Saint-Rambert-d'Albon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Rambert-d'Albon
Saint-Rambert-d'Albon
Blason de Saint-Rambert-d'Albon
Héraldique
Saint-Rambert-d'Albon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Communauté de communes Porte de Dromardèche
Maire
Mandat
Gérard Oriol
2020-
Code postal 26140
Code commune 26325
Démographie
Gentilé Rambertois, Rambertoises
Population
municipale
6 530 hab. (2017 en augmentation de 7,83 % par rapport à 2012)
Densité 487 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 41″ nord, 4° 49′ 03″ est
Altitude Min. 135 m
Max. 186 m
Superficie 13,4 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Vallier (Drôme)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Rambert-d'Albon
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Saint-Rambert-d'Albon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Rambert-d'Albon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Rambert-d'Albon
Liens
Site web www.ville-st-rambert.fr

Saint-Rambert-d'Albon est une commune française située à l'extrémité nord du département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle se situe sur un axe de communication important au niveau européen (voies ferrées, route nationale 7, autoroute A7, le fleuve Rhône). Ses habitants sont appelés Rambertois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sablons
Peyraud
Ardèche
Chanas Rose des vents
Champagne
Ardèche
N Anneyron
O    Saint-Rambert-d'Albon    E
S
Andancette Albon

Saint-Rambert-d'Albon est située sur la rive gauche du Rhône, à 11 km au nord de Saint-Vallier (chef-lieu de canton), à 44 km au nord de Valence (préfecture et plus grande ville du département) et à 60 km au sud de Lyon.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Chanas, Champagne, Peyraud, Andancette, Albon et Anneyron.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'autoroute A7 passe sur le territoire de la commune. Elle peut être empruntée à Chanas par la sortie 12. Cet axe, à 3 voies de circulation par sens, relie Lyon à Valence et à la Méditerranée. Une aire de services porte le nom de la commune, accessible dans les deux sens. La commune dispose d'un camping avec piscine à proximité de la Via-Rhôna.

La route nationale 7 contourne la commune en longeant l'autoroute, depuis 1985 (2×2 voies depuis 2007)[1].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Saint-Rambert-d'Albon est traversée par la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles. Elle a constitué un carrefour ferroviaire important, la gare étant l'origine d'une ligne menant à Rives et à Grenoble et une autre provient de Firminy[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1790, Saint-Rambert-d'Albon était une paroisse du diocèse de Vienne et de la communauté d'Albon, dont l'église était celle d'un ancien prieuré de bénédictins, de la filiation de l’Ile-Barbe.

Au point de vue féodal, Saint-Rambert-d'Albon faisait partie du comté d'Albon et il s'y leva, jusque vers la fin du XVIIe siècle, un péage qui constitua jusqu'en 1638, date à laquelle il fut aliéné, un revenu pour le domaine royal.

En 1790, cette paroisse fut comprise dans la municipalité d'Albon ; mais elle en a été distraite le , pour former une commune distincte du canton de Saint-Vallier[3].

La gare de Saint-Rambert est créée par la Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée et ouverte le [2] lors de la mise en service du tronçon de la gare de Vienne à la gare de Valence-Ville du grand axe ferroviaire de Paris à Marseille, appelé aujourd'hui ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Taillé au 1er de gueules à la fleur de pêcher d'or au 2e d'azur au dauphin d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 5 000 et 9 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 29.

À la suite de l'élection municipale de 2014, le conseil municipal est composé de 8 adjoints et de 20 conseillers municipaux[4] (13 de la majorité et 7 d'opposition)[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville
Hôtel de ville.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1957 1993 Lucien Steinberg SFIO-PS Conseiller général du canton de Saint-Vallier (1976-1993)
décédé en fonctions
1993 1995 René Bret PS  
1995 2014 Gérard Oriol RPR puis
UMP puis NC
 
2014 En cours
(au 12 mars 2015)
Vincent Bourget[4] DVG Fonctionnaire
7e vice-président de la communauté de communes[5]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1841. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2017, la commune comptait 6 530 habitants[Note 1], en augmentation de 7,83 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
8818919201 0791 3041 2521 2101 2611 340
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
1 5011 7562 0052 1422 3702 5312 5642 6192 818
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
2 8413 0203 2293 4723 8224 1864 0624 1764 302
2006 2007 2008 2013 2017 - - - -
5 0865 1985 3096 0986 530----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 2004 a lieu en novembre le festival Rockin Gone Party consacré au rock 'n' roll[10].

Économie[modifier | modifier le code]

La ville de Saint Rambert d’Albon a connu une très forte croissance économique grâce à ses axes de communication très important dont une aire de repos réputée dans l’Europe tout entière. Elle est due aussi grâce à sa zone industrielle qui se développe énormément depuis les années 2000 , cette zone industrielle regroupe des entreprises qui ont su se mettre en évidence et se démarquer au niveau national.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château des Basanières (rasé lors de la construction du chemin de fer), d'époque féodale, construit sur des ruines romaines (sans doute Figlinis, station citée sur la table de Peutinger).
  • Les ruines du Cappa, vestiges romains rasés[pas clair] lors de l'agrandissement de la zone industrielle du même nom[réf. nécessaire].
  • L'église possède une abside de 1555.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Wilfride Piollet, danseuse étoile, y voit le jour en 1942[11] ;
  • Jules Védrines : le , l'aviateur Jules Védrines et son mécanicien Marcel Guillain trouvent la mort à Saint-Rambert-d’Albon en cherchant un endroit pour atterrir. Ils venaient de Villacoublay où ils avaient décollé vers 6 heures trente du matin. Ils emportaient le premier courrier Paris-Rome par voie aérienne. Un monument à sa mémoire a été dressé sur le terrain d’aviation du Creux-de-la-Thine. Son nom a été donné à une rue de la commune ;
  • le poète Jean-Marc Bernard a habité Saint-Rambert dans les années 1910. Il logeait chez sa mère 21 rue de Marseille et l'appartement servait de point de ralliement à un petit groupe d'écrivains dont notamment Francis Carco.

Jumelages[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Route nationale française 7 », sur routes.wikia.com (consulté le 12 mars 2015).
  2. a et b « L'histoire de St Rambert », Vivre à St Rambert, sur le site de la mairie (consulté le 12 mars 2015).
  3. Dictionnaire topographique et historique de la Drôme, publié en 1891 par Justin Brun-Durand
  4. a et b « 26140 ST RAMBERT D'ALBON », sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 12 mars 2015).
  5. a et b « Le Maire et ses Adjoints », Conseil municipal, sur le site de la mairie (consulté le 12 mars 2015).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  10. Isabelle Gonzalez, « St Rambert D'Albon (26): Au son du Rockabilly ! », sur Franceinfo, (consulté le 8 mai 2020)
  11. Site etoiledelopera.