Jean Delumeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delumeau.
Jean Delumeau
Portrait de Jean Delumeau
Biographie
Naissance (93 ans)
à Nantes
Nationalité Drapeau : France Français
Enfants Jean-Pierre DelumeauVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation École normale supérieure
Titres Professeur des universités
Professeur au Collège de France
Profession Essayiste (d), historien de l'Église (d), historien, pédagogue (d), écrivain, enseignant et professeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Collège de France (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Travaux
  • Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du XVIe siècle (1957-1959)
  • Naissance et affirmation de la Réforme (1965)
  • La Civilisation de la Renaissance (Grand Prix Gobert de l'Académie française) (1967)
  • Le Catholicisme de Luther à Voltaire (1971)
  • Rome au XVIe siècle (Prix Thiers de l'Académie française) (1975)
  • La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles) (1978)
Approche Histoire du christianisme à la Renaissance
Distinctions Commandeur des Palmes académiques (d), officier de l'ordre national du Mérite (d) et commandeur de la Légion d'honneur‎ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie des inscriptions et belles-lettresVoir et modifier les données sur Wikidata

Jean Delumeau, né le à Nantes, est un historien français spécialiste du christianisme, en particulier de la période de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure (promotion 1943), agrégé d'histoire, membre de l'École française de Rome et docteur ès lettres, il a enseigné l'histoire à l'École polytechnique, à l'université de Rennes II, à l'École pratique des hautes études et à l'université de Paris I.

Détaché au Centre national de la recherche scientifique de 1954 à 1955, directeur du Centre Armoricain de Recherches historiques de 1964 à 1970 et directeur d'étude à l’École des hautes études en sciences sociales de 1963 à 1978. Il est professeur puis professeur honoraire au Collège de France, où il occupa de 1975 à 1994 la chaire d'« Histoire des mentalités religieuses dans l'Occident moderne »[1].

Ses ouvrages ont été traduits dans de nombreuses langues (japonais, portugais, tchèque, roumain, hongrois, italien).

Membre de l'Institut[modifier | modifier le code]

Élu, le  , membre ordinaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, au fauteuil de Georges Dumézil[2].

Son épée d'académicien lui a été remise le par Philippe Wolff. Au cours de la cérémonie, des allocutions ont été prononcées par Nicole Lemaître, Alain Cabantous, Michel Mollat du Jourdin, Philippe Wolff et Jean Delumeau.

« Je suis fier et heureux, cher Philippe Wolff, de recevoir de vos mains cette épée que mes enfants ont choisie du début du XIXe siècle afin de l'accorder au costume dessiné par David. Dans la ligne de ce qui vient d'être dit, je veux délibérément placer mon intervention et mes remerciements sous le signe de l'amitié. Encouragé par vous, je souhaite exprimer publiquement ce que, dans la vie ordinaire et par une pudeur bien compréhensible, on garde pour soi ou on ne dit qu'à mi-mots (…).

L'épée fine, élégante et chronologiquement bien datée que je porterai désormais grâce à vous sous la coupole additionne à mes yeux trois significations. D'abord, elle me rappellera jusqu'en bout de carrière la chaleureuse sympathie dont vous m'avez entouré ce soir ; elle symbolise ensuite un attachement à l'histoire que j'ai manifesté dès l'enfance ; elle exprime enfin une sobriété de style dont j'aimerais faire passer quelque chose dans mon écriture »[3].

Fonctions honorifiques et engagements[modifier | modifier le code]

Il est membre d'honneur de l'Observatoire du patrimoine religieux (OPR), une association multiconfessionnelle qui œuvre à la préservation et au rayonnement du patrimoine culturel français[4].

Enfin, il est membre du comité de parrainage de la Coordination pour l'éducation à la non-violence et à la paix.

Le , il fait partie des signataires d'une tribune de chercheurs et d'universitaires annonçant avoir voté Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle française de 2017 et appelant à voter pour lui au second, en raison notamment de son projet pour l'enseignement supérieur et la recherche[5].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père de l'historien Jean-Pierre Delumeau.

Décorations[modifier | modifier le code]

Légion d'honneur[modifier | modifier le code]

L'ordre national du Mérite[modifier | modifier le code]

L'ordre des Palmes Académiques[modifier | modifier le code]

L'ordre des Arts et des Lettres[modifier | modifier le code]

 Autres distinctions[modifier | modifier le code]

Le spécialiste de l'évolution de la conscience religieuse[modifier | modifier le code]

Les ouvrages majeurs sur les thèmes qu'il travaille particulièrement concernent :

  • les pulsions avec en 1978 : La Peur en Occident, XIV°-XVIII°s et en 1983 : Le Péché, la Peur, la culpabilisation en Occident ;
  • les institutions avec en 1990 : L'Aveu et le Pardon, XIII°-XVIII°s ;
  • les représentations avec en 1992 : Le Jardin des Délices.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1957-1959 : Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du XVIe siècle
  • 1962 : L’Alun de Rome, XVe-XVIIIe siècles
  • 1965 : Naissance et affirmation de la Réforme
  • 1966 : Le Mouvement du port de Saint-Malo, 1681-1720
  • 1967 : La Civilisation de la Renaissance (Grand Prix Gobert de l'Académie française)
  • 1969 : Histoire de la Bretagne
  • 1971 : Le Catholicisme de Luther à Voltaire, PUF
  • 1974 : L’Italie de Botticelli à Bonaparte (L'Italie de la Renaissance à la fin du XVIIIe siècle en réédition chez Armand Colin 1991)
  • 1975 : Rome au XVIe siècle
    Ouvrage couronné par le Prix Thiers de l'Académie française.
  • 1976 : La Mort des pays de Cocagne. Comportements collectifs de la Renaissance à l’âge classique
  • 1977 : Le Christianisme va-t-il mourir ? (Grand Prix catholique de littérature)
  • 1978 : La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles)
  • 1979 : Histoire vécue du peuple chrétien, 2 vol.
  • 1983 : Le Péché et la peur : La culpabilisation en Occident (XIIIe-XVIIIe siècles)
  • 1985 : Ce que je crois
  • 1987 : Les Malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France (ouvrage collectif)
  • 1989 : Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois
  • 1990 : L’Aveu et le Pardon
  • 1992 : Une histoire du Paradis. I : Le Jardin des délices
  • 1992 : Le Fait religieux (ouvrage collectif)
  • 1995 : Une histoire du Paradis. II : Mille ans de bonheur
  • 1997 : Des Religions et des Hommes
  • 2000 : Histoire des pères et de la paternité (ouvrage collectif - 2e édition)
  • 2000 : Une histoire du Paradis. III : Que reste-t-il du Paradis ?
  • 2003 : Guetter l'aurore. Un christianisme pour demain
  • 2005 : Histoire des mentalités religieuses dans l'occident moderne Conférence terminale de jean Delumeau au Collège de France 1994 - CD audio - Ed. Le Livre Qui Parle
  • 2008 : Le Mystère Campanella
  • 2010 : À la recherche du paradis
  • 2013 : La seconde gloire de Rome. XVe-XVIIe siècle
  • 2015 : L'avenir de Dieu
  • 2016 : La seconde gloire de Rome, Coll. Tempus, Tempus Perrin

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean Delumeau », sur college-de-france.fr
  2. « DELUMEAU Jean, Léon, Marie, Joseph, André », sur aibl.fr
  3. J. Delumeau, in Hommage à Jean Delumeau à l'occasion de son élection à l'Académie des inscriptions et Belles-Lettres, 1990, p. 29-30.
  4. « Qui sommes nous, nous rejoindre ! — Observatoire du Patrimoine Religieux », sur www.patrimoine-religieux.fr (consulté le 28 décembre 2015)
  5. « Des universitaires et chercheurs appellent à soutenir Emmanuel Macron », sur petiteau-natalie.blogspot.fr, . La tribune est relayée le lendemain par Le Monde : « “Nous, universitaires et chercheurs, tenons à manifester notre soutien à Emmanuel Macron” », sur lemonde.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]