Ipsos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ipsos (Phrygie)
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article contient une ou plusieurs listes. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.

Image illustrative de l'article Ipsos

Création 1975
Fondateurs Didier Truchot, Jean-Marc Lech
Forme juridique Société anonyme (d)
Slogan Game Changers
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Didier Truchot
Site web ipsos.com

ipsos.fr


Chiffre d’affaires 1 785,3 millions d'euros (2015) [1]
Résultat net 120,8 millions d'euros (2014) [1]

Ipsos (prononcé en français : [ip.sos][2]) est une entreprise de sondages français et une société internationale de marketing d’opinion, créé en 1975 et dirigée par Didier Truchot, Fondateur et Président Directeur général de la Société.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1975 : création d’Ipsos par Didier Truchot[3]
  • 1977 : lancement du Baromètre Affichage (le premier post-test publicitaire d’Ipsos)
  • 1979 : lancement de la France des Cadres Actifs (étude d’audience des média sur cette cible)
  • 1982 : Jean-Marc Lech rejoint Ipsos qui s’engage dans la mesure de l’opinion publique

De 1981 à 2007, Ipsos sera le prestataire attitré de la présidence de la République française. En raison de ce monopole qu'il exerçait de fait, Jean-Marc Lech se présente comme « le sondeur privé de MM. Mitterrand et Chirac ». Homme de gauche, il est proche de François Mitterrand dont il avance que personne avant lui n'avait utilisé les méthodes reposant sur l'analyse des études d'opinion de façon aussi systématique[4]. Durant toutes les années 1980-1990, l'Ipsos travaille de concert avec Jacques Pilhan pour préparer les « plans de communication » de la présidence bloquant la publication de sondage « dont les résultats étaient navrants pour Fabius. »[4] Pour la présidentielle de 1988, François Mitterrand va jusqu’à commander “un sondage par jour” à l’institut collaborant avec son équipe de campagne[5]. Jean-Marc Lech rapporte dans ses Mémoires, commment payé avec l'argent des fonds secrets, il repartait de l'Élysée avec des valises de billets de banque[6]

Si en 1981, avant l'élection présidentielle, Jean-Marc Lech pronostique la victoire de François Mitterrand, en 1983, lors des élections municipales, le magazine Le Point annonce, sur la foi de sondages Ipsos, « une très bonne tenue de la gauche » qui se révèle être « une déroute historique »[7]

  • 1990 : début de l’extension du groupe Ipsos en Europe à la suite de l'arrivée de Carlos Harding
  • 1993 : Insight entre dans le groupe Ipsos et enrichit l’offre grâce aux études qualitatives, Création d’Ipsos Satisfaction de Clientèle (Aujourd’hui Ipsos Loyalty)
  • 1995 : extension du groupe Ipsos en Amérique latine et au Moyen-Orient
  • 1998 : extension du groupe Ipsos au Canada et aux États-Unis
  • 1999 : Ipsos entre en bourse sur l'Eurolist de NYSE-Euronext Paris et se développe dans la zone Asie-Pacifique
  • 2000-2007 : Ipsos accélère sa politique d’acquisition : Renforcement de la présence géographique et des cinq spécialités dans toutes les régions du monde.
  • 2007 : Ipsos annonce des résultats exceptionnels pour le premier semestre de l’année en une croissance significative sur les 9 premiers mois de l’année[8] Le cours connaît sur le second semestre une baisse tendancielle[9].
  • 2007 : acquisition des sociétés KMG Research (Turquie) et ResearchPartner (Norvège).
  • 2008 : Ipsos Insight devient Ipsos Marketing.
  • 2009 : acquisition de Punto de Vista (Chili).
  • 2010 : acquisition de la société OTX (États-Unis).
  • 2011 : acquisition de Synovate.
  • 2014 : décès de Jean-Marc Lech, Didier Truchot est Président Directeur général du groupe Ipsos.

Métiers[modifier | modifier le code]

Ipsos est la troisième société mondiale d’études[10].

Ipsos est construit autour d'un positionnement de multi-spécialistes :

  • Études sur les Médias et l'expression des marques (Ipsos Connect)
  • Recherche Marketing (Ipsos Marketing)
  • Études pour le Management de la Relation Clients / Employés (Ipsos Loyalty)
  • Opinion et recherche sociale, Recueil et Traitement des Données sur mobile, internet, face à face (Operations).

Données boursières[modifier | modifier le code]

Actionnaires principaux en 2015[11] :

  • LT[12] Participations 26,16 %
  • Salariés 1,68 %
  • Public 70,91 %
  • SG Capital Développement 1,13 %
  • Autocontrôle 0,11 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ipsos : les bénéfices 2014 sont stables, Boursier, 24 février 2015
  2. (fr) « VIDEO. Immersion chez Ipsos, au cœur de la fabrication des sondages politiques », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  3. HISTORIQUE, bourse.latribune.fr
  4. a et b Le mystérieux M. Pilhan, Jean-Marc Lech, lexpress.fr, 18 octobre 2001
  5. Vox populi, mass médias et leaders politiques. Place des sondages dans la communication politique, Cahier du CEVOPOF n° 38, p.8
  6. Jean-Marc Lech, Sondage privé, les secrets de l'opinion, 2001
  7. [1], Marc Baudriller, challenges.fr, 2 décembre 2014
  8. (en) [2][PDF].
  9. Cours Action IPSOS - Euronext Paris - Info - Cotation - FR0000073298 - Boursorama
  10. Activités de la société, bourse.investir.fr/
  11. « Rapport d'activité Ipsos 2015 », sur www.ipsos.com (consulté le 7 novembre 2016)
  12. LT : Lech - Truchot

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]