Châtillon-Saint-Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtillon et Saint-Jean.

Châtillon-Saint-Jean
Châtillon-Saint-Jean
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Romans-sur-Isère
Intercommunalité Communauté d'agglomération Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Gérard Fuhrer
2014-2020
Code postal 26750
Code commune 26087
Démographie
Gentilé Châtillonnais, Châtillonnaises
Population
municipale
1 355 hab. (2016 en augmentation de 10,97 % par rapport à 2011)
Densité 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 20″ nord, 5° 07′ 54″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 343 m
Superficie 8,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Châtillon-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Châtillon-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtillon-Saint-Jean

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtillon-Saint-Jean

Châtillon-Saint-Jean est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de cette commune sont les Châtillonnaises et les Châtillonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Châtillon-Saint-Jean est située à sept kilomètres de Romans. Elle est limitrophe, à l’est, du département de l’Isère.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Triors Parnans Rose des vents
N Saint-Lattier (La Baudière)
O    Châtillon Saint Jean    E
S
Génissieux Romans-sur-Isère Saint-Paul-lès-Romans

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

  • L'entrée principale se fait au sud par la départementale 123 qui relie Châtillon aux villages environnants et à Romans-sur-Isère.
  • Les autres entrées du village sont à l'ouest et à l'est (départementale 112).
  • Une déviation, construite en 1999, contourne le village.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie d'un climat continental avec une influence méditerranéenne :

  • Les hivers sont froids (minimales : 0 à −5 °C).
  • Le printemps est généralement précoce (fin mars, mi-avril) avec des températures comprises entre 15 et 20 °C. La floraison est rapide.
  • L'été est relativement chaud (30 à 35 °C). Le record de chaleur a été de 40 °C en août 2003.
  • L'automne est doux (15 à 20 °C).
Relevé météorologique
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1 2 4 7 11 15 17 17 13 10 5 2 9
Température moyenne (°C) 4 5 9 12 16 20 23 22 18 14 8 5 13
Température maximale moyenne (°C) 7 9 14 17 21 25 28 28 23 18 11 8 17
Source : Météo France (approximations à partir de la station de Lyon)


Les précipitations sont assez rares, surtout en hiver. Elles s'intensifient de la mi-juillet jusqu'en octobre. Elles sont parfois violentes et provoquent des inondations et des dégâts importants (la catastrophe de septembre 2008 en est un exemple).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Joyeuse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 1100 : Sanctus Johanes ab Altevedone (cartulaire de Romans, 146).
  • 1104 : mention de la paroisse : Ecclesia Sancti Johannis de Altaveione (cartulaire de Romans, 178).
  • 1150 : mention de la paroisse : Parrochia Sancti Johannis de Auteveone (cartulaire de Romans, 316).
  • 1217 : mention de la paroisse : Ecclesia Sancti Johannis d'Auteveun (cartulaire des Hospitaliers, 49).
  • 1220 : mention de la paroisse : La gleisa Sain Johan (cartulaire des Hospitaliers, 25).
  • 1220 : mention de la paroisse : Ecclesia Sancti Johannis d'Auteveon (cartulaire de Léoncel, 86).
  • 1248 : mention de la paroisse : Parrochia Sancti Johannis d'Authaveon (cartulaire de Romans, 375).
  • 1361 : Sanctus Johanes Alteveonis(archives de la Drôme, E 3584).
  • 1393 : mention de la paroisse : Parrochia Sancti Johannis Alteveyonis (cartulaire de Romans, 2289).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : Capella Sancti Johannis de Altaveone (pouillé de Vienne).
  • 1449 : Sanctus Johannes Alteveyronis sive Alteveyans (terrier de Vernaison).
  • 1521 : mention de la paroisse : Ecclesia Sancti Johannis Altabernis (pouillé de Vienne).
  • 1788 : Saint-Jean d'Octavéon (Alman. du Dauphiné).
  • 1891 : Châtillon-Saint-Jean, commune du canton de Romans / village de cette commune.

Voir la commune de Romans pour l'archiprêté de Romans appelé archiprêté d'Octavéon (800 : archipresbyteratus Altavensis, id est de Romanis (Charvet, Hist. de Vienne, 242))[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Châtillon dérive du bas latin castellum, diminutif de castrum, avec le suffixe -ionem. Castrum a d'abord désigner tous les types de forteresse, du simple donjon à l’enceinte urbaine. Il s'est par la suite spécialisé réduit au sens de « château fort » puis à celui de « grande maison de plaisance »[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Découverte de la plus ancienne faune avec renne connue en France[2].

Les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

Découverte de médailles et d’antiquités romaines près du village[réf. nécessaire].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

L'Ager Etelvensis (cartulaire de Romans, 30) ne comprenait, avec la commune de Châtillon-Saint-Jean (Drôme), que celles de Montagne, de Bessins, de Saint-Apollinard et de Chevrières (Isère)[1].

La terre est disputée entre les Dauphins et les religieux de Romans[2].

La seigneurie[1] :

  • La terre est un fief du chapitre de Romans. Elle était plus connue sous le nom de Châtillon (voir ce nom) à cause du château de ce nom, qui en était le chef-lieu.
  • Possession des Bressieu.
  • Passe aux Clermont-Chatte.
  • 1438 : vendue aux Vinay.
  • 1590 : passe (par mariage) aux Montchenu.
  • 1686 : passe aux Béatrix-Robert.
  • Vers 1720 : passe aux Moret de Bourchenu.
  • 1730 : passe (par héritage) aux Bally, derniers seigneurs.

Sous l’ancien régime, la communauté de Saint-Jean-d’Octavéon comprenait 2 paroisses, celle de Saint-Jean-d’Octavéon et celle de Gilles[réf. nécessaire].

Avant 1790, Saint-Jean-d'Octavéon était une communauté de l'élection et subdélégation de Romans et du bailliage de Saint-Marcellin, formant une paroisse du diocèse de Vienne. Son église était dédiée à saint Jean-Baptiste, et ses dîmes, qui avaient appartenu au chapitre de Romans, échurent vers la fin du XVIIe siècle au chapitre métropolitain de Vienne, qui présenta dès lors à la cure[1].

Châtillon[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[3] :

  • 1070 : Castellonium (cartulaire de Romans, 18 bis).
  • 1080 : mention du mandement : Mandamentum Castellionis (cartulaire de Romans, 178)
  • 1150 : Chasteillo (cartulaire de Romans, 315).
  • 1203 : De Chastellon (cartulaire des Hospitaliers, 32).
  • 1204 : Chasteillun (cartulaire des Hospitaliers, 63).
  • 1210 : Chastilon (cartulaire des Hospitaliers, 66).
  • 1211 : Chastilo / Chastillo (cartulaire des Hospitaliers, 67).
  • 1212 : De Castellione (cartulaire des Hospitaliers, 69).
  • 1215 : Chastelon (cartulaire des Hospitaliers, 76).
  • 1216 : Chasteillon (cartulaire des Hospitaliers, 84).
  • 1390 : Locus Chastillionis (choix de doc., 197).
  • 1891 : Châtillon, hameau de la commune de Châtillon-Saint-Jean.

Ancien château dont le mandement, comprenant à l'origine les paroisses de Saint-Jean-d'Octavéon, de Triors et de Saint-Paul-lès-Romans, fut limité par la suite à la seule paroisse de Saint-Jean-d'Octavéon, qui devint en 1790 la commune de Châtillon-Saint-Jean (voir ce nom)[3].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

Comprise en 1790 dans le canton de Saint-Paul-lès-Romans, cette commune fait partie du canton de Romans depuis la réorganisation de l'an VIII[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 février 2001 Roger Bois    
mars 2001 février 2008 Jean-Paul Pernaut    
mars 2008 2014 Daniel Ardin    
2014 En cours
(au 9 mars 2015)
Gérard Fuhrer[4] SE Retraité

Aménagement urbain[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, de nombreuses rues ont été aménagées pour permettre aux habitants de se déplacer plus aisément : trottoirs plus larges, nouveaux passages-piétons, nouvelle signalisation routière.

En 2009, de nouveaux lampadaires ont été installés dans plusieurs rues. Cependant, à des fins d'économie et de diminution de la pollution lumineuse, l'éclairage public est éteint la nuit.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 1 355 habitants[Note 1], en augmentation de 10,97 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
441421446730762793824837951
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
978979895881891861879874899
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
839845786753739741697676665
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
6696726807547908881 1561 1781 339
2016 - - - - - - - -
1 355--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Petite enfance[modifier | modifier le code]

En 2014, une micro-crèche a été ouverte dans la zone artisanale Les Flottes.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école regroupe trois bâtiments : une école maternelle, une école primaire, et une garderie-cantine (CLSH).

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : céréales, vignes, vergers, tabac, aviculture[2].

L'économie de la commune vient essentiellement du secteur primaire (agriculture). Le secteur secondaire s'est développé grâce aux industries installées sur la commune et le secteur tertiaire propose de nouveaux services. Malgré sa petite taille, Châtillon prolonge ainsi l'activité économique du canton de Romans-sur-Isère 2, avec la zone artisanale les Flottes.

La commune possède un restaurant, un bar, un buraliste, une boulangerie, une pizzeria/kebab.

Le village est très proche de la zone industrielle de Saint-Vérant, à environ quatre kilomètres. On y trouve un centre commercial et différentes boutiques.

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

La commune offre de nombreuses activités aux habitants ou aux touristes : Paintball, VTT, beach-volley, escalade, musique, etc[réf. nécessaire].

  • Des gîtes assurent l'hébergement[réf. nécessaire].
  • Les enfants se rendent à la salle des fêtes pour y faire du sport, ou bien sur la place de la Mairie. Cette même place rassemble une balançoire, des jeux pour enfants, des tables ainsi que des cages de football[réf. nécessaire].
  • La commune fait partie du programme Anim de Prox qui rassemble les jeunes (12 à 17 ans) de la commune et des villages voisins, et propose des activités très variées[réf. nécessaire].
  • Depuis 2009, une discothèque s'est installée près du village[réf. nécessaire].

Fêtes et événements[modifier | modifier le code]

Les événements de l'année sont indiqués sur le panneau d'affichage de la commune (près de la mairie). Ils se déroulent généralement à la salle des fêtes du village.

  • Juin (le 24) : la Saint-Jean d'été est la fête patronale[2].
  • Août (dernier dimanche) : lors de la fête communale[2], une brocante est organisée dans le village par l'orchestre d'harmonie (fanfare) de Châtillon Les enfants de la Joyeuse. Ce vide-grenier attire beaucoup de gens. Le même jour, diverses animations sont proposées à côté de la salle des fêtes[réf. nécessaire].
  • La foire du Dauphiné se déroule à l'extérieur du village[réf. nécessaire].
  • L'animation « De fermes en fermes » est très populaire[réf. nécessaire].

Randonnées[modifier | modifier le code]

  • Vallée de la Joyeuse[2].
  • Anciennes carrières[2].
  • Pêche et chasse[2].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 81
  2. a b c d e f g h i j k et l Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Châtillon-Saint-Jean
  3. a et b J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 80
  4. Châtillon-Saint-Jean sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 9 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]