Tidal (musique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tidal.
Tidal
Logo

Développeur Drapeau de la Norvège Aspiro (en)
Première version
État du projet actif
Environnement Microsoft Windows, Apple Mac OS X, Android, iOS, Windows Phone, MeeGo
Langues anglais
Type musique à la demande avec abonnement
Site web Tidal.com

Tidal (stylisé en TIDAL et anciennement Tidal Hi-Fi) est un système de streaming musical à la demande avec abonnement[1]. Il propose des chansons et des clips en haute qualité (les fichiers utilisent la compression de données audio sans perte). Il contient 40 millions de titres et 130 000 clips[2],[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Tidal est d'abord lancé en 2014 par la société Aspiro (en), uniquement en Suède. Le site a des accords commerciaux aussi bien avec des majors qu'avec des labels indépendants[4].

Début 2015, Aspiro est acquise par Project Panther Ltd., une société du rappeur américain Jay-Z[5] pour un montant de 56 millions de dollars[6].

Le , à New York, sur l'estrade du Moynihan Station[7], Jay-Z convie de nombreux artistes, tels que Beyoncé, Madonna, Daft Punk, deadmau5, Kanye West, Nicki Minaj, Rihanna, Usher ou Arcade Fire[8] pour présenter son service de streaming musical. La plate-forme compte aujourd'hui une vingtaine d'actionnaires et certains de ces artistes le sont devenus[7].

En avril 2015, trois semaines après le lancement, le PDG et vingt-cinq employés sont remerciés, la plateforme Tidal ne suscite pas suffisamment de succès[9]. Jay Z affirme que plusieurs compagnies dépensent des millions de dollars pour mener une campagne de dénigrement[10].

En janvier 2017, Sprint acquiert une participation de 33 % de Tidal pour 200 millions de dollars[11].

Le , Jay-Z publie son album en exclusivité son album sur le site, une semaine avant sa sortie en CD.

Contenu[modifier | modifier le code]

Tidal propose du streaming lossless en qualité standard (en FLAC à 44,1 kHz sur 16 bits), la qualité HD ne concernant que les formats 24 bits et 96 kHz minimum.

Contrairement à Deezer et Spotify, Tidal ne propose pas d'offre gratuite mais un abonnement à 19,99/mois, après un mois d'essai. Un abonnement en qualité standard (codec et débit non précisés) est également proposé pour 9,99€/mois[3].Tidal propose 75 000 vidéos en haute définition et 25 millions de titres en qualité CD.[6]

Tidal est un des seuls système de streaming musical à proposer des clip vidéos en qualité HD et des concerts exclusifs.

Description[modifier | modifier le code]

Dés son rachat par Jay-Z, celui-ci a lancé une opération de communication massive pour tenter d'exister face à ses rivaux Spotify et Deezer[6].

La promesse de Tidal est une meilleure redistribution pour les artistes et maisons de disques. Tidal fixe à 75 % la proportion des revenus reversés aux ayant droit là où Spotify place le curseur à 70 %[7].

Mais là où espère se distinguer Jay-Z, c'est dans la philosophie portée par le projet. « C'est une plate-forme qui appartient aux artistes », a-t-il expliqué au New York Times. « Nous traitons ces personnes pour qui la musique compte vraiment avec le plus grand des respects. » Ainsi, la majorité des parts de l'entreprise sont détenues par des artistes[6].

Disponible dans 46 pays, le service a annoncé, fin mars 2016, avoir atteint les 3 millions d'abonnés payants, loin de Spotify (près de 30 millions), d'Apple (13 millions) mais assez proche des 6,3 millions de Deezer (dont seuls 3 millions sont réellement actifs)[7].

Le rappeur américain Jay-Z a retiré la majeure partie de sa discographie du service de streaming musical Spotify. Il a retiré neuf de ses douze albums qui étaient disponibles sur la plateforme de streaming musical. On y trouve donc seulement ses trois premiers disques : Reasonable doubtIn My Lifetime et Hard Knock Life, ainsi que plusieurs singles ou best-of. Ce n’est pas la première fois qu’un(e) artiste fait le choix de supprimer ses contenus de la plateforme Spotify. En 2014, la chanteuse Taylor Swift retirait l’intégralité de son catalogue, considérant que le service ne rémunérait pas assez les artistes. De la même manière, l’album 25 d’Adele n’avait été diffusé sur aucun service de streaming musical pendant les sept mois qui ont suivi sa sortie[12].

Beyonce avait accordé à Tidal l’exclusivité de son album Lemonade, un choix qui a provoqué un véritable regain d’intérêt pour le Peer-to-Peer parmi les internautes avides d’écouter (sans payer) le nouvel album de la star[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jay Z lance Tidal, l’appli de streaming musical », sur http://ultraselect.fr/,
  2. (en) « Jay Z promotes 'artist-owned' music streaming brand », Nkojomensah, (consulté le 31 mars 2015)
  3. a et b « Tidal : du streaming lossless porté par Jay-Z et sa bande de stars », sur Clubic, (consulté le 31 mars 2015)
  4. (en) « Tidal launches in five more European countries », Music Week, (consulté le 23 mars 2015)
  5. (en) « Jay Z Buys the Music Streaming Firm, Aspiro », NY Times, (consulté le 23 mars 2015)
  6. a, b, c et d « Jay-Z présente Tidal, nouveau concurrent de Spotify et Deezer », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  7. a, b, c et d « Tidal, le défi lancé par Jay Z à Spotify et Apple », sur lesechos.fr, (consulté le 19 avril 2017)
  8. « PHOTOS. Jay-Z recrute des stars pour le lancement de Tidal, son service de streaming musical en ligne », sur Le Huffington Post (consulté le 31 mars 2015)
  9. Où l’on comprend pourquoi le bide de Jay Z était prévisible. Rue89 23 avril 2015
  10. Jay Z défend son service musical Tidal sur Twitter. 01net.com 27 avril 2015
  11. Sprint to buy a third of Jay Z's music streaming service Tidal, Anjali Athavaley, Reuters, 23 janvier 2017
  12. a et b Nelly Lesage, « Jay Z espère-t-il relancer Tidal en retirant ses albums de Spotify ? - Pop culture - Numerama », Numerama,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]