Montélier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montélier
Montélier
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Bernard Vallon
2020-2026
Code postal 26120
Code commune 26197
Démographie
Gentilé Montéliens
Population
municipale
4 306 hab. (2021 en augmentation de 5,69 % par rapport à 2015)
Densité 174 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 18″ nord, 5° 01′ 54″ est
Altitude Min. 164 m
Max. 293 m
Superficie 24,76 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Valence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Valence-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Montélier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Montélier
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
Montélier
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Montélier

Montélier est une commune française de l'agglomération valentinoise, située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Montélier est limitrophe et à l'est de la ville de Valence (chef-lieu du département).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Moyenne vallée du Rhône, caractérisée par un bon ensoleillement en été (fraction d’insolation > 60 %), une forte amplitude thermique annuelle (4 à 20 °C), un air sec en toutes saisons, orageux en été, des vents forts (mistral), une pluviométrie élevée en automne (250 à 300 mm)[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 882 mm, avec 7,5 jours de précipitations en janvier et 5,5 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Valence-Chabeui »sur la commune de Chabeuil à 4 km à vol d'oiseau[3], est de 13,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 873,9 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Statistiques 1991-2020 et records VALENCE-CHABEUI (26) - alt : 163m, lat : 44°54'53"N, lon : 4°58'18"E
Records établis sur la période du 01-09-1997 au 04-01-2024
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 1,1 3,8 6,7 10,5 14,1 15,9 15,5 12,3 9,4 4,8 1,7 8,1
Température moyenne (°C) 4,5 5,5 9,2 12,5 16,4 20,5 22,6 22,2 18,3 14,1 8,5 5 13,3
Température maximale moyenne (°C) 8 9,8 14,6 18,3 22,2 27 29,4 28,9 24,4 18,9 12,3 8,4 18,5
Record de froid (°C)
date du record
−14,7
11.01.10
−10,9
05.02.12
−11,7
02.03.05
−4,3
08.04.03
1
07.05.19
5
10.06.05
8,3
13.07.00
6,6
31.08.1998
3,9
18.09.01
−4,3
26.10.03
−7,5
23.11.1998
−11,6
30.12.05
−14,7
2010
Record de chaleur (°C)
date du record
19,2
10.01.15
21,5
23.02.20
25
30.03.21
30,9
28.04.12
33,6
21.05.22
39,2
29.06.19
39,9
24.07.19
40,9
22.08.23
33,6
04.09.05
29,5
09.10.23
23,1
01.11.22
18,5
17.12.19
40,9
2023
Précipitations (mm) 56,8 46,6 53,7 74,3 88,8 57,2 54,5 68,3 82,7 123,7 109,4 57,9 873,9
Source : « Fiche 26064001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/01/2024 dans l'état de la base


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montélier est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Elle appartient à l'unité urbaine de Montélier, une unité urbaine monocommunale[10] de 4 395 habitants en 2020, constituant une ville isolée[11],[12].

La commune fait partie de l'aire d'attraction de Valence dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (83,5 %), zones urbanisées (9,5 %), zones agricoles hétérogènes (4,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,1 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Carte du lotissement des Solstices
Lotissement Les Solstices.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Fauconnières est un hameau situé à 4,4 km du vieux bourg.

Lotissements :

  • les Flandennes ;
  • les Solstices ;
  • les Sources ;
  • les Pinsons.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[16] :

  • XIIe siècle : Montelles (chartes valentinoises).
  • 1157 : castrum Montilisii (Gall. christ., XVI, 104).
  • 1199 : Montellisium (cartulaire de Léoncel, 64).
  • 1263 : Montilhesium (cartulaire de Léoncel, 213).
  • 1295 : Monteliesium (cartulaire de Léoncel, 273).
  • 1360 : mention du château : bastida Montis Musardi prope Montelisium (archives de la Drôme, E 2486).
  • 1413 : Montillesium (archives de la Drôme, E 2292).
  • 1449 : Monteyllisium (terrier de Vernaison).
  • XVe siècle : mention de la paroisse : capella Montillisii (pouillé de Valence).
  • 1452 : mention du château : bastida de Mont-Musart (archives de la Drôme, E 2486).
  • 1494 : Montilhisium (archives de la Drôme, E 328).
  • 1549 : Motelhes (maladrerie de Voley, 125).
  • 1549 : mention de la paroisse : cura Montillisii (rôle de décimes).
  • 1551 : Monteilheys au Valentinois (visites épiscopales).
  • 1579 : Montelliez (rôle de tailles).
  • 1590 : Montelher (archives de la Drôme, E 3568).
  • 1595 : Montelher (États de Saint-Marcellin).
  • 1618 : Monteilhes (inventaire de Saint-Apollinaire [Valence], 13).
  • 1672 : Montellier (Chorier : Généal. de Sassenage, 54).
  • 1891 : Montélier, commune du canton de Chabeuil.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Un « Mont Hélios » serait à l'origine du toponyme[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Le territoire fait partie de celui de la tribu gauloise des Segovellaunes[réf. nécessaire].

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

  • Villa gallo-romaine[17].
  • Habitat gallo-romain : des objets (dolium, vase, etc.) aujourd'hui exposés au musée de valence, ont été retrouvés en divers quartiers de la commune[réf. nécessaire].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[16] :

  • Au point de vue féodal, Montélier était une terre (ou seigneurie) du fief des évêques de Valence.
  • 1290 : possession des Châteauneuf.
  • Après 1388 : acquise par les évêques de Valence qui la cèdent en partie aux Beaumont.
  • 1392 : les Sassenage acquiert, des Virieu, le château de Montélier, une maison-forte.
  • 1410 : toute la terre appartient aux Sassenages.
  • 1454 : la seigneurie et le château sont vendus aux Bolomier.
  • 1462 : la seigneurie est confisquée par le roi Louis XI.
  • Recouvrée par les Sassenage. Vers la fin du XVe siècle, ils construisent le château actuel à la place de l'ancien.
  • 1475 : les Sassenage obtiennent l'érection de la baronnie de Montélier en comté. Ils seront les derniers seigneurs.

En 1390, François de Sassenage (héritier d'Albert de Sassenage) se plaint de la modestie de ses revenus auprès du pape Clément VII. Il obtiendra la terre de Montélier[réf. nécessaire].

La commune a souffert des guerres de Religion et de la peste de 1586[réf. nécessaire].

1789 (démographie) : 271 chefs de famille[16].

Avant 1790, Montélier était une communauté de l'élection, subdélégation et sénéchaussée de Valence, formant une paroisse du diocèse de Valence dont l'église, dédiée à saint Priest, dépendait du prieur du lieu, qui y prenait la dîme et présentait à la cure (voir Le Prieuré)[16].

Le Prieuré[modifier | modifier le code]

Ancien prieuré de l'ordre de Saint-Augustin, congrégation de Saint-Ruf, sous le vocable de Saint-Jacques, connu dès 1218 et dont de titulaire était collateur et décimateur dans la paroisse de Montélier[18] :

  • XIVe siècle : prioratus de Montilisio (pouillé de Valence).
  • 1540 : prioratus Montillisii (rôle de décimes).
  • 1891 : le Prieuré, quartier de la commune de Montélier.

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Montélier devient le chef-lieu d'un canton du district de Valence, comprenant les municipalités d'Alixan, Barbières, Charpey, Marches et Montélier. La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) en fait une simple commune du canton de Chabeuil[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1834 1846 Louis Béranger    
1846 1852 Etienne Clairfond    
1852 1855 Louis Béranger    
1855 1865 Michel Janet    
1865 1871 Désiré Roux    
1871 1881 Firmin François    
1881 1885 Honoré Escoffier    
1885 1900 François Seive    
1900 1919 Henri Roux    
1919 1924 Joseph Ferrand    
1924 1926 Fabien Vallayer    
1926 1933 Gabriel Delaye    
1933 1944 Elie Alliod    
1944 1945 Joseph Nicolas    
1945 1946 Elie Alliod    
1946 1965 Paul Drogue    
1965 1983 Paul Ferrier    
1983 2014 Maurice Morin UDF-Rad.
puis UMP
Conseiller général du canton de Chabeuil (1992-2004)
2014 En cours
(au 19 février 2015)
Bernard Vallon[19] DVD Agriculteur

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

  • Le jardin des rêves a été créé en 2015. On y trouve un petit étang et des animaux[réf. nécessaire].

villes et villages fleuris[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « quatre fleurs » au concours des villes et villages fleuris[20]. Depuis 2008 elle était « ville fleurie » avec « 3 fleurs »[21],[22].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24].

En 2021, la commune comptait 4 306 habitants[Note 3], en augmentation de 5,69 % par rapport à 2015 (Drôme : +2,94 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1961 6511 1931 3531 3731 3601 4001 4551 470
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4671 4441 3771 3161 2931 2271 2081 1731 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0901 0801 0879688919519089251 021
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 0041 0581 2762 1262 7383 1203 1723 2683 516
2014 2019 2021 - - - - - -
4 0394 2714 306------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose de plusieurs services[réf. nécessaire] :

  • Une crèche multi-accueil municipale « Le Chat Perché » dans les locaux de l'ancienne école des CM1-CM2,
  • une maison de retraite,
  • une maison d'accueil pour handicapés,
  • une bibliothèque communale proposant de nombreuses animations,
  • une ludothèque (jeux sur place et prêts de jeux),
  • une salle municipale (Jean Giono) construite en 2006,
  • une nouvelle salle d'activité associative "Les cerceaux".

Dans le hameau de Fauconnières, Il y a aussi une salle des fêtes (Marcel Pagnol) et une salle communale (Le Chalet)[réf. nécessaire].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montélier dépend de l'académie de Grenoble. L'annuaire du Ministère de l'Éducation nationale recense 4 établissements scolaires[27] :

  • une école maternelle publique (Georges-Charpak) ;
  • une école élémentaires publique (école Mélusine) et une école maternelle et élémentaire située dans le hameau de Fauconnières (école Emile Juge) ;
  • une école élémentaire privée (Les Primevères).

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

  • Le Dauphiné libéré est un quotidien régional distribué sur Valence. Il a une rédaction valentinoise.
  • L'Écho Drôme Ardèche est un journal économique, basé à Valence. Il couvre les deux départements précités[28].
  • Drôme Hebdo (anciennement Peuple Libre) est un journal hebdomadaire catholique basé à Valence. Il couvre l'actualité de tout le département de la Drôme.
  • L'Agriculture Drômoise est un journal agricole et rural. Il couvre l'actualité de tout le département de la Drôme.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : céréales (maïs), bovins, ovins[17].

  • Produits locaux : caillette[17].
  • Foire : le 25 novembre[17].

L'économie de Montélier est diversifiée[réf. nécessaire] :

Tourisme[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2004, le revenu moyen par foyer était de 23 622 €/an[29].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Il appartient à la famille de Monteynard depuis 1843[réf. nécessaire].
Clocher carré de l'église Saint-Prix bâtie en 1892-1902 en remplacement de l'ancienne église[réf. nécessaire].
  • Ancienne gare ferroviaire (en usage avant la Deuxième Guerre Mondiale) (en face de l'école des Primevères)[réf. nécessaire].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Montélier Blason
D'or, au chef d'azur chargé de trois croissants d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Montélier et Chabeuil », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Valence-Chabeui », sur la commune de Chabeuil - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Valence-Chabeui », sur la commune de Chabeuil - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Montélier », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 227 (Montélier).
  17. a b c d e et f Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Montélier.
  18. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 290 (Le Prieuré).
  19. Montélier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 19 février 2015).
  20. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  21. Palmarès 2008 du Concours des villes et villages fleuris
  22. son cadre de vie sur le site de la Mairie.
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  27. « Drôme (26), Montélier, écoles »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Annuaire, sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  28. Site web de l'Echo Valentinois.
  29. « Montelier, Drôme (code postal 26... », sur journaldunet.com (consulté le ).