Allex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Alex.
Icône de paronymie Cet article possède des paronymes, voir Denis Allex et Michel Allex.

Allex
Allex
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Loriol-sur-Drôme
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Drôme
Maire
Mandat
Gérard Crozier
2014-2020
Code postal 26400
Code commune 26006
Démographie
Gentilé Allexois, Allexoises
Population
municipale
2 495 hab. (2016 en augmentation de 0,4 % par rapport à 2011)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 53″ nord, 4° 55′ 03″ est
Altitude Min. 124 m
Max. 220 m
Superficie 20,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Allex

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Allex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allex

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allex

Allex est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Allex est située à 8 km de Crest et à 20 km de Valence. Les habitants sont les Allexois (oises).

Village ancien et perché, aux ruelles en escaliers et vieilles maisons typiques.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Allex
Montoison
Ambonil
Upie
Livron-sur-Drôme Allex Eurre
Grane Chabrillan

Toponymie[modifier | modifier le code]

Alèis en occitan.

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 928 : Alisium (cartulaire de Cluny, 367).
  • 954 : Aelisium seu Elysium in agro Elisiense seu Elysiensi in pago Valentinense (ibid., 925).
  • 1157 : Castrum Alisii (Gall. christ., XVI, 104).
  • 1158 : Alez (ibid., 106).
  • 1165 : Alescum (cartulaire de Léoncel, 18).
  • 1191 : Aleis (ibid., 45).
  • 1280 : De Alesio (archives de la Drôme, E 1512).
  • 1296 : Aleysinum / Aleysium (Visites de Cluny).
  • 1397 : Castrum Alaysii (ordonn. des rois de France, VIII, 136).
  • 1450 : Alesium (archives de la Drôme, E 1241).
  • 1456 : Allez (inventaire de Saint-Apollinaire [Valence]).
  • 1590 : Ales (rôle de tailles).
  • 1620 : Alles (ibid.).
  • 1705 : Alex (Dénombr. de la France, I, 375).
  • 1781 : Alaix (Affl. du Dauphiné).
  • 1891 : Allex, commune du canton de Crest-Nord.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Allex dériverait du gaulois Alisum, forme masculine d'Alisa, qui signifie « falaise »; la morphologie du lieu expliquant parfaitement ce toponyme[2],[3]. Allex est bâti sur une longue butte calcaire parallèle à la rivière Drôme[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Xe siècle (vers 954) : chef-lieu d'un ager : in agro Aelisiense sive Elysiensi in pago Valentinense (cartulaire de Cluny, 925) qui comprenait les communes actuelles d'AHex et de Montoison, et peut-être aussi celle d'Ambonil.

998 : le prieuré est attesté. Il relève de l'ordre de Saint-Benoît, filiation de Cluny, sous le vocable de Saint-Baudille. Son titulaire, décimateur dans les paroisses d'Allex et de Montoison, était aussi seigneur temporel d'Ambonil (voir Montoison et Ambonil).

  • 998 : Ecclesia de Alesio, in episcopatu Valentinensi (cartulaire de Cluny, 2466).
  • XIVe siècle : Prioratus de Alesio (Pouillé de Valence).
  • 1485 : Prioratus Sancti Baudilii de Allesio (terr. de Saint-Apollinaire [Valence]).
  • 1540 : Prioratus Alesii (rôle de décimes).
  • 1891 : Le Prieuré, quartier de la commune d'Allex.

1485 (terr. du chapitre de Valence) : mention du village divisé en deux : Burgum Marjerie et Burgum ecclesiae[1].

XVe siècle : prieuré de l'ordre de Saint-Augustin dépendant du chapitre de Valence[5].

1520 (archives de la Drôme, fonds de l'évêché de Valence) : l'église paroissiale : Ecclesia Sancti-Mauricii de Villa Murato[1].

XVIIIe siècle : construction d'un château par les La Tour du Pin[1].

Avant 1790, Allex était une communauté de l'élection, subdivision et sénéchaussée de Valence, formant une paroisse du diocèse de Valence, dont la cure était de la collation de l'évêque diocésain, et dont les dîmes appartenaient au prieur du lieu[1].

La seigneurie d'Allex[modifier | modifier le code]

Au point de vue féodal, Allex était une terre patrimoniale de l'église épiscopale de Valence, dont les droits furent confirmés en 1157 par l'empereur Frédéric Ier. Elle échue au chapitre cathédral dans un partage des biens de cette église. Cette terre a été conservée par lui jusqu'à la Révolution[1].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

Allex au XIXe siècle illustrée par Alexandre Debelle (1805-1897).

1789 : la commune a 365 familles[1].

En 1790, Allex devint le chef-lieu d'un canton comprenant, avec la commune de ce nom, celles d'Eurre, de Montoison, d'Ourches, de la Rochette et de Vaunaveys, lequel fut, en l'an VIII, compris tout entier dans le canton de Crest-Nord[1].

Dans la nuit du 25 au , le terrain Temple d'Allex, quartier des Moutiers accueilla le parachutage d'un homme, un radio en provenance d'Alger, surnommé Sibellius[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Allex Blason Écartelé : au premier d'argent à l'aigle de sable, au chef d'azur chargé d'un soleil d'or issant et mouvant de l'angle dextre, au deuxième d'azur à la tour crénelée de cinq pièces d'argent ouverte, ajourée et maçonnée de sable, au chef cousu de gueules chargé de trois heaumes d'or tarés de profil, au troisième d'azur à la tour d'argent maçonnée de sable sur un rocher d'or, au chef cousu de gueules chargé de trois étoiles d'or, au quatrième d'argent à la bande de gueules chargée, en chef, d'une étoile du champ à plomb.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1949 1965 Henri Seguin    
1971 1977 Marc Bruyère    
1977 mars 2001 Marius Raillon    
mars 2001 mars 2008 Gilbert Ninoux    
mars 2008 En cours
(au 30 octobre 2014)
Gérard Crozier[7] LR Artisan

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2016, la commune comptait 2 495 habitants[Note 1], en augmentation de 0,4 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1771 0241 2911 3011 4421 4751 5221 5621 669
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6761 6211 5581 6211 6461 4371 4501 3531 456
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4191 4591 5501 3991 4051 3041 3951 2621 274
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2081 2191 1791 4871 7042 0092 3692 4132 474
2016 - - - - - - - -
2 495--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Ecole publique (161 élèves)
  • Ecole St Maurice (90 élèves)
    Collège des Ramières (Montessori)

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Pêche[5].
  • Big Bazar : premier dimanche de septembre (brocante géante)[5].
  • Pélerinage de Saint-Joseph le [5].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vieux village perché : belle unité d'architecture, ruelles en escalier, vieilles maisons[5].
  • Ruines d'une tour du XIVe siècle[5].
  • Statue de Joseph sur le mur de l'école St Maurice
  • Châteaux des Ramières, de l’Isle, de Pergaud[5].
  • Église du XIXe siècle[5] néo-romane à partir d’une chapelle gothique.
  • Aquarium tropical.
  • Sanctuaire Saint-Joseph.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abbé Louis Fillet (1840-1902). En 1884, membre de plusieurs sociétés savantes. Auteur de plusieurs revues sur les paroisses du canton de Pont-en-Royans[réf. nécessaire].
  • Florian Bonissant, badiste français, champion de France U16.
  • Marius Chassoulier, ancien combattant et auteur de Il ricanait sur son cadavre, Les Éditions du Scorpion, « Collection Alternance », Paris, 1961, 188 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 6
  2. Étymologie des noms de lieux de la Drôme.
  3. Pierre Miquel, Petite Histoire des noms de lieux, villages et villes de France, (ISBN 2226381767)
  4. Villages perchés en Drôme - Vallée de la Drôme
  5. a b c d e f g et h Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Allex
  6. http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://war.megabaze.com/page_html/012-Resistance-Parachuting&title=http%3A%2F%2Fwar.megabaze.com%2Fpage_html%2F012-Resistance-Parachuting
  7. Allex sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 30 octobre 2014).
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]