Déshydratation (médecine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir déshydratation (chimie)

En médecine, la déshydratation représente la contraction d'un ou plusieurs secteurs liquidiens de l'organisme, consécutivement à des anomalies métaboliques variées. Sa cause principale est la perte de sodium, ion qui fixe les molécules d'eau. Elle est le plus souvent globale (impliquant à la fois le secteur intracellulaire et extracellulaire), mais elle peut aussi être cantonnée à un de ces secteurs, en particulier en début d'évolution. C'est un syndrome fréquent mais qui peut être grave, car elle entraîne un risque de collapsus (choc hypovolémique) lorsqu'elle est sévère.

On retrouve globalement trois schémas de déshydratation : la déshydratation extracellulaire (DEC), la déshydratation intracellulaire (DIC), la déshydratation globale (intra et extracellulaire).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Déshydratation extracellulaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Déshydratation extracellulaire.

Elle correspond à un bilan sodé négatif (perte de sodium et donc d'eau associée). Son diagnostic est essentiellement clinique : contexte, signes physiques de déshydratation extracellulaire (pli cutané, cernes, aisselles sèches, veines plates, hypotension, tachycardie, hypotension orthostatique, perte de poids). Biologiquement, certains signes sont évocateurs sans être spécifiques : hyperprotidémie, hémoconcentration, insuffisance rénale aiguë d'allure fonctionnelle (U/C plasmatique > 100), alcalose métabolique de contraction volémique (réabsorption accrue de bicarbonates au niveau tubulaire proximal en réponse à l'hypovolémie), hyperuricémie.

Les causes de DEC sont classées schématiquement en trois grandes catégories :

Déshydratation intracellulaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Déshydratation intracellulaire.

Bien que souvent accompagnée de signes cliniques peu spécifiques (soif, perte de poids, asthénie, confusion, sécheresse des muqueuses), le diagnostic de DIC est biologique. En effet, seule la mesure de la natrémie permet de dire s'il existe une atteinte du secteur intracellulaire. Le marqueur de la DIC est l'hypernatrémie.

Face à une hypernatrémie, il est essentiel d'évaluer en même temps le contenu extra cellulaire dans le cadre du bilan étiologique. On distingue ainsi :

  • les DIC pures : diabètes insipides centraux ou néphrogéniques, reset osmotat, hydrodipsie[Quoi ?] ;
  • les DIC associées au DEC : essentiellement par pertes rénales ou extra rénales d'eau ;
  • les DIC associées au HEC[Quoi ?] : prise excessive de sel ou perfusion trop salée chez un patient prédisposé.

Mesure[modifier | modifier le code]

La Soif, peinture bucolique de William Bouguereau, XIXe siècle.

Il est important de mesurer ou d'estimer la quantité d'eau dont on a besoin. Un humain doit absorber environ deux litres d'eau par jour [1] (davantage en période de sécheresse, de chaleur), qu'il se procure en buvant quotidiennement environ 1,5 litre, et en mangeant l'équivalent de 0,5 litre d'eau dans ses aliments solides. L'apport de sodium (boissons sodées ou aliments contenant du sel) est à considérer.

Lorsqu'on saute un repas, il faut donc boire l'eau que l'on aurait bue durant les repas, mais aussi celle que l'on aurait consommée sous forme solide.

En période de déshydratation, l'urine est plus foncée[réf. nécessaire], ce qui est un critère simple permettant d'estimer (mais non de mesurer de manière fiable et précise) l'état de déshydratation éventuel d'un sujet. L'eau d'un corps humain se renouvelle en 6 semaines[réf. nécessaire].

Une perte en eau de 5 à 6 % engendre une sensation de fatigue, des maux de têtes[réf. nécessaire], de la nausée ou des engourdissements. La privation d'eau, à partir de 15 % du stock hydrique humain, est généralement mortelle[réf. nécessaire].

Quantité à boire : 40 ml par kg de masse corporelle[réf. nécessaire]. Il faut rajouter à cela 1 litre par heure d'exercice physique soutenu. Exemple : Je suis joueur de tennis et j'ai une masse de 63,6 kg. Donc je devrai boire par jour 2,5 litres minimum et si je joue durant 2 heures, je devrai boire 4,5 litres.

Lutte contre la déshydratation[modifier | modifier le code]

L'hydratation est l'apport d'eau par voie orale ou en intraveineuse pour lutter contre la déshydratation. La déshydratation peut aussi survenir par la prise ou l'injection d'un médicament. Les injections d'interféron pour combattre le virus de l'hépatite C créent ainsi une déshydratation pendant la durée du traitement (24 ou 48 semaines).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cours de néphrologie mai 2006, J. Fourcade, Université Montpellier 1, consulté le 27 avril 2012.