Ipsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IPSEN.
Ipsen
Description de l'image Ipsen.png.
Création 1929
Fondateurs Henri Beaufour
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Marc de Garidel
Activité Industrie pharmaceutique
Produits

 

  • domaines thérapeutiques ciblés : urologie-oncologie, endocrinologie et neurologie
  • présence en médecine générale, notamment en France : gastro-entérologie et troubles cognitifs.
Filiales Chine, États-Unis, Allemagne, Russie, Italie, Royaume-Uni, Espagne, Brésil, Algérie, Australie, Pologne...
Effectif plus de 4 500 collaborateurs
Site web www.ipsen.com
Chiffre d’affaires 1 274,8 millions d'euros (2014)[1]

Ipsen est un groupe pharmaceutique français[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Ipsen est le prolongement des Laboratoires Beaufour, laboratoire pharmaceutique français créé en 1929 par le docteur Albert Beaufour, à Dreux. Bien que coté à la Bourse de Paris depuis 2005, Ipsen est aujourd'hui encore un laboratoire en partie contrôlé par la famille Beaufour.

IPSEN est au départ un acronyme signifiant "Institut des produits de synthèse et d'extraction naturelle". Cet acronyme ne définit cependant plus exactement les activités actuelles du groupe, qui s'est largement diversifié.

Les Laboratoires Ipsen commercialisent leurs médicaments dans 115 pays.

L'entreprise possède plusieurs laboratoires de recherche et développement aux Ulis, dans le pôle technologique Paris-Saclay[3], à Cambridge (Massachusetts, États-Unis) et à Slough-Oxford (Royaume-Uni). L'entreprise possède également plusieurs sites de production : à Dreux (Eure-et-Loir), Signes (Var), L'Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse), Wrexham (Royaume-Uni), Dublin (Irlande) et Tianjin (Chine).

1929 – Création des Laboratoires Beaufour par Henri Beaufour à Dreux. Le premier produit commercialisé est la Romarène (retiré du marché en 2011 ), médicament à base de Romarin destiné au traitement des troubles digestifs.

1954 – Lancement de la Citrate de Betaïne, utilisé dans le traitement symptomatique des dyspepsies. Arrivée dans l’entreprise des deux fils d’Henri Beaufour : Albert et Gérard Beaufour.

1961 – Ouverture de la première usine, à Dreux[4].

1965 – Ouverture d’une usine à L’Isle-sur-la-Sorgue.

1965 – Ouverture d’un centre de recherche au Plessis Robinson.

1973 – Création de la Fondation Ipsen, sous l’égide de la Fondation de France, pour favoriser les échanges entre scientifiques dans le domaine des sciences de la vie[5].

1975 – Création des Laboratoires Ipsen, filiale des Laboratoires Beaufour.

1976 – Ouverture d’un centre de recherche à Milford (Massachusetts, États-Unis).

1977 – Lancement du Smecta (argile diosmectite).

1986 – Lancement du Decapeptyl, utilisé pour traiter certaines pathologies influencées par les hormones sexuelles comme le cancer de la prostate, l’endométriose, le fibrome utérin ou la puberté précoce.

1990 – Ouverture de centre de recherche de Signes (Var).

1992 – Ouverture d’une filiale en Chine[6].

1994 – Lancement du Dysport (toxine botulique utilisée pour traiter les pathologies caractérisées par des contractions musculaires) après acquisition de la société britannique Speywood (dénommée à l’époque Porton International)[7] . Ouverture d’une filiale en Russie.

1995 – Lancement de Somatuline, utilisée en cas d’hypersécrétion d’hormones de croissance (acromégalie) et dans certaines pathologies digestives.

2002 – Nomination de Jean-Luc Belingard en tant que PDG[8].

2003 – Le groupe prend le nom d’Ipsen[9].

2005 – Cotation à la Bourse de Paris[10].

2010 – Nomination de Marc de Garidel en tant que PDG[11].

2013- Acquisition de la société britannique Syntaxin, leader dans l’ingénierie de la toxine botulique recombinante[12].

2014 – Création d’un laboratoire commun avec le CNRS -Archi-Pex- en association avec le CEA et l’université de Rennes 1, dans la formulation et le développement de peptides hormonaux[13].

2015 – Déménagement du centre de recherche aux États-Unis de Milford à Cambridge (Massachusetts, États-Unis)[14].

Positionnement pharmaceutique[modifier | modifier le code]

Ipsen est un groupe pharmaceutique de spécialité à vocation mondiale qui a affiché en 2014 des ventes supérieures à 1,2 milliard d’euros. L’ambition d’Ipsen est de devenir un leader dans le traitement des maladies invalidantes. Sa stratégie de développement s’appuie sur 3 franchises : neurologie, endocrinologie et urologie-oncologie. Par ailleurs, le Groupe a une politique active de partenariats. La R&D d'Ipsen est focalisée sur ses plateformes technologiques différenciées et innovantes en peptides et en toxines. En 2014, les dépenses de R&D ont atteint 187 millions d’euros, soit environ 15% du chiffre d’affaires. Le Groupe rassemble plus de 4 500 collaborateurs dans le monde.

Médicaments[modifier | modifier le code]

Domaines thérapeutiques ciblés 
  • Urologie-oncologie :
    • Décapeptyl : Décapeptyl ou triptoréline est un peptide composé de 10 acides aminés. Cette molécule est presque identique à la GnRH (Gonadotrophin Realeasing Hormone) qui agit sur l’hypophyse afin de stimuler la sécrétion de FSH (Hormone folliculo-stimulante) et de LH (Hormone lutéinisante) afin d’entrainer la sécrétion d’hormones sexuelles.
    • Hexvix (HexylAminoLévulinate ou HAL) est un agent de diagnostic photodynamique. Il permet la détection des tumeurs de vessie en cytoscopie de fluorescence en complément de la cytoscopie conventionnelle en lumière blanche.
  • Endocrinologie :
    • Somatuline : Somatuline est un analogue de la somatostatine permettant de freiner l’hypersécrétion d’hormone de croissance (GH) dans l’acromégalie et de réduire les symptômes dus à l’hypersécrétion hormonale par les tumeurs carcinoïdes.
    • Nutropin : NutropinAq est un analogue de l’hormone de croissance humaine produite par la technologie de l’ADN recombinante : la somatropine. Ce médicament est utilisé dans le traitement de la déficience de l’hormone de croissance (GH) chez les enfants et les adultes.
    • Increlex : Increlex est un IGF-1 recombinant utilisé dans la prise en charge des enfants de petite taille présentant un déficit primaire sévère en IGF-I (PIGFD). La pathologie concernée est rare et ce médicament a obtenu le statut de médicament orphelin.
  • Neurologie :
    • Dysport : Dysport est une toxine botulique utilisée pour traiter des pathologies caractérisées par des contractions musculaires involontaires et gênantes (dystonies : blépharospasme, torticolis spasmodique, spasme hémifacial ; spasticité : spasticité du membre supérieur ou inférieur, déformation dynamique du pied équin). Ce médicament est également utilisé en médecine esthétique afin d'atténuer temporairement certaines rides.
Médecine générale
  • Gastro-entérologie :
    • Smecta : Smecta est une argile thérapeutique (diosmectite) utilisée en cas d’atteinte à la muqueuse digestive, en particulier le traitement de la diarrhée aigüe chez l’enfant et chez l’adulte et le traitement des douleurs liées aux affections œsogastroduodénales et coliques.
    • Forlax : (Macrogol 4000) est un polyéthylène glycol (PG) de haut poids moléculaire indiqué dans le traitement symptomatique de la constipation chez l’adulte et l’enfant.
    • Fortrans : (Macrogol 4000) est indiqué dans la préparation de l’intestin avant réalisation d’une coloscopie.
    • Eziclen est un laxatif dont les principes actifs sont le sulfate de sodium anhydre, le sulfate de magnésium heptahydraté et le sulfate de potassium. Ce médicament est indiqué dans le lavage intestinal chez l’adulte.
    • Etiasa est un médicament indiqué dans le traitement de colite ulcéreuse ou de forme légère à modérée de la maladie de Crohn.
  • Autres domaines thérapeutiques :
    • Tanakan est un neuroprotecteur et un anti-ischémique. Ce médicament est comopsé d’un extrait quantifié de Ginkgo Biloba EGb. L’EGb est constitué de différents principes actifs (40 substances) dont les principaux sont les hétérosides de Ginkgo (24%) et les Ginkgolides et bilobalide (6%).
    • Adénuric (febuxostat) est un uricofreinateur. Il inhibe la production d’acide urique. Ce médicament est indiqué dans le traitement de l’hyperuricémie chronique dans les cas où un dépôt d’urate s’est déjà produit.
    • Adrovance est l’association d’un bisphosphonate, l’alendronate, et de vitamine D3. Ce médicament est indiqué dans le traitement de l’ostéoporose post-ménopausique.

La Fondation Ipsen pour la recherche thérapeutique[modifier | modifier le code]

La fondation Ipsen a été créée en 1983 sous l'égide de la Fondation de France et soutient les travaux pour la recherche thérapeutique[15]. Elle soutient notamment la recherche sur le vieillissement, les neurosciences et les interactions entre biologie et médecine[16].

La fondation Ipsen organise des colloques réunissant chercheurs et médecins, publie des travaux et distribue des prix et bourses.

La Fondation Ipsen a initié, à partir de 2007, plusieurs séries de réunions en partenariat avec le Salk Institute, le Karolinska Institutet, le Massachusetts General Hospital, la Fondation DMMGF (Days of Molecular Medicine Global Foundation) , ainsi qu’avec les revues Nature, Cell et Science. La Fondation Ipsen a publié plus d’une centaine d’ouvrages et a attribué plus de 250 prix et bourses. Yves Christen est le président de la Fondation Ipsen. En 2014, la Fondation Ipsen a fêté ses 30 ans avec un colloque sur les perspectives de la recherche sur le cancer « La biologie vue au travers du prisme du cancer » en présence de 8 Prix Nobel et des plus grands scientifiques de la recherche biomédicale

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Communiqué de presse : Résultats 2014 du Groupe Ipsen, sur le site ipsen.com
  2. « Profil & Chiffres Clés », sur ipsen.com, IPSEN (consulté le 14 avril 2015)
  3. « Bienvenue sur le site d’Ipsen en France », sur le site officiel d'IPSEN (consulté le 11 juillet 2014)
  4. http://www.lechorepublicain.fr/dossiers/2015/02/17/ipsen-a-engage-plus-de-40-millions-deuros-dinvestissement-entre-2012-et-2016_11332132.html
  5. http://www.fondation-ipsen.org/
  6. http://www.france-chine50.com/fr/fr/ipsen
  7. http://www.usinenouvelle.com/article/pharmaciebeaufour-ipsen-s-installe-outre-manche-avec-portonconnu-pour-sa-recherche-porton-international-va-ouvrir-au-septieme-groupe-pharmaceutique-francais-les-marches-britannique-et-americain-le-tic.N73873
  8. http://www.usinenouvelle.com/article/pharmaciebeaufour-ipsen-veut-changer-de-vitessele-nouveau-president-arrive-au-moment-ou-le-troisieme-groupe-familial-de-la-pharmacie-francaise-souhaite-recolter-les-fruits-de-son-engagement-dans-la-re.N104459
  9. http://www.usinenouvelle.com/article/ipsen-succede-a-beaufour-ipsen.N109818
  10. https://www.euronext.com/fr/node/5607
  11. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2010/10/11/97002-20101011FILWWW00594-nouveau-pdg-chez-ipsen.php
  12. http://www.usinenouvelle.com/article/ipsen-s-offre-le-specialiste-britannique-des-toxines-botuliques-syntaxin.N201428
  13. http://www.ipsen.com/wp-content/uploads/2014/11/20-11-2014-CP-Ipsen-CNRS-laboratoire-commun-ARCHIPEX-FINAL.pdf
  14. http://www.businesswire.com/news/home/20130925006320/fr/#.VSzwm9ysWQp
  15. Ipsen pour la recherche thérapeutique, sur le site fondationdefrance.org
  16. La Fondation en bref, sur le site ipsen.com, consulté le 7 avril 2013

Lien externe[modifier | modifier le code]