LaCinetek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

LaCinetek est une plateforme de vidéo à la demande dédiée aux films dits classiques (réalisés avant 2005), fondée par la réalisatrice Pascale Ferran et les réalisateurs Cédric Klapisch et Laurent Cantet. Son originalité est de proposer uniquement des œuvres sélectionnées par des cinéastes.

Présentation[modifier | modifier le code]

Lancée en en France [1], elle est disponible en Allemagne et Autriche depuis [2], et en Belgique et au Luxembourg depuis le [3].

Le projet est porté par une association loi 1901, La Cinémathèque des Réalisateurs, crée en , regroupant la Société des réalisateurs de films, Le Meilleur du Cinéma / UniversCiné (membres fondateurs), Arte, l'Institut national de l'audiovisuel, la Cinémathèque de Toulouse, la Société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs, Lobster Films, StudioCanal, la Cinémathèque française, le Centre Pompidou, la Deutsche Kinemathek ainsi que cinq réalisateurs : Pascale Ferran, Cédric Klapisch, Laurent Cantet (membres fondateurs), Olivier Assayas et Bertrand Bonello.

Alain Rocca, ancien président de Le Meilleur du Cinéma / UniversCiné fait également partie des membres fondateurs.

Le catalogue de LaCinetek propose plus de 1 300 films du début de l'histoire du cinéma jusqu'en .

Principe[modifier | modifier le code]

Chaque mois, un réalisateur propose la liste des 50 films qu'il recommande. La liste est publiée sur le site qui le propose à la location ou à l'achat lorsque les droits sont acquis[4],[5].

78 réalisateurs ont donné leur liste :

Maren Ade, Dario Argento, Olivier Assayas, Jacques Audiard, Nabil Ayouch, Bertrand Blier, Bertrand Bonello, Bong Joon-ho, Robin Campillo, Laurent Cantet, Leos Carax, Alain Chabat, Damien Chazelle, Clément Cogitore, Catherine Corsini, Costa-Gavras, Luc et Jean-Pierre Dardenne, Raymond Depardon, Arnaud Desplechin, Jacques Doillon, Atom Egoyan, Amat Escalante, Pascale Ferran, William Friedkin, Christophe Gans, Miguel Gomes, Yann Gonzalez, James Gray, Robert Guédiguian, José Luis Guerín, Alain Guiraudie, Mahamet-Saleh Haroun, Jessica Hausner, Todd Haynes, Michel Hazanavicius, Christoph Hochhäusler, Agnès Jaoui, Jean-Pierre Jeunet, Aki Kaurismäki, Naomi Kawase, Lodge Kerrigan, Cédric Klapisch, Hirokazu Kore-Eda, Gérard Krawczyk, Kiyoshi Kurosawa, Nadav Lapid, Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Claude Lelouch, Noémie Lvovsky, Patricia Mazuy, Nanni Moretti, Luc Moullet, Cristian Mungiu, Olivier Nakache et Eric Toledano, François Ozon, Christian Petzold, Park Chan-wook, Nicolas Philibert, Bruno Podalydès, Lynne Ramsay, João Pedro Rodrigues, Christian Rouaud, Ira Sachs, Pierre Salvadori, Riad Sattouf, Marjane Satrapi, Jerry Schatzberg, Céline Sciamma, Martin Scorsese, Bertrand Tavernier, Joachim Trier, Agnès Varda, Paul Verhoeven, Apichatpong Weerasethakul, Wim Wenders, John Woo.

Depuis , LaCinetek propose également Les films de leur vie, une rubrique dans laquelle sont publiées les listes de réalisateurs disparus. François Truffaut est le premier réalisateur dont la liste a été publiée dans cette section. Elle se base sur les films qu'il cite dans son livre Les Films de ma vie publié le chez Champs Arts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance du projet[modifier | modifier le code]

En sortant d’une réunion à la Société des Réalisateurs de Films en 2013 où Alain Rocca, alors président de Le Meilleur du Cinéma / UniversCiné était invité à venir parler de cinéma et de vidéo à la demande, trois réalisateurs : Pascale Ferran, Cédric Klapisch et Laurent Cantet, l'ont interpelé sur le manque d’offres légales pour les films dits « de patrimoine ».

Nostalgiques du Ciné-club proposé par la télévision jusque dans les années 90, ils ont évoqué leur difficulté à revoir les films importants de l'histoire du cinéma.

Alain Rocca a alors parlé du projet qu’avait UniversCiné depuis plusieurs années d’ouvrir un label dédié aux grands classiques sans savoir comment l'éditorialiser[6].

Le principe du projet était ainsi posé : les réalisateurs choisiraient les films à travers un système de listes de films qu'ils recommandent et ils proposeraient des bonus pour accompagner la lecture des œuvres.

Lancement du site[modifier | modifier le code]

Le site est lancé le à la Gaîté-Lyrique à Paris, en présence de Fleur Pellerin alors Ministre de la culture, des cinéastes Pascale Ferran, Cédric Klapisch, Laurent Cantet, Agnès Varda, Christian Rouaud, Costa-Gavras, Michel Hazanavicius, Jean-Pierre Jeunet, Céline Sciamma, Christophe Gans et Laurent Vallet, Président de l'INA[7].

Trésors cachés[modifier | modifier le code]

En , LaCinetek lance la rubrique Trésors cachés qui permet à des institutions cinématographiques telles que la Cinémathèque française, la Cinémathèque de Toulouse, Lobster Films, l'INA, et la Deutsche Kinemathek depuis , de proposer des films plus confidentiels issus de leurs collections[8].

Mise en place d'une offre par abonnement[modifier | modifier le code]

Le , LaCinetek lance une offre par abonnement sur le principe d'une sélection de dix films choisis autour d'une thématique et disponibles durant un mois. Une personnalité du monde de la culture présente l'un des dix films de chaque sélection[9],[10].

Thématiques[modifier | modifier le code]

2018[modifier | modifier le code]
  • Premiers Films (septembre)
  • Boys meet girls (octobre)
  • Eternelle adolescence (novembre)
  • Les Chemins de l’enfance (décembre)
2019[modifier | modifier le code]
  • Intimité (janvier)
  • Affaires de famille (février)
  • Histoires d’Histoire (mars)
  • Au travail ! (avril)
  • L’art au 7ème art (mai)
  • Précurseurs (juin)
  • Femmes Femmes (juillet)
  • Invitation au voyage (août)
  • Amitiés (septembre)
  • Le Temps réinventé (octobre)
  • Borderline (novembre)
  • Un animal, des animaux (décembre)
2020[modifier | modifier le code]
  • En ville (janvier)
  • À table ! (février)
  • Au cœur de la nuit (mars)
  • Double je (avril)
  • Révoltes & Révolutions (mai)
  • En piste ! (juin)
  • Au fil de l'eau (juillet)
  • Récits d'apprentissage (août)
  • En musique ! (septembre)
  • Politique (octobre)
  • Tours et détours : sur la route (novembre)
  • Aventure et féérie (décembre)

Invités[modifier | modifier le code]

Ouverture en Allemagne et Autriche[modifier | modifier le code]

LaCinetek lance son site en Allemagne et Autriche le à Berlin lors de la 69ème édition de la Berlinale, en présence des réalisateurs Wim Wenders, Christoph Hochhäusler, Cédric Klapisch, Laurent Cantet et des réalisatrices Jutta Brückner et Ula Stöckl[2],[11]. À cette occasion, la Deutsche Kinemathek devient le premier membre non-français de l'association.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuelle Jardonnet, « LaCinetek, la cinémathèque idéale des cinéastes en VoD », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 18 décembre 2019)
  2. a et b « Berlin 2019 - LaCinetek débarque en Allemagne et en Autriche », sur Le Film Français (consulté le 18 décembre 2019)
  3. Marion Jaumotte, « Bonne nouvelle: la Cinetek des réalisateurs débarque enfin en Belgique ! », rtbf.be,‎
  4. « Revisite tes classiques avec Martin Scorsese », sur Le Bonbon, (consulté le 18 décembre 2019)
  5. « Voici les 50 films conseillés par Dario Argento sur LaCinetek », sur Konbini - All Pop Everything : #1 Media Pop Culture chez les Jeunes (consulté le 18 décembre 2019)
  6. « La Cinetek : la plateforme VOD qui fait de nous des cinéphiles », sur Télérama.fr (consulté le 18 décembre 2019)
  7. « Michel Hazanavicius, Jean-Pierre Jeunet, Costa Gavras, Agnes Varda... », sur Getty Images (consulté le 18 décembre 2019)
  8. « LaCinetek arrive sur Freebox, avec un système de location multi-écrans », sur Freenews, (consulté le 18 décembre 2019)
  9. « Laurent Cantet lance dix vieux films pour 2,99 euros par mois : "LaCinetek, c'est l'anti-Netflix" », sur Marianne, (consulté le 18 décembre 2019)
  10. « LaCinetek : du grand cinéma recommandé par les cinéastes » (consulté le 18 décembre 2019)
  11. (de) TV Spielfilm Online, « Konkurrenz für Netflix: Neuer Streamingdienst für Filmklassiker », sur TV Spielfilm Online (consulté le 18 décembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]