Allex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Allex
Allex
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Drôme
Maire
Mandat
Gérard Crozier
2020-2026
Code postal 26400
Code commune 26006
Démographie
Gentilé Allexois
Population
municipale
2 495 hab. (2019 en augmentation de 0,97 % par rapport à 2013)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 53″ nord, 4° 55′ 03″ est
Altitude Min. 124 m
Max. 220 m
Superficie 20,17 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Valence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Loriol-sur-Drôme
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allex
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allex
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Allex
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Allex

Allex est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Allex est située à 8 km de Crest et à 20 km de Valence.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le village d'Allex est bâti sur une longue butte calcaire parallèle à la rivière Drôme[1][source insuffisante].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Allex est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Elle appartient à l'unité urbaine d'Allex, une unité urbaine monocommunale[5] de 2 515 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7].

La commune fait partie de l'aire d'attraction de Valence dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (91,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66,6 %), zones agricoles hétérogènes (21 %), zones urbanisées (7,1 %), forêts (2,9 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Ancien village perché, aux ruelles en escaliers et vieilles maisons typiques.

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Site Géoportail (carte IGN)[11] :

  • Bancel
  • Barnaire
  • Besson
  • Blacherousse
  • Bonnardel
  • Boudras
  • Chabanne
  • Chante
  • Charponnet
  • Chastagnier
  • Château des Ramières
  • Château Pergaud
  • Cornu
  • Cottes
  • Domaine de Lisle
  • Ferme de Grange Neuve
  • Ferme de Pélissier
  • Ferme de Traversier
  • Gabriel
  • Gasquet
  • Gouillasson
  • Grand-Aiguebonne
  • la Garde
  • la Gare des Ramières
  • Lagrange
  • la Riaille
  • la Vermenelle
  • Laye
  • le Pontillard
  • le Prieuré
  • le Rif
  • les Astiers
  • les Aures
  • les Bayle
  • les Bérengères
  • les Bois
  • les Bûches
  • les Burdins
  • les Fanges
  • les Faures
  • les Goujons
  • les Moutiers
  • les Reys
  • les Richards
  • les Toureaux
  • les Vaures
  • le Vercors
  • Mialard
  • Mouret
  • Nodon
  • Petite Aiguebonne
  • Raillon
  • Rey
  • Royannin
  • Sapey
  • Soulier
  • Vincent

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est dénommée Alèis en occitan[réf. nécessaire].

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[12] :

  • 928 : Alisium (cartulaire de Cluny, 367).
  • 954 : Ælisium seu Elysium in agro Elisiense seu Elysiensi in pago Valentinense (cartulaire de Cluny, 925).
  • 1157 : castrum Alisii (Gall. christ., XVI, 104).
  • 1158 : Alez (Gall. christ., XVI, 106).
  • 1165 : Alescum (cartulaire de Léoncel, 18).
  • 1191 : Aleis (cartulaire de Léoncel, 47).
  • 1280 : de Alesio (archives de la Drôme, E 1512).
  • 1296 : Aleysinum et Aleysium (visites de Cluny).
  • 1397 : castrum Alaysii (ordonn. des rois de France, VIII, 136).
  • 1450 : Alesium (archives de la Drôme, E 1241).
  • 1456 : Allez (inventaire de Saint-Apollinaire [Valence]).
  • 1590 : Ales (rôle de tailles).
  • 1620 : Alles (rôle de tailles).
  • 1705 : Alex (dénombr. de la France, I, 375).
  • 1781 : Alaix (Aff. du Dauphiné).
  • 1891 : Allex, commune du canton de Crest-Nord.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Allex dériverait du gaulois Alisum, forme masculine de Alisa « falaise ». La morphologie du lieu explique parfaitement ce toponyme[13],[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[12] :

  • Au point de vue féodal, Allex était une terre patrimoniale de l'église épiscopale de Valence, dont les droits furent confirmés en 1157 par l'empereur Frédéric Ier.
  • Lors du partage des biens de cette église, la terre est passée au chapitre cathédral jusqu'à la Révolution.

Vers 954 : chef-lieu d'un ager : in agro Ælisiense sive Elysiensi in pago Valentinense (cartulaire de Cluny, 925) qui comprenait les communes actuelles d'Allex et de Montoison, et peut-être aussi celle d'Ambonil[12].

XVe siècle : prieuré de l'ordre de Saint-Augustin dépendant du chapitre de Valence[15].

1485 : le village est mentionné divisé en deux : Burgum Marjerie et Burgum ecclesiae (terrier du chapitre de Valence)[12].

1520 : l'église paroissiale Saint-Maurice est attesté : ecclesia Sancti Mauricii de Villa Murato (archives de la Drôme, fonds de l'évêché de Valence)[12].

XVIIIe siècle : construction d'un château par les La Tour du Pin[12].

Avant 1790, Allex était une communauté de l'élection, subdivision et sénéchaussée de Valence.
Elle formait une paroisse du diocèse de Valence, dont la cure était de la collation de l'évêque diocésain, et dont les dîmes appartenaient au prieur du lieu[12].

Aiguebonne[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[16] :

  • XIVe siècle : prioratus Aquebone (pouillé de Valence).
  • 1485 : ecclesia Aque Bone et ecclesia Nostre Domine de Aqua Bona (terrier d'Allex).
  • 1513 : le prioré d'Ayguebonne (inventaire de Saint-Apollinaire [Valence], 373).
  • 1542 : Eaubonne (inventaire de la chambre des comptes).
  • 1635 : Aubonne (archives de la Drôme, E 794).
  • 1763 : Eguebonne et Eyguebonne (Chabeul, notaire à Crest).
  • 1891 : Aiguebonne, ferme et quartier de la commune d'Allex.

Ancien prieuré de l'ordre de Saint-Augustin (dépendant de celui de Saint-Félix de Valence) connu dès 1246. Il fut placé dans la dépendance de l'abbaye de Saint-Ruf de Valence en 1343 puis uni au chapitre cathédral de Valence en 1440[16].

La seigneurie[16] :

  • 1328 : Aiguebonne est un fief appartenant aux Bochon.
  • 1450 : il passe à Guillaume de Poitiers, seigneur de Barry.
  • 1468 : il passe aux Eurre.
  • 1550 : passe aux Reynier.
  • 1565 : passe aux Clermony-Montoison.
  • 1588 : passe aux Dufour de la Répara.
  • 1727 : passe aux Ollivier, derniers seigneurs.

Le Prieuré[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[17] :

  • 998 : ecclesia de Aleso, in episcopatu Valentinensi (cartulaire de Cluny, 2466).
  • XIVe siècle : prioratus de Alesio (pouillé de Valence).
  • 1485 : prioratus Sancti Baudilii de Allesio (terrier de Saint-Apollinaire [Valence]).
  • 1540 : prioratus Alesii (rôle de décimes).
  • 1891 : Le Prieuré, quartier de la commune d'Allex.

Ancien prieuré de l'ordre de Saint-Benoît (filiation de Cluny) sous le vocable de Saint-Baudille, connu dès le Xe siècle. Son titulaire, décimateur dans les paroisses d'Allex et de Montoison, était aussi seigneur temporel d'Ambonil[17].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

Allex au XIXe siècle illustrée par Alexandre Debelle (1805-1897).

1789 (démographie) : 365 familles[12].

En 1790, Allex devient le chef-lieu d'un canton comprenant, avec la commune de ce nom, celles d'Eurre, de Montoison, d'Ourches, de la Rochette et de Vaunaveys.
La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) place toutes les communes de ce canton dans celui de Crest-Nord[12].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, dans la nuit du 25 au , le terrain Temple d'Allex, quartier des Moutiers accueillit le parachutage d'un homme, un radio en provenance d'Alger, surnommé Sibellius[18].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie d'Allex.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter. : de la Révolution au Second Empire
1790 1871 ?    
Les données manquantes sont à compléter. : depuis la fin du Second Empire
1871 1874 ?    
1874 1878 ?    
1878 1884 ?    
1884 1888 ?    
1888 1892 ?    
1892 1896 ?    
1896 1900 ?    
1900 1904 ?    
1904 1908 ?    
1908 1912 ?    
1912 1919 ?    
1919 1925 ?    
1925 1929 ?    
1929 1935 ?    
1935 1945 ?    
1945 1947 ?    
1947 1949 ?    
1949
(élect. partielle ?)
1953 Henri Seguin    
1953 1959 Henri Seguin   maire sortant
1959 1965 Henri Seguin   maire sortant
1965 1971 ?    
1971 1977 Marc Bruyère    
1977 1983 Marius Raillon    
1983 1989 Marius Raillon   maire sortant
1989 1995 Marius Raillon   maire sortant
1995 2001 Marius Raillon   maire sortant
2001 2008 Gilbert Ninoux    
2008 2014 Gérard Crozier LR artisan
2014 2020 Gérard Crozier   maire sortant
2020 En cours
(au 23 janvier 2021)
Gérard Crozier[19][source insuffisante]   maire sortant

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[21].

En 2019, la commune comptait 2 495 habitants[Note 3], en augmentation de 0,97 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,46 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1771 0241 2911 3011 4421 4751 5221 5621 669
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6761 6211 5581 6211 6461 4371 4501 3531 456
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4191 4591 5501 3991 4051 3041 3951 2621 274
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2081 2191 1791 4871 7042 0092 3692 4132 474
2017 2019 - - - - - - -
2 5152 495-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École publique (158 élèves)[24].
  • École St Maurice (89 élèves)[25].
  • Collège des Ramières (Montessori)[26].
Cet établissement semble avoir fermé ou changé de nom. Nous avons aujourd'hui l'Ensemble scolaire de l'Archipel (collège et lycée)[27],[28].

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

église Saint-Maurice.

Un pèlerinage de Saint-Joseph a lieu le [15].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : riche plaine céréalière et fruitière, élevage porcin et ovin[15]

  • Marché : le lundi[15]

Commerce[modifier | modifier le code]

Une brocante a lieu le premier dimanche de septembre. Elle est surnommée Big Bazar[15].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

chapelle du Sanctuaire Saint-Joseph.
statue de Saint-Joseph.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Allex Blason
Écartelé : au premier d'argent à l'aigle de sable, au chef d'azur chargé d'un soleil d'or issant et mouvant de l'angle dextre, au deuxième d'azur à la tour crénelée de cinq pièces d'argent ouverte, ajourée et maçonnée de sable, au chef cousu de gueules chargé de trois heaumes d'or tarés de profil, au troisième d'azur à la tour d'argent maçonnée de sable sur un rocher d'or, au chef cousu de gueules chargé de trois étoiles d'or, au quatrième d'argent à la bande de gueules chargée, en chef, d'une étoile du champ à plomb.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Villages perchés en Drôme - Vallée de la Drôme
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Allex », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. « Géoportail », sur geoportail.gouv.fr (consulté le ).
  12. a b c d e f g h et i J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 6 (Allex).
  13. Étymologie des noms de lieux de la Drôme.
  14. Pierre Miquel, Petite Histoire des noms de lieux, villages et villes de France, (ISBN 2226381767).
  15. a b c d e f g h i et j Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Allex.
  16. a b et c J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 2 (Aiguebonne).
  17. a et b J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 288 (Le Prieuré).
  18. « Henri FAURE », sur wikiwix.com (consulté le ).
  19. « Accueil - Association des Maires et Présidents d'intercommunalités 26 », sur Association des Maires et Présidents de Communautés de la Drôme (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. école primaire d'Allex.
  25. école Saint-Maurice privéehttps://college-lycee.com/ecole-primaire-privee-saint-maurice/Allex-0260824E.
  26. Collège des Ramières.
  27. https://www.ecoles-libres.fr/etablissements/larchipel-26/.
  28. https://archive.wikiwix.com/cache/index2.php?url=https%3A%2F%2Farchipel-drome.com%2F#federation=archive.wikiwix.com.
  29. Aquarium des Tropiques.
  30. « Louis Fillet (1840-1902) - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le ).
  31. « Sport Express - Allex. Florian Bonissant : vainqueur du tournoi badminton inter clubs . », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).