Guilherand-Granges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Granges.
Guilherand-Granges
L'entrée de Guilherand-Granges après la traversée du Rhône depuis Valence par le pont Frédéric-Mistral.
L'entrée de Guilherand-Granges après la traversée du Rhône depuis Valence par le pont Frédéric-Mistral.
Blason de Guilherand-Granges
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Guilherand-Granges
(chef-lieu)
Intercommunalité Rhône-Crussol
Maire
Mandat
Mathieu Darnaud
2014-2020
Code postal 07500
Code commune 07102
Démographie
Gentilé Guilherandais-grangeois
Population
municipale
10 841 hab. (2014)
Densité 1 655 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 56′ 07″ nord, 4° 52′ 32″ est
Altitude Min. 106 m – Max. 407 m
Superficie 6,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative d'Ardèche
City locator 14.svg
Guilherand-Granges

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique d'Ardèche
City locator 14.svg
Guilherand-Granges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guilherand-Granges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guilherand-Granges

Guilherand-Granges est une commune française située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes, juste à l'ouest de la ville de Valence, sur la rive droite du Rhône.

La commune est actuellement la troisième ville ardéchoise par le nombre d'habitants, après Annonay et Aubenas. Elle a obtenu trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Chef-lieu de canton du département de l'Ardèche, la commune de Guilherand-Granges est située sur la rive droite du Rhône, face à Valence (préfecture de la Drôme), à 5 minutes du centre-ville. Le Mialan traverse la ville au nord avant de se jeter dans le Rhône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Péray Saint-Péray Bourg-lès-Valence (Drôme) Rose des vents
Saint-Péray N Valence (Drôme)
O    Guilherand-Granges    E
S
Toulaud Soyons Valence (Drôme)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La commune de Guilherand-Granges a un climat tempéré océanique dégradé avec des influences méditerranéennes et continentales. Les étés sont secs. Le Mistral, un vent de couloir qui souffle le long de la vallée du Rhône influe aussi sur les conditions météorologiques locales.

Elle a connu 2 013 heures d'ensoleillement en 2013, contre une moyenne nationale des villes de 1 548 heures de soleil. Guilherand-Granges a bénéficié de l'équivalent de 84 jours de soleil en 2013. La commune se situe à la position no 1 655 du classement des villes les plus ensoleillées. Elle a connu 687 millimètres de pluie en 2013, contre une moyenne nationale des villes de 622 millimètres de précipitations. Guilherand-Granges se situe à la position no 11 490 du classement des villes les plus pluvieuses.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune de Guilherand-Granges se trouve à 12 kilomètres de la gare de Valence-TGV et à 1,6 kilomètres de celle de Valence-Ville.

On peut rejoindre aisément Lyon (100 kilomètres au nord) et Marseille (220 kilomètres au sud) par l'autoroute A7.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Guilherand-Granges est desservie par le réseau de bus Citéa (lignes Cité 2, 6, 8, 14 et 46) et par le réseau de cars du conseil départemental de l'Ardèche, Le Sept (lignes 03, 03+ et 12).

Ponts[modifier | modifier le code]

Deux ponts relient les communes de Guilherand-Granges et Soyons à la ville de Valence.

  • le pont des Lônes inauguré le , situé à l'extrémité sud de la commune de Guilherand-Granges, partagé avec la commune voisine de Soyons, est, enfin, le « deuxième pont », longtemps attendu pour atténuer les problèmes de circulation entre les deux rives du Rhône. Il permet une desserte des quartiers suds de Valence, et offre un accès direct au périphérique valentinois.

Durant les longues périodes où aucun pont n'était disponible, un bac à traille permettait de traverser le Rhône. Sur le territoire de la commune de Guilherand-Granges, une ancienne pile utilisée par ce bac est encore dressée.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Initialement, la commune s'appelait « Guilherand » et n'était composée que d'un village situé au pied de la colline de Crussol et d'un deuxième hameau « les Granges ». Le hameau des Granges, situé en bordure du Rhône au débouché du pont menant à Valence, s'est développé au cours du XXe siècle jusqu'à devenir la partie principale de la commune.

Compte tenu de la proximité immédiate de Valence et de l'homonymie avec plusieurs communes de la région valentinoise, ce quartier a alors été dénommé « Granges-lès-Valence » par la poste, mais n'a jamais été appelé ainsi par les autres administrations.

À la suite de la demande du conseil municipal, un décret du 13 décembre 1991 à autorisé la commune de "Guilherand" à changer de nom pour s'appeler dorénavant "Guilherand-Granges" (JO du 19 décembre 1991).

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La ville de Guilherand-Granges est administrée par 33 élus et 140 agents communaux qui exercent tous une mission de service public.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Guilherand-Granges
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 1800 Pierre Francon    
1800 1821 Blaise Maisonneuve    
1821 1832 Pierre Sabarot    
1832 1847 Jacques Bovet    
1847 1852 Pierre Francon    
1852 1865 Jean-Pierre Barde    
1865 1875 Jean-Pierre Cornut-Chauvinc    
1875 1882 Jean-Pierre Fontbonne    
1882 1920 Alexandre Bottet    
1920 1935 Frédéric Calon    
1935 1936 Anselme Brisset    
1936 1941 Jean Paradis    
1941 1944 Délégation spéciale    
1944 1945 Jean Paradis    
1945 1965 Marcel Coulet    
1965 1971 Henri Chapelon    
27 mars 1971 16 mars 2008 Henri-Jean Arnaud RPR puis UMP Directeur de clinique
Conseiller général (1982-2001)
Député de l'Ardèche (1992-1997)
16 mars 2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Mathieu Darnaud[1] UMP puis LR Assistant parlementaire
Conseiller régional (2010-2014)
Sénateur depuis 2014

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 10 841 habitants, en diminution de -0,48 % par rapport à 2009 (Ardèche : 2,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
67 300 297 376 470 480 579 605 608
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
606 592 572 541 554 568 571 592 644
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
600 658 737 910 1 057 1 230 1 447 1 743 1 966
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
4 433 7 226 8 966 9 556 10 492 10 707 10 716 11 101 10 841
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Façade est du château de Crussol, vue depuis Guilherand-Granges
Une lône réhabilitée à Guilherand-Granges
Église Sainte-Thérèse, extérieur.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune obtient le niveau « trois fleurs » au concours des villes et villages fleuris[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Guilherand-Granges

Les armes de Guilherand-Granges se blasonnent ainsi :
D’or à deux lettres capitales G adossées et enlacées de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  2. « Städtepartnerschaft » Site web de la ville de Bad Soden-Salmünster, consulté le 8 avril 2017.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. site de la paroisse Saint-Pierre de Crussol
  7. a et b site 40000clochers.com
  8. Annuaire du diocèse de Viviers.- 1996.- 224 p.
  9. « Les villes et villages fleuris - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie », sur www.cnvvf.fr (consulté le 29 décembre 2015)