Îles Vierges britanniques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Îles Vierges britanniques
British Virgin Islands (en)
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Îles Vierges britanniques
Administration
Statut politique Territoire d'outre-mer du Royaume-Uni
Capitale Road Town
(18° 27′ N 64° 37′ O / 18.45, -64.617)
Gouvernement
- Chef d'État
 - Gouverneur
 - Premier ministre

Élisabeth II
John Duncan
Orlando Smith
Démographie
Population 28 054 hab. (2010[1])
Densité 183 hab./km2
Langue(s) Anglais
Géographie
Coordonnées 18° 30′ 00″ N 64° 30′ 00″ O / 18.5, -64.518° 30′ 00″ Nord 64° 30′ 00″ Ouest / 18.5, -64.5
Superficie 153 km2
Divers
Monnaie Dollar américain (USD)
Fuseau horaire UTC -4
Domaine internet .vg
Indicatif téléphonique 1-284
Code ISO 3166-1 VGB, VG
Élizabeth II souveraine des îles Vierges britanniques.

Les îles Vierges britanniques sont un archipel des Antilles et un territoire d'outre-mer du Royaume-Uni. Encore aujourd'hui elles représentent une colonie au sein du Royaume-Uni. Ce statut de colonie et / ou de territoire outre-mer britannique fait d'Élisabeth II la souveraine du territoire[2]. Les Îles Vierges britanniques sont un paradis fiscal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les îles Vierges furent découvertes par Christophe Colomb lors de son deuxième voyage en 1493, qui aurait nommé les îles en l'honneur de sainte Ursule, connue dans la légende des onze mille vierges.

Délaissées par les Espagnols qui préféraient les contrées plus riches, l'archipel devint le repaire idéal des anciens pirates : nouveaux boucaniers anglais, français et néerlandais qui sillonnèrent la mer des Caraïbes pour perpétrer leurs raids contre l'Armada espagnole.

Colonisées en 1648 par les Néerlandais et annexées par les Anglais en 1672, elles furent également disputées par les Français, les Espagnols et les Danois. Vers 1715, Edward Teach (ou Tatch), plus connu sous le nom de Barbe Noire, commandait ses attaques contre les navires chargés de biens précieux probablement depuis Soper's Hole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des îles Vierges britanniques

Les îles Vierges britanniques sont un groupe d'une cinquantaine d'îles dans les Antilles, dont seulement 16 sont habitées. Elles sont situées à l'est des Îles Vierges des États-Unis.

Roadtown, la capitale des Iles vierges britanniques située sur l'île de Tortola.

Les principales îles habitées sont : Tortola, Virgin Gorda, Anegada, Jost Van Dyke, Peter Island et Salt Island. Road Town, la capitale territoriale est située sur Tortola.

Politique[modifier | modifier le code]

Orlando Smith, Premier Ministre des îles Vierges britanniques depuis 2011.

Lavity Stoutt fut le chef du gouvernement (Premier Ministre) pendant cinq mandats consécutifs entre 1967 et 1995. Depuis 2011 c'est Orlando Smith qui est Premier Ministre[3]. John Duncan est actuellement le gouverneur des îles Vierges britanniques[4].

Langue[modifier | modifier le code]

On retrouve plusieurs langues aux îles Vierges britanniques. L'anglais est la langue officielle de facto puisqu'elle représente la langue du Royaume-Uni. Pour ce qui est des autres langues on retrouve dans l'archipel le créole anglais spécifique aux îles Vierges britanniques, l'espagnol et différents autres types de créole dont le créole anguillais. Le créole anglais des îles Vierges britanniques est parlé par 60 % de la population. L'anglais en tant que langue maternelle est pour sa part parlé par 10 % de la population. L'espagnol se retrouve dans les mêmes proportions au sein de la population en tant que langue maternelle soit 10 % de la population. Le reste de la population utilise les autres créoles mentionnés plus haut[5].

Religion[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Église épiscopale des États-Unis qui intègre certaines églises de Tortola.

86 % de la population est protestante et 10 % est catholique. Les anglicans représentent 9 % des 86 % de protestants[5].

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie des îles Vierges britanniques est étroitement liée à son statut de paradis fiscal. En janvier 2014, le pays figure sur la liste française des paradis fiscaux[6].

Le pays est parmi les plus prospères des Caraïbes. Selon un rapport de KPMG datant de 2000, 41 % des compagnies mondiales seraient enregistrées aux Îles Vierges britanniques. En effet, les sociétés présentes sur les îles Vierges britanniques, tout comme leurs cousines les îles Caïmans, ne paient aucune taxe. L'impôt sur le revenu est de 8 % après une déduction de base de 10 000 $. On trouve donc de nombreuses banques, fonds de pensions, des trusts, des cabinets comptables et cabinets d’avocats. Les « services financiers » compteraient pour 60% du PIB[7]. Par ailleurs, les deux autres pôles d’activités des îles Vierges britanniques sont le tourisme et le nautisme.

Les Îles Vierges britanniques ont adopté le dollar américain comme devise.

Démographie[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2010, l'archipel compte 28 054 habitants[1]. La majorité de la population est d'origine afro-caribéenne (83 %), et sont les descendants des esclaves amenés d'Afrique par les Britanniques. Le reste de la population est majoritairement constitué de gens d'origine européenne et de façon plus minoritaire, de Latinos, d'Indiens et de gens d'origine mixte.

80 % de la population se trouve sur l'île de Tortola et environ 15 % sur l'île de Virgin Gorda[1].

Culture[modifier | modifier le code]

L'hymne national est God Save the Queen.

Codes[modifier | modifier le code]

Les îles Vierges britanniques ont pour codes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]