Library Genesis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Logo de Library Genesis

Adresse bkdscr.se
gen.lib.rus.ec
libgen.is
93.174.95.27 (direct)
Description moteur de recherche
Slogan Non
Langue anglais
Classement Alexa en augmentation 4,201 Global
(pour le site miroir gen.lib.rus.ec)

Library Genesis ou LibGen est un moteur de recherche d'articles et livres scientifiques qui facilite l'accès aux contenus soumis à un péage[1]. Il diffuse notamment les fichiers PDF du portail Web ScienceDirect d'Elsevier[2].

Des maisons d'édition, dont Elsevier, accusent LibGen de fournir aux pirates un accès à des articles et des livres protégés par copyright. Toutefois, ces maisons d'édition ont été accusées d'agir de façon immorale parce que beaucoup de ces documents ont été produits par des personnes subventionnées par l'État, dont des professeurs[2].

Poursuite par Elsevier[modifier | modifier le code]

En 2015, la société Elsevier engage une poursuite judiciaire contre LibGen, l'accusant de fournir un accès illégal à des contenus protégés par copyright[2]. Cependant, LibGen serait à la fois enregistré en Russie et aux Pays-Bas, ce qui ne permet pas d'établir quel régime judiciaire s'applique[2],[3] ; le défendeur n'a pas indiqué son intention de se faire représenter devant une cour américaine[2]. Plusieurs fournisseurs d'accès à Internet (FAI) britanniques bloquent l'accès au moteur de recherche[4], mais leur filtre utilise le Domain Name System (DNS) (un service de traduction de noms de domaine en adresses IP) et les internautes peuvent contourner cette restriction[2]. Fin , une district court américaine a ordonné à LibGen de suspendre son service et d'abandonner l'un de ses noms de domaine (libgen.org)[5], mais le site peut être consulté autrement (http://gen.lib.rus.ec/) [6],[7].

Le , le tribunal de grande instance de Paris ordonne aux principaux FAI français d’en bloquer l'accès[8].

Archives[modifier | modifier le code]

En , Library Genesis affirme publier plus de 2,4 millions de livres de non-fiction, 80 millions d'articles scientifiques, 2 millions de fichiers de comics, 2,2 millions de livres de fiction et 0,4 million de magazine[9]. En 2017, il aurait servi 200 millions de téléchargements par jour aux internautes du monde entier[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Guillaume Cabanac, « Bibliogifts in LibGen? A study of a text-sharing platform driven by biblioleaks and crowdsourcing: Bibliogifts in LibGen? Study of a Text-Sharing Platform Driven by Biblioleaks and Crowdsourcing », Journal of the Association for Information Science and Technology, vol. 67, no 4,‎ , p. 874–884 (DOI 10.1002/asi.23445, lire en ligne [PDF], consulté le 10 janvier 2020)
  2. a b c d e et f (en) David Glance, « Elsevier acts against research article pirate sites and claims irreparable harm » (consulté le 5 octobre 2015).
  3. (en) Henry Mance et Media Correspondent, « Publishers win landmark case against ebook pirates », Financial Times,‎ (ISSN 0307-1766, lire en ligne, consulté le 5 octobre 2015).
  4. (en) « UK ISPs must block ebook pirate sites », sur Wired UK (consulté le 5 octobre 2015).
  5. (en) « Court Orders Shutdown of Libgen, Bookfi and Sci-Hub », (consulté le 5 novembre 2015).
  6. (en) « Pirate research-paper sites play hide-and-seek with publishers », sur Nature News & Comment (consulté le 6 décembre 2015).
  7. (en) « Sci-hub, bookfi and libgen resurface after being shut down », TorrentFreak, (consulté le 7 janvier 2016).
  8. « Jugement TGI de Paris du 7 mars 2019 sur le blocage de Sci-Hub/LibGen - LinuxFr.org », sur linuxfr.org (consulté le 3 avril 2019)
  9. « LibGen.lc Home Page » [archive du ], sur LibGen.lc, Library Genesis (consulté le 28 juillet 2019)
  10. (en) Joe Karaganis et Balazs Bodo, « Analysis | Russia is building a new Napster — but for academic research », sur Washington Post (consulté le 9 octobre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]