Sienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sienne (homonymie).
Sienne
Blason de Sienne
Héraldique
Piazza del Campo la nuit
Piazza del Campo la nuit
Noms
Nom italien Siena
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Tuscany.svg Toscane 
Province Sienne  
Code postal 53100
Code ISTAT 052032
Code cadastral I726
Préfixe tel. 0577
Démographie
Gentilé siennois
Population 54 543 hab. (31-12-2010[1])
Densité 462 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 00″ N 11° 20′ 00″ E / 43.33333, 11.33333 ()43° 20′ 00″ Nord 11° 20′ 00″ Est / 43.33333, 11.33333 ()  
Altitude Min. 322 m – Max. 322 m
Superficie 11 800 ha = 118 km2
Divers
Saint patron Saint Ansano
Fête patronale 1er décembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Toscane

Voir sur la carte administrative de Toscane
City locator 14.svg
Sienne

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Sienne

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Sienne
Liens
Site web http://www.comune.siena.it/

Sienne (Siena en italien) est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom, dans la région de Toscane. Elle compte 54 500 habitants (2004).

La ville est célèbre pour son patrimoine artistique et pour la course du Palio delle Contrade, souvent abrégé en Palio, une spectaculaire course de chevaux qui voit s'affronter les contrade (paroisses et quartiers) de la ville deux fois par an, le 2 juillet et le 16 août. Elle figure dans la liste du patrimoine mondial en Europe établie par l'UNESCO.

Le centre historique de la ville de Sienne vu depuis le haut du facciatone, mur inachevé du Duomo
Sienne, vue de San Clemente in Santa Maria dei Servi.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sienne se situe au centre d'une zone collinaire, entre les vallons de l'Arbia au sud, de la Merse au sud-ouest et de l'Elsa au nord, avec les collines du Chianti au nord-est, la Montagnola à l'ouest et les Crete Senesi au sud-est. La place en « coquillage » est le point d'intersection des trois collines qui forment Sienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Sienne.
Façade de la cathédrale de Sienne, le Duomo
La cathédrale, v. 1890
Photo Paolo Lombardi

Selon la légende, Sienne fut fondée par Senius et Aschius, fils de Rémus, lui-même frère de Romulus (fondateurs de Rome). Ils fuirent la ville sur deux chevaux donnés par Apollon et Diane, l'un blanc et l'autre noir, pour échapper à la fureur de leur oncle Romulus. Ils s'arrêtèrent dans la vallée du Tressa et fondèrent une ville qu'ils baptisèrent du nom de l'aîné, Sienne (en latin Sena Julia). Le blanc et le noir devinrent alors les couleurs de la ville.

Sienne fut une ancienne colonie romaine fondée par Auguste. Au Ve siècle, elle devint siège épiscopal. La ville se développe dès le VIIe siècle à l'époque des rois lombards. Devenue cité libre et indépendante au XIIe siècle, elle fut la rivale de Florence, d'autant plus que gibeline, c'est-à-dire partisane de l'empereur, elle s'opposait à la politique guelfe – favorable au pape – de sa voisine qu'elle tint longtemps en respect avant de lui infliger une cinglante défaite en 1260, à la bataille de Montaperti.

Dès le XIIe siècle, les nobles propriétaires de castellari, palais urbains munis d'une tour carrée, contrôlaient un réseau de rues privées qui les reliaient à leurs alliés mais aussi aux marchés et à des portes de sortie sur la campagne qui leur permettaient de fuir vers leurs fiefs. Au lendemain des batailles du XIIIe siècle, les factions victorieuses s'appliquaient à piller les vaincus et à incendier leurs palais. Ces lieux, tel Carthage dans l'Antiquité, étaient réputés maudits et on interdisait, en guise de punition, de reconstruire par dessus. Ces lieux laissés à l'abandon devenaient ainsi des cloaques alors que la municipalité développait de grands soins à décorer et embellir la ville. Dans certains cas, les maisons n'étaient pas détruites mais confisquées par la municipalité, qui les rasait pour élargir les rues ou les places ; c'est ainsi que fut construite la Via Supra Posteria, aujourd'hui la Costa larga : tracée dès 1290, la municipalité attendit que Gabrielle Speranza, dont le palais se trouvait malencontreusement sur le chemin, soit déclarée traître et qu'un autre patricien meure, mais il a fallu attendre 1360 pour que cette voie soit ouverte.

Son saint patron est Saint Ansanus, († 304), martyr sous Dioclétien et fêté le 1er décembre. Il est représenté dans un polyptyque de 5 panneaux, réalisé vers 1326 par Simone Martini pour le Palazzo Pubblico. C'est un des 3 panneaux conservés aujourd'hui au Metropolitan Museum of Art de New York.

La ville vit naître au XVIIe siècle l'Accademia dei Fisiocritici qui est l'Accademia delle Scienze di Siena.

Culture[modifier | modifier le code]

Le centre historique dominé par la Torre del Mangia, le Duomo...

Monuments[modifier | modifier le code]

Le Palazzo Pubblico et la Torre del Mangia
Religieux
Civils

Musées[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Sienne[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Naissance à Sienne.

Événement commémoratif[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

Le Palio[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Palio de Sienne et contrade de Sienne.
Piazza del Campo

La célèbre course de chevaux remonte à la fin du XVIe siècle. Le concile de Trente interdisant les manifestations violentes (chasses aux taureaux, joutes collectives, etc.) qui se déroulaient, à Sienne, sur la place centrale (Piazza del Campo), la municipalité choisit alors d'instaurer une course de chevaux dans les rues de la ville.

En 1605, pour améliorer la sécurité des habitants, la course fut déplacée sur le Campo. En même temps, la course se courut désormais non plus entre individus (souvent de riches aristocrates) mais par contrada, à la fois quartier et paroisse de la ville.

Chaque course est disputée par 10 chevaux. Les sept contrade exclues participent à la course suivante, en août. Elle est complétée par trois contrade tirées au sort parmi celles ayant couru l'année précédente. Les chevaux, sont attribués aux contrade par tirage au sort ayant lieu sur la piazza del Campo. La course dure le temps qu'un cheval fasse trois tours du Campo, ce qui ne prend guère de temps, soit environ une minute et demie, voire deux minutes. Jusqu'en 1715, les jockeys utilisaient le sovatto, un fouet aux lanières munies de boules de plomb. Désormais, ils se contentent d'un nerf de bœuf, utilisé principalement pour frapper leurs chevaux, si un jockey frappe un autre jockey ou leurs chevaux, il est disqualifié et ne peut courir pendant l'année suivante. Le cheval gagne la course quand il a fait trois tours, qu'il porte son jockey ou non (il faut cependant que le cheval porte la cocarde de son quartier sinon il ne peut gagner). La contrada dont le cheval porte les couleurs remporte alors le palio qui est appelé cenco par les contrade soit chiffon car la matière au toucher semble être faite de tissus. Il est faux de penser que le Palio est violent et que les Siennois ne se préoccupent pas des chevaux : ils le vénèrent et préfèrent le cheval au fantino (jockey) les organisations animales radicales mettent tout en œuvre (mais c'est en vain) pour interdire le Palio : les rares chevaux s'étant blessés sont pleurés par la contrada et sont soignés, il n'y a que si l'animal ne peut plus marcher qu'il est malheureusement abattu. Le dernier cheval à être mort de ses blessures était le cheval de l'Onda dans les années 1990.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1990 Vittorio Mazzoni della Stella PSI  
1990 2001 Pierluigi Piccini PDS  
2001 30 mai 2006 Maurizio Cenni DS  
30 mai 2006 en cours Maurizio Cenni PD  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Costalpino, Isola d'Arbia, Taverne d'Arbia, San Miniato

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Asciano, Castelnuovo Berardenga, Monteriggioni, Monteroni d'Arbia, Sovicille

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Économie[modifier | modifier le code]

Les poumons économiques de la ville sont le tourisme et les activités bancaires, même si l’artisanat local reste présent.

Sports[modifier | modifier le code]

La course cycliste professionnelle Monte Paschi Strade Bianche arrive chaque année au mois de mars Piazza del Campo.

Transport[modifier | modifier le code]

  • Pour des raisons topographiques, la gare ferroviaire de Sienne est située en bas de la ville. Elle permet les liaisons vers Chiusi au sud, Empoli au nord puis vers Grosseto.
  • Sienne comporte un aéroport (code AITA SAY) situé à Ampugnano. De faible importance aucune ligne ne le dessert et les liaisons s'effectuent plutôt par Pise ou par Florence car il est principalement dédié aux vols humanitaires[2].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Site officiel de l'aéroport
  3. Compagnie militari di Siena.
  4. (it) Source

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Brenot, Sienne au XIVe siècle dans les fresques de Lorenzetti : la cité parfaite, L'Harmattan, Paris, 1999, 85 p. (ISBN 2738476279)
  • Robert Langton Douglas, Histoire de Sienne (trad. Georges Feuilloy), Librairie Renouard, H. Laurens, Paris, 1914, 2 vol. (1. Histoire politique et sociale de la république de Sienne ; 2. L'art siennois) , 496 p.
  • Odile Redon L'espace d'une cité : Sienne et le pays siennois (XIIIe-XIVe siècles), École française de Rome, 1994, 324 p. (ISBN 9782728303144)
  • André Suarès, « Sienne la bien aimée » in Le Voyage du Condottiere , Émile-Paul frères, Paris, 1932
  • Damien Wigny, Sienne et le sud de la Toscane, Renaissance du livre, Tournai, 1998, 1 007 p. (ISBN 2804602095)

Liens externes[modifier | modifier le code]