Hubic, un service de stockage avec 25 Go gratuits », sur www.zdnet.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  8. a, b et c Mathieu Chartier, « OVH annonce des nouveautés pour hubiC », sur www.pcworld.fr,‎ (consulté le 9 novembre 2013)
  9. a et b OVH, « Première année d'hubiC », sur www.ovh.com/fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  10. Mathieu Chartier, « hubiC : hausse des prix, disparition de l'illimité et nouveau départ pour le Cloud d'OVH », sur www.pcworld.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  11. « Stockage en ligne : OVH casse les prix d'Hubic », sur www.journaldunet.com,‎ (consulté le 26 février 2014)
  12. « OVH lance Hubic, une sérieuse alternative à Dropbox ? », sur www.korben.info,‎ (consulté le 8 novembre 2013)
  13. « Téléchargements - hubiC », sur www.hubic.com (consulté le 4 avril 2014)
  14. S. Morelli, « Lille 1 et OVH partenaires, 20 000 étudiants sur le cloud ! », sur www.lavoixletudiant.com,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  15. Stéphane Hubin, « Villeneuve-d’Ascq : l’hébergeur informatique OVH.com offre de la mémoire aux cerveaux de l’université Lille1 », sur www.lavoixdunord.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  16. Paul Loubière, « Cet homme va devenir aussi puissant que Xavier Niel », sur www.challenges.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  17. « La sécurité et la confidentialité des données avec hubiC », sur www.hubic.com (consulté le 10 novembre 2013)
  18. a et b Guerric Poncet, « Entretien : Octave Klaba réagit à Prism et promet la transparence », sur www.lepoint.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  19. Guerric Poncet, « Prism : Barack Obama a-t-il poignardé Google, Apple et Microsoft ? », sur www.lepoint.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  20. a et b Guillaume Belfiore, « OVH Summit : le cloud public d'Hubic s'enrichira de plusieurs nouveautés », sur www.clubic.com,‎ (consulté le 10 novembre 2013)
  21. Cédric Godart, « PRISM : vos données plus sûres à Roubaix ou dans la Silicon Valley? », sur www.latribune.fr,‎ (consulté le 10 novembre 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Services commerciaux équivalents[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]