Blood: The Last Vampire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Blood: The Last Vampire (film).
Blood: The Last Vampire

ブラッド ザ ラスト ヴァンパイア
(Buraddo Za Rasuto Vanpaia)
Type Shōnen
Genre action, horreur
Film d'animation japonais
Réalisateur
Producteur
Scénariste
Studio d’animation Production I.G
Aniplex
Compositeur
Licence (ja) Manga Entertainment
Durée 48 minutes
Sortie
One shot manga : Blood the Last Vampire 2002
Auteur Benkyo Tamaoki
Éditeur (ja) Kadokawa Shoten
(fr) Panini
Prépublication Drapeau du Japon Monthly Ace Next
Sortie
Roman : Blood: The Last Vampire: 闇を誘う血
Auteur Junichi Fujisaku
Éditeur (ja) Drapeau du Japon Kadokawa Shoten
Sortie
Roman : Blood, la nuit des prédateurs
Auteur Mamoru Oshii
Éditeur (ja) Drapeau du Japon Kadokawa Shoten
(fr) Génération Comics
Sortie
Roman : Blood: The Last Vampire: 上海哀儚
Auteur Junichi Fujisaku
Éditeur (ja) Drapeau du Japon Kadokawa Shoten
Sortie
Jeu vidéo
Éditeur Sony Computer Entertainment Japan
Développeur Production I.G
Sugar and Rockets (PS2)
Sony Computer Entertainment Japan (PSP)
Genre Horreur, Aventure
Plate-forme PlayStation 2 ()
PlayStation Portable ()
Évaluation CERO 12

Autre

Blood: The Last Vampire (2000) est un anime réalisé par Hiroyuki Kitakubo produit par le studio d'animation Production I.G.

Le film a été encensé pour son mélange d'éléments en 2D et 3D. Ce film est également remarqué pour l'utilisation des langues anglaise et japonaise. Il y a également eu certaines critiques sur sa courte durée, 48 minutes, entraînant un manque de développement des personnages. De nombreuses personnes se sont également plaintes que la couverture du DVD du film induit en erreur, annonçant un programme de 83 minutes ; ceci est techniquement vrai si vous regardez à la suite le film de 48 minutes et les 35 minutes de bonus qui suivent.

Intrigue[modifier | modifier le code]

Dans un Japon post-Seconde Guerre mondiale, Saya, une demi vampire, lutte contre des démons vampiriques.

L'histoire se déroule dans la base américaine de Yokota, située dans un Japon post-Seconde Guerre mondiale, quelques mois avant le début de la guerre du Viêt Nam. Son principal protagoniste est une fille nommée Saya, qui chasse des démons vampires (appelés Chiroptans) en utilisant un katana. Elle travaille pour le gouvernement américain.

Le titre du film implique qu'elle est la dernière vampire, et dans le film, on fait référence à Saya en tant que « la dernière originelle » (peut-être en référence à ce que l'on appelle les « vampires shinso » dans la fiction japonaise). Son mépris des humains est évident dès le début du film. Saya ne présente pas de faiblesse à la lumière, et bien que nous ne sachions pas si elle ne présente aucune des autres faiblesses généralement associées aux vampires, elle devient perturbée quand elle rencontre des symboles religieux (elle devient nerveuse en voyant une infirmière portant une petite croix, et manque d'étrangler un agent du gouvernement qui a prononcé "Jésus Christ"). Saya possède une force et des sens surhumains, mais également de l'astuce, des ressources et des compétences.

Personnages[modifier | modifier le code]

Les Chiroptans[modifier | modifier le code]

Dans le film, les Chiroptans (Chiroptériens en VF) peuvent prendre rapidement la forme de n'importe quel genre d'être humain. En fait, ils sont à la fois très sociaux sous forme humaine et sans pitié une fois leur véritable apparence retrouvée. Il semblerait que les Chiroptans aient des origines relativement proche de Dracula mais possèdent des facultés beaucoup plus sophistiquées que ce dernier. De toute évidence il est difficile de dresser des affirmations concrètes sur cette espèce redoutable pour l'homme.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Japonais Français
Saya Yūki Kudō
L'infirmière Saemi Nakamura
David Joe Romersa

Auteur / Adaptateur (VF) : Gilles Coiffard

Franchise et produits dérivés[modifier | modifier le code]

Après le succès culte du film, Production I.G a monté une franchise autour du film incluant des jeux vidéo, des nouvelles et un manga. Initialement prévus seulement pour le Japon, les nouvelles ont depuis été éditées en anglais en Amérique du Nord, et le manga est paru aux États-Unis puis en France (édité par Génération Comics).

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Kudō a repris le rôle de Saya dans un jeu pour PlayStation 2 en deux parties formant une suite à l'histoire, qui est sorti uniquement au Japon en 2000. Il présente la même qualité d'animation que le film, de nombreux nouveaux personnages, et une musique composée par Yuki Kajiura. Comme le jeu a été divisé sur deux disques (conduisant à un prix total de 6000¥), les ventes n'ont pas été aussi bonnes qu'escomptées. Fin 2005, lors de la diffusion de la nouvelle série d'animation Blood+ (c.f. ci-dessous), Production I.G et Sony ont annoncé la sortie d'un jeu sur un seul CD pour PS2 et PSP. Bien qu'au début il n'était pas certain que l'intention eut été de ré-éditer le jeu de 2000, ou de redévelopper une nouvelle aventure complète basée sur l'anime, les éclaircissements ont révélé que les deux scénarios s'étaient vérifiés. La ré-édition du jeu de 2000 sur PSP au Japon a débuté le 26 janvier 2006, en tant que 5e opus de la série de YaruDora de Production I.G.

Manga[modifier | modifier le code]

Le manga, intitulé Blood: The Last Vampire 2002, se situe à Yokohama. Il a été écrit et dessiné par l'artiste Benkyo Tamaoki.

Traduction en France : Panini France (avril 2003)

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Blood+.

En 2005, Production I.G a annoncé la création d'une série d'animation, Blood+, basée sur le film original. Celle-ci a lieu dans un univers alternatif, et ne suit donc pas les événements du jeu PS2 ou du manga, tous les deux étant des suites du film. La seiyuu de Saya pour cette série est une nouvelle venue, Eri Kitamura. Production I.G et Sony Computer Entertainment ont annoncé début décembre 2005 que le jeu vidéo Blood+, basé sur l'anime, sera distribué au Japon. Deux versions du jeu sont prévues, une pour PS2 et l'autre pour PSP, avec une date de sortie prévue pour le 31 décembre 2006. Il n'y a pour l'instant (juin 2006) aucune annonce d'une éventuelle diffusion en Amérique du Nord ou en Europe.

Film live[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Blood: The Last Vampire (film).

En mai 2006, Bill Kong, producteur du film Tigre et Dragon, encensé par la critique et acclamé par le public, a officiellement annoncé qu'il allait produire une adaptation en live-action, Ronny Yu (Freddy contre Jason) en étant le réalisateur. Finalement, Ronny passera la main à Chris Nahon pour la réalisation de Blood: The Last Vampire.

Romans[modifier | modifier le code]

Mamoru Oshii a écrit des romans sur l'univers de Blood. Le premier, Blood, la nuit des prédateurs, est édité en France par Génération Comics.

En 1969, Rei, étudiant activiste, est témoin de ce qui pourrait être un meurtre impliquant une fille avec un sabre japonais et deux occidentaux. Plus tard, un policier vient le trouver pour lui parler d'une enquête qu'il mène sur la disparition d'étudiants et la présence à chaque fois d'une fille nommée Saya dans le lycée fréquenté par les disparus. Rei et ses camarades ainsi que Gotoda, le policier, commencent leurs investigations pour connaître le fin mot de l'histoire d'autant qu'un de leurs amis serait la prochaine victime et qu'une nouvelle élève du nom de Saya serait arrivée à leur école.
L'histoire est centrée sur Rei, et Saya n'est présente qu'à de courts moments lors des quelques scènes d'action qui viennent couper les longs dialogues qu'aime lancer Gotoda.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Neal Baker, « The US-Japan Security Alliance and Blood : The Last Vampire », Journal of the Fantastic in the Arts, International Association for the Fantastic in the Arts, vol. 13, no 2 (50),‎ , p. 143-152 (JSTOR 43308577).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]