Air France-KLM

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Air France ou KLM Royal Dutch Airlines.
Air France-KLM
logo de Air France-KLM
Dates clés 1919, création de KLM
1933, création d'Air France
2007, création de Transavia
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : AF
Slogan « France is in the Air »
« The Reliable Airline »
Siège social Drapeau de France Tremblay CDG[1],[2],[3],[4] (France)
Direction Alexandre de Juniac, PDG
démissionnaire
Jean-Marc Janaillac
nouveau PDG désigné
Actionnaires

État Français (17,60 %) Salariés (6,60 %)[5] Autocontrôle (1,40 %)

JBR Group International (0,01 %)
Activité Transport aérien, fret aérien, maintenance aéronautique, services aéronautiques
Filiales Air France, KLM, HOP!, Kenya Airways, KLM Cityhopper, Martinair Holland, Servair, Transavia.com
Effectif 96 417 employés (2015)
Site web airfranceklm.com
Capitalisation 2,376 milliards d' € (2013)
Fonds propres 632 millions d'euros (2012)
Dette Non courante :
Decrease Positive.svg 8,596 milliards d' € (-10,13 %) (2013)[6]
Courante :
Increase Negative.svg 2,303 milliards d' € (+36,19 %) (2013)
Chiffre d’affaires en diminution 26 062 milliards d' € (2015)[7]
- 3,2 %
Résultat net en augmentation 157 millions d' € (2015)
+  %

Le groupe Air France-KLM est une alliance franco-néerlandaise regroupant deux compagnies aériennes principales, Air France et KLM et six compagnies aériennes filiales. Le groupe est organisé autour d'une société holding (Air France-KLM SA) dont l'État français est actionnaire à hauteur de 17,6 %.

Les activités principales du groupe sont :

Le groupe Air France-KLM est le quatrième transporteur aérien mondial[8], le deuxième européen par le chiffre d'affaires derrière Lufthansa, le premier groupe mondial pour l'activité cargo (hors intégrateurs) et un des premiers fournisseurs mondiaux de services de maintenance[9]. En 2013, le groupe Air France-KLM emploie plus de 96 000 salariés dans le monde. Au 31 mars 2011, le groupe disposait de 609 avions dont 593 en exploitation.

Le transport de passagers représente le 1er métier du groupe avec environ 80 % du chiffre d'affaires (71,3 millions de passagers transportés en 2010, vers 244 destinations dans 105 pays à travers le monde). le groupe fait partie du programme de fidélité Flying Blue et est l'un des fondateurs de l'alliance SkyTeam. Confronté à un problème de compétitivité face à ses concurrents, le groupe connaît une série d'exercices déficitaires entre 2007 et 2014 qui ont pour résultat une dette nette de 8,6 milliards d'euros en 2013.

Son PDG, Alexandre de Juniac, démissionnaire, sera remplacé à la tête du groupe par Jean-Marc Janaillac, qui doit entrer en fonction au plus tard le 31 juillet 2016[10].


Stratégie[modifier | modifier le code]

Le siège à Tremblay-en-France

Air France-KLM a pour principaux atouts[11] :

  • Des plateformes de correspondance (hubs) puissantes (Roissy CDG, Amsterdam-Schiphol et Lyon-Saint Exupéry) reliant le réseau moyen-courrier au réseau long-courrier ;
  • Un réseau équilibré offrant une « couverture » naturelle de ses risques économiques et géopolitiques (si une zone est en difficulté, une autre est susceptible de maintenir l'activité) ;
  • Une alliance mondiale (SkyTeam), très intégrée et en développement ;
  • Une politique stricte de contrôle des coûts.

La priorité du groupe Air France-KLM est la mise en œuvre des synergies existantes entre Air France et KLM.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire d'Air France avant 1999.

Le , la compagnie Air France fait l'objet d'une privatisation partielle et prend la dénomination de Société Air France[12]. Le , Air France est introduit en bourse au prix de 14€.

Fusion Air France-KLM[modifier | modifier le code]

Le , Air France lance une offre publique d'échange sur les actions de KLM, ce qui aboutit à la fusion des deux sociétés le . Cette naissance du groupe Air France-KLM est suivie de la privatisation d'Air France le 6 mai 2004[12]. Le groupe devient à cette époque la première compagnie mondiale en termes de chiffre d'affaires, la troisième pour le nombre de passagers transportés (66 millions pour 550 avions exploités en 2003)[13]. Le groupe qu’Air France forme désormais avec KLM fait d’elle une société privatisée même si l'État français détient encore des parts importantes au sein du capital[14].

Fin , Jean-Cyril Spinetta, PDG du groupe, et Leo Van Wijk, vice-président du groupe et PDG de KLM, ont présenté des bénéfices semestriels (de mai à septembre, la fusion n'ayant été concrétisée qu'à partir de cette date) de 296 millions d’euros soit une hausse de 56,6 % par rapport au précédent exercice. Les programmes de fidélisation d’Air France (Fréquence Plus) et de KLM (Flying Dutchman) furent fusionnés en un programme unique, baptisé Flying Blue à compter du .

En février 2007, création de Transavia France. En juin, l'action atteint son plus haut historique à 37,90 euros[15].

Le 24 , Air France-KLM annonce le rachat de la totalité du capital de la compagnie aérienne belge VLM Airlines[16], qui viendra compléter l'offre de CityJet.

Tentative d'acquisition d'Alitalia[modifier | modifier le code]

Alitalia et Air France sont déjà liées par un accord commercial depuis 2001 ; accord renforcé par un échange d’actions en 2003 portant sur 2 % du capital et la présence des deux présidents dans les conseils d’administration respectifs. Mais la fusion fut reportée tandis que celle avec KLM se réalisa en .

Pour les liaisons entre l’Italie et la France, les compagnies opèrent en coentreprise. Il y a actuellement 582 vols hebdomadaires dont 30,6 % seulement sont assurés par Alitalia, ce qui fait réagir Giancarlo Cimoli lequel a récemment souhaité que ce partage soit mieux équilibré. En novembre 2005, Air France-KLM a annoncé qu'elle souscrivait à l'augmentation de capital d'Alitalia pour de façon à posséder toujours 2 % du capital à l'issue de la transaction.

Le , le gouvernement italien accepte qu'Alitalia mène des négociations exclusives avec Air France-KLM en vue de la reprise des 49,9 % que détient l'État italien dans le capital de la compagnie aérienne nationale italienne. Ces négociations ont eu lieu sur la base des propositions faites par Air France-KLM, lesquelles avaient déjà eu la préférence du conseil d'administration d'Alitalia et des syndicats.

Le , à la veille du lancement de la nouvelle Alitalia, Air France-KLM prend finalement, pour 323 millions d'euros[17], soit 25 % du capital de la nouvelle compagnie fusionnée avec Air One, et en devient le premier actionnaire avec trois représentants au conseil d'administration de la compagnie aérienne italienne sur 19. La compagnie franco-néerlandaise obtient deux membres au Comité exécutif du Conseil d'administration sur neuf.

Le partenariat entre Alitalia et Air France-KLM renforce, avec l'apport de Rome Fiumicino et de Milan Malpensa, une stratégie multi-hub articulée jusqu'à ce jour autour de Paris-Charles-de-Gaulle et d'Amsterdam-Schiphol.

Toutefois, en 2014, Alitalia est acquise à hauteur de 49 % par la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, Etihad Airways.

Crise économique, restructuration et montée en gamme[modifier | modifier le code]

La compagnie aérienne est confrontée à la concurrence internationale, notamment à la révolution du low-cost. Elle est considérée comme l'une des compagnies au monde « où les conditions de travail sont les plus généreuses, en horaires et en rémunérations »[18]. L'Etat français, actionnaire principal du groupe Air-France KLM, nomme directement les PDG[18]. Présenté par Jean-Marc Sylvestre, comme « ingouvernable à cause de ses féodalités sociales », le groupe est confronté à une question de gouvernance[18].

Pierre-Henri Gourgeon[modifier | modifier le code]

Le , Air France-KLM, dirigé par Pierre-Henri Gourgeon depuis 2007, reçoit son premier Airbus A380 et le 20 novembre, la compagnie effectue le vol inaugural de l'A380 entre Paris et New York avec 538 passagers à bord.

Air France-KLM subit la crise économique mondiale des années 2008 et suivantes comme toutes les grandes compagnies aériennes nationales historiques qui enregistrent régulièrement depuis des pertes opérationnelles, à la différence des compagnies à bas prix[19]. Le groupe fait l'objet depuis de plans de départs volontaires et de restructurations[20]. De plus, il est concurrencé sur le court-courrier par le TGV, sur le moyen-courrier par les compagnies à bas prix et sur le long-courrier par les compagnies aériennes porte-drapeau (Qatar Airways, Emirates, Malaysia Airlines, China Southern Airlines)[13].

En , la Commission européenne inflige une amende de 310 millions d'euros à Air France-KLM pour avoir participé à un « cartel de compagnies aériennes qui s'étaient entendues sur leurs tarifs de fret »[21].

Jean-Cyril Spinetta[modifier | modifier le code]

Le , un conseil d'administration exceptionnel nomme Jean-Cyril Spinetta président-directeur général d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon ayant présenté sa démission[22].

Le , les filiales BritAir, Régional et Airlinair sont regroupées sous le nom de Hop!.

Alexandre de Juniac[modifier | modifier le code]

Le , Alexandre de Juniac est nommé, en remplacement de Jean-Cyril Spinetta, président-directeur général d'Air France-KLM[23].

Face à la crise, Air France-KLM s’est engagé dans « Transform 2015 », un plan de restructuration de l'entreprise qui a pour objectifs d'améliorer le produit (notamment par une remontée en gamme sur les vols long-courriers : sièges avec plus d'espace, nouveaux écrans tactiles) et le service au client au meilleur niveau mondial, de retrouver la compétitivité, et de retourner à l’équilibre du groupe dont la dette nette est de 6,5 milliards d'euros en 2012[24]. Le les pilotes d'Air France se mettent en grève pour protester contre la création de Transavia Europe. La compagnie Air France annonce qu'à la suite de la grève de ses pilotes, elle reculera la livraison de ses futurs B777 pendant au moins deux ans.

Le 4 mai 2015, Alexandre de Juniac présente devant le comité central d'entreprise la déclinaison par activité du plan Perform 2020. Le groupe souhaite être le premier réseau long-courrier au départ d'Europe, appuyé sur le hub de Paris-CDG, avoir une activité cargo dans le « top 5 mondial », contribuant aux résultats de l'activité long-courrier, avoir un réseau point-à-point français très dense sous la marque HOP! Air France, faire de Transavia une compagnie « low-cost' » de référence au départ de la France et être un acteur mondial de la maintenance et du catering, tout en poursuivant ses efforts de réduction des coûts unitaires[25]. Comme défini dans le cadre de Perform 2020, l'objectif est une baisse annuelle des coûts unitaires de 1,5 % par an (-3 % en coûts pilotables), soit 650 millions d'euros sur la période 2015-2017. Pour atteindre cet objectif en prenant en compte l'inflation, le groupe doit réaliser 1 130 millions d'euros d'économies de coûts sur cette période, indique-t-il également.

En juillet 2015, Air France annonce l'officialisation de son regroupement pour 2017 des marques Brit Air, Régional et Airlinair sous la marque Hop !, après avoir déjà regroupé juridiquement ses structures sous la société éponyme, permettant de réduire ses coûts et ses pertes via une suppression de 245 postes[26].

Le 1er octobre 2015, le conseil d’administration d’Air France-KLM valide la mise en œuvre d’un nouveau plan de restructuration. Un plan qui débouchera, selon De Juniac, sur « un important plan de réduction d’emplois ». Il confirme que les départs volontaires seront privilégiés, mais que la compagnie devra également « recourir à des départs non volontaires[27] ». La compagnie annonce ainsi un plan de suppression de 2 900 postes et une réduction de la flotte de 17 long-courriers et de 22 lignes, pour 2017. A la suite de ces annonces le comité central d'entreprise d'Air France subit des violences de la part de manifestants[28],[29]. Le 15 octobre 2015, le conseil d'administration réaffirme son soutien à la stratégie du PDG d'Air France et de son équipe dirigeante[30].

En février 2016, le groupe annonce avoir renoué avec les bénéfices pour la première fois depuis 2007 avec un résultat d'exploitation sur l'année 2015 de 816 millions d'euros[31].

Le 9 février 2016, la compagnie aérienne reçoit à Paris le premier prix du Podium de la Relation Client dans le secteur Transport, lors de la 12ème édition du Podium de la Relation Client BearinPoint - TNS Sofres[32]. Alexandre de Juniac dédie cette récompense aux salariés d'Air France, en remerciement de leurs efforts[32].

Le but affiché de la compagnie est alors de continuer sa stratégie de montée en gamme en investissant[31]. En mars 2016, le groupe annonce ainsi avoir investit 500 millions d'euros dans de nouvelles cabines de voyages[33].

Le 31 mars 2016, à l'occasion de l'inauguration de la première base européenne de Transavia à Munich, Air France-KLM réaffirme son intention d'atteindre 100 appareils et plus de 20 millions de passagers à l'horizon 2019 sous la marque low cost, faisant de Transavia l'une des 5 premières marques low cost européennes[34].

Début avril 2016, Alexandre De Juniac annonce son départ du groupe. Cette annonce provoque une chute de 5 % du cours[35]. Son remplacement par Jean-Marc Janaillac est annoncé 1er mai à la suite d'une décision prise en Conseil d'administration exceptionnel. Le nouveau PDG doit entrer en fonction au plus tard le 31 juillet 2016[10].


Filiales et participations[modifier | modifier le code]

Filiales aériennes à 100 % d'Air France-KLM[modifier | modifier le code]

Compagnies aériennes dans lesquelles Air France-KLM détient une participation minoritaire[modifier | modifier le code]

Autres activités intégralement détenues par Air France-KLM[modifier | modifier le code]

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Structure au 31 mars 2011[36]:

  • État français : 15,7 %
  • Flottant : 82,8 % (dont personnel Air France-KLM : 9,8 %)
  • AirFrance-KLM : 1,5 % (auto-contrôle)

Répartition au 30 septembre 2015[37] :

  • État français : 17,6 %
  • Flottant : 81 % (dont personnel Air France-KLM : 6,6 %)
  • AirFrance-KLM : 1,4 % (auto-contrôle)

Flotte[modifier | modifier le code]

L'âge moyen de la flotte est de 11,2 ans.

Au Mai 2016, la compagnie dispose de 585 avions[38]:

  • 173 avions long-courrier
  • 249 avions moyen-courrier
  • 152 avions régionaux
  • 20 avions cargo

45 % de ces avions sont la propriété du groupe, 19 % sont en crédit-bail et 36 % correspondent à des loyers opérationnels[39]

Flotte long et moyens courrier[modifier | modifier le code]

Avion Nombre d'avions Commandés Notes
Airbus A318-100 18 0 En exploitation uniquement chez Air France
Airbus A319-100 40 0 En exploitation uniquement chez Air France
Airbus A320-200 46 3 En exploitation uniquement chez Air France
Airbus A321-200 25 0 En exploitation uniquement chez Air France
Airbus A330-200 24 0 15 chez Air France et 9 chez KLM
Airbus A330-300 5 0 En exploitation uniquement chez KLM
Airbus A340-300 13 0 En exploitation uniquement chez Air France. Deux appareils ont été loués à Air Madagascar. Les autres devraient être retirés du service, remplacés par des A350.
Airbus A350-900 0 28 Les premiers appareils devraient arriver à partir de 2017.
Airbus A380-800 10 0 En exploitation uniquement chez Air France
Boeing 737-700 18 0 Uniquement en service chez KLM
Boeing 737-800 25 0 Uniquement en service chez KLM
Boeing 737-900 5 0 Uniquement en service chez KLM.
Boeing 747-400 22 0 Uniquement en service chez KLM
Boeing 777-200ER 40 0 15 appareils chez KLM et 25 chez Air France
Boeing 777-300ER 54 3 10 appareils chez KLM et 40 chez Air France
Boeing 787-9 5 24 (+12 IFLC) + 12 Locations prises avec IFLC.

Le premier appareil est entré en service chez KLM en octobre 2015. Le premier devrait entrer dans la flotte en 2016 chez Air France[40]

Total 424 58 (+12 IFLC)

Flotte court courrier[modifier | modifier le code]

Avion Nombre d'avions Commandés Notes
ATR 42 et 72 24 0 Opérés par HOP! (Airlinair) pour Air France.
Bombardier CRJ (100, 700 et 1000) 39 2 Opérés par HOP! (Brit Air) pour Air France.
Embraer 145,135 25 0 Opérés par HOP! (Régional) pour Air France
Embraer 170 16 0 Opérés par HOP! (Régional) pour Air France
Embraer 175 1 17 Opérés par Cityhopper pour KLM
Embraer 190 40 0 10 opérés par HOP! pour Air France et 30 chez KLM
Fokker F70 16 0 En exploitation chez Cityhopper pour KLM
Total 161 19

Le Fokker F70 supplémentaire est celui de la famille royale des Pays-Bas.

Flotte Cargo[modifier | modifier le code]

Avion Nombre d'avions Commandés Notes
Boeing 747-400ERF 3 0 3 avions pour KLM.
Boeing 747-400BCF 3 0 3 avions pour KLM.
Boeing 777F 2 0 Exploité uniquement par Air France
Total 8 0

Flotte de leur filiale → Transavia.com et Martinair Holland[modifier | modifier le code]

Flotte de Transavia[modifier | modifier le code]

Avion Nombre d'avions Commandés Passagers
Boeing 737-700 9 0 149 passagers
Boeing 737-800 45 27 189 passagers
Total 54 27

Pendant les périodes de haute fréquentation transavia.com France loue d'autre avions à d’Air Transat

Flotte de Martinair Holland[modifier | modifier le code]

Avion Nombre d'avions Commandés Notes
Boeing 747-400 4 0 Avion Cargo loués par KLM
McDonnell DouglasMD-11F 3 0 Avion Cargo
McDonnell DouglasMD-11CF 3 0 Avion Cargo
Total 10 0

Données financières[modifier | modifier le code]

Chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

Le transport de passagers représente près de 80 % du chiffre d'affaires du groupe (23,970 milliards d'euros au 31 mars 2009)[41] :

Par destination, le CA « passagers » se répartit[42] :

Comptes[modifier | modifier le code]

Données financières
Années 2003-2004 publié (1) 2003-2004 proforma (2) 2004-2005 (2) Variation
Chiffre d'affaires 12 337 M€ 17 782 M€ 19 078 M€ +7,3 %
  • Passagers
10 260 M€ 14 044 M€ 15 004 M€ +6,8 %
  • Cargo
1 412 M€ 2 277 M€ 2 492 M€ +9,4 %
  • Maintenance
508 M€ 747 M€ 777 M€ +4,0 %
  • Autres
157 M€ 714 M€ 805 M€ +12,7 %
EBITDAR (3) 1 776 M€ 2 716 M€ 2 873 M€ +5,8 %
Résultat d'exploitation avant cessions aéronautiques 132 M€ 405 M€ 489 M€ +20,7 %
Marge d'exploitation 1,1 % 2,3 % 2,6 %
Résultat net part groupe 93 M€ 292 M€ 351 M€ +20,2 %
Résultat net par action 0,42 € 1,08 € 1,30 € +20,4 %
Dividende par action 0,05 € - 0,15 € -
Taux d'endettement 0,62 % 1,21 % 1,06 €
  • (1) Groupe Air France Seul
  • (2) Consolidation d'Air France sur 12 mois (avril-mars) et de KLM sur 11 mois (mai-mars)
  • (3) Excédent brut d'exploitation avant loyers opérationnels

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le Conseil d’administration détermine les orientations de l’activité du groupe et veille à leur mise en œuvre. Dans la limite de ses attributions, il se saisit de toute question intéressant la bonne marche de l’entreprise et règle, par ses délibérations, les affaires qui le concernent.

Jean-Cyril Spinetta en est le président d'honneur.

Les membres du Conseil d'administration (au 01/07/2013)

Le Comité exécutif groupe Le Comité exécutif du groupe définit les principales orientations du groupe dans le cadre de la stratégie approuvée par le Conseil d’administration. Il se réunit toutes les deux semaines, alternativement à Paris et Amsterdam.

Les représentants d'Air France et de KLM

Principaux concurrents en Europe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Mentions légales." Air France-KLM.
  2. "Plan interactif." Tremblay-en-France.
  3. "SIEGE D'AIR FRANCE - ROISSYPOLE." Groupement d'études et de méthodes d'ordonnancement (GEMO)
  4. "Roissy Charles-de-Gaulle." Tremblay-en-France.
  5. Actionnaire du groupe Air France KLM
  6. http://www.boursorama.com/bourse/profil/profil_finance.phtml?symbole=1rPAF
  7. http://www.airfranceklm.com/fr/finance/actualites-financieres/communiques-de-presse-finance
  8. « FNAM : La compétitivité du transport aérien en France », sur www.fnam.fr (consulté le 4 novembre 2015)
  9. (en) « Air France-KLM, leader dans chacun de ses trois métiers », Air France-KLM
  10. a et b Fabrice Gliszczynski, « Air France-KLM : le conseil choisit Jean-Marc Janaillac comme Pdg (officiel) » sur La Tribune, 2 mai 2016
  11. Stratégie du groupe Air France-KLM
  12. a et b Denis Rossignol, Air France. Mutation économique et évolution statutaire, Editions L'Harmattan,‎ , p. 140
  13. a et b Fabrice Amedeo, La Face cachée d'Air France, Editions Flammarion,‎ , 347 p.
  14. « Mariage d'argent pour Air France et KLM », L'Humanité,‎
  15. « Air France KLM va quitter le CAC 40 », sur lexpansion.lexpress.fr (consulté le 4 novembre 2015)
  16. (fr) « Air France-KLM acquiert VLM Airlines », sur Challenges, https://plus.google.com/+challenges (consulté le 4 novembre 2015)
  17. Chiffre confirmé par le groupe le 24 mars 2009, source : Corriere della Sera dudit jour.
  18. a, b et c Air France : l’Etat ne trouve pas de pilote pour succéder à Alexandre de Juniac et ne comprend même pas pourquoi, Jean-Marc Sylvestre, atlantico.fr, 19 avril 2016
  19. Fabrice Gliszczynski, « Air France-KLM a perdu 6,6 millions d'euros par jour au premier trimestre, un record », sur La Tribune,‎
  20. « Un nouveau plan de restructuration à l'étude chez Air France », sur Le Monde.fr,‎
  21. Agence France-Presse, « Forte amende imposée aux membres du cartel du fret aérien », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  22. Communiqué de presse du 17 octobre 2011, Air France-KLM.
  23. [1], Air France-KLM, nouveau PDG.
  24. « Air France prépare un plan de 2.800 départs volontaires », sur Le Parisien,‎
  25. « Air France engage un plan de survie », sur Le JDD,‎
  26. Air France va fusionner ses filiales régionales sous la bannière Hop !, Bruno Tredvidic, Les Échos, 16 juillet 2015
  27. « Alexandre de Juniac : Air France va "essayer de privilégier les départs volontaires" », sur Europe 1,‎
  28. Air France veut supprimer 2 900 emplois, Usine Nouvelle, 5 octobre 2015
  29. Air France : après une journée agitée, la direction se dit prête à reprendre les négociations, Le Monde, 5 octobre 2015
  30. « AIR FRANCE-KLM : la stratégie d'Alexandre de Juniac confortée », sur Capital.fr (consulté le 4 novembre 2015)
  31. a et b « Alexandre de Juniac: "Air France-KLM redevient un fleuron européen" », sur www.parismatch.com (consulté le 31 mars 2016)
  32. a et b « Air France : relation client primée et délocalisation », sur Air Journal (consulté le 31 mars 2016)
  33. « Air France: Le business devra repartir en 2016 », sur L'Economiste (consulté le 31 mars 2016)
  34. « Air France-KLM veut doubler la taille de sa low cost Transavia d’ici à 2019 », sur lesechos.fr (consulté le 31 mars 2016)
  35. « Air France-KLM chute de près de 5 % après l'annonce surprise du départ de son PDG », sur Challenges (consulté le 6 avril 2016)
  36. « Structure du capital Air France KLM », sur Air France-KLM,‎ (consulté le 12 juin 2011)
  37. « Structure du capital Air France KLM », sur Air France-KLM,‎ (consulté le 6 octobre 2015)
  38. http://corporate.airfrance.com/fr/la-compagnie/chiffres-cles/flotte/ Flotte en exploitation
  39. http://www.airfranceklm-finance.com/flotte-aerienne.html Flotte aérienne d'Air France-KLM
  40. http://airinfo.org/2014/10/27/air-france-klm-livraison-premier-787-9-dreamliner-octobre-2015/
  41. Chiffres clés d'Air France-KLM
  42. Air France-KLM - Rapport annuel 2008-09

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]