Albioma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Albioma

Création Séchilienne (1897) et Sidec (1982)
Action ABIO
Slogan Il est temps de changer d'énergie !
Siège social Tour Opus 12 - La Défense 9

77 esplanade du Général de Gaulle 92914 La Défense cedex
Drapeau de France France

Actionnaires Impala
Activité Production d'énergies
Effectif 480 collaborateurs
Site web Albioma

Chiffre d’affaires 367,8 M€ (2016)[1]
Résultat net 37 M€

Albioma est un producteur d'énergie renouvelable indépendant. Il est actif dans les secteurs de valorisation de la biomasse et du solaire photovoltaïque, essentiellement en France métropolitaine et en Outre-mer.

Activités[modifier | modifier le code]

Le Groupe, implanté en Outre-mer français, à l’Île Maurice et au Brésil, a développé depuis 20 ans un partenariat avec l'industrie sucrière pour produire de l’énergie renouvelable à partir de la bagasse, résidu fibreux de la canne à sucre[2]. Albioma est aussi le premier producteur d’énergie photovoltaïque en Outre-mer où il construit et exploite des projets avec stockage.

Albioma assure plus de 60 % de la production d'électricité à La Réunion, 25% en Guadeloupe et 44% à l'île Maurice[3]. C'est l'un des premiers producteurs d’énergie dans les DOM avec des centrales telles que Le Galion en Martinique[4], CTM ou Caraïbes-Énergie en Guadeloupe[5],[6], l'usine de Bois Rouge ou l'usine du Gol à La Réunion[7]. Ces dernières, fonctionnant initialement au charbon, sont en cours de conversion à la biomasse, grâce à un partenariat avec l'office national des forêts et le recours à l'importation[8].

Albioma construit aussi la première turbine fonctionnant au bioéthanol (le carburant initial intègre aussi 20 % de fioul léger) en 2018[8].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1982 est créée la société SIDEC[3] (Société Industrielle pour le Développement de l’Énergie Charbon) par le Groupe Charbonnages de France pour aider les industriels à réduire la part des hydrocarbures dans leurs sources d’énergie. En 1994, Séchilienne, filiale d’Air liquide, entre au capital de SIDEC, puis acquiert progressivement la majorité jusqu’à la fusion des deux sociétés en 2001, qui donnera naissance à Séchilienne-Sidec. En 2005, Air Liquide cède sa participation au profit de Financière Hélios qui devient son actionnaire de référence (Hélios est alors contrôlée par les fonds gérés par Apax Partners et Altamir Amboise)[9].

Le nom Albioma est adopté en 2013 par Séchilienne Sidec, en parallèle d'un recentrage sur la biomasse, en réduisant la part de charbon dans ses centrales, et le solaire[2],[3]. En 2015, le fonds Apax Partners met en vente 95 % de ses parts dans l'entreprise[10].

Séchilienne Sidec achète en 2012 60% du capital de Méthanéo, une entreprise spécialisée dans la méthanisation fondée en 2007[11]. En 2015, l'entreprise arrête le développement de projets de méthanisation car l'exploitation de ses centrales est trop coûteuse à cause de la faible qualité des déchets agricoles livrés[12]. En 2018, elle vend à l'entreprise spécialisée Evergaz ses trois unités de méthanisation en fonctionnement[13].

L'entreprise est souvent confrontée à des grèves de son personnel dans les centrales thermiques en Outre-mer[14]. L'ouragan Maria coupe la connexion au réseau antillais de certaines centrales solaires photovoltaïques en 2017 mais les centrales thermiques maintiennent leur fonctionnement[15].

En 2018, l'entrée d'Impala au capital d'Albioma pour 5% coïncide avec le rachat de la branche française d'Eneco et de ses 17 MW de capacité solaire[16], notamment en autoconsommation[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hubert Couëdic, « Albioma : bonnes performances », sur lerevenu.com, (consulté le 20 septembre 2018).
  2. a et b Anne Eveno, « Pour s'affirmer dans la biomasse, Séchilienne-Sidec devient Albioma », sur lemonde.fr,
  3. a b et c Anne Feitz, « Séchilienne-Sidec se rebaptise et focalise ses efforts sur la biomasse », sur lesechos.fr, .
  4. « Tableau de bord de l’énergie et du climat de la Martinique 2009 », sur ademe.fr.
  5. « L’énergie électrique à la Guadeloupe Énergies nouvelles et renouvelables - section 2 "La production d’énergie électrique" », sur iedom.fr.
  6. INSEE, « L’énergie en Guadeloupe, un challenge permanent - section "L’énergie électrique" », .
  7. « Bilan énergétique île de La Réunion 2012 », sur arer.org.
  8. a et b P.M., « Albioma prend le cap du 100% biomasse », sur clicanoo.re, (consulté le 17 octobre 2018).
  9. « Albioma - Notre histoire », sur albioma.com (consulté le 11 août 2013).
  10. Laurent Grassin, « Albioma : Apax Partners cède sa participation », (consulté le 20 septembre 2018).
  11. « Albioma : Prend le contrôle de Methaneo », sur tradingsat.com, (consulté le 11 décembre 2018).
  12. Hubert Couëdic, « Albioma : la méthanisation plus compliquée que prévu », sur lerevenu.com, (consulté le 20 septembre 2018).
  13. Alexandra Saintpierre, « Albioma cède son activité méthanisation à Evergaz », sur boursier.com, (consulté le 11 décembre 2018).
  14. Hubert Couëdic, « Albioma : la grève à La Réunion fait plonger l’action », sur lerevenu.com, (consulté le 20 septembre 2018).
  15. AOF, « ALBIOMA a résisté à Maria », sur capital.fr, (consulté le 20 septembre 2018).
  16. Le Figaro.fr avec AFP, « Solaire: Albioma acquiert Eneco France », sur lefigaro.fr, (consulté le 12 décembre 2018).
  17. « ALBIOMA bondit grâce à l'arrivée au capital d'Impala », sur capital.fr, (consulté le 12 décembre 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]