Schiltigheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schiltigheim
L'ancienne mairie et la rue principale.
L'ancienne mairie et la rue principale.
Blason de Schiltigheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin (Strasbourg)
Arrondissement Strasbourg
Canton Schiltigheim
(chef-lieu)
Intercommunalité Strasbourg Eurométropole
Maire
Mandat
Jean-Marie Kutner
2014-2020
Code postal 67300
Code commune 67447
Démographie
Gentilé Schilikois(es)
Population
municipale
31 610 hab. (2014)
Densité 4 143 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 28″ nord, 7° 45′ 00″ est
Altitude Min. 133 m – Max. 152 m
Superficie 7,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Schiltigheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Schiltigheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Schiltigheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Schiltigheim
Liens
Site web www.ville-schiltigheim.fr

Schiltigheim [ ʃiltikaɪm] (en alsacien Schìllige ou Schelige) est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Schiltigheim se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Schilikois (Schìlligemer ou Scheligemer en alsacien) : Schilick est une appellation familière, dans l'agglomération strasbourgeoise, pour désigner Schiltigheim, que ce soit parmi les francophones ou parmi les dialectophones.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cartes des communes au nord de Strasbourg.

Située dans l'agglomération strasbourgeoise, Schiltigheim borde Strasbourg sur tout son côté nord. Les autres communes limitrophes sont Bischheim, Hœnheim, Niederhausbergen, Mittelhausbergen et Oberhausbergen. Une petite exclave de Schiltigheim se situe, quant à elle, entre les communes de Hœnheim et de Souffelweyersheim.

La commune est traversée par l'Ill, l'Aar et le canal de la Marne au Rhin.

Schiltigheim est également la troisième commune du Bas-Rhin par son nombre d'habitants.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Schiltigheim est desservie par plusieurs lignes de bus de la Compagnie des transports strasbourgeois : 4, 6, 50, 70 et par la ligne B du tramway de Strasbourg.

Un projet de tram reliant Vendenheim à Wolfisheim via Schiltigheim est à l'étude. Il est pour le moment préfiguré par la ligne G du BHNS de Strasbourg, desservant Schiltigheim via les arrêts Copenhague, Europe, Vienne, et Chambre des métiers.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Gare de Schiltigheim et Gare de Bischheim.

La ville est traversée par les lignes de chemin de fer de Paris à Strasbourg et de Strasbourg à Lauterbourg. La gare de Bischheim se trouve en fait sur le territoire de Schiltigheim, la gare de Schiltigheim est ouverte uniquement au service du fret. Une partie du triage de Hausbergen se situe sur le territoire de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Vue de Schillique (1700).

L'origine de la ville remonte au IXe siècle, où elle s'est constituée autour du château de Sciltung et de la chapelle Bothebür. Ces deux lieux devaient être situés pour Skitingsdtböhel à l'endroit du parc du Château où s'érigeait le château de Sciltung et Bothebür, après un petit vallon (actuelles rue de la Mairie et rue du Barrage sur la butte de la rue Principale et rue des Pompiers, à l'emplacement de l'église protestante actuelle)[1]. Schiltigheim s'implante sur les dernières collines qui descendent vers le Rhin au nord de Strasbourg. Son développement est étroitement lié, à la fin du XIVe siècle, à l'arrivée des habitants d'Adelshoffen chassés de la banlieue de Strasbourg et qui trouvent refuge au bas du village.

La population[modifier | modifier le code]

La population de Schiltigheim augmente peu jusqu'au XVIIIe siècle, elle compte à peine 800 habitants en 1683. Profitant du développement industriel à partir de 1850, elle évolue rapidement et dépasse les 14 000 habitants en 1905. En 1999, elle en compte plus de 30 000.

Les guerres[modifier | modifier le code]

L'Alsace, terre de passage, fut de tout temps zone de conflits. Schiltigheim, proche de Strasbourg et du Rhin, connaît dès le Moyen Âge les destructions et les désastres. Lors du siège de Strasbourg en 1870, la ville, occupée par les Prussiens, est cruellement touchée par les bombardements. Un obus de cette époque se trouve d'ailleurs encore fiché dans le mur d'une maison. À la suite de la défaite, l'Alsace-Lorraine est rattachée à l'empire allemand jusqu'en 1918. Entre 1939 et 1945, la ville est à nouveau frappée par les malheurs de la guerre. La population est évacuée dans la Haute-Vienne de septembre 1939 à l'été 1940, puis, de retour en Alsace, elle subit l'annexion nazie jusqu'à sa libération en novembre 1944 par les troupes du Général Leclerc.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Schiltigheim

Les armes de Schiltigheim se blasonnent ainsi :
« D'argent aux trois merlettes de sable mornées. »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Schiltigheim fait partie de l'Eurométropole de Strasbourg, ancienne Communauté urbaine de Strasbourg, depuis sa création en 1967.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[3] :

  • total des produits de fonctionnement : 30 435 000 €, soit 953 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 29 015 000 €, soit 909 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 8 925 000 €, soit 280 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 8 962 000 €, soit 281 € par habitant ;
  • endettement : 13 487 000 €, soit 423 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 19,50 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 15,68 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 45,56 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1977[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2008[7] Alfred Muller MDA Instituteur puis directeur d'école
2008 2014 Raphaël Nisand[8] PS Avocat, fils de Léon Nisand (1923-2014)
2014 en cours Jean-Marie Kutner UDI Pharmacien à la retraite
Les données manquantes sont à compléter.

Sécurité[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville.

Schiltigheim dispose d'un commissariat de secteur de la Police nationale[9] ainsi que d'une brigade de Police municipale[10]. Le commissariat et le bureau de la Police municipale sont tous deux installés à l'hôtel de ville au 110 route de Bischwiller.

Santé[modifier | modifier le code]

Le centre médico-chirurgical et obstétrical (CMCO) rattaché aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg est situé au sud de la commune.

Le pôle médical de l'Ill, regroupant les cliniques de l'Ill et du Ried, se trouve juste à la limite avec la commune de Hœnheim au nord-est.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 31 610 habitants, en augmentation de 1,48 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 622 1 645 1 587 2 133 2 627 2 794 2 778 2 998 3 349
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
3 441 3 770 4 265 4 849 5 653 6 507 7 140 7 758 8 609
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
10 745 14 310 16 761 17 804 19 226 21 217 22 074 22 397 22 798
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
25 081 29 198 30 144 29 574 29 155 30 841 31 239 31 633 31 610
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006 [13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de la Sainte Famille (catholique), construite à la fin du XIXe[22],[23] ;
  • Église Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception, construite en 1955 et dédiée au culte catholique[24] ;
  • Église protestante, construite sur les fondations d'une chapelle médiévale, avec orgues et cadran solaire du XIXe[25],[26] ;
  • Église de la Trinité, construite entre 1953 et 1955 et dédiée au culte protestant[27],[28] ;
  • Couvent Saint-Charles, cet ancien couvent situé dans la rue du même nom, en face de la brasserie de l'Espérance, abrite aujourd'hui une maison de retraite[29].

Économie[modifier | modifier le code]

La Société des Usines Quiri et Cie[30], un fabricant de machines frigorifiques et dérivées à usage en particulier des brasseries, y est installée depuis 1876.

À l'ouest de la commune, l'Espace européen de l'entreprise (EEE) est une zone d'activité de 96 hectares, créée en 1994, qui accueille, entre autres, le show-room européen de Steelcase leader mondial en matière de fabrication et d'aménagement de bureau, le siège régional de Suez Environnement[31] et une agence commerciale Siemens[32]. Orange (anciennement France Télécom) y dispose également de plusieurs plateformes d'appel et y a installé le siège de sa direction Est en juillet 2015[33]. En 2015, l'Espace européen de l'entreprise compte près de 500 entreprises et regroupe environ 9 000 emplois[34].

Schiltigheim accueille également le siège de Deetjen Orfèvrerie, entreprise spécialisée dans les arts de la table, qui fournit de nombreux restaurants alsaciens.

L'entreprise Caddie était installée à Schiltigheim de 1928 à 2012, date de son transfert à Drusenheim.

Cité des Brasseurs[modifier | modifier le code]

Quelques bières de Schiltigheim : Fischer Tradition, Ancre et Schutzenberger Jubilator.

Schiltigheim est surnommée la cité des Brasseurs en raison du nombre de brasseries qui s'y sont implantées, aussi bien locales (Fischer, Schutzenberger[35], Adelshoffen) qu'internationales (Heineken). Cependant, la bière schilikoise a connu des déboires depuis le début des années 2000 : Adelshoffen a définitivement fermé en août 2000, de même que Schutzenberger en juin 2006 et Fischer, rachetée par Heineken, en 2009.

Une importante fête de la bière se déroule chaque été devant l'hôtel de ville.

  • Brasserie de la Perle : fondée à Schiltigheim en 1882, elle est fermée en 1971 et démolie dans les années 1980. Elle renait en 2009 sous la forme d'une brasserie artisanale[36] et s'installe à Strasbourg en 2015.
  • Adelshoffen : fondée en 1864 à l'emplacement de l'ancien village d'Adelshoffen, elle est rachetée par la brasserie Fischer en 1922 puis est intégrée au groupe Heineken en 1996 à la suite du rachat de la brasserie Fischer par celui-ci. La brasserie Adelshoffen ferme définitivement le 31 août 2000. Aujourd'hui, les bâtiments ont presque tous été démolis et le site transformé en écoquartier[37]. Seule l'ancienne villa a été conservée, elle accueille désormais la brasserie artisanale Storig.
  • Brasserie Fischer ou brasserie du Pêcheur : fondée à Strasbourg en 1821, elle s'installe à Schiltigheim en 1854. Elle est rachetée par le groupe Heineken en 1996 et définitivement fermée fin 2009. Un projet de reconversion du site est présenté en septembre 2015. La réhabilitation comportera la construction de logements, de commerces, d'une école et d'une zone de loisirs. Quatre bâtiments, dont l'ancienne malterie visible de loin et considérée comme l'un des symboles de la commune, et la cheminée seront préservés. Les travaux devraient débuter fin 2017[38].
  • Brasserie de l'Espérance, groupe Heineken : fondée en 1746 à Strasbourg, elle s'installe à Schiltigheim en 1862. Elle brasse la bière Ancre. Elle est rachetée par le groupe Heineken en 1972. Les bières Adelscott et Fischer y sont désormais également brassées.
  • Schutzenberger, brasserie de la Patrie : fondée en 1740 à Strasbourg, elle possède des caves à Schiltigheim dès 1844 et s'y installe définitivement entre 1864 et 1866. Elle ferme ses portes en juin 2006 après avoir été mise en liquidation judiciaire. Elle rouvre en 2013. Actuellement, les bières sont brassées selon les recettes originales à la brasserie de Saverne mais Schutzenberger souhaite réhabiliter le site, classé monument historique, et reprendre la production à Schiltigheim[39].
  • Brasserie Michel Debus - Storig : brasserie artisanale fondée en 1996 et dirigée par Michel Debus, ancien président des brasseries Fischer et Adelshoffen. Depuis 2016, elle est installée dans la villa Weber, dernier vestige de l'ancienne brasserie Adelshoffen[40]. Elle comporte également un restaurant « Bierstub »[41],[42],[43].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schiltigheim.
  2. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le 24 mai 2009)
  3. Les comptes de la commune
  4. a et b Réf. : Chronique de Schiltigheim et son canton (J.Bernhard)
  5. a et b « Histoire de la ville », Mairie de Schiltigheim,‎ s.d. (consulté le 21 janvier 2008)
  6. « Cartes postales de l'ancienne mairie », Schiltigheim - La cité des brasseurs à travers la philatélie et les cartes postales,‎ (consulté le 21 janvier 2008)
  7. F. Roland, « Dernier conseil pour Alfred Muller », France 3,‎ (consulté le 21 janvier 2008)
  8. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  9. http://www.ville-schiltigheim.fr/citoyenne/police-nationale-les-locaux-schilikois
  10. http://www.ville-schiltigheim.fr/citoyenne/la-pm-veritable-police-de-proximite
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. « Notice no IA67011079 », base Mérimée, ministère français de la Culture jardin du château, pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable)
  15. « Château d'Adelshoffen, dit de Hegle », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. http://www.roseraiedeschiltigheim.com/
  17. Plan schématique du centre nautique depuis le site officiel des championnats de France 2011 (consulté le ).
  18. « Parc de la Résistance », base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « jardin public Léo Delibe, pré-inventaire (jardins remarquables ; documentation préalable) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Le vieux lavoir
  21. « On a trouvé le point de sauvegarde ! », article des DNA du 25 février 2017.
  22. « Eglise paroissiale de la Sainte-Famille », base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Les églises de Schiltigheim », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Eglise paroissiale Notre-Dame-de-l'Immaculée-Conception », base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Notice no PA00125226 », base Mérimée, ministère français de la Culture Église protestante inscrite sur l’inventaire supplémentaire des MH par arrêté du
  26. Schiltigheim, paroisse luthérienne
  27. « Eglise luthérienne de la Trinité », base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Eglise luthérienne », base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Immeuble Saint-Antoine de la maison de retraite Saint-Charles », base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. http://www.quiri.com/, le site officiel des Usines Quiri, consulté le .
  31. « Suez inaugure son nouveau siège régional », article des DNA du .
  32. « Siemens continue à investir en Alsace », article des DNA du .
  33. « Une approche centrée sur les usages », article des DNA du 4 juin 2015.
  34. « Trois ans de rab », article des DNA du 22 juillet 2015.
  35. « Notice no PA67000077 », base Mérimée, ministère français de la Culture Ancienne grande brasserie de la Patrie Schutzenberger, inscrite sur l’inventaire supplémentaire des MH le 30 janvier 2008
  36. Site internet Bière Perle.
  37. « Un site bientôt habité » article des DNA du 5 octobre 2014.
  38. « Le projet Fischer dévoilé », article des DNA du 17 septembre 2015.
  39. « Une nouvelle brasserie en 2016? » article des DNA du 3 octobre 2014.
  40. Site de la brasserie Michel Debus - Storig.
  41. « Un Biergarten sur le site Adelshoffen » article des DNA du 1er aout 2014.
  42. « Debus toujours dans la course » article des DNA du 1er aout 2014.
  43. « La Bierstub avance » article des DNA du 18 juin 2015.
  44. Biographie d'Alfred Daul, site de l'Assemblée nationale
  45. Hélène Schweitzer Rosenberg