Toulaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Toulaud
Toulaud
Vue panoramique du centre de Toulaud.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Intercommunalité Communauté de communes Rhône-Crussol
Maire
Mandat
Christophe Chantre
2020-2026
Code postal 07130
Code commune 07323
Démographie
Gentilé Toulaudains
Population
municipale
1 727 hab. (2020 en augmentation de 3,35 % par rapport à 2014)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 55″ nord, 4° 49′ 02″ est
Altitude Min. 150 m
Max. 631 m
Superficie 34,73 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Valence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rhône-Eyrieux
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Toulaud
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Toulaud
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Toulaud
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Toulaud

Toulaud est une commune française située dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Toulaudains[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Toulaud se situe à 12 kilomètres à l'ouest de Valence (Drôme)[2].

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toulaud est limitrophe de huit communes[3], toutes situées dans le département de l'Ardèche et réparties géographiquement de la manière suivante :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Le village est bâti sur les pentes et à l'extrémité d'une montagne allongée, le Serre de Chalamant, qui culmine à 458 mètres.

Il domine la plaine du Mialan qui s'étend à ses pieds au nord-est, et au sud-est celle de l'Ozon, affluent de l'Embroye.

Toulaud est partagée entre un relief accidenté (point culminant à 627 mètres d’altitude) constitué de collines boisées dans une large partie ouest et une topographie de plaine à l’est (environ 200 mètres d’altitude)[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cours d'eau traversant lacommune :

Passage à gué sur l'Embroye après de fortes pluies, près du lieu-dit La Tour.
  • L’Embroye et le Mialan, un affluent du Rhône[5], constituent le réseau hydrographique de Toulaud.
  • Ruisseaux :
de Bernard[6],
des Vans[7],
de Trévalon[8],
de l'Egat[9],
de Perroter[10],
de Loriol[11],
de Dullière[12],
de Gibarlet[13],
de Barde[14],
des Ayes[15],
de Saint-Loup[16],
de Martin[17],
de Navarou[18],
de Jergne[19].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat classé Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[20],[21].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[23].

Typologie[modifier | modifier le code]

Toulaud est une commune rurale[Note 1],[24]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[25],[26]. Elle appartient à l'unité urbaine de Charmes-sur-Rhone, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[27] et 9 150 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[28],[29].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valence, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[30],[31].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (69,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (66,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (60,7 %), zones agricoles hétérogènes (25,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (8,7 %), prairies (2,8 %), zones urbanisées (1,7 %), terres arables (0,5 %)[32].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[33].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est un membre adhérent de la communauté de communes Rhône-Crussol.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

des Illiers,
des Bonnets de Ladreyt,
de la Seauve,
des Monneries,
de La Valette,
de La Tour.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Toulaud est situé en zone de sismicité no 3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes situées dans la vallée du Rhône et la Basse Ardèche, mais en limite orientale de la zone no 2 qui correspond au plateau ardéchois[35].

Terminologie des zones sismiques[36]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune de Toulaud est très ancienne ; la racine de son nom date du VIe siècle av. J.-C.
À l'époque préceltique, le mot « Toul » (tull) signifiait hauteur comme l'indique la situation topographique du vieux village. « Toulaud » est mentionné pour la première fois dans un écrit datant de l'an 940 apr. J.-C.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

À l'époque gallo-romaine, l'implantation de la population est importante dans la plaine. Il en reste des vestiges avec un mur romain au quartier des Fonts, une statue d'époque romaine qui fut découverte au quartier de Fortunière et au quartier Vocance, des débris de poteries diverses datant de l'époque wisigothe.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Aux VIe et VIIe siècles, le village s'installe sur la colline à l'abri des déferlements de hordes barbares ; dès cette époque, le village dut être fortifié.
Aux VIIe et VIIIe siècles, Toulaud profite d'une paix relative avec un essor de l'agriculture et de l'artisanat. Après avoir traversé des périodes difficiles aux XIVe et XVe siècles (guerre de Cent Ans, peste noire, pillages par les Grandes Compagnies, etc.), la population retrouve une ère de prospérité aux XVe et XVIe siècles avec l'embellissement des maisons du village et la construction d'une tour de guet de 27 mètres de haut.

Le village de Toulaud appartenait au seigneur de Crussol.

Autres périodes[modifier | modifier le code]

Au cours d'affrontements fratricides lors des guerres de Religion, Toulaud fut un fief protestant. Après l'édit de Nantes, les troupes royales assiégèrent le village et la tour fut démolie le .

Durant des siècles Toulaud fut réputée pour sa poterie. C'est Noyer de Gleize qui lui donne tout son lustre avec la fabrique de La Prat[37], sous le village, au bord du Mialan et qui disait : « Cette terre permet de faire des faïences aussi belles que celles de Montpellier et d'ailleurs ». Pour des raisons inconnues, cet artisanat disparut à la fin du XIXe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1990 2014 Michel Letang    
2014 En cours Christophe Chantre[38] DVG Employé

Budget et fiscalité 2019[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2019, le budget de la commune était constitué ainsi[39] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 120 000 , soit 644  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 987 000 , soit 568  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 759 000 , soit 436  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 612 000 , soit 352  par habitant ;
  • endettement : 1 246 000 , soit 716  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 11,88 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 13,76 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 39,68 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2018 : médiane en 2018 du revenu disponible, par unité de consommation : 24 380 [40].

Jumelage[modifier | modifier le code]

Né officiellement le 14 juillet 2000.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2020, la commune comptait 1 727 habitants[Note 3], en augmentation de 3,35 % par rapport à 2014 (Ardèche : +2,15 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6001 6361 2881 4361 7961 8561 8571 6361 701
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8051 7601 6851 6731 5911 6281 6351 5321 506
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4051 3551 2671 1011 0261 017961886861
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7897517318751 2561 5011 6541 6751 662
2017 2020 - - - - - - -
1 7001 727-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves de la commune, rattachée à l'académie de Grenoble, fréquentent plusieurs types d'établissements d'enseignements[46], dont :

  • l'école maternelle[47],
  • l'école primaire,
  • les collèges de Saint-Péray et de Guilherand-Granges,
  • les lycées de Valence.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Toulaud possède des installations standard pour la pratique du rugby et du football ainsi que deux terrains de tennis.

La commune organise annuellement, aux alentours du , deux tournois de pétanque.

Le club de football de la commune, le CFE Toulaud (Club de Football des Entreprises Toulau- daines)[48], créé en 2003, évolue en championnat entreprise. Cette équipe est entraînée par Lionel Brouty, présidée par Yann Galliou, et le secrétaire du club se nomme Pascal Laffont[49].

Santé[modifier | modifier le code]

Professionnels et établissements de santé[50] :

  • Médecins à Toulaud, Soyons, Charmes-sur-Rhône,
  • Pharmacies à Soyons, Charmes-sur-Rhône,
  • Centre hospitalier de Valence[51],[52].

Médias[modifier | modifier le code]

Deux journaux couvrent l'actualité de la commune :

  • L'Hebdo de l'Ardèche, journal hebdomadaire français basé à Valence et couvrant l'actualité de tout le département de l'Ardèche ;
  • Le Dauphiné libéré, journal quotidien de la presse écrite française régionale distribué dans la plupart des départements de l'ancienne région Rhône-Alpes, notamment l'Ardèche. La commune est située dans la zone d'édition de Privas-centre-Ardèche.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique de Toulaud est rattachée à la paroisse « Saint-Pierre de Crussol », elle-même rattachée au diocèse de Viviers[53].

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Il existe un temple Protestant de Toulaud.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Restaurant[56], traiteur[57].
  • Hébergements à Soyons, Saint-Péray[58]...

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Commerces et services de proximité[59],[60].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[63] :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Toulaud possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Toulaud (07130) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le ).
  2. Itinéraires
  3. Institut national de l'information géographique et forestière (IGN), « Communes - Géoportail », sur http://www.geoportail.gouv.fr, (consulté le )
  4. Diagnostic environnemental de Toulaud, diagnostic réalisé par l’ensemble de la promotion 2009-2010 du Master 2 « Évaluation et Gestion de l’Environnement et des Paysages de Montagne »
  5. Affluent Mialan à Toulaud 1
  6. Ruisseau de Bernard
  7. Ruisseau des Vans
  8. Ruisseau de Trévalon
  9. Ruisseau de l'Egat
  10. Ruisseau de Perroter
  11. Ruisseau de Loriol
  12. Ruisseau de Dullière
  13. Ruisseau de Gibarlet
  14. Ruisseau de Barde
  15. Ruisseau des Ayes
  16. Ruisseau de Saint-Loup
  17. Ruisseau de Martin
  18. Ruisseau de Navarou
  19. Ruisseau de Jergne
  20. Table climatique
  21. Météo et climat
  22. Réseau de transports en commun
  23. PLU de Toulaud, sur Géoportail de l'urbanisme
  24. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Unité urbaine 2020 de Charmes-sur-Rhône », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  28. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  29. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  30. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  31. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  32. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  33. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  34. Propositions de gestion : 3.4.2.2. Les hameaux isolés
  35. Préfecture du Rhône, page sur les risques sismiques
  36. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  37. Toulaud : Un peu d'histoire
  38. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le ).
  39. Les comptes de la commune
  40. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  41. Comité de jumelage
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  46. Établissements d'enseignements
  47. Écoles
  48. Le CFE Toulaud
  49. Présentation du club
  50. Professionnels et établissements de santé
  51. Centre hospitalier de Valence
  52. Centre hospitalier et Site de beauvallon
  53. Site ardeche.catholique.fr, page sur la paroisse Saint-Pierre de Crussol.
  54. Domaine du Biguet
  55. Annuaire Toulaud
  56. Le camp romain
  57. Traiteur
  58. Hébergements
  59. Commerces et services de proximité
  60. Commerces et services à proximité
  61. Notice no PA00116827, base Mérimée, ministère français de la Culture Murailles romaines (ruines)
  62. Maison forte Meyret
  63. Les églises et édifices religieux, recensés par l'Observatoire du patrimoine religieux (OPR)
  64. L'église de Toulaud
  65. Toulaud : historique du temple
  66. Le monument aux morts
  67. Jean-Pierre Astier
  68. Le Château médiéval de Crussol : une place de choix dans l’histoire de la Vallée du Rhône

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]