Quartier Villejean - Beauregard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villejean - Beauregard
Quartier Villejean - Beauregard
La dalle Kennedy, le "cœur de Villejean"
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Intercommunalité Rennes Métropole
Commune Rennes
Démographie
Population 18 000 hab.
Densité 2 138 hab./km2
Étapes d’urbanisation Années 1960
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 29″ nord, 1° 42′ 11″ ouest
Superficie 842 ha = 8,42 km2
Transport
Métro (M) (a)
(J.F. Kennedy, Pontchaillou et Villejean - Université)
Bus (BUS)C412145265687677788182152ex168ex178exN1
Autopartage Citiz Rennes Métropole
Vélos en libre-service STAR, le vélo
Localisation
Localisation de Villejean - Beauregard
Le quartier dans Rennes.
Géolocalisation sur la carte : Rennes
Voir sur la carte administrative de Rennes
Villejean - Beauregard
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
Villejean - Beauregard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Villejean - Beauregard
Liens
Site web metropole.rennes.fr/quartier-villejean-beauregard

Le quartier Villejean - Beauregard est un quartier périphérique de la ville de Rennes dans le département français d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Situé au nord-ouest de la ville, il est composé de sous-quartiers :

  • Villejean
  • Beauregard
  • Lande du Breil

Situation[modifier | modifier le code]

Conseils de quartier[modifier | modifier le code]

Dans chaque quartier administratif de Rennes est associé au moins un « conseil de quartier ». Il est formé par des représentants de ses habitants régulièrement renouvelés, pour moitié désignés par tirage au sort des adresses, l'autre moitié étant formée de résidents volontaires. Chaque conseil de quartier coopère avec les élus municipaux via une des six directions des quartiers. Cependant, le quartier administratif de Villejean - Beauregard (très peuplé et de population plus jeune que le reste de la ville) est le un seul quartier qui comprend deux conseils de quartier distincts : un pour le sous-quartier de Villejean et un pour les deux autres sous-quartiers de Beauregard et de la Lande du Breil, dont le développement est plus récent et moins dense.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le quartier compte 21 983 habitants en 2018, en augmentation de 11 % par rapport à 2011, signe d'un quartier en construction. Dans le détail, 15 477 habitants résident dans le quartier historique de Villejean, un nombre relativement stable depuis 2011, alors que la zone de Beauregard est elle passée de 3 831 habitants en 2011 à 6 170 habitants en 2018. La Lande de Breil compte quant à elle 336 habitants la même année[1],[2],[3].

Selon une étude de l'INSEE, le taux de croissance de la population du quartier est de 1,4 % par an entre 1990 et 2017, un taux supérieur à l'évolution moyenne annuelle pour l'ensemble de la ville de Rennes (0,6%) sur la même période. Cette dynamique démographique est essentiellement due au développement du sous-quartier de Beauregard[4].

Évolution de la population du quartier Villejean-Beauregard
2011 2012 2013 2016 2017 2018
19 74920 36121 06621 75722 08321 983

Villejean[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un des plus vastes quartiers intrarocade de Rennes. Ses limites vont de la voie ferrée Rennes - Saint-Malo à l'est, la rocade à l'ouest, l'avenue Charles Tillon au nord, et la rue de Vezin au sud. C'est également le quartier le plus peuplé de la ville avec près de 16 000 habitants. Le métissage culturel est important : on compte aujourd’hui plus de 50 nationalités.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

La première maison reconnue comme villejeannaise date de 1282, et le quartier est, jusqu'au début du XXe siècle, composé de champs et de fermes.

Après les destructions de la seconde guerre mondiale, les logements du centre-ville sont sur-occupés, les familles sont entassées : Rennes connaît alors une grave crise du logement. Ainsi il faut reloger les citadins et accueillir en plus les populations rurales migrant vers la ville. C'est le début d’un vaste mouvement d’exode rural. L’État va alors mener des grandes opérations d’urbanisme à Rennes, on parle « d’État bâtisseur »[réf. nécessaire].

Un nouvel urbanisme[modifier | modifier le code]

En 1952, le conseil municipal approuve le principe d'aménager la zone encore rurale en « vaste quartier d'habitation sous la forme de lotissements municipaux et de constructions collectives par les offices publics », et d'y réserver un espace pour la nouvelle faculté de médecine et sa cité universitaire. Le , est signé l'arrêté de création de la zone à urbaniser en priorité (ZUP) de Villejean-Malifeu, appelée plus simplement Villejean. Louis Arretche est nommé urbaniste du quartier et Henri Madelain architecte en chef en 1960. Un plan d'ensemble est proposé et validé en 1962[5].

Le projet a pour objectif la création de 6 000 logements. Les grands travaux dureront de 1963 à 1975. On parle alors de construction de masse, établissant de grands ensembles afin d'accueillir des populations quittant le centre de Rennes en rénovation (Rue de Brest, rue de Nantes, rue de Saint-Malo, Bourg-l'Évesque...) et de la campagne voisine. L’objectif est de construire le plus rapidement possible du logement de masse sans accorder trop d’attention à l’esthétique. On prévoit de nombreux parkings, la voiture est le symbole des Trente Glorieuses et incarne la société de consommation. (Fanny, Manon). La multimodalité n’est pas encore d’actualité. Le quartier est inauguré en 1968 par le maire Henri Fréville. Cette même année débute une expérience de connexion du système de chauffage urbain (pour tout le quartier) à l'usine d'incinération qui vient d'être créée[5].

Le premier tracé du quartier lui donne l'allure d'une "patate", découpé en six îlots séparés au centre par la « Voie Triomphale » (Cours Kennedy) séparant Villejean d'ouest en est dans le prolongement du Cours Kennedy et coupé du nord au sud par trois voies : le boulevard d’Anjou, l’avenue W. Churchill et l’avenue Gaston Berger. La Voie Triomphale et la dalle Kennedy s’organisent en « effet miroir » : les commerces sont placés en bas des bâtiments, les logements modernes et standardisés au-dessus[réf. nécessaire]. De plus, le quartier est pensé comme une « pyramide » : les tours de quinze étages sont construites de chaque côté de la Voie Triomphale et de Kennedy, et plus on s’en éloigne, plus les bâtiments seront petits, jusqu’à retrouver des maisons individuelles aux extrémités. Cette structure permet à chaque bâtiment et à chaque habitat de disposer de la lumière naturelle du soleil durant la journée[réf. nécessaire]. C'est un quartier principalement de grands ensembles, par exemple autour de l'emblématique dalle Kennedy, ainsi que sur les axes principaux tels que l'avenue Churchill ou encore le cours Kennedy. Il y existe quelques rues composées de pavillons dans les marges du quartier, notamment à proximité de la rue de Saint-Brieuc.

Avec l’entrée de la France dans les Trente Glorieuses et donc dans l’âge d’or de l’industrie, Rennes va accueillir de plus en plus d’industries. En 1961, PSA Peugeot-Citroën implante une usine à Chartres-de-Bretagne[6]. L’exode rural s’accélère : des masses de paysans deviennent alors davantage ouvriers. On parle alors « d’ouvriers paysans ». Il s'agit en majorité des familles issues de classes moyennes : deux tiers des couples sont ouvriers[réf. nécessaire]. En 1975, 40 % de la population a moins de 20 ans[réf. nécessaire]. Les logements incarnent la modernité de l’époque et le confort : chauffage central, pièces lumineuses, espace et de nombreux parkings. Villejean incarne ainsi un "progrès social démocratisé"[réf. nécessaire]. À la construction du quartier, 50 % des logements sont des logements sociaux de type HLM, ce qui a conduit à une grande mixité sociale[réf. nécessaire].

Années 70 : un quartier en crise[modifier | modifier le code]

Dans les années 70, avec le début de la crise industrielle et les années qui passent, le quartier commence à manquer d'entretien et de dynamisme : les façades se ternissent et Villejean est aussi touché durement par le chômage et devient alors moins attractif économiquement. Les personnes de classe moyenne laissent place progressivement aux classes populaires. On parle alors de phénomène de paupérisation. Sur la dalle Kennedy, la plupart des commerces ferment, les logements HLM sont attribués en priorité aux populations fragilisées par la crise (chômeurs, immigrés). Le quartier de Villejean devient multiculturel.

Années 2000 : arrivée du métro et requalification urbaine[modifier | modifier le code]

La Ville de Rennes réagit en lançant le projet du VAL dans les années 80, dans le but de redynamiser le quartier, de reconnecter Villejean au cœur de la ville, ou encore de rénover l’environnement urbain. Elle mise ainsi sur les espaces verts, de nouveaux commerces sur la dalle « relookée » et des espaces de jeux pour rendre ce quartier plus attractif. Les façades sont progressivement rénovées. La ville investi 52 millions d'euros dans la requalification de la dalle Kennedy au début des années 2000. Avec l’ouverture du métro, le quartier de Villejean retrouve un second souffle et son accessibilité est renforcée, avec un axe ouest-est renforce. Le métro casse la barrière formée par le Campus de Rennes 2, le CHU et la voie ferrée, et permet à nouveau de relier le secteur à son centre-ville[7].

Années 2020[modifier | modifier le code]

La requalification du quartier avec l'arrivée du métro n'a concerné que les équipements publics. Le parc immobilier est vieillissant, engendrant des problèmes de salubrité et d'isolation énergétique. Une association d'habitants du quartier craint que Villejean soit moins pris en considération que d'autres quartiers prioritaires de la ville[7].

En 2022, un vaste chantier de restructuration de l'incinérateur de déchets est lancé pour permettre le renouvellement de tous les équipements pour traiter les déchets, épurer les fumées et permettre à terme d'augmenter la production énergétique tout en diminuant l'impact environnemental[8]. La remise en fonctionnement de l'usine, initialement prévue fin 2023, ne devrait pas intervenir avant la mi-2025[9].

Activités[modifier | modifier le code]

Plusieurs établissements d'enseignement supérieur sont implantés dans le quartier, avec bien sûr le Campus de Villejean. (Rennes 2, Rennes 1, EHESP) mais aussi ailleurs dans le quartier avec l'IFPEK, une partie de l'ESC Rennes, et les instituts de formation du CHU (IFSI notamment). On compte ainsi une importante population étudiante (environ 25 000 étudiants souvent scolarisés à l'Université Rennes 2) avec 40,3 % des 19 ans et plus en études. De ce fait, tandis que l'ouest du quartier concentre l'habitat et des commerces, l'est concentre les activités avec d'une part les établissements d'enseignement supérieur précités, mais également d'autre part une zone d'entreprises, avec le technopôle d'Atalante-Villejean (entreprises du secteur de la santé : Boiron, Air de Bretagne, Biotrial, Atalante Pathologie, non loin de l'hôpital). Cette partie du quartier est également marquée par la présence de deux lycées (Coëtlogon et Victor et Hélène Basch).

Du fait de cette importante superficie, le quartier peut ainsi être distingué en trois unités suivant les trois stations de métro le desservant : Kennedy qui désigne la partie d'habitat autour de la dalle éponyme, Villejean qui désigne davantage le campus et ses abords, et enfin Pontchaillou, le principal site du CHU de Rennes. En plus du métro, de nombreuses lignes de bus desservent Villejean, notamment les lignes C4, 14, 31, 52 et 76 qui y transitent mais aussi celles qui effectuent leur terminus auprès de la station Villejean-Université : 12, 65, 68, 77, 78, 81, 82, 152ex et 168ex.

Commerces et équipements[modifier | modifier le code]

  • Station de métro : J.F. Kennedy, Villejean - Université et Pontchaillou
  • Piscine de Villejean
  • Campus de Villejean
  • Le Tambour
  • Bibliothèque Villejean
  • Stade Robert-Poirier
  • Parc du Berry
  • Dalle Kennedy : centre commercial et administratif
  • Centre Commercial Flandres
  • Centre Commercial Churchill
  • Lycée Victor et Hélène Basch
  • Lycée Coëtlogon
  • Collège Rosa Parks (sur 2 sites : Rue du Bourbonnais et Rue de Gascogne)
  • École maternelle et élémentaire Andrée Chedid
  • École maternelle et élémentaire Guyenne
  • École maternelle et élémentaire Jean Moulin
  • École Maître Crêpier et Cuisinier
  • Centre Culinaire Contemporain
  • Hôpital de Pontchaillou
  • Cités universitaires : Alsace, Languedoc, Villejean Ouest.
  • Maison de Quartier de Villejean
  • McDonald
  • Maison verte
  • Square Ile de France
  • Maison de Retraite Raymond Thomas

Voies principales[modifier | modifier le code]

Beauregard[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beauregard : forteresse ou village beau à voir, disposant d'une belle vue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Beauregard est urbanisé plus récemment et en pleine évolution, séparé de Villejean par l'avenue Charles Tillon. Il est composé d'un pôle administratif au sud et du nouveau quartier de Beauregard, composé de trois ZAC : ZAC de Beauregard, ZAC de Beauregard-Quincé et ZAC des Portes de Saint-Malo[10].

Au début des années 1990, le nord de Beauregard est l'un des derniers grands espaces ruraux de la ville de Rennes. Le projet incarne une forme originale d'extension urbaine, respectueuse d'un paysage composé de haies bocagères et d'arbres centenaires. Le quartier s'est fait par trois ZAC successives : Beauregard, Beauregard-Quincé, Porte de Saint-Malo[11].

En novembre 2023, le département annonce l'ouverture d'un collège public dans le quartier à horizon 2029, en raison de la progression démographique du quartier. Ce collège aura une capacité d'accueil de 600 à 700 élèves[12].

Pôle administratif de Beauregard Sud[modifier | modifier le code]

La zone d'aménagement du sud du quartier est créée en 1971 associant un pôle administratif et des activités économiques[13]. Entre les avenues Charles Tillon et Cucillé, se développe une importante fonction administrative avec la présence du Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine et de la préfecture d'Ille-et-Vilaine qui loue ses bureaux au Conseil départemental avant son déménagement dans le nord de Rennes en septembre 2022[14],[15].

De l'autre côté de l'avenue du Bois Labbé sont implantés des équipements pensés en même temps que le quartier de Villejean, tels qu'une caserne de pompier et une usine de traitement des eaux, en lisière de la rocade. Dans la continuité, plusieurs entreprises sont présentes dans la zone d'activité André Meynier, à proximité desquelles on retrouve également le campus de la Harpe, qui accueille principalement l'UFR Activité Physique et Sportive de l'Université Rennes 2. Autour sont implantés également plusieurs terrains et salles de sport. D'autres établissements d'enseignements supérieurs sont situés à proximité immédiate, notamment des classes préparatoires aux concours ainsi que la faculté d'étiopathie. Côté enseignement supérieur, sont également présents dans le quartier l'IRTS et l'ESC.

ZAC de Beauregard[modifier | modifier le code]

La ZAC de Beauregard démarre en 1993 sur 71 hectares et est constitué de 3 400 logements. Les premiers logements sont construits en 1997 et la majorité du quartier est finalisé au début des années 2010. Cette première tranche inclut notamment la résidence Salvatierra, projet précurseur dans l'habitat passif, ainsi que le nouveau Frac de Bretagne, inauguré en 2012[16].

Cet espace représente le cœur du quartier, avec notamment l'avenue Cucillé, desservi par les lignes d'autobus C4, 12 et 14, et son centre commercial[réf. souhaitée].

ZAC de Beauregard-Quincé[modifier | modifier le code]

La ZAC de Beauregard-Quincé s'étend quant à elle sur 27 hectares et est construit entre 2005 et 2023, incluant près de 1 500 logements[16]. Un immeuble d'habitation en bois de six étages, le plus haut de Bretagne, se construit pour une livraison prévue en 2024[17],[18]. Cette ZAC comprend la tour Chromosome, haute de 18 étages et bâtie sur un point haut de Rennes livrée en 2022, devenant ainsi avec la Tour des Horizons et la Tour de l’Éperon un des points culminants de Rennes[19].

Cette ZAC inclut une ferme urbaine de 4 hectares, qui ouvre ses portes en 2021[20]. ainsi que le parc de Beauregard-Quincé, inauguré en 2023, représentant une zone naturelle humide de 12 hectares[21],[22].

ZAC de la Porte de Saint-Malo[modifier | modifier le code]

Enfin, la ZAC de la Porte de St-Malo s'étend sur 10 hectares avec 440 logements prévus au terme de l'aménagement en 2027[16].

Commerces et équipements[modifier | modifier le code]

Voies principales[modifier | modifier le code]

Lande du Breil[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une vaste zone rurale de près de 450 ha située à l'extérieur de la rocade de Rennes. Outre le parc de Villejean et le lycée agricole, on y trouve de l'habitat épars (lieux-dits) et des parcelles cultivées. Cette zone est reliée à Villejean par le passage du Rouergue, tunnel sous la rocade débouchant dans le parc, et à Beauregard par une passerelle proche de La Harpe (Allée Jeanne Laurent) ainsi qu'un pont conduisant au lycée agricole (Rue Fernand Robert). Le quartier n'est desservi par les transports en commun que par la ligne complémentaire 205 du STAR qui est surtout à destination des lycéens (le terminus est dans l'enceinte du lycée) mais qui est à disposition de tout public. La Lande du Breil, aux confins de Rennes, Pacé et Montgermont s'inscrit donc pleinement dans la ceinture verte propre à l'agglomération rennaise

Commerces et équipements[modifier | modifier le code]

  • Parc de Villejean
  • Lycée Lande du Breil (qui depuis 2015 a pris le nom de Centre Pier Giorgio Frassati au sein du groupe Antoine de Saint-Exupéry)
  • Jardins familiaux de Pont-Lagot, de Villejean - Le Breil

Voies principales[modifier | modifier le code]

  • rue de la Lande du Breil
  • rue Fernand Robert
  • rue de Pont Lagot

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Association pour la Promotion de l’Action et de l’Animation Sociale, Recensement de la population 2016 - INSEE, Fiche Quartier 10 Villejean-Beauregard (lire en ligne)
  2. Association pour la Promotion de l’Action et de l’Animation Sociale, Recensement de la population 2018 - INSEE, Fiche Quartier 10 Villejean-Beauregard (lire en ligne)
  3. Association pour la Promotion de l’Action et de l’Animation Sociale, Recensement de la population 2017 - INSEE, Fiche Quartier 10 Villejean-Beauregard (lire en ligne)
  4. « En 30 ans, de profonds changements démographiques et sociaux pour les quartiers rennais », sur insee.fr, (consulté le )
  5. a et b « Zone d'urbanisation prioritaire de Villejean-Malifeu, dite ZUP de Villejean (Rennes) - Inventaire Général du Patrimoine Culturel », sur patrimoine.bzh (consulté le )
  6. Erwan Le Gall, « La Janais, en route vers le futur », sur Rennes Métropole
  7. a et b « À Rennes, le quartier de Villejean est-il la dernière roue du carrosse ? », sur Le Telegramme, (consulté le )
  8. « Environnement. Des problèmes techniques mettent à l'arrêt la plus vieille usine d’incinération de France », sur France 3 Bretagne, (consulté le )
  9. « Pourquoi l’incinérateur de Rennes ne va pas redémarrer », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  10. Plan Local d'Urbanisme de la Ville de Rennes, (lire en ligne), Tome IV – Portraits de quartiers - p 97 à 107
  11. « Rennes, Beauregard | Retour sur 30 ans d'aménagement | Territoires Rennes », sur www.territoires-rennes.fr (consulté le )
  12. « Rennes : un nouveau collège va ouvrir dans le quartier Beauregard », sur actu.fr, (consulté le )
  13. PLU 2019, p. 99
  14. Olivier Berrezai, « Ille-et-Vilaine. Au nord de Rennes, la nouvelle préfecture sera prête à la rentrée 2022 », Ouest France,
  15. Pascal Simon, « Rennes. Premiers pas dans la nouvelle préfecture d’Ille-et-Vilaine », Ouest France,
  16. a b et c « Rennes. Où en est la construction du quartier Beauregard ? », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  17. Linda Nenotmane, « Rennes. Un premier immeuble en bois à Beauregard », Ouest-France,
  18. Jean-Philippe Defawe, « Rennes : des logements bois au zénith », Le Moniteur (France),
  19. Pascal Simon, « Dans cette nouvelle tour de 18 étages, le duplex le plus haut de Rennes », Ouest-France,
  20. « Rennes. La ferme de Quincé : le futur espace agricole, culturel et festif du nord de la ville », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  21. « À Rennes, un immense « parc champêtre » au pied des immeubles de Beauregard », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  22. « « Un doux air de campagne » : un nouveau parc de 12 hectares a ouvert à Rennes », sur Ouest-France.fr, (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Villejean, 30 ans d'histoire, Association des Résidents de Villejean, 2001

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]