Crépol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crépol
Image illustrative de l'article Crépol
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Drôme des collines
Intercommunalité CA de Valence-Romans Sud Rhône-Alpes
Maire
Mandat
Martine Lagut
2014-2020
Code postal 26350
Code commune 26107
Démographie
Population
municipale
552 hab. (2012)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 31″ N 5° 04′ 16″ E / 45.1753, 5.071145° 10′ 31″ Nord 5° 04′ 16″ Est / 45.1753, 5.0711
Altitude Min. 260 m – Max. 491 m
Superficie 11,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme (département)

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Crépol

Géolocalisation sur la carte : Drôme (département)

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Crépol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crépol

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crépol

Crépol est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes. Ses habitants s'appellent les Crépoloises et les Crépolois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Crépol est situé dans la "Drôme des collines", à l'entrée de la haute vallée de l'Herbasse, à 17 km au nord de Romans-sur-Isère et à 11 km au nord-est de Saint-Donat-sur-l'Herbasse. Les communes les plus proches sont Le Chalon, Saint-Laurent-d'Onay, Arthémonay et Saint-Christophe-et-le-Laris. Parmi les risques géographiques répertoriés, on compte le risque d'inondation, de mouvement de terrain et de séisme zone de sismicité 3[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1097, son mom était Crispo (Cartulaire de Romans). Elle a changé de noms plusieurs fois au cours du temps. Avant 1790, elle faisait partie de Romans et du bailliage de Saint-Marcellin. La paroisse de Crépol, en particulier, avait le chapitre de Romans pour collateur et pour décimateur. La seigneurie de Crépol était la propriété des Clermont. Elle a été vendue vers 1700 par les Clermont-Chatte à Joachim de Mistral, seigneurs de Crépol jusqu'à la Révolution.

En 1790, Crépol fut placée dans le canton de Montmiral. Elle a ensuite appartenu an canton de Roman à partir de l'an VIII jusqu'en 1854 où elle est devenue une commune à part entière[3].

Les maisons anciennes sont construites en galets et en molasse dont certaines sont aujourd'hui restaurées dans la tradition[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Jean-Claude Burcet    
2014 en cours
(au 9 mars 2015)
Martine Lagut[5]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 552 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780 571 1 485 841 983 983 1 078 1 041 1 087
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
784 835 813 789 781 718 699 717 676
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
669 681 659 564 524 518 510 521 469
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
421 430 341 374 424 470 478 473 521
2012 - - - - - - - -
552 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour-clocher de Crépol (Drôme).JPG
  • Tour-clocher de Crépol de l'ancienne église Saint-Étienne (fresques du XVe siècle sur la voûte et les parois, représentant entre autres sainte Madeleine et l'arbre de Jessé[8]) dite "Tour du cimetière". Elle a été classée monument historique en 1956[9].Il ne reste de cette église que la chapelle seigneuriale Saint-Jean-Baptiste à la base de la tour-clocher. Une nouvelle église, construite en 1889, abrite un retable Renaissance.
  • Chapelle Saint-Roch (beau retable du XVe siècle)du mont de Véroux. Elle a été construite à l’emplacement d’un temple de Vénus et était initialement dédiée à saint André. Son saint patron a changé lors de l’épidémie de choléra de 1831-1832, saint Roch s'étant fait connaître pour ses soins aux pestiférés de Rome au XIVe siècle. Il s'agit d'un édifice au chevet roman surmonté d'un clocher. Il est fait mention de la chapelle dans les archives dès 1050. La nef fut reconstruite après les Guerres de Religion à la fin du XVIe siècle.
  • Château construit en 1619 par la famille Clermont-Chatte, est une propriété privée, autrefois lieu de rendez-vous de chasse des Clermont-Chatte, seigneurs du lieu.
  • Ruines du château vieux qui daterait de 1057. Il n'en reste aujourd'hui que la motte sur laquelle il était construit[10].

Festivités[modifier | modifier le code]

  • En mai a lieu la fête de l’épouvantail.
  • le 1er week-end de septembre se tient la fête votive[11].
  • Des concerts ont lieu chaque été à la chapelle Saint-Roch.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ludovic DAVIRON.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :