Eymeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Eymeux
Eymeux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Fabrice Bar
2020-2026
Code postal 26730
Code commune 26129
Démographie
Gentilé Eymeusiens, Eymeusiennes
Population
municipale
1 034 hab. (2018 en diminution de 3,54 % par rapport à 2013)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 44″ nord, 5° 10′ 45″ est
Altitude Min. 140 m
Max. 214 m
Superficie 9,88 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Romans-sur-Isère
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vercors-Monts du Matin
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Eymeux
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Eymeux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Eymeux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Eymeux

Eymeux est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est situé aux confins du Vercors, de l'Isère et de la plaine du Grésivaudan. Elle est à 12 km au nord-est de Romans-sur-Isère.

Une autre des communes les plus proches est Parnans.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Isère arrose la commune, au nord de son territoire, d'est en ouest.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le village d'Eymeux est accessible par l'autoroute A49, puis la route départementale 325.

Sortie 8 La Baume d'Hostun : Saint-Nazaire-en-Royans, La Baume-d'Hostun, Villard-de-Lans
  • La route départementale 325 (RD325 et RD 325A) relie la RD 532 (commune de La Baume d'Hostun) à la RD 1092 (commune de Saint-Lattier) après avoir traversé le bourg d'Eymeux.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Eymeux est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Romans-sur-Isère dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 30 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[6] :

  • XIIIe siècle : Esmers (cartulaire des hospitaliers, 79).
  • 1267 : Esmiacum (archives de l'Isère, fonds du Valentinois).
  • 1273 : Esmet, Aymuest et Aymuec (Nécrologe de Saint-Robert, 62).
  • 1293 : Hemuscum (cartulaire de Saint-Robert, 12).
  • XIVe siècle : Emuscum (pouillé de Valence).
  • XVe siècle : Emussium (pouillé de Valence).
  • 1458 : Emusium (archives de la Drôme, E 2122).
  • 1540 : mention de la paroisse : Cura Eymussii (rôle de décimes).
  • 1545 : Aymieu (rôle de décimes).
  • 1549 : Eymussa (rôle de décimes).
  • 1580 : Hémieu (archives de la Drôme, E 2158).
  • 1776 : Ymeux (Aff. du Dauphiné).
  • 1781 : Eymeu d'Hostung (Aff. du Dauphiné).
  • 1891 : Eymeux, commune du canton de Bourg-de-Péage.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Sa signification viendrait de Aygue (eau) et muscus (mousse)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Ancien mandement de Beauregard, divisé au XIIIe siècle entre les dauphins du Viennois et les comtes de Valentinois[8].

La seigneurie[6] :

  • Au point de vue féodal, Eymeux fait partie de la terre d'Hostun.
  • Dès le XIIIe siècle : appartient à une famille de son nom.
  • 1615 : passe (par mariage) aux Lionne.
  • 1713 : vendue au maréchal de Tallart.
  • 1715 : le maréchal obtient l'incorporation de cette terre au duché d'Hostun (voir ce nom).

Eymeux est dévastée par le baron des Adrets pendant les guerres de Religion[8].

1789 (démographie) : 150 chefs de famille[6].

Avant 1790, Eymeux était une paroisse de la communauté d'Hostun-et-Eymeux et du diocèse de Valence, dont l'église était sous le vocable de Saint-Saturnin et dont les dîmes appartenaient au prieur de Saint-Robert-de-Cornillon, en sa qualité de prieur du lieu[6].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Eymeux est compris dans la municipalité d'Hostun-et-Eymeux, mais la réorganisation de l'an VIII en a fait une commune distincte du canton du Bourg-de-Péage[6].

XIXe siècle : les ravioles sont inventées à Eymeux[8].

1920 : l'abbé Scolary invente le « dépuratif des Alpes »[réf. nécessaire].

1944 : le terrain Agonie accueille plusieurs parachutages en faveur de la Résistance. Ainsi le 5 janvier, celui de trois hommes dont le lieutenant de 27 ans Camille Monnier, quinze containers d'armes et de munitions, des colis et une importante somme d'argent. D'autres parachutages auront lieu dans la nuit du 10 au 11 avril (4 parachutés dont Jean Paris, radio, des containers et de l'argent en francs et en dollars, ou encore le 21/22 avril avec un saboteur surnommé Versoir, quinze containers et huit colis[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 ? Paul Beaude    
mars 2001 2020 Bernard Saillant[10] SE Cadre
2020 En cours Fabrice Bar    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2018, la commune comptait 1 034 habitants[Note 3], en diminution de 3,54 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
675726851633808835793794822
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
802796706713675618612570583
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
531566560512472523482453468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4404264114755105738431 0471 032
2018 - - - - - - - -
1 034--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Grenoble. Les élèves débutent leurs scolarité à Eymeux, dans l'école maternelle de l’Ecancière[15]. Ils la poursuivent à l'école primaire communale, composé de quatre classes[16].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête des laboureurs, le premier dimanche de janvier[8].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : pâturages (ovins, caprins), céréales, tabac / Coopérative agricole / Produit local : ravioles[8].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

  • Un antiquaire[8].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Eymeux possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  6. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 137.
  7. Histoire et toponymie
  8. a b c d e f g h i et j Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Eymeux.
  9. http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://war.megabaze.com/page_html/012-Resistance-Parachuting&title=http%3A%2F%2Fwar.megabaze.com%2Fpage_html%2F012-Resistance-Parachuting
  10. Eymeux sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 8 mars 2015).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. scolarité dans la commune
  16. Site officiel de l'école d'Eymaux