Henri Fréville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fréville.
image illustrant un homme politique image illustrant français image illustrant Rennes
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français et Rennes.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Henri Fréville
Image illustrative de l'article Henri Fréville
Fonctions
Député
1958 - 1968
Sénateur
1971 - 1980
Gouvernement Ve République
Groupe politique RPCD (1958-1962)
CD (1962-1967)
PDM (1967-1968)
UCDP (1971-1980)
Maire de Rennes
Prédécesseur Yves Milon
Successeur Edmond Hervé
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 81 ans)
Résidence Ille-et-Vilaine

Henri Fréville, né le à Norrent-Fontes (Pas-de-Calais) et mort le à Rennes (Ille-et-Vilaine), est un professeur d'histoire, résistant, homme politique et écrivain français.

Il est le père d'Yves Fréville (1934), parlementaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut professeur agrégé d'histoire au lycée de garçons de Rennes à partir de 1932. Il enseigna de 1949 à 1971 l'histoire moderne à la faculté de lettres de Rennes (devenue l'université Rennes II). Il fonda par ailleurs l'Institut armoricain de recherches historiques. Il reçoit le grand prix Gobert de l'Académie française en 1955.

À la Libération, il fut le directeur de cabinet de Victor Le Gorgeu, commissaire régional de la République pour les quatre départements bretons.

Il fut maire (MRP) de Rennes de 1953 à 1977[1], président du conseil général d'Ille-et-Vilaine de 1966 à 1976, député de la 1re circonscription d'Ille-et-Vilaine de 1958 à 1968, sénateur d'Ille-et-Vilaine de 1970 à 1977. Il fut la cible d'un attentat du FLB, le [2].

Auteur de nombreux ouvrages d'histoire, il étudia notamment le comportement des nationalistes bretons durant la Seconde Guerre mondiale, à partir de documents de l'administration militaire allemande, récupérés dans les locaux de l'hôtel Majestic.

Le , la ville de Rennes lui dédia l'avenue de Crimée, rebaptisée avenue Henri-Fréville. La station du métro de Rennes (ligne A) qui s'y trouve possède également son nom. L'amphithéâtre A4 de Rennes 2 - Villejean porte également son nom.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Intendance de Bretagne (1689-1790). Essai sur l'histoire d'une intendance en Pays d'États au XVIIIe siècle, I/III. Thèse. Rennes, Plihon, 1953. 3 vol.
  • Un acte de foi : trente ans au service de la Cité ; Rennes : Éditions SEPES, 1977. (OCLC 5616817)
  • La presse bretonne dans la tourmente : 1940-1946, Plon, Paris, 1979
  • Archives secrètes de Bretagne, 1940-1944, Ouest-France, Rennes, 1985 (réédité en 2004 et 2008, édition revue et corrigée par Françoise Morvan), ISBN 978-2-7373-4453-4.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'histoire du quotidien « La Bretagne » et les silences d'Henri Fréville ; Youenn Didro ; Yann Fouéré ; Saint-Brieuc : Cahiers de l'Avenir de la Bretagne, 1981 (OCLC 10019600).
  • Henri Fréville, Un acte de foi : trente ans au service de la cité, Rennes, Éditions Sepes, , 965 p., 2 vol.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annonce de sa non-candidature aux élections municipale de 1977, JT de France 3 Bretagne du 16 octobre 1976, sur le site de l’INA.
  2. (fr) Archives municipales de Rennes

Voir aussi[modifier | modifier le code]