Steam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Steam (homonymie).
Steam
Logo

Image illustrative de l'article Steam

Développeur Valve Corporation
Première version
Dernière version API v018, Package 1522709999 ()
Écrit en C++ et Objective-C
Environnement Windows
OS X
GNU/Linux (support officiel pour SteamOS)[1]
iOS
Android
Langues Multilingue
Type Plate-forme de distribution en ligne
Licence Propriétaire / logiciel gratuit
Site web www.steampowered.com

Steam est une plateforme de distribution de contenu en ligne, de gestion des droits et de communication développée par Valve et disponible depuis le 12 septembre 2003. Orientée autour des jeux vidéo, elle permet aux utilisateurs d'acheter des jeux, du contenu pour les jeux, de les mettre à jour automatiquement, de gérer la partie multijoueur des jeux et offre des outils communautaires autour des jeux utilisant Steam.

Depuis octobre 2012, un service est consacré aux logiciels. Steam comptait en février 2015 plus de 125 millions d'utilisateurs[2] et en mars 2017 plus de 14 000 jeux.

Historique[modifier | modifier le code]

La fenêtre principale de l'ancien client Steam avec la vue sur les jeux.

Initialement, Steam est présenté en comme un système permettant de simplifier la diffusion de contenu[3]. Le client devait permettre l'automatisation de la mise à jour des jeux[4], notamment Counter-Strike, mais aussi, leur téléchargement. Il devait aussi remplacer le système multijoueur de Half-Life, WON, afin d'assurer une indépendance de Valve par rapport à son éditeur d'alors, Sierra. Le client fut lancé en version finale le [4]. Il connut de nombreux problèmes de surcharge des serveurs dus à l'affluence des joueurs souhaitant jouer à la dernière version de Counter-Strike[5].

Ces problèmes furent à nouveau sur le devant de la scène lors de la sortie de Half-Life 2, qui fut le premier jeu commercial à utiliser exclusivement Steam pour fonctionner : il fallait obligatoirement créer un compte Steam pour activer le jeu et ce dernier était irrémédiablement lié à ce compte Steam. Le grand succès du jeu a là aussi surchargé les serveurs et causé des problèmes d'activation du jeu au démarrage. Fin 2005, les premiers jeux tiers commencèrent à être vendus sur Steam. Ce fut le début d'une rapide accession en notoriété pour Steam en tant que plate-forme de distribution dématérialisée de jeux sur PC. De nos jours, la plupart des éditeurs de jeux vendent une grande partie de leurs titres sur Steam. Steam attire aussi les développeurs indépendants, qui y voient un bon moyen de réduire les coûts de fabrication et de distribution et de gagner en visibilité[réf. souhaitée].

En 2010, l'interface de Steam a été entièrement refondue et améliorée pour préparer l'arrivée sous Mac OS X[6]. C'est aussi l'occasion pour Valve de porter certains de ses jeux sous Mac. Le , Steam est victime d'un piratage informatique. Le lendemain, Valve confirme que des intrus ont eu accès à la base de données de la plate-forme, contenant noms, mots de passe, adresses et informations bancaires. Valve assure n'avoir « pas connaissance d'une récupération, par les intrus, des numéros de cartes bancaires chiffrés ou des informations personnelles, ni que ces informations aient été compromises » mais recommande tout de même à ses utilisateurs de changer leurs identifiants et de surveiller leurs comptes bancaires[7].

Le , un portage natif de Steam et du Source Engine sur les systèmes GNU/Linux est en cours ; elle est rendue publique le 14 février 2013. Cette version permet aux joueurs sur GNU/Linux de jouer à quelques jeux compatibles, dont en premier lieu Left 4 Dead, sans passer par Wine[8].

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Pour l'utilisateur, Steam se présente sous la forme d'un logiciel à télécharger et à installer sur son ordinateur, sur Microsoft Windows, Mac OS X ou GNU/Linux. Steam, dans une version plus limitée, est également disponible sur iOS et Android depuis janvier 2012. Ces applications permettent aux utilisateurs de se connecter à leur compte, d'accéder au magasin en ligne, de communiquer avec leurs amis et, bien sûr, de lancer les jeux installés via Steam. À noter que les jeux liés à Steam peuvent également être lancés par un raccourci dédié, mais cela a pour effet de lancer Steam si ce n'est pas déjà le cas. Lors de la première utilisation d'un jeu (pour activation), voire pour certains titres, à chaque utilisation, un certain nombre d'informations sont échangées avec les serveurs Steam. De ce fait, une connexion internet est nécessaire pour jouer à certains jeux.

La boutique Steam se présente comme n'importe quel site de commerce électronique et propose une large sélection de jeux vidéo et de logiciels à acheter. Elle est accessible aussi bien depuis le client Steam que depuis un navigateur web classique. Des soldes sont aussi organisées, en général en même temps que les périodes de soldes traditionnelles aux États-Unis, fin novembre[9] ou à la fin de l'année[10].

Il arrive aussi que pendant une période limitée, un jeu soit mis à disposition gratuitement à tous les joueurs, soit à des fins promotionnelles[11], soit pour un bêta-test public[12].

Services complémentaires[modifier | modifier le code]

Outils[modifier | modifier le code]

Steamworks[modifier | modifier le code]

Steamworks est un ensemble d'interfaces de programmation à destination des développeurs désirant intégrer des fonctionnalités de Steam, tels les succès, la recherche de serveurs multijoueurs, le système anti-triche, le système de gestion des droits numériques, Steam Cloud ou encore le contenu téléchargeable optionnel. Il permet aux développeurs tiers d'intégrer un jeu à Steam et leur évite d'avoir à recréer toutes ses fonctionnalités. La plupart des jeux utilisant Steamworks sont vendus sur Steam, mais tous les jeux vendus sur Steam n'utilisent pas forcément Steamworks et peuvent intégrer leur propre système de gestion des droits numériques ou des outils concurrents tels Games for Windows Live.

Steamworks a été adopté par un grand nombre de développeurs, tels que Infinity Ward, The Creative Assembly, etc. Epic Games l'a même intégré aux outils de développement de son moteur Unreal Engine.

Steam Cloud[modifier | modifier le code]

Steam Cloud permet de stocker des données d'un jeu sur les serveurs de Valve en plus de chez le client. Cela permet à l'utilisateur de conserver ses paramètres, par exemple, la configuration des touches du clavier dans un jeu ou les sauvegardes et de les retrouver d'une machine à l'autre.

Steam Greenlight[modifier | modifier le code]

Steam Greenlight est une rubrique annoncée le et lancée le permettant aux développeurs et éditeurs, pour la plupart indépendants, de proposer leurs jeux vidéo. Cette démarche permet de recenser l'avis de la communauté d'utilisateurs plutôt que celui d'une petite équipe en interne. Le vote repose sur un système de jauge, remplie par les votes positifs des utilisateurs de Steam. Les premiers jeux à avoir reçu le « feu vert » de la communauté sont annoncés le et le premier jeu est lancé le . À la date du , 42 jeux ont reçu le « feu vert » de la communauté et 14 ont été officiellement publiés sur le magasin Steam. Depuis le , les développeurs et éditeurs peuvent également proposer des logiciels et concepts.

Cependant, le Greenlight a suscité la controverse, beaucoup de jeux proposés n'étant que des canulars ou de la publicité, servant à dénoncer les dérives de Greenlight, soit dans le but de récolter de l'argent facile grâce à un bad buzz, principalement via les sites de partage vidéo (notamment pour Goat Simulator)[13].

Le 6 juin 2017, Valve annonce la fin du Steam Greenlight pour le remplacer par Steam Direct le 13 juin 2017. Pendant l'intervalle de temps, les développeurs ne pouvaient plus proposer de jeux à la communauté. Durant cette semaine de battement, les quelque 3 400 dernières requêtes de participations de Greenlight ont été traitées par l'équipe de Steam. Après 5 ans d'existence, l'initiative aura soulevé l'intérêt de plus de 10 millions d'utilisateurs pour un total de 90 millions de votes.

Steam Workshop[modifier | modifier le code]

Le Steam Workshop permet aux joueurs de partager du contenu qu'ils ont créé eux-mêmes (scénarios, mods, cartes, etc.) pour les jeux supportant cette fonctionnalité.

Marché Steam[modifier | modifier le code]

Le marché Steam est un marché virtuel sorti en version bêta le 12 décembre 2012 sur lequel les joueurs peuvent acheter et vendre des objets virtuels avec l'argent présent dans leur porte-monnaie. Les joueurs peuvent ajouter de l'argent à leur porte-monnaie en ajoutant de l'argent directement ou en vendant des objets sur le marché Steam. Présentement, il est possible d'y acheter des cartes d'échanges Steam pour créer des badges et des items pour des jeux tels que Team Fortress 2, Dota 2 et Counter-Strike: Global Offensive.

Le marché Steam a été monté sous la houlette de l'ex ministre des finances de la Grèce Yánis Varoufákis[14]. Ce dernier a été recruté par le PDG de Valve, Gabe Newell qui suivait le site de Varoufákis qui traitait notamment des mesures d'austérité imposées à la Grèce. Gabe Newell écrira : « En me débattant avec certains des problèmes les plus pointus posés par les balances des paiements, j'ai réalisé que c'était exactement la même situation qu'entre la Grèce et l'Allemagne – une idée qui ne me serait jamais venue si je n'avais pas lu votre [celui de Yanis Varoufákis] blog ».

Cartes Steam[modifier | modifier le code]

Les cartes Steam sont un système d'échanges de cartes permettant de gagner des cartes à collectionner dans certains jeux pour créer des badges. Ceux-ci permettent d'obtenir divers bonus (des émoticônes ou des arrière-plans de profil par exemple).

Steam Family Sharing[modifier | modifier le code]

En 2013, Valve ajoute SFS : un outil permettant de partager la majorité de ses jeux (ceux dont les développeurs le permettent) avec 10 ordinateurs différents ainsi que 10 utilisateurs sur ces ordinateurs.

Steam Home Streaming[modifier | modifier le code]

Ce service permet de diffuser un jeu en cours d'exécution sous forme de vidéo, par le biais d'une connexion internet. Il est possible de l'activer ou non via les paramètres de Steam. Cette option propose plusieurs réglages comme le débit ou la qualité de diffusion.

La diffusion est proposée gratuitement sur la plateforme Steam, sachant que d'autres systèmes en ligne proposent ce service avec des fonctionnalités plus poussées, et qui requièrent un compte utilisateur avec une licence payante.

Steam Awards[modifier | modifier le code]

En 2016, Valve lance ses propres récompenses de jeux vidéo, les Steam Awards. Huit catégories sont créées, plus quatre autres choisies par le public. La communauté a la possibilité de voter pour un jeu sur quatre sur chaque catégorie via Steam, pendant les soldes d'hiver, les jeux choisis étant sujets ensuite à de grosses promotions[15].

Controverses[modifier | modifier le code]

L'une des polémiques les plus importantes à laquelle Steam a fait face fait suite la mise en place en avril 2015 d'une boutique permettant d'acheter des mods (traditionnellement gratuits) sur laquelle Valve avait une commission de 75 % (bien plus élevée que pour les jeux)[16],[17].

En décembre 2012, Valve retire de la vente The War Z (aujourd'hui connu sous le nom de Infestation: Survivor Stories) suite à la grogne des acheteurs estimant que la fiche produit du jeu faisait une publicité mensongère[18].

En décembre 2014, le jeu Hatred, ultra-violent et accusé d'inciter à la haine raciale, malgré un plébiscite sur la plate-forme Greenlight, est évincé du réseau de distribution[19].

En juillet 2017, Valve censure le jeu House Party estimant qu'il contient du contenu pornographique, ce qui suscite la polémique[20].

En septembre 2017, la boutique Steam est bloqué en Malaisie sur ordre du gouvernement à cause du jeu Fight of Gods mettant en scène des combats de dieux issus des différentes croyances[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Steam’d Penguins, posté le 16 juillet 2012. Consulté le 8 août 2012
  2. (fr) « [Valve] 25 millions de nouveaux utilisateurs Steam, et de grosses annonces en prévision », journaldugamer.com
  3. (en) « The History of Valve »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur planethalflife.gamespy.com, le 19 novembre 2008. Consulté le 20 novembre 2012.
  4. a et b (en) « http://planethalflife.gamespy.com/fullstory.php?id=99674 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. (en) http://www.broadbandreports.com/shownews/32981.
  6. (en) Valve Launches Public Beta For New Steam UI, le 23 février 2010. Consulté le 20 novembre 2012.
  7. La plate-forme Steam victime d'une intrusion informatique, Le Monde.fr, 11 novembre 2011. Consulté le 12 novembre 2011.
  8. (fr) http://www.pcinpact.com/news/70463-steam-linux-valve-newell.htm.
  9. (en) The Steam Early Holiday Sale is On Now!, le 26 novembre 2009. Consulté le 20 novembre 2012
  10. (en) http://store.steampowered.com/news/3285/
  11. (en) Call of Duty: Modern Warfare 2 - Free Weekend, On Now! Extended!, le 10 avril 2010. Consulté le 20 novembre 2012
  12. (en) R.U.S.E Public Beta Coming March 9, Pre-Load Now, le 6 mars 2010. Consulté le 20 novembre 2012
  13. « Incarnez une pierre dans Rock Simulateur 2014, Comment enfoncer le clou de la remise en question du système Greenlight de Steam ? », sur Jeuxvideo.com
  14. « Ce que les jeux vidéo ont appris au nouveau ministre des finances de Grèce », sur Lemonde.fr, (consulté le 28 janvier 2015)
  15. « Steam Awards : découvrez les nominés par catégories », sur Always For Keyboard, (consulté le 31 décembre 2016)
  16. Kevin Hottot, Steam : Gabe Newell tente de calmer le débat autour des mods payants, 27 avril 2015, Next INpact.
  17. (en) Chloi Rad et Shawn Saris, 5 Reasons Why Valve's Paid Mod Workshop Failed, 28 avril 2015, IGN.
  18. Kevin Hottot, Suite à la grogne des joueurs, Valve retire WarZ de Steam, 19 décembre 2012, Next INpact.
  19. Damien Greffet, Hatred : Le jeu Polonais ultra violent a été banni de Steam, 16 décembre 2014, JeuxActu.
  20. Maxime Claudel, Pornographie ou humour ? Sur Steam, la censure du jeu House Party fait polémique, 31 juillet 2017, Numerama.
  21. daFrans, Steam bloqué en Malaisie à cause de Fight of Gods, 8 septembre 2017, Jeuxvideo.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]