Génissieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Génissieux
Génissieux
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Romans-sur-Isère
Intercommunalité Communauté d'agglomération Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Christian Bordaz
2014-2020
Code postal 26750
Code commune 26139
Démographie
Population
municipale
2 183 hab. (2016 en augmentation de 10,2 % par rapport à 2011)
Densité 244 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 04″ nord, 5° 05′ 07″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 303 m
Superficie 8,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Génissieux

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Génissieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Génissieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Génissieux

Génissieux est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Génissois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Génissieux se situe à cinq kilomètres de la ville de Romans-sur-Isère et dix-huit kilomètres de Valence. Elle se trouve également à 109 km de Lyon et à 75 km de Grenoble.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Peyrins Geyssans Triors Rose des vents
N Saint-Paul-lès-Romans
O    Génissieux    E
S
Mours-Saint-Eusèbe Romans-sur-Isère

Toponymie[modifier | modifier le code]

"Villa de Geniciaco" en 699, l'origine du nom "Génissieux" est incertaine, trois hypothèses ont été avancées.

La première serait que Génissieux soit une dérivation du nom de personne Genis (Géniès ou encore Genix). En Savoie, une commune s'appelait au XIe siècle Sanctus Genesius (Saint Genis). L'origine de Génissieux serait donc ici religieuse.

La deuxième serait que Génissieux vienne d'un radical celtique, gwen", qui signifie "blanc" en breton (gaulois vindo).

La dernière serait que le nom soit lié à la végétation. En effet genistaceus est un terme latin pour dire "couvert de genêts".

La première explication est de loin la plus vraisemblable, c'est celle de Jean-Claude Bouvier, spécialiste de toponymie nord-provençale[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En plus de son territoire actuel, Génissieux comprenait autrefois Triors, Le Chalon, une partie de Saint-Paul-lès-Romans et s'étendait jusqu'aux berges de l'Isère (Port d'Ouvey).

La première trace historique de Génissieux date de la fin du VIIe siècle lorsqu'a été découvert le testament d'un abbé Ephibius en 696 ap. J.-C. En effet, l'abbé Ephibius lègue à l'église de Vienne, Génissieux et l'ensemble de ses terres "je lègue à Dieu et à ses saints, pour qu'elles servent dans l'église de Vienne, par notre seigneur l'évêque Cacold ; la terre tout entière de Geniciacum avec tout ce qui lui appartient ...".[2]

La première apparition est donc au niveau du VIIe siècle mais des fouilles archéologiques montrent que des Gaulois ainsi que des Romains ont habité Génissieux. C'est notamment M. Pénelon qui lors d'une partie de chasse remarque une légère butte de terre. Avec l'aide d'un de ses amis M. Boisse il découvre une sorte de tombeau, ou en tout cas une petite construction datant de l'époque Gauloise. De nombreuses autres ont été trouvées notamment des traces de l'époque romaine allant du IIe au IVe siècle. La commune a été détachée de Peyrins en 1873[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1873 1888 Victor Brichet    
1888 1892 Valérian Blain    
1892 1912 Francois Xavier Perret    
1912 1919 Louis Joud    
1919 1938 Frédérique Penelon    
1938 1943 Mearis Joseph    
1943 1944 Pierre Charignon    
1944 1953 Simon Choppin    
1953 1971 Alphonse Cornillac    
1971 1977 Henri Barboyon    
1977 1988 Jean George Cherpin    
1988 1989 Jean Paul Mouton    
1989 2007 Louis Paul Bossan    
mars 2007 En cours Christian Bordaz[4] SE Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 2 183 habitants[Note 1], en augmentation de 10,2 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
714653672663663645635609564
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
5725545665666305896557651 125
1990 1999 2006 2007 2012 2016 - - -
1 5841 8262 0022 0281 9712 183---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château Messance construit au XVIIIe siècle au centre du village. Débuté par M. Jomaron de Montchorel et achevé par Jean-Baptiste Maisonneuve et son fils François Benoît. Ce château fut acheté en 1828 par Hippolyte Charles qui fut l'amant de Joséphine de Beauharnais.
  • Château Giller du XVIe siècle avec quatre tours rondes, remanié au XVIIIe siècle.
  • Maison forte dit le Colombier, dans le quartier des Marais avec une tour carrée massive.
  • L'église Saint-Pierre de Génissieux est le résultat de deux agrandissements réalisés au XIXe siècle.
  • Les croix du village.

Vie du village[modifier | modifier le code]

Le comité des fêtes de Génissieux organise un grand événement dans le but de rassembler les villageois mais aussi les personnes alentour : la Saint-Vincent : chaque année, fin février-début mars (en 2008, les 1, 2 et 3 mars)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le groupe Pep's compte plusieurs membres qui ont appris la musique dans l'école de Génissieux.
  • La troupe de théâtre La Génissoise, assez connue dans la région, dont la plupart des membres habite le village.
  • Monique Rey, professeur et poète, chevalier de l'Ordre national du Mérite
  • Isabelle de Brive, épouse de Gaste, dame de Génissieux au XVe siècle
  • Béatrice, la chanteuse du groupe Tara King TH est originaire de Génissieux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. J.-C. Bouvier : Les noms de lieux du Dauphiné (Bonneton, 2002), p. 50.
  2. Henri Pouzin, Il était une fois ... Génissieux, Valence, E&R., , 11 p., Un testament d'une grande importance
  3. « Génissieux », sur francearchives.fr.
  4. Génissieux sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 9 mars 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 192 p, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :