Université Rennes-II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Université Rennes II)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Université de Rennes 2
Nom admin. : université Rennes-II
Logo univ-rennes2-2016.svg
Histoire et statut
Fondation
Type
Université (EPSCP)
Forme juridique
Président
Olivier David (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Rennes
voir sur la carte de Rennes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
20 687 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif
741 (), 603 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
753[3]
Budget
106 millions d'€[2]2013
Divers
Membre de
Site web

L’université de Rennes 2, dont le nom administratif est Rennes-II[b] est, avec l’université de Rennes 1, l’une des deux universités rennaises. Elle a été créée en 1969, issue de l’ancienne faculté de lettres de l’université de Rennes dont l’origine remonte à la création de l’université ducale de Bretagne en 1460 à Nantes.

Son campus principal est situé au nord ouest de Rennes dans le quartier de Villejean, comme l’autre campus situé à La Harpe. Une antenne, qu’elle partage avec l’université de Rennes 1, est située depuis 1991 à Saint-Brieuc sur le campus Mazier. Elle dispose également d'une implantation sur le campus de Ker Lann à travers l'un de ses laboratoires.

L’université est spécialisée dans les langues (étrangères et bretonne), les sciences humaines, les sciences sociales, le sport, les arts et la communication. Au total, elle forme 24 000 étudiants[6] (janvier 2016), répartis dans ses trois campus, dont 3 000 étudiants étrangers[7]. C'est le plus grand pôle de recherche et d’enseignement dans le domaine des sciences humaines et sociales dans l’ouest de la France[c].

Les activités de l’université sont visibles au-delà de ses murs, notamment par les Presses universitaires de Rennes dont elle est à l’origine, par les activités du PRES Université européenne de Bretagne[4] dont elle est cofondatrice, mais aussi par ses activités culturelles liées à celles de la ville de Rennes, notamment par l’accueil de festivals, ou par les activités de l'auditorium du Tambour.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation de l'université de Bretagne[modifier | modifier le code]

François II, duc de Bretagne.

L’université de Bretagne est fondée à Nantes par Bertrand Milon le 4 avril 1460, à l’initiative du duc François II de Bretagne, et ce par une bulle du pape Pie II, donnée à Sienne[8]. Celle-ci incarne le vœu de François II d’affirmer son indépendance vis-à-vis du roi de France[9], alors qu’aux abords du duché à Angers en 1432, Poitiers en 1432 et Bordeaux en 1441 s’ouvrent des universités. Créée sous la forme d’un studium generale, cette université peut enseigner toutes les disciplines traditionnelles : arts, théologie, droit et médecine. La population étudiante entre la fin du XVe siècle et durant les deux siècles suivants croît pour atteindre le millier voire 1 500 étudiants[9], selon les estimations les plus hautes.

Au début du XVIIIe siècle, l’université rentre dans une phase de déclin[9]. Nantes est tout entière tournée vers le commerce (commerce triangulaire à Nantes) et ses élites s’intéressent peu à cette institution. Le poids de Rennes pour les affaires politiques grandit à l’époque avec la tenue du Parlement de Bretagne dans ses murs depuis 1709. Ainsi, en 1728, le maire de Nantes peut écrire que :

« L’université bretonne serait mieux placée à Rennes, pays de lettres, qu’à Nantes où l’on ne respire que le commerce. »

— Gérard Mellier, maire de Nantes[9].

Par conséquent, la faculté de droit est effectivement transférée à Rennes en 1735 où est déjà présent le palais du Parlement de Bretagne. Les facultés de lettres, de théologie et de médecine sont conservées à Nantes, mais celle de médecine était déclinante, et celle de théologie minée par l’influence du jansénisme[9]. La Révolution signe la fin des universités d’Ancien Régime. En 1793, la Convention nationale ordonne la suppression de toutes les universités et facultés.

Essor des facultés à Rennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université de Rennes.
L’ancien palais universitaire de l’université de Rennes, actuel musée des Beaux-Arts.

En 1806, Napoléon Ier réorganise l’ensemble du système d’enseignement français en instituant l’Université impériale, la faculté de droit est rétablie à Rennes. Nantes est oubliée par ce décret, une université sur son territoire n’ouvre qu'à la suite d'un décret du [10].

En 1810, une faculté des lettres est créée également à Rennes[8] avec, à partir de 1839, cinq chaires (littérature française, littérature ancienne, littérature étrangère, histoire, philosophie). Une faculté des sciences est créée, toujours à Rennes, en 1840. Ces trois facultés restent sans lien institutionnel entre elles jusqu’à la création en 1885 d’un Conseil des facultés qui prend en 1896 le nom d’université de Rennes[8]. Au milieu du XIXe siècle, l’ensemble de ces facultés sont rassemblées dans le palais universitaire situé quai Émile Zola. Elles sont ensuite éparpillées dans le centre-ville. C’est ainsi que la faculté de lettres s’installe, en 1909, dans l’ancien séminaire acquis par la ville qui jouxte la place Hoche[11]. En 1954, l’école de médecine et pharmacie devient faculté de médecine. Jusqu’en 1969, l’université de Rennes comprend donc quatre facultés : droit, lettres, sciences, médecine.

Anciens bâtiments de la faculté de lettres.

Dès la Libération, le recteur de l’académie de Rennes envisage de rassembler les trois facultés rennaises et l’école de médecine et pharmacie sur un même site, au lieu-dit Villejean[12]. En 1950, lorsque la municipalité commence l’aménagement du quartier de Villejean, elle le conçoit comme un quartier réservé au développement universitaire. La hausse du nombre d’étudiants à cette époque impose le déménagement des bâtiments de la place Hoche. Les nouveaux locaux sont annoncés en 1961[12] alors que l’université fête la même année son 500e anniversaire[13]. Les travaux commencent en 1963[14]. Le complexe universitaire est conçu selon l’organisation des études à l’époque : la première année est commune et la spécialisation se fait les années suivantes. Un long bâtiment est donc prévu pour accueillir les étudiants de première année, alors que d’autres plus petits sont censés accueillir ces mêmes étudiants une fois la première année passée[12]. Entre l’annonce du nouveau campus en 1961 et l’inauguration en 1969, les étudiants passent de 2 400 à 6 613[12]. En 1967, les étudiants de la faculté de lettres font leur première rentrée dans un campus encore en chantier. Les observateurs d’alors sont élogieux pour le nouveau campus « L’édifice central est allongé interminablement. L’effet est singulier de ces mille fenêtres au cadre bleu foncé. En réalité, les murs ne sont que fenêtres. Cette faculté sera une maison de verre. »[12]. Les évènements de mai 68 remettent en cause l’ancienne organisation de l’université et les différents facultés doivent revoir leur organisation[15]. À Rennes, les évènements ont affecté les relations entre les différentes facultés, et la scission de l’université de Rennes en plusieurs entités s’impose.

Scission de l'université de Rennes[modifier | modifier le code]

Les premiers bâtiments de l’université, avec leurs moulures en béton caractéristiques.

En 1969, un décret d’application de la loi Faure consacre la création de deux universités à Rennes (universités de Rennes 1 et de Rennes 2)[1]. L’ancienne faculté de lettres sert de base pour la naissance de la nouvelle université ; cette dernière récupère les enseignements des chaires de la faculté à l’exception de celle de la philosophie, rattachée à Rennes 1, mais récupère les enseignements de sports, créés ex nihilo en 1972[16]. À l’est de la ville, Beaulieu accueille les composantes issues de l'ancienne faculté de sciences, ainsi que la philosophie. Les composantes issues de la faculté de droit restent dans le centre-ville de Rennes. À l’ouest, le campus de Villejean est consacré aux langues, aux sciences artistiques, humaines, sociales et au sport. La faculté de médecine, composante de Rennes 1, est contigüe à Rennes 2 et se situe au pied du plus grand complexe hospitalier de Bretagne : le centre hospitalier universitaire de Pontchaillou.

L’organisation en chaires laisse sa place à une organisation en onze unités d’enseignement et de recherche[17] (UER), puis à partir de 1985[18] en une organisation en unités de formation et de recherche (UFR), qui compte alors vingt composantes, y compris l’Institut universitaire de technologie de Vannes[17]. Cette organisation est revue en 1993[19] pour ne plus compter que cinq UFR.

L’université connaît une phase de croissance à partir des années 1990. En 1991, le campus Mazier à Saint-Brieuc voit l’installation d’une antenne délocalisée de l’université de Rennes 2 avec des formations en histoire et en administration économique et sociale puis des enseignements de géographie en 1993. L’université continue sa croissance la même année avec l’inauguration d’un nouveau campus à La Harpe, et avec l’ouverture d’un nouveau bâtiment destiné à l’enseignement des langues étrangères[20]. L’essor des campus de Vannes et de Lorient aboutissent en 1995 à la création d’une université nouvelle, l’université Bretagne-Sud. En , le campus de Villejean est connecté au métro VAL[21] avec sa station « Villejean-Université » jouxtant la présidence de Rennes 2. L’université, jusqu’à cette date excentrée et périphérique, est accessible du centre-ville en moins de cinq minutes.

Depuis la fin des années 2000, les deux universités Rennes 1 et Rennes 2 réfléchissent à fusionner pour créer une seule et même université rennaise[22]. Cette dualité n’est pas unique en France, mais la tendance serait plutôt à la réunion afin d’obtenir une meilleure visibilité internationale ainsi qu’une mutualisation des moyens. Bertrand Fortin et François Mouret, alors respectivement présidents de Rennes 1 et Rennes 2, se sont montrés partisans d’une réunification, resserrant les liens et cultivant les partenariats. Si la fusion, envisagée pour 2016[23]. En , Rennes 1 et Rennes 2 ont confirmé un projet de fusion qui sera effectif en 2016. L'objectif sera de proposer une offre de formation et de recherche attractive, cohérente, pluridisciplinaire et innovante[24]. En , à la suite d'une vague de démissions survenue au mois de janvier au sein du conseil d'administration entrainant le départ du président Jean-Émile Gombert au sujet de désaccords internes sur le projet[25], de nouvelles élections ont élu un nouveau président, Olivier David, le , qui a confirmé que le processus de fusion était désormais enterré[26].

En attendant une éventuelle fusion avec l’université de Rennes 1, les universités et écoles bretonnes se sont associées en 2006 dans le cadre d’un PRES afin de mettre en avant la recherche bretonne. Cette association est l’université européenne de Bretagne[4]. Un des aspects de cette association est la signature commune de la recherche. Ainsi les publications seront signées sous le nom de l’UEB. Le but est de permettre une meilleure visibilité internationale aux établissements bretons. L’université est passée à l’autonomie au [27].

Les présidents de l’université Rennes 2[modifier | modifier le code]

Depuis la création de l’université, dix présidents se sont succédé à la tête de l’établissement. Le président actuel de l’université est Olivier David. Il succède ainsi à Jean-Émile Gombert. Son mandat a pris effet à compter du [28].

Le bâtiment P, la présidence, siège de l’administration de l’université.

Liste des présidents de l’université de Rennes de 2 :

René Marache[29] 1970–1975
Michel Denis[30] 1976–1980[d]
Jean-François Botrel[31] 1982–1986
Jean Mounier[32] 1986–1991
André Lespagnol[33] 1991–1996
Jean Brihault[33] 1996–2001
François Mouret[34] 2001–2006
Marc Gontard[34] 2006-2010
Jean-Émile Gombert[35] 2011-[36]
• Olivier David[26] -en cours

Structure[modifier | modifier le code]

Conformément au code de l'éducation qui fixe l’organisation légale des universités publiques en France, Rennes 2 se compose d’UFR (parfois appelées facultés). D’autres services n’offrent pas de formations mais concourent à l’activité de l’université et disposent de statuts variés. Il en existe une vingtaine à Rennes 2[37], ils peuvent avoir une visibilité extérieure assez importante en raison de leurs activités.

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

Entrée de l'UFR langues.

L’université est structurée autour de cinq composantes de formation et de recherche[38]. Elles ont la charge de la formation des étudiants, mais aussi d’une partie des activités de recherche via des laboratoires de recherche et des instituts. Certains de ces derniers peuvent être communs à d’autres établissements d'enseignement et de recherche. L’accession en premier cycle se fait de droit pour tous les titulaires d’un baccalauréat ou d’un titre équivalent.

Écoles doctorales[modifier | modifier le code]

Vue sur les bâtiments B et D de Louis Arretche.

L’université héberge deux écoles doctorales, l’école doctorale « sciences humaines et sociales » (SHS) et l’école doctorale « arts, lettres, langues » (ALL). Elles sont issues de la restructuration des deux anciennes écoles doctorales de l’université, et accréditées sous leurs formes actuelles depuis 2008[40]. Celles-ci fonctionnent en réseau avec l’université de Bretagne Sud et l’université de Bretagne occidentale, ces dernières étant coaccréditée, et Rennes 2 étant l’établissement de tutelle[41]. Elles ont la charge du suivi des étudiants en troisième cycle universitaire, mais aussi de la gestion des habilitations à diriger des recherches. En 2005, 88 thèses ont été soutenues[42], sur un total d’un demi millier de doctorants inscrits. Les thèses sont depuis 2008 présentées sous l’autorité du PRES université européenne de Bretagne[43], le PRES regroupant les établissements d’enseignement supérieur de la région. L’université est aussi membre de quatre collèges doctoraux internationaux qui permettent la mise en place de cotutelle de thèses, les collèges doctoraux franco-algériens, franco-brésiliens, franco-chinois, et franco-japonais[44].

L’école doctorale sciences humaines et sociales est dirigée par Vincent Dubreuil, et l’école doctorale arts, lettres, langues par Jean-Marc Poinsot.

Service universitaire d'enseignement à distance[modifier | modifier le code]

Liste des directeurs du SUED
1964 - 1969 Charles Lecotteley
1969 - 1975 Michel Rousse
1975 - 1979 Claude Nières
1979 - 1985 Hermann Affolter
1985 - 1988 Michèle Touret
1988 - 1993 Hermann Affolter
1993 - 1999 Albert Foulon
1999 - 2000 Jacques Degouys
2000 - 2005 Olivier David
2005 - 2008 Irène Langlet
2008 - 2015 Jacques Carpentier
2015 - Yvonnick Noël

Le service universitaire d’enseignement à distance a la charge des enseignements de premier et deuxième cycle des étudiants qui ne peuvent suivre leurs cours sur le campus. Depuis 1964, il dispense des formations universitaires (diplômantes et non diplômantes) aux étudiants concernés. D’une centaine de personnes à ses origines, le nombre d'étudiants est passé à 800 en 1975, avant d’atteindre en 2009 environ 1 500 étudiants résidant dans le Grand Ouest voire au-delà. Les formations dispensées sont passées durant la même période de trois spécialités (anglais, histoire et lettres) à une douzaine actuellement.
Dépendant initialement de l’université de Rennes et situé place Hoche, le SUED (alors SED) assurait son enseignement par la diffusion plusieurs soirs par semaine par tranches de deux heures de cours enregistrés dans les studios de Radio-Bretagne, avenue Janvier. Après la scission de l’université, son nouveau directeur, Michel Rousse, obtient du ministère des crédits pour l’installation d’un studio d’enregistrement propre à l’université sur le campus de Villejean. En 1998, les studio SUED aménagent dans le bâtiment des langues, nouvellement construit, l’ancien studio étant légué à Radio Campus Rennes, association étudiante qui l’utilisera jusqu’à son déménagement dans le bâtiment EREVE en 2004. Entretemps, le reste des activités du SUED a été transféré sur le campus de la Harpe en octobre 1992, par la volonté du président André Lespagnol d’y créer un pôle publics adultes. Le service s’ouvre à de nouvelles technologies, proposant ses enseignements sous la forme de vidéos, puis par la diffusion de celles-ci via internet. Depuis sa création, dix directeurs se sont succédé à sa tête[29].

Par le nombre de ses étudiants, il se situe au cinquième rang parmi les vingt-trois centres universitaires de télé-enseignement français. Il occupe une place importante dans la région du Grand Ouest, puisqu’il propose des formations que n’offrent pas les SUED des autres universités de la zone comme celle de Nantes, ou celle de Caen[réf. nécessaire].

Début 2017, le SUED est transformé en service universitaire de pédagogie (SUP)[45].

Service commun de documentation[modifier | modifier le code]

La bibliothèque universitaire centrale.

Le service commun de documentation (SCD) gère l’ensemble des fonds documentaires de l’université. Il a été créé le 25 juin 1990 par le Conseil d’administration de l’université[46], pour prendre la suite de l’ancienne bibliothèque interuniversitaire de Rennes, qui a été partagée entre les université de Rennes 1 et de Rennes 2 en la même année[47]. Ceux-ci sont accessibles sur les sites suivants :

  • une bibliothèque universitaire centrale, offrant un fonds de 816 686 entrées[48], dont l’intégralité des thèses soutenues à l’université, et un fonds de livres anciens de 30 000 volumes. Le bâtiment agrandi en 2004 dispose d’une capacité de 1 290 places assises.
  • une médiathèque de langues étrangères[49] offrant un fonds de 135 288 entrées et d’une capacité de 210 places assises. Elle propose des documents dans les vingt-et-une langues enseignées.
  • sept bibliothèques d'UFR, offrant des fonds de 312 021 entrées. De tailles variables, elles disposent d’une capacité totale de 693 places assises.
  • une bibliothèque au pôle universitaire de Saint-Brieuc de 110 875 entrées.

Un système de prêt entre bibliothèque (PEB) permet en outre aux étudiants à partir du master ainsi qu’aux enseignants d’accéder à des ouvrages non disponibles à Rennes mais disponibles dans des bibliothèques ou des centres de documentation français comme étrangers[46].

Presses universitaires de Rennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Presses universitaires de Rennes.

Les presses universitaires de Rennes sont une maison d’édition gérée par l’université. Elles ont été initialement créées en 1984[50] sous la forme d’un service d’édition de l’université. Elles sont transformées en maison d'édition universitaire en 1990 sous l’impulsion d’André Lespagnol, alors président de l’université. En 2004, elles sont réformées pour prendre la forme d’un service d’activités industrielles et commerciales commun aux neuf universités du réseau des universités de l'ouest Atlantique (RUOA). Premières presses universitaires de France par leur nombre de publications annuelles[51], elles sont passées de vingt titres publiés à leur création en 1984 à quelque deux cents en 2008[50] ce qui offre aux chercheurs des universités membres du réseau des possibilités de publication avec la garantie d’une structure de visibilité nationale et internationale. Elle a été qualifiée de « magnifique exemple de réussite universitaire, qui s’impose au monde professionnel »[51] lors du rapport de l'AERES. Les PUR sont dirigées par Pierre Corbel. Elles sont localisées sur le campus de la Harpe.

Enseignements et recherche[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

L’ESPE de Rennes, école interne de l’université de Bretagne occidentale avec laquelle travaille l’université pour la formation des enseignants du secondaire.

L’ensemble des composantes de l’université propose près d’une centaine de diplômes nationaux[44],[48], et forme à plusieurs concours. Cette offre de formation est celle du contrat 2008-2011.

Licences et assimilés[modifier | modifier le code]

L’université propose des formations pour le diplôme d'accès aux études universitaires permettant aux non bacheliers d’accéder aux études supérieures, pour le diplôme national de guide interprète national (DNGIN) ; cinq mentions de diplôme d'études universitaires scientifiques et techniques (DEUST) sont aussi proposés : métiers des bibliothèques et de la documentation, usages socio-éducatifs des technologies de l’information et de la communication, animation et gestion des activités physiques et sportives ou culturelles (milieux urbains ; et sports nature et aquatiques, tourisme et randonnées côtières).

La licence générale est délivrée dans plusieurs domaines qui se déclinent ensuite en mentions puis en spécialités. Il est proposé à Rennes 2 :

  • la licence arts, lettres, langues et communications avec huit mentions ;
  • la licence sciences humaines et sociales avec sept mentions ;
  • la licence sciences et techniques des activités physiques et sportives avec cinq mentions ;
  • la licence sciences, technologies, santé avec une mention[52].

Par ailleurs l’université organise l’enseignement de dix licences professionnelles.

Masters[modifier | modifier le code]

De la même façon, le master est délivré dans plusieurs domaines qui se déclinent ensuite en mentions puis en spécialités et éventuellement en parcours. Il est proposé à Rennes 2 :

  • le master arts, lettres, langues et communications avec six mentions ;
  • le master sciences humaines et sociales avec sept mentions ;
  • le master sciences, technologies, santé avec deux mentions[53].

Ces formations représentent 42 spécialités et onze avec un partenariat international. Dans le rapport de l’Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AERES) de juin 2008 concernant ces masters[54], 32 de ces masters récoltent la mention maximale de « A - très favorable » et 25, « la mention B - favorable ».

Préparation aux concours[modifier | modifier le code]

L’université offre aussi des préparations pour des concours de la fonction publique comme le CAPES en partenariat avec l'École supérieure du professorat et de l'éducation de Bretagne, une école interne de l’université de Bretagne occidentale présente à Rennes et l’agrégation à l'université de Rennes 2 [55].

Échanges internationaux[modifier | modifier le code]

Entrée principale de l'université sur la place du recteur Henri Le Moal.

Au fil des années, l’université a développé un large réseau d’échange. Celui-ci s’est principalement constitué entre 2001 et 2005, les flux d’étudiants augmentant pendant cette période de 80 % pour les entrants, et de 95 % pour les sortants[56]. Profitant des jumelages de la ville de Rennes avec d’autres métropoles du monde, l’université a mise en place des accords avec des universités des villes partenaires, telles que l’université de Rochester[57], l'université du Tōhoku à Sendai[58],[59], ou l’université du Shandong[60]. D’autres accords d’échanges avec des noms de l’enseignement mondial reconnus à l'échelle mondiale complètent ces offres d’échange, notamment avec l’université de Cambridge ou l’université de Waseda[61]. L’université est aussi partie prenante dans des programmes d’échanges plus généraux tels qu’Erasmus ou CREPUQ. 224 accords sont en cours avec des universités étrangères, dont 172 dans le cadre du programme Erasmus, et 52 hors Europe[48]. En 2008-2009, 360 étudiants sont ainsi partis à l’étranger.

L’université accueille aussi des étudiants étrangers pour des séjours plus ou moins longs. En 2008-2009, 2 074 étudiants étrangers étaient inscrits à Rennes 2, soit 12 % de la population étudiante de l’université. 1 079 d’entre eux étaient inscrits dans le cadre d’un diplôme LMD, pour un total de 114 nationalités représentées. Parmi celles-ci, les Chinois (192 étudiants), les Américains (127 étudiants) et les Allemands (117 étudiants) sont les trois nationalités les plus représentées[48]. La même année, avec 1,69 % de ses étudiants inscrits issus d'un échange Erasmus, l'université figure à la 8e des universités françaises pour cette population[62]. Des cours de français sont aussi dispensés dans le cadre du CIREFE à ce public[63].

L’université est aussi partenaire d’établissements d’enseignement supérieur étrangers par ses onze masters internationaux. Elle a ainsi passé des accords dans ce domaine avec des universités comme celles de Madrid, de Brasilia, de Moscou, ou encore l'École supérieure de commerce de Hanoi[44].

Activités de recherche[modifier | modifier le code]

La recherche à l’université est structurée autour de dix-neuf laboratoires de recherche, dont sept équipes qui sont associées au CNRS par des unités mixtes de recherche (UMR). Elle est regroupée dans trois domaines de recherche[64]. La plupart de ces laboratoires travaillent en commun avec d’autres établissements supérieurs. Selon le classement Webometric de 2009 portant sur les établissements supérieurs de recherches et d'enseignements, l’université se situait aux alentours de la cinquantième place française, et de la millième place à l'échelle mondiale[65] en termes de publication de recherche via internet. Sur la période 2008-2011, 86 % des chercheurs de l'université sont considérés comme publiants[66].

  • Axe de recherche espaces géographiques et historiques :
Le Costel traite des images satellites comme celles du satellite NOAA-14.

Le laboratoire « COSTEL » (CNRS UMR 6554 : Climat et occupation du sol par télédétection) travaille sur les dynamiques d'occupation et d'utilisation des sols[67]. Le laboratoire ESO-Rennes, site rennais de l'UMR 6590 CNRS espaces et sociétés est un laboratoire de géographie sociale travaillant sur les dimensions spatiales des sociétés[68]. Le « Centre de recherches historiques de l'Ouest » ou CERHIO (CNRS UMR 6258) travaille dans le domaine historique sur le Grand Ouest[69]. Le laboratoire « Histoire et critique des arts » travaille dans le domaine de l’histoire de l'art de l’époque antique à l’époque moderne, des théories liées à ceux-ci, mais aussi à l’archéologie[70].

  • Axe de recherche santé, éducation, innovations technologiques :
Le bâtiment N accueille la Maison de la recherche en sciences sociales.

Le laboratoire « mouvement, sport, santé » (EA 1274, abrégé en M2S) travaille sur le métabolisme et sur l’analyse, la modélisation et la simulation du mouvement[71]. Le « Laboratoire de psychologie : cognition, comportement, communication » (EA 1285, abrégé en LP3C) travaille sur un grand nombre de sujets liés à la psychologie et aux sciences cognitives[72]. Le laboratoire « recherches en psychopathologie : nouveaux symptômes et lien social » (EA 4050) travaille dans le domaine de la psychanalyse lacanienne[73]. Le « Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique » (EA 3875, abrégé en CREAD) travaille dans le champ de l'éducation, de l'enseignement et de l'apprentissage[74]. Le laboratoire « linguistique et didactique des langues » (EA 3874, abrégé en LIDILE) travaille dans le champ de la linguistique[75]. Le « Centre de recherches en sciences sociales / laboratoire d’économie et de sciences sociales de Rennes » (équipe de recherche reconnue par le Conseil scientifique de l'université, abrégé en Cress-Lessor) travaille sur le sujet des solidarités, de l'égalité, et des performances[76]. Le « laboratoire archéologie et histoire Merlat » (CNRS UMR 6566, abrégé en LAHM) travaille de manière interdisciplinaire sur l'archéologie[77]. Le « laboratoire interdisciplinaire de recherche en innovations sociétales » (EA 7481, abrégé en LIRIS) travaille sur un grand nombre de sujets relevant de l'anthropologie, de la sociologie, de la gestion, de l'économie et du droit[78]. L’« Institut de recherche mathématique de Rennes » (CNRS UMR 6625, abrégé en IRMAR) travaille dans le domaine des mathématiques sur la géométrie, l’analyse et l’aléatoire[79].

  • Axe de recherche arts, lettres, langues :

L'équipe « pratiques et théories de l'art Contemporain » (EA 7472, abrégé en PTAC) travaille sur le domaine des arts contemporains[80]. L'équipe « arts : pratiques et poétiques » (EA 3208, abrégé en APP) travaille sur le domaine du cinéma, du théâtre et de la musique[81]. L'équipe « plurilinguismes, représentations, expressions francophones - information, communication, sociolinguistique » (EA 3207, abrégé en PREFics) travaille sur des problématiques liées à la francophonie[82]. Le « Centre d’études des littératures anciennes et modernes » (EA 3206, abrégé en CELAM) travaille sur les littératures anciennes et modernes[83]. Le « Centre de recherche bretonne et celtique » (CNRS FRE, abrégé en CRBC) travaille dans le domaine historique et linguistique sur les régions de cultures bretonnes et celtiques[84]. L'équipe « anglophonie, communautés, écritures » (EA 1796, abrégé en ACE) travaille sur des sujets liés aux littératures et aux questions de sociétés de l'anglophonie[85]. L'« équipe de recherche interlangues : mémoire, identités, territoires » (EA 4327, abrégé en ERIMIT) est composée de plusieurs équipes travaillant sur des questions littéraires et sociales des Amériques, de la lusophonie, de Péninsule Ibérique, et de la littérature germanique et slave[86]. Enfin le « Centre de ressources et d’études audiovisuelles » (ou CREA-CIM) est un service commun de l'université qui travaille sur la production et la conception de documents audiovisuels et multimédias destinés à la formation ou à la valorisation de la recherche[87]

L’université compte aussi d’autres structures comme l’Institut de criminologie et sciences humaines[88] ou la Fondation William Faulkner[89] qui interviennent sur d'autres aspects de la recherche.

Campus[modifier | modifier le code]

Localisation des campus rennais.

Les composantes de l’université sont réparties dans les quelque 150 000 m2 de terrain des trois campus, dont deux basés à Rennes et un à Saint-Brieuc dans les Côtes-d'Armor[48]. Elle dispose également d'une implantation sur le campus de Ker Lann.

Campus de Villejean[modifier | modifier le code]

Le campus de Villejean, le campus principal de l’université, est localisé dans le quartier du même nom, au nord-ouest de Rennes. Il rassemble quatre des cinq UFR, l’administration centrale, la bibliothèque universitaire, la salle de spectacle le Tambour et la Galerie Art & Essai. Plusieurs composantes de l’université de Rennes 1 (UFR de médecine et d’odontologie), ainsi que l’École des hautes études en santé publique sont aussi présent sur celui-ci. Son inauguration remonte à 1969[12], après le début des travaux en 1963[14]. Le campus se développe de nouveau dans les années 1990 afin d’accueillir un nombre de bacheliers en forte hausse, avec notamment en 1993 l’inauguration du pôle langues[20], en 1997, avec l’ouverture de la salle du Tambour[90], et en 2004 avec la livraison du bâtiment Erève[91]. Il accueille 17 500 étudiants sur une surface de 104 618 m2 de terrain, et 75 778 m2 pour les salles[48].

Campus de La Harpe[modifier | modifier le code]

Le campus de la Harpe est situé à Rennes, au nord du campus principal. Il regroupe l’UFR d'activités physiques et sportives, les presses universitaires de Rennes, le service universitaire d'enseignement à distance, la bibliothèque de section de l'UFR, ainsi que plusieurs autres services de l'université. Ceux-ci occupaient jusqu'à cette date le campus de Villejean. Son inauguration remonte au [92], mais certains services comme le SUED avaient déjà intégré le campus dès 1992[29]. Il accueille quelque 1 700 étudiants sur une surface de 21 119 m2 de terrain, et de 11 217 m2 pour les salles[48].

Campus Mazier[modifier | modifier le code]

Le campus Mazier est situé dans la ville de Saint-Brieuc dans les Côtes d'Armor. Il est principalement dévolu au premier cycle universitaire. Créé par l'université de Rennes 1 en 1987 et aménagé dans une ancienne école primaire, l’université y ouvre en 1991[93] des annexes de ses UFR d'activités physiques et sportives, de sciences sociales, et d'arts, lettres, communication. Il accueille quelque 800 étudiants sur une surface de 19 316 m2 pour le terrain, de 8 352 m2 pour les salles de cours, et de 2 531 m2 pour le gymnase Gernugan[48]. Une bibliothèque de 110 875 entrées est aussi présente[46].

Campus Ker Lann[modifier | modifier le code]

Le campus de Ker Lann est situé sur la commune de Bruz, dans l'agglomération rennaise. C'est un campus mixte accueillant des grandes écoles et des entreprises. L'université de Rennes 2 y est implantée à travers son laboratoire M2S (mouvement, sport, santé) dans des locaux qu'elle partage avec l'École normale supérieure de Rennes.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Le bâtiment R, siège de plusieurs associations et syndicats.

Depuis 1996[94], le campus dispose d’une radio qui émet 24 heures sur 24, C-Lab. Gérée par des étudiants, elle diffuse ses programmes sur la fréquence 88,4 MHz dans toute l’agglomération rennaise[95]. En 1998, celle-ci hérite du SUED un studio d’enregistrement propre[46], avant d’aménager dans le bâtiment EREVE en 2004 et d’y trouver de nouveaux locaux. La radio dispose par ailleurs d’un studio de production au Diapason sur le campus de Beaulieu.

L’université dispose aussi d’un journal depuis 2008[96]. Le 2 est publié par l’université et s'adresse aux personnes fréquentant l’université, étudiants comme personnels.

La même année, l’université a lancé sa webTV, l’aire d’u[97]. Celle-ci fonctionne sous la forme de la VOD, et dispose d’un fonds de plus de 500 documents créé depuis 1987, puis numérisé à partir de 2004. Celui-ci comporte des documents créés dans le cadre des activités de recherches et d'enseignements de l'université, mais aussi issu de partenariats avec d'autres institutions régionales ou nationales[98].

Associations étudiantes[modifier | modifier le code]

Avec ses quelque cinquante associations étudiantes[99], l'université de Rennes 2 est l’une des universités françaises qui compte le plus grand nombre d'associations par étudiant.

Depuis le début de 2005, et l’inauguration du bâtiment EREVE, elles disposent d’un espace destiné à leurs activités et intégré dans l’espace de l’université. Cependant, la plupart d’entre elles sont toujours disséminées dans les différents bâtiments du campus.

Des associations diverses sont présentes sur le campus. Nationales comme Genepi, ou plus locales, elles sont centrées sur des projets se déroulant à l'intérieur comme à l'extérieur du campus. Outre ses associations généralistes, l'université compte aussi de nombreuses associations de filières.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Tambour (Rennes).
Le Tambour, auditorium du bâtiment O accueille plusieurs événements sur le campus de Villejean.

Plusieurs festivals rythment la vie du campus. La plupart sont développés par des étudiants de l’université et couvrent une variété de domaines très large. Certains peuvent évoluer et se développer hors des murs de l’université au point de devenir autonome, comme le festival Electroni(k), dernier exemple en date. L’université accueille aussi d’autre évènements de la ville grâce à ses équipements comme l’auditorium du Tambour. En 2008, sept festivals se sont tenus sur le campus de Villejean[44]:
Parmi les festivals issus de l’université, on compte K-barré qui sert d’espace de création et de représentation de créations scéniques étudiantes et le festival Entrez dans L'Arène (par l'association L'Arène Théâtre, née en 1996) qui permet la diffusion de créations théâtrales et d'art vivant. Roulements de tambour, porté par les étudiants en musicologie, réunit lui diverses créations musicales. Les Tubas d'or enfin sont une compétition qui vise depuis 2005 à faire découvrir des talents dans le monde des courts-métrages.
D’autres festivals qui se sont autonomisés continuent à se tenir sur le campus[100]. Travelling, principal festival cinématographique rennais, est né à Rennes 2 de l'association Clair obscur. Il s’est développé à partir de l’université à partir de 1990, avant de s’étendre à l’ensemble de l’agglomération. Electroni(k)[101], festival spécialisé en musique électronique, arts et technologies est présent dans d’autres villes bretonnes. Mythos[102], le festival des arts de la parole, existe depuis 1996. Il compte plusieurs sites dans la ville de Rennes en plus du campus. D’autres festivals comme Jazz à l'Ouest[103], festival de jazz de l'agglomération rennaise, et représenté sur le campus en plus de manifestations sur différents sites de Rennes. Par ailleurs, d’autres festivals comme les Transmusicales sont issus de l'environnement de l'université[104],[100].

Mouvements sociaux[modifier | modifier le code]

« Vive la dictariat du prolétature ».

Depuis la création de l'université de Rennes 2 peu avant 1968, des mouvements sociaux d’étudiants ont fréquemment marqué l’histoire du campus. Ils ont souvent montré leur mécontentement par rapport aux réformes liées au système universitaire ou à l’emploi. La durée des mobilisations, qui peuvent se traduire par des blocages, sont variables mais peuvent parfois durer plusieurs mois. Parmi les mouvements récents ayant provoqué des blocages, l’opposition au contrat d'insertion professionnelle[105] en 1994, contre la sélection à l'entrée de l'université[106],[107] en 1995, contre le plan 3UM[108] en 1998, contre la réforme LMD[109] en 2003, contre le Contrat première embauche[110] en 2006, contre la loi relative aux libertés et responsabilités des universités[111] en 2007, en 2009 contre la masterisation des concours d'enseignement[112], en 2016 contre la loi Travail, ou encore en 2018 contre la loi ORE sont les plus notables.

Des graffitis reflétant ces mouvements sont visibles à différents endroits du campus de Villejean. Ils se trouvent sur le bâtiment « B » entre le toit et le linteau des fenêtres du 2e étage. Citons : « Vive la dictariat du prolétature » du côté rue, ou encore « Poirier, moustaches assymétric = Sale flic » du côté agora.

Syndicats présents sur le campus : UNEF, Solidaires, l'Armée de Dumbledore.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire
1969 1972 1975 1979 1981 1984 1986 1987 1990 1992
6 613[12]6 638[113]7 562[113]8 481[113]9 861[113]12 483[113]13 000[32]13 848[113]16 306[113]18 500[20]
1993 1996 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
20 948[113]19 615[113]20 151[113],[114]20 174[115]20 162[116]20 749[117]21 434[118]21 453[119]20 136[120]18 937[121]
2007 2008 2009 2010 2011 2013 2015 2016 - -
17 376[122]16 421[123]17 004[124]17 836[125]19 478[126]21 445[127]22 597[6]23 737[6]--

Personnalités liées à l'université[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Marylise Lebranchu est l'une des ministres qui a étudié à l'université de Rennes 2.

Plusieurs anciens étudiants de l'université ont eu une visibilité nationale ou internationale.

Dans le domaine de la musique, des chanteurs comme Étienne Daho[12], chanteur pop ayant remporté plusieurs disques d'or ou de platine, Muriel Laporte, chanteuse du groupe Niagara, Denez Prigent[12], chanteur breton, Philippe Katerine[128], ou encore Leïla[129], finaliste de l'émission la Nouvelle Star 2009, comptent parmi les anciens étudiants de l'université.

Dans le domaine politique, des ministres comme Jean-Yves Le Drian et Marylise Lebranchu[130] ont étudié à l'université, tout comme Bernadette Malgorn, haute fonctionnaire française et conseiller maître à la Cour des comptes, Jean Brihault, vice-président de la Fédération européenne de handball et ancien président de l'université, ou encore Gaël Roblin, militant indépendantiste Breton[131], comptent parmi les anciens de l'université.

Dans le monde des arts, Hélène Delavault[12], artiste lyrique, Christophe Honoré[132], scénariste, écrivain, et réalisateur de Les Chansons d'amour, film en sélection officiel au festival de Cannes, ou encore Gustave Parking, humoriste, sont des anciens de l'institution.

Sur le plan des médias, Anne-Claire Coudray, présentatrice du 20 heures de TF1[133], Valérie Heurtel, présentatrice TV dans le groupe France télévision, ou Germain Lechaussée[134], Présentateur TV à CCTV-F[135] sont eux aussi d'anciens étudiants de l'université.

Enseignants[modifier | modifier le code]

Mário Soares, 17e président du Portugal et ancien enseignant de l'université.

L'université a compté des professeurs reconnus dans différents domaines dans ses rangs :

Dans le domaine académique, l'université a compté des enseignants comme Jacques Bompaire, helléniste et président de l'université Paris-Sorbonne, Jean Bousquet, archéologue et directeur de l'École normale supérieure, Jean Delumeau, historien et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, ou encore Bernard Miège, président de l'université de Grenoble 3.

Dans le domaine politique, l'université a compté des enseignants comme Mário Soares[136], président du Portugal qui enseigna la langue et la civilisation portugaise lors de son exil en France entre 1971 et 1973, Jean-Yves Le Drian[12], président de la région Bretagne, ministre de la Défense sous François Hollande et actuel ministre des Affaires étrangères sous Emmanuel Macron, Gonzalo García Núñez, directeur de la Banque centrale du Pérou, invité par l'IDA en 2007-2008, Louis Le Pensec[12], ministre à plusieurs reprises, ou encore Henri Fréville, député, sénateur, et ancien maire de Rennes.

L'université a aussi compté des artistes comme Dominique Fernandez[48], prix Médicis 1974, prix Goncourt 1982, et membre de l’Académie française, l'auteur tchèque Milan Kundera[137] (1929), prix Médicis 1973, Anne F. Garréta[48], écrivain et membre de l'Oulipo, prix Médicis 2002, Robert Merle[48], écrivain et prix Goncourt 1949, ou encore l'auteur argentin Juan José Saer[138], prix Nadal 1987.

Docteurs honoris causa[modifier | modifier le code]

L'université de Rennes 2 compte quinze docteurs honoris causa[139].

L'université a remis cette distinction à des universitaires comme Jean-Pierre Wallot[140], président de la Société royale du Canada de 1999 à 2001, Robert Leaper[140], professeur émérite d'anglais à l’université d'Exeter, Jules Wilmet[141], professeur émérite de géographie de l’université catholique de Louvain, Radu Toma, linguiste roumain, ou encore Paul L. Harris[142], professeur de psychologie à l’université de Harvard.

L'université a aussi remis cette distinction à des personnalités politiques comme Mário Soares qui y a enseigné[136], président du Portugal de 1986 à 1996, Mary Robinson, présidente de la République d'Irlande de 1990 à 1997, Alpha Oumar Konaré[143], président de la République du Mali de 1992 à 2002, ou encore John Hume[142], prix Nobel de la paix 1998.

Des artistes ont aussi eu cette distinction comme Richard Ford, prix Pulitzer 1996, Mario Vargas Llosa[144], prix Cervantes 1994 (« Ma Parente d'Arequipa », l'allocution qu'il prononça lors de la remise de son doctorat honoris causa fut par la suite publiée[e]), Miguel Angel Estrella, pianiste argentin et ambassadeur de l'Argentine à l'UNESCO, Jorge Edwards[141], prix Cervantes 1999, Abdellatif Laâbi[142], poète et écrivain marocain, ou encore Jorge Semprún[142], prix Fémina et membre de l'Académie Goncourt.

L'université dans les œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Le film Brocéliande (2003) réalisé par Doug Headline avec Cédric Chevalme et Elsa Kikoïne. Une partie de l'histoire se passe sur le campus de Villejean mais le tournage s'est déroulé dans un autre lieu, et la seule référence à l'université est la courte séquence où l'on voit une carte d'étudiant « Rennes 2 » orange de 2001-2002. Dans Suite armoricaine (2015) de Pascale Breton, le tournage comme le scénario du film se situent dans ce même campus[145].

Logotypes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Université créée par la restructuration de la faculté de lettres de Rennes, fondée elle en 1810.
  2. L'établissement a comme nom administratif Rennes-II[5], et a utilisé auparavant les noms d’université de Haute-Bretagne puis d’université Rennes 2 Haute-Bretagne. Le nom actuel est utilisé depuis .
  3. Les deux autres plus grands centres de recherche et d’enseignement travaillant aussi dans ces domaines de la région étant l’université de Nantes et l’université d'Angers.
  4. Mandat écourté à la suite d'une démission.
  5. Entretien avec Mario Vargas Llosa, suive de : "Ma Parente d'Arequipa", Mario Vargas LLosa, Terre de brume, 2003 (ISBN 2843621976).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret N°70-1174 du 17 décembre 1970, Legifrance.gouv.fr.
  2. [1].
  3. a et b [2],Bilan social 2016 (PDF), univ-rennes2.fr, consulté le 10 juillet 2017.
  4. a b et c Décret n° 2016-8 du 6 janvier 2016, Legifrance.gouv.fr.
  5. Décret no 2000-250 du portant classification d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (lire sur Légifrance).
  6. a b et c « Rennes 2 en chiffres », sur le site de l'université.
  7. [3].
  8. a b et c « Une longue histoire : de 1461 à aujourd'hui »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-rennes1.fr.
  9. a b c d et e « La lente mise en place des universités bretonnes », Science Ouest no 93.
  10. Décret No 61-1519 du 29 décembre 1961 instituant l'université de Nantes, Journal Officiel du 31-12-1961 p. 12503, consulté sur www.legifrance.gouv.fr le 12 octobre 2009.
  11. « Rennes L'architecture de l'enseignement »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Dossiers électroniques de l'Inventaire général.
  12. a b c d e f g h i j k et l « La naissance de l'université de Rennes 2 », Sciences Ouest no 115.
  13. « Visite de M. Paye, ministre de l’éducation nationale le 16 juin 1961 pour le 5ème centenaire de l'université », Discours de Monsieur Henri Fréville, Maire de Rennes, Archive municipale de Rennes, lot 17W1.
  14. a et b « Université de Rennes 2, complexe universitaire de Villejean »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Dossiers électroniques de l’Inventaire général.
  15. Loi no 68-978 du 12 novembre 1968, Legifrance.gouv.fr.
  16. Rapport du CNE, p. 104.
  17. a et b Rapport du CNE, P.7.
  18. Arrêtés du 14 novembre 1985 portant approbation sur les statuts d'universités, Journal Officiel 22/11/1985, texte : 3535, consulté le 12 octobre 2009.
  19. Rapport du CNE, P.115.
  20. a b et c « L’université Rennes 2 mise sur les sciences sociales », Science-Ouest no 90, consulté le 21 mai 2009.
  21. « Inauguration du Val à Rennes », Libération, 9 mars 2002.
  22. « En pleine mutation, Rennes 2 soigne son image », Ouest-France, 30 janvier 2008.
  23. [4].
  24. Site Educpro.fr, Actu.
  25. « Vague de démissions à Rennes 2 : l’université se retrouve sans présidence », sur Étudiant/Le Figaro (consulté le 20 avril 2015).
  26. a et b « Université. Olivier David élu président de Rennes 2 », sur letudiant.fr (consulté le 20 avril 2015).
  27. « Six universités de l'Ouest autonomes en 2010 », Ouest-France, 10 juillet 1009, consulté le 10 juillet 2009.
  28. « Bureau de direction et charges de mission de l'université Rennes 2 », sur univ-rennes2.fr (consulté le 3 septembre 2015).
  29. a b et c "Le SUED a 40 ans" « Copie archivée » (version du 4 décembre 2006 sur l'Internet Archive) UHB.fr.
  30. « Rennes 2 rend hommage à Michel Denis », Ouest-France, 25 janvier 2008.
  31. « L’aviron est encore perçu comme élitiste », Ouest-France, 29 février 2008.
  32. a et b « Vous avez dit Rennes 2 ? », Science Ouest no 15.
  33. a et b « Jean Brihault, nouveau président de l'université de Rennes 2 », Science Ouest no 122.
  34. a et b « Un nouveau président pour l’université Rennes 2 », Science Ouest no 228.
  35. « Université Rennes 2. Jean-Emile Gombert est le nouveau président », sur www.gref-bretagne.com (consulté le 10 juillet 2017).
  36. « Université Rennes 2. Le président Jean Émile Gombert démissionne ! », sur ouest-france.fr, .
  37. « Services et autres entités de l'université », sur univ-rennes2.fr, .
  38. liste des UFR Uhb.fr.
  39. UFR Langues, structure, univ-rennes2.fr, consulté le 3 mai 2009.
  40. Rapport d’évaluation de l’École doctorale « Arts, lettres et langues ». Université de Rennes 2, www.aeres-evaluation.fr, consulté le 18 septembre 2009.
  41. Les écoles doctorales Sciences de l'homme et de la société, et Arts, Lettres et Langues de l'université européenne de Bretagne, www.univ-brest.fr, consulté le 18 mai 2009.
  42. Pôle écoles doctoriales Uhb.fr.
  43. Signature commune de la recherche ueb.eu, consulté le 3 mai 2009.
  44. a b c et d Plaquette de présentation 2008, UHB.fr, consulté le 19/04/2009.
  45. [5].
  46. a b c et d Organisation du Service Commun de Documentation.
  47. CNE, Rapport d'évaluation, p. 75.
  48. a b c d e f g h i j et k [6], site 2014, univ-rennes2.fr, consulté le 20 août 2014.
  49. accueil de la médiathèque de langue, netvibes.com, consulté le 11 aout 2009.
  50. a et b Les PUR, présentation pur-editions.fr.
  51. a et b AERES, Rapport d'évaluation de l'université de Haute Bretagne - Rennes II P.9.
  52. « Les Licences à l'université Rennes 2 », sur univ-rennes2.fr, .
  53. « Les masters à l'université Rennes 2 », sur univ-rennes2.fr (consulté le 3 novembre 2009).
  54. Évaluation des masters de l'université de Haute Bretagne - Rennes 2, Aeres-evaluation.fr.
  55. « L’IUFM part à Brest, Rennes 2 digère mal », Ouest-France, 30 juin 2007.
  56. AERES, Rapport d'évaluation de l'université de Haute Bretagne - Rennes II P.17.
  57. Rennes et Rochester : 50 ans de jumelage, 9 juillet 2008.
  58. « International: Rennes-Sendai », La Lettre Rennes 2, no 24, 18 novembre 2004.
  59. (ja) 仙台市とのレンヌ第2大学,フランス外務省の合同訪問, Tohoku.ac.jp, consulté le 19/04/1009.
  60. (zh) 法国雷恩二大校长代表团来访, Sdu.edu.cn, consulté le 19/04/2009.
  61. Guide mobilités étudiantes 2010-2011, www.univ-rennes2.fr, consulté le 24 novembre 2009.
  62. Programme Erasmus, Classement français des universités françaises les plus performantes par année académiques, agence Europe-Education-Formation France, juillet 2010, p. 1, consulté sur www.europe-education-formation.fr le 26 octobre 2010.
  63. données 2009 sur le site de l'université.
  64. Présentation de l'université Rennes 2 Dans le cadre de la visite de la délégation saxonne en Bretagne Mars - Avril 2008, UEB.fr, consulté le 3 mai 2009.
  65. (en) « Rank of Universities of France », Webometrics.info, consulté le 7 mai 2009.
  66. Sophie Blitman, « Jean-Emile Gombert (président de Rennes 2) : « La fusion de Rennes1 et Rennes 2 est loin d'être exclue, mais elle n'est pas obligatoire » », Educpro, 17 juin 2011, consulté sur www.educpros.fr le 20 juin 2011.
  67. Laboratoire Costel, présentation, www.univ-rennes2.fr.
  68. Laboratoire ESO, présentation, univ-rennes2.fr.
  69. Laboratoire Cerhio, présentation, univ-rennes2.fr.
  70. Histoire et critique des arts, Equipe d'accueil 1279, présentation, univ-rennes2.fr.
  71. M2S, Objectifs et présentation générale, univ-rennes2.fr.
  72. [7].
  73. Recherche en psychopathologie : Nouveaux symptômes et lien social - Equipe d'accueil 4050, univ-rennes2.fr.
  74. Cread, présentation, univ-rennes2.fr.
  75. Linguistique et didactique des langues - LIDILE, univ-rennes2.fr.
  76. Equipe d'accueil 2614, CRESS-Lessor, univ-rennes2.fr.
  77. L'UMR en bref, creaah.univ-rennes1.fr.
  78. Présentation du LAS, univ-rennes2.fr.
  79. IRMAR, Univ-Rennes1.fr.
  80. « Pratiques et théories de l'art contemporain », sur www.univ-rennes2.fr.
  81. Arts: Pratiques et poétiques, univ-rennes2.fr.
  82. PREFics, Bretagne-valorisation.fr.
  83. Celam, Bretagne-Valorisation.fr.
  84. Le Centre de Recherche Bretonne et Celtique, UBO.fr.
  85. ACE: Présentation, univ-rennes2.fr.
  86. Présentation de l'Equipe de Recherche Interlangues : Mémoires, Identités, Territoires, univ-rennes2.fr.
  87. CREA-CIM, activité, univ-rennes2.fr.
  88. « A l’école du crime », Le Point no 1496, 23/01/2007.
  89. « La Fondation Faulkner lance la commémoration du centenaire », L'Humanité, 26 septembre 1997.
  90. Le Tambour, Rennes.fr, consulté le 13 aout 2009.
  91. Rapport du CNE, P.23.
  92. « Inauguration du campus de la Harpe à l'université de Rennes 2 », Archives contemporaines du Cabinet du Maire, Archive municipale de Rennes, lot 1131W44.
  93. « La nouvelle image du campus »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Le Griffon, le Journal municipal de Saint-Brieuc, no 209, consulté le 11 aout 2009.
  94. AERES, Rapport d'évaluation de l'université de Haute Bretagne - Rennes II P.16.
  95. Présentation, radiocampusrennes.fr.
  96. le magazine de l'université Rennes 2, no 1, décembre 2008.
  97. « L'université Rennes 2 lance sa web TV l'aire d'u », Ouest-France, 9 avril 2008.
  98. « l’aire d’u® : la "lucarne" de la recherche à l’université Rennes 2 », www.bretagne-innovation.tm.fr, consulté le 17 septembre 2009.
  99. Guide des associations site de l'université.
  100. a et b « Manifestations estudiantines », L'Express, 16 octobre 2003.
  101. « Electroni[k] the story »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), présentation, electroni-k.org, consulté le 14 mai 2009.
  102. Festival Mythos « Copie archivée » (version du 31 mai 2009 sur l'Internet Archive), partenaires, festival-mythos.com, consulté le 14 mai 2009.
  103. Jazz à l'ouest, lieux partenaires. Consulté le 14 mai 2009.
  104. « Les 100 qui font bouger Rennes: vie culturelle, Anne-Marie Conas », L'Express, 4 octobre 2004.
  105. « Les étudiants de Rennes toujours en grève », L'Humanité, 8 mars 1994, blocage CIP.
  106. (en) « Students end strike in Brittany », Times Higher Education, 24 mars 1995.
  107. « Universite de Rennes II reprise des cours », L'Humanité, 15 mars 1995, fin du blocage de 1995.
  108. « L’universite ne peut etre suspendue au mecenat », L'Humanité, 17 décembre 1998, blocage de 1998 et plan Attali.
  109. « La mobilisation ne faiblit pas », L'Humanité, 27 novembre 2007, blocage LMD.
  110. « FRANCE: Huit universités toujours perturbées », Le Soir, 15 avril 2006, blocage CPE.
  111. « Le président de Rennes 2 compare le blocage à "un comportement terroriste" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Le Nouvel observateur, 13 novembre 2007, blocage LRU.
  112. « Retour au Blocage Total à Rennes 2 », Ouest-France, 9 avril 2009.
  113. a b c d e f g h i et j [PDF]« L'ouest Atlantique: Bretagne et Pays de la Loire p. 31 », sur cne-evaluation.fr.
  114. Atlas 2000 de l'enseignement supérieur, annexe 2, Ministère de l'Enseignement Supérieur, consulté le 26 mai 2009.
  115. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  116. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  117. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  118. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  119. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  120. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  121. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  122. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  123. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010.
  124. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010.
  125. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011.
  126. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012.
  127. [8] Rennes 2 en chiffres univ-rennes2.fr.
  128. « Robots après tout. Philippe Katerine », L'Express, 20 octobre 2005.
  129. « Leila est devenue la Nouvelle Star de Bourgbarre », Ouest-France, consulté le 3 juin 2009.
  130. Marylise Lebranchu, Loudéac : L'expansion économique d'une commune rurale et ses conséquences, Maîtrise de Géographie, université Rennes 2, 1970, 1 volume, 106 p., Dirigé par Michel Phlipponneau.
  131. « À Rennes, un étudiant de 33 ans anime la contestation » « Copie archivée » (version du 12 avril 2008 sur l'Internet Archive), Le Figaro, 15 octobre 2007.
  132. « Christophe Honoré entre cinéma et littérature », Ouest-France, édition Rennes, 25 mars 2011, consulté sur www.ouest-france.fr le 19 mai 2012.
  133. Vinvent Jarnigon, « Anne-Claire Coudray : de Rennes au 20 h de TF1 », Ouest-France, 12 juillet 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 13 juillet 2012.
  134. « Germain LECHAUSSÉE, China Central Television », Le Journal du Net.com, consulté le 19 mai 2009.
  135. « CCTV-F Chaine Française », cctv.com.
  136. a et b (pt) « Antigos Presidentes », presidencia.pt, page officielle de la présidence du Portugal, consulté le 18 mai 2009.
  137. (en) «When there is no word for 'home», The New-York Times, 29 avril 1984.
  138. « Gibier de guillotine à la Bastille. L’argentin Juan José Saer donne un polar parisien aussi sophistiqué que captivant », Le Soir, 11 septembre 1996.
  139. Liste des doctorats sur le site de l'université.
  140. a et b « Distinctions », Science-Ouest no 24, consulté le 9 mai 2009.
  141. a et b « Doctorats Honoris Causa de l'université Rennes 2 », La Lettre Rennes 2 no 50, 23 septembre 2005, consulté le 9 mai 2009.
  142. a b c et d « A Rennes 2, un moment historique et émouvant avec Jorge Semprun »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Ouest-France, .
  143. «Arrêté du 3 aout conférant le titre de docteur honoris causa», Journal Officiel de la République française, 13 août 1999, legifrance.goug.fr, consulté le 9 mai 2009.
  144. (es) Ceremonia de Doctorado Honoris Causa, Universidad de Rennes II, site officiel, consulté le 9 mai 2009.
  145. « Un film en tournage à l'université Rennes 2 », dans Ouest-France, 28 juillet 2013, consulté sur www.ouest-france.fr le 25 novembre 2013.
  146. a et b C.S., « 43 000 étudiants à Rennes 1 et Rennes 2 », Le mensuel de Rennes, 1 septembre 2010, consulté sur www.rennes.lemensuel.com le 4 septembre 2010.
  147. http://www.ueb.eu/InfosServices/Actualites/actualite/?contentId=26526.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Université de Rennes 2.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 16 novembre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 16 novembre 2009 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.