Charmes-sur-Rhône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charmes.
Charmes-sur-Rhône
Image illustrative de l'article Charmes-sur-Rhône
Blason de Charmes-sur-Rhône
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton La Voulte-sur-Rhône
Intercommunalité Rhône-Crussol
Maire
Mandat
Thierry Avouac
2014-2020
Code postal 07800
Code commune 07055
Démographie
Gentilé Charmésiens, Charmésiennes
Population
municipale
2 727 hab. (2014)
Densité 458 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 52″ nord, 4° 50′ 10″ est
Altitude Min. 106 m – Max. 223 m
Superficie 5,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Charmes-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Charmes-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charmes-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charmes-sur-Rhône

Charmes-sur-Rhône est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

L’hôtel de ville

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Charmes-sur-Rhône est située à environ 10 kilomètres au sud-ouest de Valence (Drôme). Charmes-sur-Rhône est longée par le Rhône qui reçoit l'Embroye rivière au dénivelé rapide dans un chaos granitique.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Toulaud Soyons Portes-lès-Valence (Drôme) Rose des vents
Saint-Georges-les-Bains N Portes-lès-Valence (Drôme)
O    Charmes-sur-Rhône    E
S
Saint-Georges-les-Bains Saint-Georges-les-Bains Étoile-sur-Rhône (Drôme)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est méridionale avec 2500 heures de soleil par an, on trouve des populations spontanées de chênes verts ainsi que du thym, l'essence dominante de la commune est le chêne pubescent, on y trouve aussi des populations de canne de provence. Le Rhône borde la commune de son côté est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du latin charmis, camus : terre aride. Bâtie à même le roc, la partie la plus ancienne du village, au caractère médiéval, a donné son nom à la cité.

Le château[modifier | modifier le code]

Le château féodal fut la résidence de la famille de Crussol jusqu'au XVIe siècle. Il fut démantelé sur ordre de Richelieu par les habitants en 1624, en une seule journée. Par la suite il servit de carrière pour la construction du village comme l'hôtel particulier de 1746, transformé en hôtel de ville en 2000.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Charmes-sur-Rhône

Les armes de Charmes-sur-Rhône se blasonnent ainsi :
De sinople au chevron losangé d'or et de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 mars 1971 Henri Roulle UDR Commerçant
mars 2001 en cours
(au 24 avril 2014)
Thierry Avouac[1] DVD puis UDI Employé

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 727 habitants, en augmentation de 13,11 % par rapport à 2009 (Ardèche : 2,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625 626 628 677 793 856 892 898 990
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 032 1 025 1 010 935 995 973 874 829 834
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
838 806 769 659 642 674 666 592 724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
944 937 1 142 1 550 1 826 2 070 2 325 2 411 2 727
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Campanile
Porte de l'Aubéran
Sarcophage d’Alethius

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La porte d'Embroye : c'était la porte d'entrée principale du village. Située dans un virage, elle ne risquait pas d'être attaquée au moyen d'un bélier.
  • La pierre de la fontaine située sur la place Embroye est monolithique. C'est un vestige de l'ancien cimetière protestant installé à cet endroit.
  • L'ancienne église et la cité médiévale : leurs emplacements sont marqués par le campanile caractérisant le village. Cette « tour communale » fut construite, au XIXe siècle, sur les bases de l'ancien clocher.
  • La croix de Laye : cette croix marque un ancien carrefour médiéval.
  • Les ruines du château féodal
  • Le portal de l'Aubéran : porte d'entrée de la basse cour du château. Son accès était protégé : porte, échauguette, tour, rue étroite en entonnoir. Les tentatives de prises d'assaut ont pu ainsi être réduites.
  • Le trou du loup : passage voûté qui servait autrefois à agrandir les habitations au-dessus de la rue.
  • La rue des Vingtins : pour payer la construction des remparts de la cité, un impôt fut créé par le seigneur qui prélevait un vingtième de la récolte de blé. Le nom de Vingtins perpétue le souvenir de cet impôt.
  • Le Labyrinthe végétal : il est situé sur les hauteurs de Charmes depuis 2001 et ouvert en juillet, août et septembre.
  • Le sarcophage d’Alethius. Sarcophage d’un notable lyonnais (VIe s.) caractérisé par une épitaphe formant acrostiche.
Article détaillé : Sarcophage d’Alethius.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 29 juillet 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]