Albioma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albioma

Création Séchilienne (1897) et Sidec (1982)
Dates clés 2001 Fusion entre Séchilienne (Air Liquide) et Sidec (Charbonnages de France). 2012 rachat de Methaneo. 2013 devient Albioma.
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Siège social Drapeau de la France France Courbevoie (22, place des Vosges - Immeuble Le Monge - La Défense 5 - 92400)
Direction Jacques Petry (PDG depuis fin octobre 2011)
Actionnaires Financière Hélios (contrôlée par les fonds gérés par Apax Partners et Altamir Amboise)
Activité Production d'énergies
Effectif en diminution 296 personnes (2011)
Site web Albioma

Chiffre d’affaires en augmentation 361,6 M (2011)
en augmentation +18,6 %
Résultat net en diminution 24,6 M (2011)

Albioma, anciennement Sechilienne-Sidec, est un producteur français d'énergie à partir de biomasse d'origine agricole. Ses principales activités sont la biomasse thermique, la bio-méthanisation et l'énergie solaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Création en 1982 de la société SIDEC (Société Industrielle pour le Développement de l’Énergie Charbon) par le Groupe Charbonnages de France pour aider les industriels à réduire la part des hydrocarbures dans leurs sources d’énergie. En 1994, Séchilienne, filiale d’Air liquide, entre au capital de SIDEC, puis acquiert progressivement la majorité jusqu’à la fusion des deux sociétés en 2001, qui donnera naissance à Séchilienne-Sidec. En 2005, Air Liquide cède sa participation au profit de Financière Hélios qui devient son actionnaire de référence (Hélios est alors contrôlée par les fonds gérés par Apax Partners et Altamir Amboise)[1].

En 2012 et 2013 elle concentre ses activités dans la valorisation électrique de la biomasse en entrant au capital de Methanéo et en cédant son activité éolienne à EDF Énergies Nouvelles.

Un plan stratégique présenté le 19 mars 2013 prévoit 1 milliard d'investissements sur 10 ans dans la valorisation électrique de la biomasse[2].

Cette réorientation stratégique se matérialise par son changement de dénomination sociale, "Séchilienne Sidec" devenant "Albioma" lors de l'assemblée générale du 31 mai 2013[3],[4].

Activités[modifier | modifier le code]

Albioma assure plus de 60 % de la production d'électricité à La Réunion, 25% en Guadeloupe et 44% à l'île Maurice[5].

C'est l'un des premiers producteurs d’énergie dans les DOM avec des centrales telles que Le Galion en Martinique[6], CTM ou Caraïbes-Énergie en Guadeloupe[7],[8], l'usine de Bois Rouge ou l'usine du Gol à La Réunion[9].

Biomasse thermique[modifier | modifier le code]

La production d'électricité et de chaleur est réalisée à partir de la bagasse (résidu sec de la canne à sucre) et du charbon grâce à des usines de cogénération en Guadeloupe, Martinique, Réunion et Maurice. La puissance disponible est de 567 mégawatts (MW) fin 2012, dont 95 MW (participation minoritaire) sur l'île Maurice. À ces territoires historiques sur lesquels le groupe annonce vouloir investir 200 à 300 millions d'ici dix ans, Albioma prévoit de s'étendre au Brésil avec un programme d'investissements de 400 millions sur dix ans.

Bio-méthanisation[modifier | modifier le code]

Albiona est l'actionnaire principal de Methaneo depuis 2012. La première centrale de bio-méthanisation du groupe (puissance de 2 MW) est inaugurée en Charente le 26 avril 2013[10]. Selon le plan stratégique, un plan d'investissements de 200 à 300 millions est prévu sur dix ans pour développer cette activité.

Solaire[modifier | modifier le code]

Plusieurs parcs fonctionnent ou sont en cours de déploiement en métropole, Guadeloupe, Martinique et Réunion. La puissance disponible est de 69 MW fin 2012. 50 millions d'investissements supplémentaires sont prévus dans cette activité d'ici 10 ans[11].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]