Orpea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

ORPEA
logo de Orpea

Création 1989
Fondateurs Jean-Claude Marian (d)
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : ORP
Slogan La vie continue avec nous
Siège social Puteaux
Drapeau de la France France
Direction Philippe Charrier : président directeur général groupe / Jean-Christophe Romersi : directeur général France
Actionnaires Régime de pensions du Canada, Peugeot Invest, Norges Bank Investment Management (d), The Vanguard Group, Q66619344 et DNCA FinanceVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Maisons de retraite et cliniques de soins
Sociétés sœurs Clinéa
Filiales VivréA - bureau d'études techniques
Effectif 68 891 (2020)
SIREN 401251566[1],[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web orpea.com

Capitalisation 2 502 M€ (31 janvier 2022)
Chiffre d'affaires 3 922 M€ (2020)
3 740 M€ (2019)
Résultat net 159,3 M€ (2020)
232,8 M€ (2019)
Ehpad Orpea Beaulieu, à Caen.
Avenue Winston Churchill, Uccle (Belgique), au centre, la Résidence Orpea Le Domaine Churchill Senior Resort.
Ancien logo

Orpea est un groupe privé français fondé en 1989 par le neuropsychiatre Jean-Claude Marian, actif dans le domaine de la santé et de l'hébergement des personnes âgées. L'entreprise gère une chaîne d'Ehpad privés, de maisons de retraite, de cliniques de soins et de services à la personne sous forme d'aide à domicile.

Le groupe contrôle, en 2022, un réseau de 1 156 établissements et 116 514 lits dans 23 pays, principalement en Europe. Il est introduit en bourse en 2002. Ses méthodes de gestion sont régulièrement au cœur de scandales.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1989, le docteur Jean-Claude Marian (d) crée Orpea, entreprise spécialisée dans les maisons de retraite.

En 1999, Orpea se diversifie dans les maisons de convalescence et les cliniques psychiatriques avec Clinea.

En 2002, le groupe est introduit en Bourse[3]. En 2003, Orpea achète 29,3 % de son concurrent Medidep[4].

En 2006, la famille Peugeot devient actionnaire d'Orpea, dont les marges de rentabilité sont jugées excellentes[5].

Jusqu'en 2014, Orpea était le 1er exploitant privé français de maisons de retraite, année de la fusion-absorption du groupe Medica par le groupe Korian, principal concurrent d'Orpea devenu depuis leader français et européen[6].

Développement international[modifier | modifier le code]

En 2015, Orpea acquiert Senecura en Autriche qui développe, dans une vingtaine de ses établissements, des synergies avec des écoles maternelles et des salons de coiffure qui lui versent un loyer. Ce modèle est ensuite développé en Suisse et en Allemagne[7].

En 2017, Orpea acquiert le groupe Anavita en République tchèque spécialisé dans les maisons de retraite médicalisées[8]. Orpea poursuit son internationalisation avec l'ouverture de 1 000 lits au Portugal et 2 000 lits au Brésil en partenariat avec le groupe SIS[9].

En 2018, le groupe acquiert quatre sociétés aux Pays-Bas[10].

En 2019, Orpea investit en Amérique latine avec l'achat de 50 % de Senior Suites au Chili, de 20 % de Brasil Senior Living au Brésil et d'un établissement en Uruguay[11].

En 2020, après le rachat du groupe Sinoué, Orpea poursuit le renforcement de son offre de soin en santé mentale en France et acquiert le groupe Clinipsy[12],[13].

En 2020, le groupe s’implante également en Irlande avec l’acquisition du groupe TLC et de 50 % du capital de Brindley Healthcare, acteurs dans les maisons de retraite, et devient ainsi le deuxième acteur en Irlande[14],[15].

Début mai 2022, alors que le groupe est en pleine tourmente, Laurent Guillot est nommé en tant que nouveau directeur général[16].

Activités[modifier | modifier le code]

Établissements[modifier | modifier le code]

En , Orpea possède 1 156 établissements dans 23 pays, représentant 116 514 lits[17] :

Nom de la marque[modifier | modifier le code]

Le nom Orpéa est un sigle composé des valeurs affichées du groupe : Ouverture, Respect, Présence, Écoute, Accueil[18].

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

2005 2006 2007 2008 2012 2016 2018 2019 2020
Chiffre d'affaires (en millions d'€) 309,2 415 544 702 1 429[19] 2 841[20] 3 419[21] 3 740[22] 3 922[23]
Résultat net (en millions d'euro) 41 97 257[20] 220[21] 232,8[22] 159,3[24],[25]
Nombre d'employés 65 511 68 891[26]
Nombre de lits 25 000 116 514[17]

En , le groupe annonce qu'il ne versera pas de dividende au titre de l’exercice 2019 dans le contexte de crise sanitaire de la pandémie de Covid-19[27]. Lors du premier semestre 2021, le bénéfice net d'Orpea est en hausse de 40 % à 102,4 millions d'euros tandis que le chiffre d'affaires augmente de 8,7 % à 2,07 milliards d'euros[28].

Sur l'ensemble de l'année 2021, avant d'être impactée par la polémique visant ses méthodes de gestion, Orpea affiche une hausse de son chiffre d'affaires de 9,2% à 4,285 milliards d'euros[29].

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Marian, son fondateur, a progressivement vendu sa participation. Une première fois en 2013 en vendant 15 % du capital à l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada[30] puis il solde ses derniers titres en .

Au les actionnaires qui détiennent plus de 5 % du capital sont[31] l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada (14,5 %) et la holding Peugeot Invest (5,05 %). La société de gestion d'actifs Mirova (filiale de Natixis Investment Managers) est avec 3,9 % le troisième actionnaire.

Le , à la suite de l'annonce de la parution du livre-enquête Les Fossoyeurs de Victor Castanet, le groupe Orpea voit le prix de son action chuter de 19 % en bourse. Orpea demande à ce que son cours de bourse soit suspendu pour la journée du lendemain[32],[33]. Malgré cette suspension temporaire, l'action Orpea continue sa chute : deux jours plus tard, le , celle-ci a déjà perdu plus de la moitié de sa valeur[34].

Le , Élise Lucet, animatrice de l'émission Cash Investigation de France 2, annonce la diffusion dans les semaines suivantes d'une enquête effectuée sur plus d'un an dans les Ehpad privés promettant de nouvelles révélations, ceux gérés notamment par les groupes Orpea, Korian et DomusVi[35]. Le jour même, le cours des titres des sociétés Orpea et Korian chutent respectivement de 12,44 % et de 16,81 %[36].

Parc immobilier[modifier | modifier le code]

Début 2022, le parc immobilier d'Orpea est évalué à 7,4 milliards d'euros. Selon un rapport du Centre pour la recherche et la responsabilité fiscale des entreprises (Cictar) mandaté par les syndicats CGT et CFDT, le groupe multiplie dans un objectif de spéculation immobilière les structures intermédiaires inutiles, dont nombre sont situées dans des paradis fiscaux, notamment des sociétés situées au Luxembourg et aux îles Vierges britanniques. L'entreprise aurait en toute légalité utilisé des fonds publics et les revenus provenant de ses maisons de retraite pour se constituer un vaste patrimoine immobilier. Selon cette analyse, la revente ultérieure des actifs immobiliers aboutirait à surenchérir les charges des Ehpads par le biais des loyers, sans diminuer l'endettement, au détriment des effectifs et des salaires, et donc de la qualité des soins[37],[38].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Direction générale[modifier | modifier le code]

  • Président-directeur général (PDG) : poste créé et occupé depuis le par Philippe Charrier, à la suite du limogeage le même jour du directeur général (DG) Yves Le Masne après la parution du livre Les Fossoyeurs de Victor Castanet[39],[40].
  • Directeur général France : Jean-Christophe Romersi.

Ex-dirigeants[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Marian : c'est le fondateur du groupe (en 1989). Il en est président de 1989 à 2016. Il demeure président d’honneur après sa démission, à l’âge de 78 ans en 2017, à cette date il figure dans le classement des 500 plus grandes fortunes de France[41].
  • Jean-Claude Brdenk : d'abord directeur général délégué chargé des opérations (jusqu'en janvier 2021), il a quitté le groupe avec une indemnité de départ (votée en 2021) de 2,5 millions d'euros brut). Rémunération 2016: 1 084 000 euros, dont 640 000 euros pour la part fixe, 355 200 euros pour la part variable et 88 800 euros pour la part exceptionnelle. En 2022, cadre dirigeant du groupe Bastide Le Confort Médical[41].
  • Yves Le Masne : il est directeur général durant 12 ans (de 2010 au 29 janvier 2022). Il est membre du conseil d'administration d'Orpea (de 2006 à février 2022). Il est embauché par Orpea en 1993 comme contrôleur de gestion, avant de devenir responsable du contrôle de gestion. En 1998, il devient le directeur administratif et financier du groupe. Au total, il a passé vingt-huit ans dans le groupe, avant son éviction début 2022.
    Une enquête préliminaire pour délit d'initié a été ouverte contre lui en février 2022 par le parquet national financier (PNF), après que le Canard enchainé ait révélé qu'Yves Le Masne a revendu 5456 actions Orpea pour une valeur de 580 000 euros en juillet 2021, peu avant la parution du livre Les Fossoyeurs du journaliste indépendant Victor Castanet en février 2021[42] (publication qui a fait chuter la valeur de ces actions de 60%).
    Le montant de sa rémunération (1,2 million d'euros annuels et 740 000 euros d'actions gratuites) et surtout ses indemnités de départ (2,4 millions d'euros) ont été vivement contesté par les députés de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, lors des auditions menées en février 2022 après la polémique, sachant que le montant versé « est prélevé intégralement, comme tous les salaires des cadres du personnel de direction et des frais de siège, sur la section hébergement », c'est-à-dire payé par les résidents[43].

Controverses[modifier | modifier le code]

Espionnage de salariés[modifier | modifier le code]

L'affaire est dévoilée en 2012 par le magazine L'Expansion. Fin 2014, la Confédération générale du travail (CGT) dépose une plainte contre X auprès du parquet de Paris, dénonçant « un système visant à infiltrer le syndicat » : trois comédiens professionnels avaient été embauchés en 2010 comme brancardier ou agent d'entretien et envoyés en observation sur les sites de L'Haÿ-les-Roses, Andilly et Lyon dans le cadre d'un contrat passé avec la société de renseignements privée GSG, afin d'espionner les salariés de ces trois établissements, notamment ceux syndiqués[44]. Le groupe propose un accord secret à la CGT en , comprenant des améliorations des conditions de travail des salariés et dont le coût est estimé à quatre millions d'euros pour Orpea, rapporte Mediapart ; il est finalement refusé[45].

2015, accusation de maltraitance[modifier | modifier le code]

La presse rapporte à plusieurs reprises des mauvaises conditions d'accueil des personnes âgées dans des établissements Orpea, en raison notamment d'un sous-effectif de personnel soignant et d'une logique de rentabilité incompatible avec une prise en charge correcte des pensionnaires.

En 2015, vingt-huit familles de pensionnaires de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) « Le Village », à Boissise-le-Roi (Seine-et-Marne), écrivent à Marisol Touraine, la ministre française de la Santé, au préfet de Seine-et-Marne, au directeur départemental de la concurrence et de la répression des fraudes ainsi qu'au procureur de la République pour émettre un « signalement pour maltraitance par négligence active et passive », estimant que la qualité de la prise en charge des résidents « s'est détériorée » depuis le rachat de l'établissement par Orpea en 2013. Les familles pointent essentiellement un manque de personnel[46].

2016 et 2017, allégations de maltraitance et de mauvaises conditions de travail[modifier | modifier le code]

Au Mans, en , des salariés de l'établissement « Les Sablons » pointent des conditions de travail « exécrables » débouchant sur une dégradation de la qualité de service, depuis l'arrivée d'une nouvelle direction en . Ils citent des attitudes méprisantes, des cas de harcèlement, des arrêts maladie, des démissions et plusieurs licenciements pour faute grave[47].

En , France 3 Alsace fait état de soupçons de maltraitance dans la maison de retraite de l'Aar, située à Schiltigheim. Des membres du personnel et des familles témoignent d'un manque récurrent de personnel, conduisant notamment à ce que les couches des personnes âgées ne soient parfois changées qu'une seule fois par jour, à ce que des pansements ne soient changés qu'une seule fois par semaine, à ce que des résidents tombés au sol tardent à être relevés ou à ce que des résidents ne puissent pas manger, faute d'aide. La direction de l'établissement nie tout dysfonctionnement.

Cinq réclamations et sept signalements conduisent l'agence régionale de santé à diligenter une inspection de l'ehpad en . L'agence remarque que 12 directeurs se sont succédé dans l'établissement en six ans[48].

À Niort, en 2016 et 2017, l'ehpad de Sevret est l'objet de critiques de salariés et de familles, qui dénoncent un turn-over important (licenciement, démissions, etc.), un manque de personnel chronique et la maltraitance de résidents[49],[50],[51].

À Échillais (Charente-Maritime), une partie du personnel de l'ehpad se met en grève en et pointe, de concert avec des résidents et familles de résidents, des cas de maltraitance et une dégradation des conditions de prise en charge des personnes âgées, conséquence d'un manque de personnel ; des salariés évoquent aussi des faits de harcèlement moral à leur égard[52].

2018, un système économique à la source de mauvais traitements[modifier | modifier le code]

En , le site Mediapart pointe de nombreux dysfonctionnements dans l'Ehpad « Les Bords de Seine » à Neuilly-sur-Seine. Les résidents, les proches de résidents, et les salariés dénoncent le manque récurrent de personnel et une politique d'économie « de bouts de chandelle » sur le matériel (couches, gants, etc.) et les denrées alimentaires qui aboutissent à de mauvais traitements (douches rares, résidents couverts de leur urine, etc.) et à des cas de dénutrition et de déshydratation chez les résidents, ainsi qu'à un fort turn-over. Ces faits ont fait l'objet de plusieurs signalements par des familles à l'agence régionale de santé. Mediapart souligne néanmoins que ces problèmes ne sont pas propres à l'établissement, touchant de nombreux Ehpad en France[20].

En , le magazine Envoyé spécial (magazine hebdomadaire de la rédaction de France 2) diffuse un reportage réalisé par Julie Pichot dédié aux conditions d'hébergement et de prise en charge des personnes âgées dépendantes dans les Ehpad privés à but lucratif, en particulier des groupes Korian et Orpea. Le reportage dénonce, témoignages de familles de résidents et d'employés à l'appui, un manque régulier de personnel (d'aides-soignants notamment), une prise en charge médicale insuffisante et une chasse aux coûts notamment dans le budget par résident alloué aux repas, tandis que le groupe Orpea dégage 89 millions d'euros de bénéfice en 2017[53],[54].

Interrogé en , Yves Le Masne, directeur d'Orpea, répond notamment : « il y a aujourd'hui 87 % des familles qui nous recommandent » et « notre premier souci, ce sont nos résidents et nos salariés »[53].

Selon le magazine Télérama, le groupe Orpea a voulu empêcher, en 2018, la diffusion du reportage de Julie Pichot dans Envoyé spécial en introduisant un référé, qui est rejeté par le tribunal de grande instance de Nanterre le jour même de sa diffusion[55].

En , en se fédérant, les syndicats de plusieurs pays européens tentent de contraindre Orpea d’améliorer les salaires et des conditions de travail[56].

2021, enquête préliminaire du parquet national financier[modifier | modifier le code]

Le dossier trouve son origine dans le rachat d'une maison de retraite indépendante par Orpea en 2008, dans les Bouches-du-Rhône. La transaction, d’un montant de près de neuf millions d’euros, aurait été réalisée via des intermédiaires, détenteurs de sociétés à l'étranger, dans le but d'alléger l'imposition des vendeurs. Les enquêteurs suspectent également l'existence de rétrocommissions, pour un montant de deux millions d'euros[57],[58]. Les soupçons portent sur des aspects fiscaux notamment pour complicité de fraude fiscale et blanchiment d'argent aggravé[59]. Le parquet de Marseille avait initié cette affaire à la suite d'une plainte de l'administration fiscale, en ouvrant une enquête préliminaire pour fraude fiscale, complicité de fraude et blanchiment aggravé. Début 2017, le parquet de Marseille se dessaisit du dossier au profit du parquet national financier. En , Orpea fait l'objet d'une enquête préliminaire de la part du parquet national financier et une perquisition de son siège social est ordonnée.

2022, maltraitances et optimisation des profits[modifier | modifier le code]

Le journaliste indépendant Victor Castanet publie le résultat de trois années d'enquête dans son ouvrage Les Fossoyeurs publié chez Fayard le [60],[61]. Et selon Mediapart, la filiale "cliniques psychiatriques" d'Orpea (Clinea, qui serait en 2022 la branche la plus rentable d’Orpea), est gérée avec les mêmes méthodes de soins et de management que celles d'Orpea ; profitant des « largesses de l’assurance maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix aux patients »[62].

Différents volets de l'alerte[modifier | modifier le code]

Ce livre-enquête décrit un certain nombre de problèmes éthiques et sanitaires : une obsession de la rentabilité, des comportements négligents, des méthodes managériales contestables, des actes de discrimination syndicale, une troublante proximité avec des hauts fonctionnaires et des élus, en particulier Xavier Bertrand[63], ministre de la Santé puis des Affaires sociales de 2005 à 2009, et la pratique de rétrocommissions et de marges arrières dans ce secteur médicosocial, en particulier un de ses fournisseurs principaux, le groupe Bastide Le Confort Médical.

Une alerte lancée le par l'ancien ministre de la santé Claude Évin, alors directeur de l'agence régionale de santé d'Île-de-France, a dénoncé les procédés similaires du groupe Korian auprès de Laurence Rossignol, secrétaire d'État chargée de la Famille, de l'Enfance, des Personnes âgées et de l'Autonomie, cette alerte est restée sans aucune suite administrative[64],[65].

Deux jours avant la publication de l'ouvrage, le quotidien Le Monde publie les "bonnes feuilles" de l'ouvrage de Victor Castanet[66]. La famille de Françoise Dorin témoigne de comportements négligents envers la comédienne[67]. Mediapart dénonce simultanément des irrégularités dans l'établissement des CDD : des employés fictifs sont mentionnés à la place de la personne en CDI que le CDD est censé remplacer[68].

Le , plusieurs familles de résidents annoncent vouloir intenter une action collective en justice contre le groupe Orpea. Celle-ci est menée par l'avocate Sarah Saldmann[69].

Réactions des pouvoirs publics[modifier | modifier le code]

Le , la ministre déléguée chargée de l'autonomie, Brigitte Bourguignon, annonce que le gouvernement lance une enquête administrative et réclame « des explications »[70]. Les deux dirigeants du groupe (le nouveau PDG, Philippe Charrier et le DG pour la France, Jean-Christophe Romersi) sont convoqués par le gouvernement à un entretien le [71].

Le 2022, dans la soirée, France Info annonce que : les agents de l'agence régionale de santé d'Île-de-France, ont passé la journée à inspecter l'établissement « Les Bords de Seine » à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), dans lequel de nombreux dysfonctionnements sont mis en lumière par l'enquête de Victor Castanet[72].

Le , à l'issue de l'entretien entre les dirigeants d'Orpea et Brigitte Bourguignon, la ministre dénonce sur LCI le « cynisme pur » de la direction du groupe, elle rapporte qu'ils « ne se remettent pas en question, ont l’air de dire qu’ils ont des explications pour tout, des preuves pour tout »[73],[74]. En réaction, Brigitte Bourguignon annonce l'ouverture de deux enquêtes administratives confiées à l'IGAS et à l'IGF pour le volet financier[75],[76], et une large consultation des représentants des familles, élus départementaux, acteurs du secteur et partenaires sociaux.

La commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale auditionne :

  • Le , Philippe Charrier, PDG du groupe Orpea, et son directeur général France, Jean-Christophe Romersi[77]. Les membres de la commission se disent « outrés » et « déçus » de ne pas avoir reçu les réponses aux nombreuses questions qu'ils ont posées sur les informations contenues dans le livre-enquête de Victor Castanet[78].
  • Le , Amélie Verdier, directrice générale de l'agence régionale de santé Île de France et Victor Castanet, auteur de l'ouvrage Les Fossoyeurs sur la situation dans certains établissements du groupe Orpea.
  • Le , Jean Claude Brdenk, ancien directeur général délégué en charge de l'exploitation et du développement du groupe Orpea. Annie Prévot, directrice de l'agence du numérique en santé, et Laura Létourneau, déléguée ministérielle à l'agence du numérique en santé, sur les mutations de notre système de santé. Thomas Fatome, directeur général de la Caisse nationale de l'assurance maladie (CNAM), sur les mutations de notre système de santé. Sophie Boissard, directrice générale du groupe Korian et Nicolas Mérigot, directeur général France.
  • Le auditions sur la situation dans certains établissements du groupe Orpea : tables rondes avec des familles de résidents en établissement, avec des associations de familles de personnes âgées et avec des avocats.
  • Le 23 février 2022, Jean Claude Marian, fondateur et président d’honneur du groupe Orpea. À cette occasion, il a contesté la « caricature » de son entreprise, faite selon lui dans le livre de Victor Castanet dénonçant des manquements et des maltraitances dans ses Ehpad[79].
  • Le , Yves Le Masne, ancien directeur général du groupe Orpea[80].

Le , une inspection administrative confirme une partie des accusations du livre Les Fossoyeurs sur des « dysfonctionnements graves » au sein du groupe Orpea. L'État porte plainte « sur la base de l’article 40 du code de procédure pénale qui oblige toute autorité à signaler des faits délictueux dont elle aurait connaissance et va demander le remboursement du trop perçu de dotations publiques[81],[82]. Le pré-rapport de l'IGF et l'IGAS établi sur la période 2017-2020 est accablant pour le groupe Orpea[83]: 20 millions d'euros d'excédent sur les crédits publics servant à rémunérer des postes de soignants ; 50,6 millions d'euros imputés sur les crédits publics au lieu d'un financement privé pour du personnel non soignant faisant fonction de soignant ; 18 millions d'euros de marges arrières sur des achats payés avec les crédits publics. Le gouvernement se retranche initialement derrière le « secret des affaires » pour ne pas divulguer le rapport d’enquête que l'IGF et l'IGAS lui ont remis[84],[85], puis en publie une version expurgée de quelques chiffres et noms d’entreprises le 5 avril 2022[86],[87]. Le document est sévère et confirme les faits dévoilés par Victor Castanet dans son livre et décrit un « système d’optimisation des coûts » à tous les niveaux au détriment de la qualité des soins[88]. Les différents dysfonctionnements du groupe Orpea , qui compte 200 Ehpad en France, conduisent à la dégradation du bien-être des résidents, selon le rapport commandé par le gouvernement[89].

Réactions du groupe Orpea[modifier | modifier le code]

Le groupe Orpea dans un communiqué de presse daté du dénonce une enquête à charge[66],[90], conteste formellement l'ensemble de ces accusations[91], et annonce avoir saisi ses avocats au sujet d’éventuelles suites judiciaires[92],[93].

Victor Castanet affirme avoir fait l'objet d'un certain nombre de pressions et de menaces de la part du groupe, et qu'un intermédiaire lui aurait proposé une somme de 15 millions d'euros à la moitié de son enquête pour qu'il ne publie pas, offre qu'il a refusée[94],[95].

Après l'annonce de la parution du livre-enquête et une suspension de vingt-quatre heures[96] de la cotation de l'action du groupe à la bourse de Paris, celle-ci chute de 52 % du au [97],[98].

À la suite de la parution du livre-enquête de Victor Castanet, Orpea annonce dans un communiqué de presse « mandater immédiatement deux cabinets reconnus pour leur confier une mission indépendante d’évaluation sur l’ensemble des allégations rapportées dans ce livre »[99]. Les cabinets mandatés sont Grant Thornton International et Alvarez et Marsal (en).

Le , le groupe annonce le limogeage de son DG Yves le Masne, et son remplacement par Philippe Charrier, président du conseil d'administration d'Orpéa qui en devient ainsi le PDG, ce dernier « aura pour mission de garantir, sous le contrôle du conseil [d’administration], que les meilleures pratiques sont appliquées dans toute l’entreprise et de faire toute la lumière sur les allégations avancées »[100],[101]. Le , Le Canard enchaîné révèle que Yves le Masne aurait vendu plus de 5 456 actions du groupe pour une somme de 588 157 euros en , soit trois semaines après avoir appris la préparation du livre à charge de Victor Castanet, et six mois avant la parution de l'ouvrage dans les librairies, ce qui « pourrait s'apparenter à un délit d'initié » ; l'Autorité des marchés financiers en aurait été informée par Yves le Masne le [102],[103].

Le , Yves le Masne réagit en réfutant tout délit d'initié à la suite des révélations du Canard enchaîné[104].

Le , le parquet national financier annonce l'ouverture d'une enquête préliminaire pour délit d'initiés[105].

En mars 2022, Philippe Charrier nouveau PDG d'Orpea présente ses excuses, mais réfute tout « système organisé qui aboutirait à de la maltraitance » et « regrette » que le rapport administratif de l'IGF et IGAS « ne soit ni rendu public ni mis à disposition des parties prenantes »[106]

Réactions des actionnaires[modifier | modifier le code]

Le , la société de gestion Mirova, troisième actionnaire répertorié d’Orpea avec 3,9 % de son capital, enjoint publiquement[107] le groupe de maisons de retraite de ne pas attribuer de parachute doré à Yves Le Masne, le directeur général évincé[108].

Mirova appelle en outre à une transformation rapide d’Orpea en entreprise à mission. Grâce à ce dispositif créé par la loi Pacte du , une entreprise peut intégrer dans ses statuts des objectifs environnementaux et sociaux qu’elle se donne pour mission de poursuivre dans le cadre de son activité[108].

Extension des investigations[modifier | modifier le code]

L'extension des investigations, révèle les pratiques de la centrale d'achats suisse (société Kauforg) du groupe Orpea visant à augmenter les profits redistribués sous forme de salaires complémentaires de la direction au détriment des résidents de toute l'Europe. La centrale est en charge des achats auprès de fournisseurs de produits alimentaires pour la France(jusqu'au 31 décembre 2020) et l’Europe. Kauforg avait à sa tête des cadres dirigeants d'Orpea qui avaient des contrats de travail à tiers temps pour la Suisse: le directeur de l'informatique, le directeur des achats et son adjoint. Selon un ancien directeur d'Orpea « Si on cumule les salaires annuels de ces trois cadres, on arrive à 211 000 journées repas. Pour un Ehpad de 80 pensionnaires, cela correspond à près de sept ans de budget de nourriture ». Le système est basé sur des commissions, des marges arrières, des prestations de service forcées. Des pratiques qui s'étendent aux fournisseurs de produits paramédicaux tel Bastide Le Confort Médical (BLCM). D'autres pratiques ont été relevées, la directrice de la décoration avait monté une société, Katlan, à laquelle des services de décorations étaient sous-traitées, la direction informatique prend des sous-traitants de services informatiques à une société, Beefirst, fondée et dirigée par l'épouse d'un directeur[109],[110].

Suites judiciaires[modifier | modifier le code]

Plainte pour discrimination syndicale[modifier | modifier le code]

Début , trois syndicats (FO, CGT et CFDT) s'apprêtent à porter plainte pour discrimination syndicale, reprochant à la direction d'avoir privilégié un syndicat maison lors des dernières élections pour les représentants du personnel[111]. Ainsi, avant le scrutin, certains tracts n'étaient par exemple pas glissés dans les enveloppes envoyées aux salariés. Parfois, les codes permettant de voter en ligne étaient envoyés à de mauvaises adresses quand il s'agissait de salariés proches de FO, de la CFDT ou de la CGT. Selon la CFDT, les élus et salariés proches du syndicat maison baptisé « Arc-en-ciel » bénéficiaient d'avantages, de primes, de formations ou de renouvellements de contrat. La CFDT a adressé une lettre à la ministre du Travail Élisabeth Borne lui demandant d'ouvrir une enquête sur le déroulement des élections des organisations syndicales dans le groupe Orpea, et sur le financement du syndicat « Arc-en-ciel ». Concernant l'absence d'indépendance de l'un des syndicats d'Orpea, le ministère précise que ce n'est pas de sa compétence, seul un juge judiciaire peut se prononcer sur cette question[112].

En juin 2022, la direction d'Orpea est attaquée pour collusion avec « Arc en ciel ». Selon les avocats de la CGT, de la CFDT et de FO,  le livre Les Fossoyeurs contient des éléments sur la manipulation des dirigeants d'Orpea pour assurer la majorité des voix à « Arc en ciel ». Ces éléments s'appuient sur des enregistrements et des témoignages de Camille Lamarche en contrat d'alternance au sein de la direction des ressources humaines (DRH) d'Orpea de 2018 à 2019[113].

Le 29 juin 2022, la CGT d’Orpea saisit la justice pour des « entraves au droit syndical », dénonçant une « guerre d’usure » menée par la direction du groupe[114].

Plainte pour faux et usage de faux[modifier | modifier le code]

Deux aides-soignantes non salariées par Orpea vont porter plainte contre Orpea pour faux et usage de faux, a indiqué leur avocate le [115]. Elles accusent Orpea d'avoir utilisé leur nom pour contourner la réglementation sur le recours aux CDD. Orpea est en effet soupçonné d'avoir présenté les plaignantes comme des employées du groupe en CDI qu'il fallait remplacer : Orpea pouvait ainsi avoir recours à des CDD de remplacement.

Plaintes de familles[modifier | modifier le code]

Le , à la suite de plusieurs saisines dont celle de l'État, s'ajoutent les 80 plaintes de familles de résidents des Ehpad déposées par l'avocate Sarah Saldmann auprès du parquet de Nanterre, l'avocate recueille depuis deux mois des centaines de cas de maltraitances et de négligences signalés par des familles de résidents du groupe, les plaintes déposées ne concernent que des faits récents (qui ne sont pas susceptibles d’être prescrits) de mise en danger de la vie d’autrui, non-assistance à personne en danger et, pour un tiers du total, homicides involontaires[116].

Enquête judiciaire[modifier | modifier le code]

Le , à la suite du signalement du gouvernement et après l'enquête administrative diligentée par l’État, le parquet de Nanterre a ouvert une enquête sur le groupe Orpea soupçonné de maltraitance institutionnelle et de détournements de fonds publics. L’enquête porte également sur des plaintes déposées par l'avocate Sarah Saldmann au nom des familles[117].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  3. « Succès de l'introduction d'Orpéa », sur latribune.fr,
  4. « Philippe Austruy : pourquoi je quitte Medidep », sur lesechos.fr,
  5. Antoine Boudet, « La croissance externe ne pèse pas sur les performances opérationnelles d'Orpea », sur lesechos.fr,
  6. « Maisons de retraite: un nouveau leader européen est né », sur challenges.fr, (consulté le )
  7. Keren Lentschner, « En Autriche, Orpea mixe maternelle, maison de retraite et salon de coiffure », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  8. Les maisons de retraite ORPEA se renforcent avec ANAVITA et DR. DR. WAGNER
  9. « Maisons de retraite: Orpea s'implante au Portugal et au Brésil », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  10. « Investir », sur lesechos-comfi.lesechos.fr (consulté le )
  11. « Orpea à l'offensie en Amérique latine », sur lesechos.fr, (consulté le )
  12. « Orpéa est autorisé sans condition au rachat du groupe de cliniques psychiatriques Sinoué », sur hospimedia.fr, (consulté le )
  13. « PwC Deals intervient pour le compte du groupe Orpea - Le monde du droit : le magazine des professions juridiques », sur lemondedudroit.fr (consulté le )
  14. « Orpea va probablement se renforcer en Irlande », sur bourse.lefigaro.fr, (consulté le )
  15. « ORPEA devient numéro 2 en Irlande », sur capital.fr, (consulté le )
  16. « Orpea nomme Laurent Guillot directeur général », sur LEFIGARO, (consulté le )
  17. a et b « orpea-corp.com - Orpea », sur orpea-corp.com (consulté le )
  18. « Valeurs du groupe Orpéa sur Orpéa.com »
  19. easybourse.com
  20. a b et c Mathilde Goanec, « Chez Orpea, la fin de vie se paye au prix fort », sur mediapart.fr, (consulté le )
  21. a et b « orpea-corp.com - Orpea », sur orpea-corp.com (consulté le )
  22. a et b Zone Bourse, « ORPEA : CA 2019 en solide progression : +9,4% À 3 740 M€ | Zone bourse », sur zonebourse.com (consulté le )
  23. « Orpea: le bénéfice net 2020 a fondu de près d'un tiers avec le Covid-19 », sur lefigaro.fr (consulté le )
  24. « Rapport annuel 2020 »
  25. « Orpea prévoit une hausse de son chiffre d'affaires d'au moins 6 % en 2021 », sur investir.lesechos.fr (consulté le )
  26. « Rapport annuel 2020 », sur orpea-corp.com
  27. « ORPEA : pas de dividende par solidarité », sur capital.fr, (consulté le )
  28. « Orpea voit son bénéfice net 1S bondir de 40% et augmente son patrimoine immobilier », sur lefigaro.fr (consulté le )
  29. « Orpea : chiffre d'affaires 2021 en hausse de 9,2% », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  30. « Orpea: le fondateur passe la main à un fonds de pension - Actualités Corporate », sur agefi.fr, (consulté le )
  31. Zone Bourse, « ORPÉA : Actionnaires Dirigeants et Profil Société | ORP | FR0000184798 | Zone bourse », sur zonebourse.com (consulté le )
  32. « Orpéa et le Dr Jean-Claude MARIAN contestent les accusations du livre de Victor Castanet « Les Fossoyeurs » », sur silvereco.fr, (consulté le )
  33. « Orpea dévisse en bourse après la dénonciation de graves défaillances dans ses Ehpad », sur lefigaro.fr,
  34. « Orpea : nouveau décrochage, le titre a été divisé par deux depuis lundi », sur msn.com (consulté le )
  35. « Korian dévisse en Bourse, le groupe serait visé par une prochaine émission de « Cash Investigation » », sur investir.lesechos.fr, (consulté le )
  36. « Orpea et Korian rechutent en Bourse en vue des révélations de «Cash investigation» », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  37. AFP, « EHPAD: LES SYNDICATS ACCUSENT ORPEA DE SPÉCULATION IMMOBILIÈRE », sur bfmtv.com, (consulté le )
  38. Béatrice Jérôme, « Orpea, ses loyers à la hausse, ses effectifs de soignants à la baisse », sur lemonde.fr, (consulté le )
  39. « Orpea limoge son directeur général Yves Le Masne et nomme Philippe Charrier PDG », sur lesechos.fr,
  40. « Philippe Charrier - Biographie », sur zonebourse.com (consulté le )
  41. a et b Arlette Charlot, « EHPAD Orpéa : Qui a fait fortune sur la souffrance du personnel et des patients ? », sur blogs.mediapart.fr, (consulté le )
  42. AFP, « Scandale Orpea: viré, l’ex-DG Yves Le Masne désormais visé pour «délit d’initié» », sur libération.fr, (consulté le )
  43. « Affaire Orpea : le salaire de plus d’un million d’euros de l’ancien patron dans le viseur », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  44. « Des salariés espionnés par des comédiens : la CGT porte plainte », Europe 1,
  45. Mathilde Goanec et Mathilde Mathieu, « Espionnage de salariés: un «deal» à 4 millions d'euros a été proposé à la CGT », sur mediapart.fr,
  46. « Des maltraitances dénoncées dans une maison de retraite », sur leparisien.fr, (consulté le )
  47. Boris Hallier, « Le Mans : les salariés d'une maison de retraite dénoncent des conditions de travail exécrables », France Bleu Maine,
  48. « Schiltigheim : soupçons de maltraitance à la Maison de retraite de l'Aar », France 3 Alsace,
  49. Christine Hinckel, « Niort : les salariés de l'Ehpad de Sevret dénoncent leurs conditions de travail », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  50. Mathilde Leclerc, « Gros malaise au sein de l'Ehpad de Sevret », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne)
  51. Coralie Roland, « Niort : journée de grève à l'Ehpad Orpea Sevret », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  52. Marine Rondonnier, « Echillais (17) : Les résidents de l'EHPAD et leurs familles dénoncent des cas de maltraitances », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  53. a et b Julie Pichot et Vincent Liger, « Maisons de retraite : derrière la façade », Envoyé spécial, France 2, (consulté le )
  54. Emmanuelle Skyvington, « Mauvais traitements en Ehpad : “Envoyé spécial” diffuse des témoignages accablants », sur telerama.fr, (consulté le )
  55. Emmanuelle Skyvington, « “Envoyé spécial” sur les Ehpad : le groupe Orpéa a tenté en vain d’interdire la diffusion de l’enquête », sur telerama.fr, (consulté le )
  56. Mathilde Goanec et Thomas Schnee, « Orpea: la mobilisation européenne des salariés s’organise », sur mediapart.fr, (consulté le )
  57. « Le parquet financier enquête sur le groupe de maisons de retraite Orpea », sur fr.finance.yahoo.com,
  58. David Bensoussan, « Le parquet financier enquête sur le groupe de maisons de retraite Orpea », sur challenges.fr, (consulté le )
  59. « Orpea : enquête ouverte par le parquet national financier et perquisition au siège », sur lefigaro.fr (consulté le )
  60. « Victor Castanet Les fossoyeurs », sur fayard.fr, (consulté le )
  61. « Victor Castanet », sur fr.linkedin.com, (consulté le )
  62. Caroline Coq-Chodorge, « Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea » (consulté le )
  63. Maltraitance dans les Ehpad : Xavier Bertrand s'explique sur ses liens avec Orpea, ladepeche.fr,
  64. Anne-Laure Barret, « Scandale des rétrocommissions dans les Ehpad privés : une alerte avait déjà été lancée en 2014 », sur lejdd.fr, (consulté le )
  65. « Entretien avec Philippe Juvin et Claude Evin » [video, mp3], sur France Info,
  66. a et b « « Déjà, il y avait cette odeur de pisse terrible, dès l’entrée » : extraits des « Fossoyeurs », une enquête sur le business du grand âge », sur lemonde.fr, (consulté le )
  67. « Enquête sur Orpéa : le témoignage de la fille de Françoise Dorin, décédée après son passage dans un Ehpad », sur rtl.fr (consulté le )
  68. Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe), « Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables », sur Mediapart (consulté le )
  69. D.Schlienger, J.Vitaline G.Le Goff, J.Cohen-Olivieri - France 2, « Maltraitance dans les Ehpad d'Orpea : les familles veulent porter plainte », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  70. « Orpéa : le gouvernement lance une enquête administrative et réclame « des explications » au gérant d’Ehpad privés, accusé de graves défaillances », sur lemonde.fr, (consulté le )
  71. « Le directeur d’Orpéa, mis en cause pour la gestion de ses Ehpad, est convoqué le 1er février par le gouvernement », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  72. Jérôme Jadot, « "A la direction, ils se sont faits tout petits" : une inspection lancée à l'Ehpad Orpea de Neuilly-sur-Seine, après des soupçons de maltraitance », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  73. « Orpea : la ministre Brigitte Bourguignon dénonce le « cynisme pur » des dirigeants », sur lemonde.fr, (consulté le )
  74. « Scandale Orpea : Bourguignon dénonce le «cynisme pur» des dirigeants, qui ne «se remettent pas en question» », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  75. « Scandale Orpea : la ministre Brigitte Bourguignon annonce l'ouverture de deux enquêtes administratives », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  76. « Orpea : deux enquêtes lancées, le gouvernement prépare des propositions pour mieux encadrer le secteur », sur lemonde.fr, (consulté le )
  77. « Vidéo de l'audition à l'assemblée nationale »
  78. « Auditionnés, les dirigeants d'Orpea suscitent des réactions "outrées" des députés », sur Europe 1 (consulté le )
  79. « Ehpad: le fondateur d'Orpea réfute la "caricature" de son groupe devant les députés », sur lexpress.fr, (consulté le )
  80. « Audition Yves le Masne commission des affaires sociales Assemblée nationale »
  81. https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGITEXT000006071154/
  82. Julien Baldacchino,Lorélie Carrive, « Scandale Orpéa : le gouvernement porte plainte et va demander le remboursement de dotations publiques », sur franceinter.fr, (consulté le )
  83. Béatrice Jérôme, « Ehpad : l’Etat rend un prérapport accablant pour le groupe Orpea », sur lemonde.fr, (consulté le )
  84. Béatrice Jérôme, « Scandale Orpea : imbroglio autour de la publication du rapport d’inspection de l’IGAS et de l’IGF », LeMonde.fr, (consulté le )
  85. Caroline Coq-Chodorge, « Le gouvernement fait le jeu d’Orpea en s’interdisant de publier le ... », sur mediapart.fr (consulté le )
  86. « Scandale Orpea : le gouvernement publie finalement le rapport d’enquête administrative », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le )
  87. « Le Gouvernement publie le rapport IGAS-IGF sur la gestion des EHPAD du groupe ORPEA », sur Ministère des Solidarités et de la Santé, (consulté le )
  88. Béatrice Jérôme, « Orpea : rendu public, le rapport administratif confirme un système d’optimisation des coûts à tous les niveaux », Le Monde.fr, (consulté le )
  89. Madonna Vautier-Chollet, « Orpea : le rapport d'enquête commandé par le gouvernement pointe à son tour de lourds dysfonctionnements », sur franceinter.fr, (consulté le )
  90. « « Les Fossoyeurs », un livre qui ouvre le débat sur la gestion et le contrôle des maisons de retraite », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  91. « Communiqué de presse Orpéa »,
  92. « Un livre fait plonger Orpea en Bourse », sur lesechos.fr, (consulté le )
  93. « Orpea : le gouvernement a interrogé le groupe de maisons de retraite, se réservant la possibilité de lancer une enquête », sur lemonde.fr, (consulté le )
  94. « Ehpad Orpéa: le journaliste Victor Castanet dit avoir refusé "15 millions d'euros" », sur msn.com (consulté le )
  95. Paolo Philippe, « Pressions et surveillance : les dessous de l’enquête sur les Ehpad du groupe Orpea », Le Parisien,
  96. « Cours de l'action semaine du 24 janvier 2022. »
  97. « Orpéa continue de dégringoler en Bourse après la publication du livre « Les Fossoyeurs », une enquête sur le business du grand âge », Le Monde.fr, (consulté le )
  98. « Les attaques du livre Les Fossoyeurs font dévisser l’action », Investir, no 2508,‎ , p. 1
  99. « CP ORPEA du 26 janvier 2022 »,
  100. « Ehpad : Orpea limoge son directeur général et nomme un nouveau PDG », sur LeMonde.fr avec AFP et Reuters, (consulté le )
  101. « Communiqué de Presse », sur Orpea,
  102. « Orpea : la juteuse opération financière de l'ancien PDG, six mois avant le scandale », sur francebleu.fr, (consulté le )
  103. « L’ex-patron d’Orpea aurait vendu des actions après avoir été informé de la parution du livre-enquête », sur leparisien.fr, (consulté le )
  104. « Orpea : l'ex-directeur général réfute tout délit d'initié », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  105. Keren Lentschner, « Orpea: l'ancien directeur général visé par une enquête préliminaire pour «délit d'initié» », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  106. « Scandale des Ehpad : le PDG d’Orpea présente ses excuses, mais réfute tout « système organisé qui aboutirait à de la maltraitance » », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le )
  107. « Lettre Mirova à Orpéa »
  108. a et b « Réaction Mirova »
  109. Laetitia Cherel, « Les surprenantes pratiques de la centrale d'achats suisse du groupe Orpea », sur franceinter.fr avec Cellule investigation de Radio France, (consulté le )
  110. Isabelle Barré, Hervé Liffran, « La petite cuisine familiale des dirigeants d'Orpea », Le Canard enchaîné,‎
  111. « Orpea : trois syndicats préparent des plaintes pour «discrimination syndicale» », sur LeFigaro.fr, (consulté le )
  112. Caroline Morisseau, « La CFDT accuse Orpea d'avoir créé un syndicat proche de la direction », sur bfmtv.com, (consulté le )
  113. Béatrice Jérôme, « La direction d’Orpea attaquée pour « collusion » avec son syndicat majoritaire », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  114. Béatrice Jérôme, « La CGT d’Orpea saisit la justice pour des « entraves au droit syndical » », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  115. « Fonctionnement des Ehpad privés : une nouvelle plainte déposée contre Orpea par deux aides-soignantes », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  116. Samuel Laurent, « Scandale des Ehpad : Orpea sous le coup d’une première salve de plaintes de familles », LeMonde.fr, (consulté le )
  117. « Scandale Orpea : une enquête ouverte après le signalement du gouvernement », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]