Saint-Vincent-la-Commanderie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.

Saint-Vincent-la-Commanderie
Saint-Vincent-la-Commanderie
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Vercors-Monts du Matin
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Françoise Agrain
2014-2020
Code postal 26300
Code commune 26382
Démographie
Population
municipale
527 hab. (2016 en augmentation de 18,69 % par rapport à 2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 21″ nord, 5° 07′ 09″ est
Altitude Min. 326 m
Max. 1 108 m
Superficie 13,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Saint-Vincent-la-Commanderie

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Saint-Vincent-la-Commanderie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-la-Commanderie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vincent-la-Commanderie
Liens
Site web http://www.st-vincent-la-commanderie.com/

Saint-Vincent-la-Commanderie est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Vincent-la-Commanderie est situé à 15 km au sud de Romans-sur-Isère et à 26 km à l'est de Valence.

Les communes limitrophes sont Bésayes, Charpey, Peyrus, Barbières

Le village se situe à une altitude de 390 mètres, mais le territoire communal s'élève jusqu'à une altitude de 1 110 mètres sur les Rancs de Treillaras.

Les cours d'eau arrosant la commune sont la Boisse, le Guimand et le Béal de Cors.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Vincent-la-Commanderie
Bésayes Barbières
Charpey Saint-Vincent-la-Commanderie Barbières
Peyrus Léoncel

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Vincent-lès-Charpey a longtemps appartenu à la commune de Charpey et, sous l'Ancien Régime, au mandement de Charpey qui comprenait les paroisses de Charpey, de Saint-Didier-de Charpey, de Bésayes et de Saint-Vincent, constituant longtemps une des plus importantes communautés féodales du comté de Valentinois. Les pâtres de Charpey -et de Saint-Vincent en particulier- ont eu de nombreux démêlés avec les moines de l'abbaye voisine de Léoncel qui s'étaient accaparés au XIIIe siècle les plateaux de Combe Chaude et des Limouches pour leur usage propre[1].

Dans le cadre du durcissement des conditions d'exercice des droits traditionnels qui a précédé la Révolution française, un laboureur (c'est-à-dire un paysan riche) de Saint-Vincent, interdit sur ses terres la vaine pâture aux familles pauvres, et pour être certain du respect de son interdiction, il construit des murs autour de ses terres. Deux fois, la population de Saint-Vincent détruit ces murs au cours d'émeutes, en 1757 et 1758[2].

Il y a eu une exploitation significative des carrières de Saint-Vincent au XIXe siècle, en particulier du kaolin, exploité par l'entrepreneur Perdu basé sur Barbières[3].

La commune de Saint-Vincent-la-Commanderie a été créée en 1953 en se dissociant de celle de Charpey.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1983 Jean Laurent    
1983 2001 Marcel Soulier    
mars 2001 En cours Françoise Agrain[4] DVD Retraitée Fonction publique
Vice-présidente de la communauté de communes du canton de Bourg-de-Péage

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1962. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 527 habitants[Note 1], en augmentation de 18,69 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
260236213229318391410413415
2013 2016 - - - - - - -
505527-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ancienne commanderie de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean du XVIIe siècle (propriété privée).

Site dit du "Château" sur la colline au sud du village, où se serait situé le château de l'Epervier au Moyen Âge, disparu dans des conditions mystérieuses données par la légende (traces de bâti et fosse sec)[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Wullschleger : Revue Les Cahiers de Léoncel n°7 - 1991
  2. Roger Pierre, « Libertés et contraintes des communautés villageoises dans les pays de la Drôme à la veille de la Révolution », Études drômoises, (no)64, mars 1985, p. 18.
  3. Jean-François Duvic : Gens de la Raye - 2007
  4. Saint-Vincent-la-Commanderie sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 8 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Revue "Le Monde Alpin et Rhodanien" n°2-3 1985

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :