Prix libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le commerce
Cet article est une ébauche concernant le commerce.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Le prix libre est un mode de paiement qui consiste à laisser à l'acheteur le libre choix du montant qu'il va donner pour un produit ou un service.

Le prix libre est notamment pratiqué dans les milieux alternatifs, anarchistes et altermondialistes. Il est considéré comme une forme de lutte contre le capitalisme, sans pour autant imposer une rupture avec le concept de monnaie. En effet celui-ci permet de vendre l'objet au prix que l'acheteur lui attribue, exempt de tout souci de rentabilité ou de bénéfices ou de la valeur du travail qui y est incorporée.

Le prix libre dans une optique libertaire[modifier | modifier le code]

Le prix libre peut dans certains cas être mis en place à des fins de justice et d'égalité sociales : c’est le prix qu’on estime juste en fonction de ses moyens[1]. Par exemple, dans le cas de la vente d'un objet culturel (livre, tableau, etc.), le prix libre peut être l'expression d'une volonté de mettre la culture à la disposition de tous.

Le client peut donner moins que le prix coûtant, mais, en théorie, il peut aussi donner plus, dans l'optique d'aider la poursuite de l'activité[réf. nécessaire].

Ce système a été utilisé, notamment, pour la cantine des rassemblements Nuit debout en 2016 en France[1].

Ce système est utilisé dans le monde associatif français, notamment dans certains ateliers vélo d'autoréparation.

Le prix libre sur Internet[modifier | modifier le code]

Le prix libre est également proposé comme méthode de rémunération des artistes et des producteurs de contenu par les adeptes d'un assouplissement du droit d'auteur sur Internet. Il est notamment populaire parmi les supporters du Parti pirate. Le prix libre peut être perçu comme une alternative à la publicité. Il est notamment popularisé par le blogueur Lionel Dricot qui a rendu son blog payant[2] à travers la plateforme de prix libre Flattr.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Luc Peillon, Emmanuèle Peyret, Virginie Ballet, Amandine Cailhol, « Ce que retient la nuit », Libération,‎ (lire en ligne).
  2. Ce blog est payant

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]