Tënk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tënk est une plateforme SVoD (vidéo à la demande avec abonnement) dédiée aux documentaires d’auteur. Lancée en août 2016, Tënk est disponible en France (métropole et DOM-TOM), Suisse Belgique et Luxembourg. Tënk est basé à Lussas en Ardèche[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En août 2015, alors que Tënk est encore en cours de développement, ses gérants lancent une campagne de crowdfunding pour financer ses dernières phases de production[2]. La version bêta est lancée en juillet 2016, suivie d'un lancement officiel en août 2016[3].

En août 2016, Tënk lance un partenariat avec Mediapart et propose le visionnement d'un nouveau documentaire tous les 15 jours sur le site indépendant d'information[4].

En février 2018, alors que le site souffle sa 2e bougie, avec 600 documentaires diffusés et 6 800 abonnés (contre 4 800 en août 2017), Tënk ouvre de nouveau son capital. 85% de ses abonnés sont des personnes liées à la profession de la production de documentaires[5],[6]. Tënk signe aussi un partenariat avec la CFDT sur la production de 3 documentaires[7].

Description[modifier | modifier le code]

Tënk est un mot Wolof, langue sénégalaise, qui signifie « énoncer une pensée de façon claire et concise ».

Le projet rassemble 67 actionnaires, en grande majorité des professionnels de la filière[8]. Ils forment une SCIC avec un capital de 83 000 [9]. La SCIC SA Tënk, société coopérative d’intérêt collectif à forme anonyme et capital variable, est basée à Lussas.

La plateforme possède des partenariats avec des médias (Mediapart, Arrêt sur images, France Inter, France Culture) dans le but d'élargir l'accès donné aux documentaires diffusés. D'autres partenariats sont noués avec des institutions (Scam, Sacem) à des fins éditoriales[10],[11].

Tënk diffuse des documentaires d’auteur, parfois dits aussi « documentaires de création ». Le positionnement de Tënk est motivé par le constat que le documentaire d’auteur manque de diffuseurs depuis que les grandes chaînes ont arrêté de les produire. Il s’agit donc de mettre ces films à disposition en ligne pour en améliorer la visibilité[12],[13].

Le site propose en permanence environ 70 films. Chaque semaine, de nouveaux films entrent en programmation et chaque film reste visible pendant 2 mois. L’offre se renouvelle à raison d’environ sept nouveaux films chaque vendredi. Tous les documentaires demeurent référencés après leur diffusion. Certains sont accessibles en VOD au-delà de leur limite de diffusion.

Les films sont choisis par une équipe d’une vingtaine de programmateurs, avec à leur tête une équipe de coordination chargée de veiller à la cohérence de la programmation[14].

Programmation[modifier | modifier le code]

  • Histoire et politique : films sur la politique, au sens large, au cours de l’histoire.
  • Écoute : films qui mettent en avant un travail sonore plus approfondi que d’ordinaire.
  • Écologie : films portant sur des enjeux majeurs de l'écologie (alimentation, santé, énergie, climat, pauvreté, transports, déchets, pollution).
  • Fragment d’une œuvre : films d’auteurs reconnus de la profession, connus ou émergeants.
  • Brouillon d’un rêve (partenariat avec la Scam) : films ayant obtenu la bourse éponyme délivrée par la Société civile des auteurs multimédias.
  • Festival : films documentaires choisis dans les festivals de cinéma. Chaque programmation met un festival différent à l’honneur.
  • Cité : documentaires sur l’urbain et ses habitants dans toutes leurs diversités.
  • Docmonde : films issus de résidences d’écriture et de rencontres de coproduction organisées par l’association Docmonde dans sept régions du monde.
  • Premières bobines : films réalisés par des étudiants en école de cinéma. Chaque programmation met une école différente à l’honneur.
  • Grands entretiens : documentaires consacrés à la pensée et à la recherche, sous forme d’entretiens réalisés avec des universitaires, des chercheurs et des artistes.
  • Arts (partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication et le CNC via le fonds Images de la culture) : films sur le geste de création, la nature d’une œuvre.
  • Sciences : films sur la science et ceux qui la font.
  • Musique : films sur la musique, les compositeurs, les musiciens et les chanteurs.

Direction[modifier | modifier le code]

  • Pierre Mathéus : Directeur général[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lussas : le doc dans tous ses états », sur teleobs.nouvelobs.com
  2. « Tënk, la plateforme de documentaires de création lance une campagne de crowdfunding », sur Leblogdocumentaire.com,
  3. Cédric Mal, « La plateforme de SVOD documentaire « Tënk » est en ligne, avec déjà un millier d’abonnés », sur Leblogdocumentaire.com,
  4. « Tënk et Mediapart : 1 an de partenariat ! », sur Mediapart.fr,
  5. « Tënk : La plateforme de SVOD ouvre son capital pour poursuivre son développement », sur Leblogdocumentaire.fr,
  6. Olivier Barlet, « Tënk : le nécessaire envol d’un projet remarquable », sur Africultures.com,
  7. a et b Emma Mahoudeau Deleva, « Interview de Pierre Mathéus, Directeur Général de Tënk », sur Mediakwest.com,
  8. « Ils ont fait d'un village le royaume du documentaire », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2017)
  9. « Qui sommes-nous », sur tenk.fr
  10. « Tënk, la risposte du documentaire face au formatage de la télé », sur mediapart.fr,
  11. « TËNK : RALENTIR », sur arretsurimages.net
  12. « Tënk, le pari du doc en ligne », sur teleobs.com
  13. « Les documentaires d’auteur sont en VOD sur « Tënk » », sur Info-medias.com,
  14. « Lussas : comment un village d'Ardèche est devenu capitale du documentaire », @rrêt sur images,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2017)