Montélier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montélier
Montélier
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Bernard Vallon
2020-2026
Code postal 26120
Code commune 26197
Démographie
Gentilé Montéliens, Montéliennes
Population
municipale
4 140 hab. (2017 en augmentation de 8,55 % par rapport à 2012)
Densité 167 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 18″ nord, 5° 01′ 54″ est
Altitude Min. 164 m
Max. 293 m
Superficie 24,76 km2
Élections
Départementales Canton de Valence-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Montélier
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Montélier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montélier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montélier

Montélier est une commune française de l'agglomération valentinoise, située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Montélier est limitrophe et à l'est de la ville de Valence (chef-lieu du département).

Rose des vents Alixan Rose des vents
Valence N Charpey
O    Montélier    E
S
Chabeuil Châteaudouble

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Carte du lotissement des Solstices
Lotissement Les Solstices.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Fauconnières est un hameau situé à 4,4 km du vieux bourg.

Lotissements :

  • Les Flandennes,
  • les Solstices,
  • les Sources,
  • les Pinsons.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • XIIe siècle : Montelles (chartes valentinoises).
  • 1157 : Castrum Montilisii (Gall. christ., XVI, 104).
  • 1199 : Montellisium (cartulaire de Léoncel, 64).
  • 1263 : Montilhesium (cartulaire de Léoncel, 213).
  • 1295 : Monteliesium (cartulaire de Léoncel, 273).
  • 1360 : mention du château : Bastida Montis Musardi prope Montelisium (archives de la Drôme, E 2486).
  • 1413 : Montillesium (archives de la Drôme, E 2292).
  • 1449 : Monteyllisium (terrier de Vernaison).
  • XVe siècle : mention de la paroisse : Capella Montillisii (pouillé de Valence).
  • 1452 : mention du château : Bastida de Mont-Musart (archives de la Drôme, E 2486).
  • 1494 : Montilhisium (archives de la Drôme, E 328).
  • 1549 : Motelhes (maladrerie de Voley, 125).
  • 1549 : mention de la paroisse : Cura Montillisii (rôle de décimes).
  • 1551 : Monteilheys au Valentinois (visites épiscopales).
  • 1579 : Montelliez (rôle de tailles).
  • 1590 : Montelher (archives de la Drôme, E 3568).
  • 1595 : Montelher (États de Saint-Marcellin).
  • 1618 : Monteilhes (inventaire de Saint-Apollinaire [Valence], 13).
  • 1672 : Montellier (Chorier : Généal. de Sassenage, 54).
  • 1891 : Montélier, commune du canton de Chabeuil.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Un « Mont Hélios » serait à l'origine du toponyme[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

  • Villa gallo-romaine[2].
  • Habitat gallo-romain : des objets (dolium, vase, etc.) aujourd'hui exposés au musée de valence, ont été retrouvés en divers quartiers de la commune[réf. nécessaire].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[1] :

  • Au point de vue féodal, Montélier était une terre du fief des évêques de Valence.
  • 1290 : possession des Châteauneuf.
  • Après 1388 : acquise par les évêques de Valence qui la cèdent en partie aux Beaumont.
  • 1392 : les Sassenage acquiert, des Virieu, le château de Montélier, une maison-forte.
  • 1410 : toute la terre appartient aux Sassenages.
  • 1454 : la seigneurie et le château sont vendus aux Bolomier.
  • 1462 : la seigneurie est confisquée par le roi Louis XI.
  • Recouvrée par les Sassenage. Vers la fin du XVe siècle, ils construisent le château actuel à la place de l'ancien.
  • 1475 : les Sassenage obtiennent l'érection de la baronnie de Montélier en comté. Ils seront les derniers seigneurs.

En 1390, François de Sassenage (héritier d'Albert de Sassenage) se plaint de la modestie de ses revenus auprès du pape Clément VII. Il obtiendra la terre de Montélier[réf. nécessaire].

La commune a souffert des guerres de Religion et de la peste de 1586[réf. nécessaire].

1789 (démographie) : 271 chefs de famille[1].

Avant 1790, Montélier était une communauté de l'élection, subdélégation et sénéchaussée de Valence, formant une paroisse du diocèse de Valence dont l'église, dédiée à saint Priest, dépendait du prieur du lieu, qui y prenait la dîme et présentait à la cure (voir Le Prieuré)[1].

Le Prieuré[modifier | modifier le code]

Ancien prieuré de l'ordre de Saint-Augustin, congrégation de Saint-Ruf, sous le vocable de Saint-Jacques, connu dès 1218 et dont de titulaire était collateur et décimateur dans la paroisse de Montélier[3] :

  • XIVe siècle : Prioratus de Montilisio (pouillé de Valence).
  • 1540 : Prioratus Montillisii (rôle de décimes).
  • 1891 : Le Prieuré, quartier de la commune de Montélier.

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Montélier devient le chef-lieu d'un canton du district de Valence, comprenant les municipalités d'Alixan, Barbières, Charpey, Marches et Montélier. La réorganisation de l'an VIII en fait une simple commune du canton de Chabeuil[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1834 1846 Louis Béranger    
1846 1852 Etienne Clairfond    
1852 1855 Louis Béranger    
1855 1865 Michel Janet    
1865 1871 Désiré Roux    
1871 1881 Firmin François    
1881 1885 Honoré Escoffier    
1885 1900 François Seive    
1900 1919 Henri Roux    
1919 1924 Joseph Ferrand    
1924 1926 Fabien Vallayer    
1926 1933 Gabriel Delaye    
1933 1944 Elie Alliod    
1944 1945 Joseph Nicolas    
1945 1946 Elie Alliod    
1946 1965 Paul Drogue    
1965 1983 Paul Ferrier    
1983 2014 Maurice Morin UDF-Rad.
puis UMP
Conseiller général du canton de Chabeuil (1992-2004)
2014 En cours
(au 19 février 2015)
Bernard Vallon[4] DVD Agriculteur

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

  • Le jardin des rêves a été créé en 2015. On y trouve un petit étang et des animaux[réf. nécessaire].

villes et villages fleuris[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « quatre fleurs » au concours des villes et villages fleuris[5]. Depuis 2008 elle était « ville fleurie » avec « 3 fleurs »[6],[7]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9].

En 2017, la commune comptait 4 140 habitants[Note 1], en augmentation de 8,55 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1961 6511 1931 3531 3731 3601 4001 4551 470
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4671 4441 3771 3161 2931 2271 2081 1731 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0901 0801 0879688919519089251 021
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0041 0581 2762 1262 7383 1203 1723 5164 039
2017 - - - - - - - -
4 140--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Montélier dépend de l'académie de Grenoble. L'annuaire du Ministère de l'Éducation nationale recense 4 établissements scolaires[12] :

  • une école maternelle publique (Georges-Charpak) ;
  • une école élémentaires publique (école Mélusine) et une école maternelle et élémentaire située dans le hameau de Fauconnières (école Emile Juge) ;
  • une école élémentaire privée (Les Primevères).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose de plusieurs services[réf. nécessaire] :

  • Une crèche multi-accueil municipale « Le Chat Perché » dans les locaux de l'ancienne école des CM1-CM2,
  • une maison de retraite,
  • une maison d'accueil pour handicapés,
  • une bibliothèque communale proposant de nombreuses animations,
  • une ludothèque (jeux sur place et prêts de jeux),
  • une salle municipale (Jean Giono) construite en 2006,
  • une nouvelle salle d'activité associative "Les cerceaux".

Dans le hameau de Fauconnières, Il y a aussi une salle des fêtes (Marcel Pagnol) et une salle communale (Le Chalet)[réf. nécessaire].

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : céréales (maïs), bovins, ovins[2].

  • Produits locaux : caillette[2].
  • Foire : le 25 novembre[2].

L'économie de Montélier est diversifiée[réf. nécessaire] :

Tourisme[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2004, le revenu moyen par foyer était de 23 622 €/an[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges d'une porte fortifiée[réf. nécessaire].
  • La rotonde de Montmusard, château (XIVe siècle) de forme circulaire, avec des tours et une enceinte[réf. nécessaire].
  • Château de Monteynard du XVe siècle : remanié au XIXe siècle[2].
  • Fauconnières : église du XVIIe siècle[réf. nécessaire].
  • Église du XIXe siècle : toile du XVIIe siècle[2].
    • Clocher carré de l'église Saint-Prix bâtie en 1892-1902 en remplacement de l'ancienne église[réf. nécessaire].
  • Ancienne gare ferroviaire (en usage avant la Deuxième Guerre Mondiale) (en face de l'école des Primevères)[réf. nécessaire].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Montélier Blason
D'or, au chef d'azur chargé de trois croissants d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 227
  2. a b c d e et f Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Montélier
  3. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 290 (Le Prieuré)
  4. Montélier sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 19 février 2015).
  5. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  6. Palmarès 2008 du Concours des villes et villages fleuris
  7. son cadre de vie sur le site de la Mairie
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. « Drôme (26), Montélier, écoles », Annuaire, sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 1er mars 2015).
  13. http://www.journaldunet.com/management/ville/ville/donnee/288/montelier.shtml