Grane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grane
Grane
L'hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Drôme
Maire
Mandat
Jean-Paul Xatard
2020-2026
Code postal 26400
Code commune 26144
Démographie
Gentilé Granois, Granoises
Population
municipale
1 943 hab. (2018 en augmentation de 5,83 % par rapport à 2013)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 43′ 56″ nord, 4° 55′ 21″ est
Altitude Min. 113 m
Max. 505 m
Superficie 44,84 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Valence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Crest
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Grane
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Grane
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grane
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grane

Grane est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Grane est située au nord-est de Montélimar.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Sites particuliers[1] :

  • Col de la Pierre Sanglante (423 m)
  • Courcousat (443 m)
  • la Mourière (347 m)
  • le Pibaudin (363 m)
  • Mont Brian (474 m)
  • Petit Brian (454 m)
  • Serre Avolas (331 m)
  • Serre Charlon (
  • Serre Cognet (365 m)
  • Serre de Chabanas (446 m)
  • Serre de Darne
  • Serre de Lubas
  • Serre des Ratiers (426 m)
  • Serre de Trémoulet (466 m)
  • Serre Gealat (444 m)
  • Serre la Lauze (363 m)

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par les cours d'eau suivants[1] :

  • la Drôme ;
  • la Teysonne ;
  • le Canal des Moulins ;
  • le Canal du Moulin ;
  • le Filan ;
  • le Ravin de Montchaud ;
  • le Ravin de Serrelong ;
  • le Ravin de Taillat ;
  • le Ruisseau de Balastier ;
  • le Ruisseau de Beaunette ;
  • le Ruisseau de Chardouan ;
  • le Ruisseau de la Gardette ;
  • le Ruisseau de la Grenette ;
la Grenette est un ruisseau qui a sa source sur la commune de La Répara-Auriples, d'Autichamp, de La Roche-sur-Grane et de Grane, pour se jeter dans la Drôme après un cours de 14,4 kilomètres. En 1891, sa largeur moyenne était de 6,50 m, sa pente de 164,47 m, son débit ordinaire de 0,40 m3, extraordinaire de 80 m3[2] :
1309 : Aqua de Graneta (Trans. touchant les limites de Grane et de Marsanne, archives de Grane) ;
1448 : Grannete (Trans. touchant les limites de Grane et de Marsanne, archives de Grane) ;
1891 : Grenette ;
  • le Ruisseau de la Motte ;
  • le Ruisseau de Merdaris ;
  • le Ruisseau de Pizette ;
  • le Ruisseau de Riosset ;
  • le Ruisseau des Pensions ;
  • le Ruisseau des Ponchottes.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Grane est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

La commune fait partie de l'aire d'attraction de Valence dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (50,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,8 %), zones agricoles hétérogènes (27,9 %), terres arables (14 %), prairies (7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,2 %), zones urbanisées (1,1 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

En rive gauche de la Drôme, Grane semble se cacher en tournant le dos à la vallée. De la grande route, on n'en voit que les quartiers les plus récents. Le vieux village ne se laisse deviner que lorsqu'on arrive vers le Champ de Mars. Au-dessus des dernières maisons, un sentier conduit aux Trois-Croix. De là, on domine tout le village et les ruines de son château[réf. nécessaire]. Grane correspond à un habitat collectif de hauteur, regroupé au pied d'un château.

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Site Géoportail (carte IGN)[1] :

  • Archinard (nord)
  • Archinard (sud)
  • Argençon
  • Avenas
  • Bajemon
  • Barnier
  • Barreau
  • Beaune
  • Bergaille
  • Berthouly
  • Besse
  • Bichet
  • Blanchon
  • Bois de l'Abbé
  • Bois de la Dame
  • Bois des Sensouzes
  • Bois Griol
  • Boisset
  • Boucherle
  • Bouret
  • Bouvier
  • Boyer
  • Bramart
  • Bret
  • Brian
  • Brisquan
  • Bruchon
  • Buffières
  • Catinel
  • Chabanas
  • Chabriol
  • Chaliac (nord)
  • Chaliac (sud)
  • Chastel
  • Combemaure (ou Combe Maure)
  • Condon
  • Coste
  • Coucourde
  • Dansage
  • Dartaise
  • Degot
  • Donis
  • Du Pont
  • Essartaire
  • Fallier
  • Faure (nord)
  • Faure (sud)
  • Ferme Courtin
  • Ferme Rigal
  • Ferme Turquat
  • Fourniol
  • Gary
  • Gauthier
  • Genthier
  • Gential
  • Gerland
  • German
  • Girard
  • Godemard
  • Gouste Soulet
  • Guerby
  • Hugon
  • Jacamons
  • Jacquamet
  • Joyet
  • la Chapelle Saint-Julien
  • la Coste
  • la Coste
  • la Croix de Burdy
  • la Fraysse
  • la Garenne
  • la Motte
  • Landon
  • Lantheaume
  • la Pêtre
  • Lapra
  • la Rialle
  • Laridon
  • le Chaffal
  • le Creux des Meules
  • le Forillon
  • le Foron
  • le Goureyer
  • le Grivier
  • le Jas (nord)
  • le Jas (sud)
  • le Manchet
  • le Prieuré
  • les Aures
  • les Claux
  • les Freydières
  • les Gourds
  • les Limites
  • les Mattes
  • les Moutiers
  • les Plots
  • les Pues
  • les Radisses
  • les Ramières
  • les Ratiers
  • les Roberts
  • les Roures
  • les Saveaux (est)
  • les Saveaux (ouest)
  • Liard
  • Malaire
  • Maraude
  • Martin
  • Mathieu
  • Meyer
  • Montchaud
  • Morel
  • Moulin Reynaud
  • Mourier (est)
  • Mourier (ouest)
  • Mulatier
  • Mure
  • Perrier
  • Perrinet
  • Piney Long
  • Plaisance
  • Poise
  • Portal
  • Portier
  • Pourchaud
  • Pradier
  • Puaux
  • Querci
  • Reboul
  • Rey
  • Riosset
  • Roi
  • Roset
  • Rouast
  • Rouveyre (nord)
  • Rouveyre (sud)
  • Roynat
  • Sabatier
  • Sabattier
  • Saint-Bardoux
  • Saint-Denis
  • Saint-Estève
  • Saint-Roch
  • Savoyens
  • Sibourd
  • Terras
  • Trinquet
  • Turqua
  • Val Brian
  • Val Brian
  • Varier
  • Verdet
  • Verrière
  • Violet

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[10] :

  • 1163 : Grana (cartulaire de Die, 36).
  • 1277 : castrum de Grana (Duchesne, Comtes de Valentinois, 13).
  • 1370 : mention de l'église : ecclesia Beati Johannis de Grana (Salvaing de Boissieu, Traité du plait., 49).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : capella de Grana (pouillé de Valence).
  • 1549 : mention de l'église : cura Sancti Johannis Grane (rôle de décimes).
  • 1560 : Grano (archives hosp. de Crest, B 11).
  • 1574 : Grayne (Mém. des frères Gay).
  • 1650 : locus Granie (reg. de la paroisse de Saou).
  • (non daté) : Granne (dict. des postes).
  • 1891 : Grâne.

(non daté)[réf. nécessaire] : Grane[11] (sauf exception ou erreur).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de Grane viendrait du nom du dieu gaulois Grannos, dieu guérisseur associé aux sources thermales et minérales, représenté barbu et moustachu. Son nom signifie d'ailleurs « Le Barbu »[réf. nécessaire] :

  • Ce nom se retrouverait dans celui de la rivière qui arrose le village : la Grenette.
  • Les noms de Grand (Vosges) et de Granéjouls (hameau de Cahuzac-sur-Vère) dans le Tarn seraient de la même origine.
  • Aix-la-Chapelle (Allemagne) s'appelait autrefois « Aquae Granni ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des silex et outils témoignent d'une occupation à l'époque préhistorique[réf. nécessaire].

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

  • Vestiges antiques[12].
  • Deux villas gallo-romaines ont été localisées près de la route de Loriol : de nombreux vestiges y ont été trouvés, en particulier un dolium (grande urne à provisions) visible à l'IME de Val Brian[réf. nécessaire]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[10] :

  • Au point de vue féodal, Grane était une terre patrimoniale des comtes de Valentinois qui y avaient une de leurs résidences.
  • 1370 : les comtes donnent une charte de libertés municipales à ses habitants.
  • 1419 : la terre entre dans le domaine delphinal.
  • Comprise dans la dotation de Diane de Poitiers (1499/1500 à 1566).
  • Recouvrée par le domaine.
  • 1560 : donnée pour dix ans à Benoît Théocrène, précepteur des enfants du roi.
  • 1570 à 1578 : possédée (en viager) par Gordes.
  • 1593 : aliénée (moyennant finance) au profit de David Reynier.
  • 1642 : partie du duché de Valentinois érigé pour les princes de Monaco, derniers seigneurs.

Le château de Grane était l'une des résidences favorites des comtes de Poitiers qui y conservaient leurs archives et leur trésor. Grane est à plusieurs reprises dévastée par les guerres seigneuriales, les pillages des grandes compagnies et les épidémies[réf. nécessaire].

Lambert de Brion, seigneur de Baix cède ses droits sur les terres du Plan-de-Baix en 1289 et devient seigneur de La Roche-sur-Grane[réf. nécessaire].

Le , dans le château de Grane, le dernier comte Louis II de Poitiers, sans héritier mâle légitime, est pris en otage pendant quinze jours par ses cousins, le seigneur de Saint-Vallier et l'évêque de Valence, qui le contraignent à signer un testament en leur faveur. Libéré, le vieux comte essaie d'annuler cette donation en se remariant, mais il n'a pas d'enfants. Le pape finit par casser le testament signé sous la contrainte[réf. nécessaire].

Ce n'est qu'en 1447, près d'un siècle après le Dauphiné, que les comtés (Valentinois et Diois) sont rattachés par le roi Louis XI à la France[réf. nécessaire].

En 1548, le roi Henri II donne Grane et les comtés à sa favorite Diane de Poitiers[réf. nécessaire].

Pendant les guerres de Religion, la ville est prise par l'armée royale ; la ville est pillée ; les hommes s'enfuient et les femmes sont violées[13].

En 1642, le roi Louis XIII inféode le Valentinois au prince de Monaco. Les Grimaldi sont de grands seigneurs qui vivent à la cour de Versailles. À Grane, leur châtelain a pouvoir de basse justice et veille à la rentrée des impôts et redevances[réf. nécessaire].

D'autres seigneurs vassaux possèdent de vastes domaines, en particulier les Chabrières de la Roche qui résident dans le nouveau château en bas du village[réf. nécessaire].

L'église Saint-Jean-Baptiste se trouvait à l'emplacement de l'hôtel de ville actuel et de la placette accolée au clocher[réf. nécessaire].

Avant 1790, Grane était une communauté de l'élection de Montélimar, subdélégation de Crest, dont les causes étaient jugées, en premier ressort, par la sénéchaussée de cette dernière ville. C'était encore une paroisse du diocèse de Valence dont l'église était sous le vocable de Saint-Jean-Baptiste, et dont les dîmes appartenaient, une moitié au prieur de Notre-Dame-d'Andéa, un quart au prieur de Saint-Domnin, et un quart à celui de Beaune[10].

Le prieuré de Notre-Dame-d'Andéa[modifier | modifier le code]

  • 1381 : prioratus de Granna (catal. des prieurés de la Chaise-Dieu).
Ce prieuré appartenait à l'ordre de Saint-Benoît, filiation de la Chaise-Dieu, dont le titulaire avait la moitié des dimes de Grane[14].
  • XIVe siècle : prioratus de Grana (pouillé de Valence)[14].
  • XVe siècle : prioratus Grane (pouillé de Valence)[14].
  • 1540 : prioratus Beate Marie de Andeaco (rôle de décimes)[14].
  • 1549 : prioratus Beate Marie de Andiaco (rôle de décimes)[14].
  • 1555 : le prioré de Nostre Dame d'Andeac (inventaire de Saint-Apollinaire [Valence], 804)[14].
  • 1645 : le prioré de Nostre Dame d'Andiat (rôle de décimes)[14].
  • 1729 : Nostre Dame d'Andéas (insin. eccl.)[14].
  • 1891 : Notre-Dame-d'Andéa[10].

Le prieuré de Beaune[modifier | modifier le code]

  • XIVe siècle : ecclesia de Benna (pouillé de Valence).
Ce prieuré séculier dépendait du chapitre cathédral de Valence. Son titulaire avait un quart des dîmes de la paroisse de Grane[15].
  • XVe siècle : prioratus Sancti Stephani de Beaune (pouillé de Valence)[15].
  • 1549 : Sanctus Stephanus de Beaunne (pouillé de Valence)[15].
  • 1645 : le prioré de Saint-Étienne de Beaune (rôle de décimes)[15].
  • 1670 : Saint-Étienne de Beaune lès Grâne (archives de la Drôme, E 307)[15].
  • 1795 : Béonne (biens nationaux)[15].
  • 1891 : le prieuré de Beaune[10].

Le prieuré de Saint-Domnin ou Saint-Donis[modifier | modifier le code]

  • 1891 : Le prieuré de Saint-Domnin[10].

Il est aussi mentionné sous le nom de Saint-Donis : prieuré d'augustins, qui, dépendant tout d'abord de l'église cathédrale du Puy-en-Velay, fut cédé par elle à l'ordre de Saint-Ruf en 1192, et dont le titulaire avait un quart des dîmes de la paroisse de Grâne[16] :

  • 1192 : ecclesia Sancti Domnini que est apud Granam (Repert. Sancti Ruffi).
  • XIVe siècle : prioratus Sancti Domnini (pouillé de Valence).
  • 1645 : Sainct Dompni de Grâne (rôle de décimes).
  • XVIIIe siècle. : Saint Donin (Carte de Cassini).
  • 1891 : Saint-Donis.

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune fut comprise dans le canton de Chabrillan. Elle est entrée dans celui de Crest-Sud à la réorganisation de l'an VIII (1799-1800)[10].

Sous la Révolution, les Granois participent aux premières fédérations françaises organisées dans la région ainsi qu'au siège de Toulon sous le commandement du lieutenant Bonaparte. Un arbre de la liberté est planté devant l'église[réf. nécessaire].

En 1792, l'avocat grenoblois Duchesne achète le château et son domaine (il sera député sous le Directoire et président du Tribunat sous le Consulat). Sa fille Philippine Duchesne habite le village pendant la Terreur[réf. nécessaire].

Grane au XIXe siècle.

Le XIXe siècle voit le triomphe, puis le déclin de la sériciculture et de l'industrie de la soie. Grane compte quatre « fabriques ». Sa population dépasse les 2 000 habitants en 1851[réf. nécessaire].

À la suite du coup d'État de Louis-Napoléon le 2 décembre 1851, plusieurs centaines de Granois, poussés par la misère et la colère, s'arment et marchent sur Crest. Ils se heurtent à la troupe, deux d'entre eux sont tués. Le soulèvement échoue. Une répression terrible s'abat sur les insurgés (déportation, emprisonnement à la tour de Crest, etc.)[réf. nécessaire].

Soixante-quinze Granois sont tués pendant la Première Guerre mondiale[réf. nécessaire].

En 1944, la libération de Grane est dramatique (dix-neuf morts)[réf. nécessaire].

La population de la commune, tombée à 1067 habitants en 1975, est remontée au-dessus de 1500. Son territoire est très vaste, 4 500 ha dont 2 000 de bois[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter. : de la Révolution au Second Empire
1790 1835 ?    
1835 1861 Jean Aribat    
1862 1870 Eugène Gauthier    
1870 1871 Antoine Dansage    
Les données manquantes sont à compléter. : depuis la fin du Second Empire
1871 1874 Antoine Dansage   maire sortant
1874 1876 Antoine Portier    
1876
(élection ?)
1878 Antoine Dansage    
1878 1884 Antoine Dansage   maire sortant
1884 1888 Antoine Dansage   maire sortant
1888 1892 Antoine Dansage   maire sortant
1892 1896 Joseph Morin    
1896 1900 Isidore Brun    
1900 1904 Mathieu Chanas    
1904 1908 Mathieu Chanas   maire sortant
1908 1912 Mathieu Chanas   maire sortant
1912 1919 Mathieu Chanas   maire sortant
1919 1925 Mathieu Chanas   maire sortant
1925 1929 Mathieu Chanas   maire sortant
1929 1935 Mathieu Chanas   maire sortant
1935 1941 Mathieu Chanas   maire sortant
1941
(élection ?)
1945 Marius Hermine    
1945 1947 Marius Hermine   maire sortant
1947 1953 Marius Hermine   maire sortant
1953 1959 Marius Hermine   maire sortant
1959 1965 Marius Hermine   maire sortant
1965 1971 Maxime Bastet    
1971 1977 Maxime Bastet   maire sortant
1977 1983 Maxime Bastet   maire sortant
1983 1989 Maxime Bastet   maire sortant
1989 1995 ?    
1995 2001 ?    
2001 2008 Marcel Canestrari    
2008 2014 Marcel Canestrari   maire sortant
2014 2020 Muriel Paret DVG employée
conseillère départementale
2020 En cours
(au 10 juillet 2021)
Jean-Paul Xatard[17][source insuffisante]    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 1 943 habitants[Note 3], en augmentation de 5,83 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4361 3341 4631 5631 6841 7721 8601 9962 026
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8941 9781 8781 8901 7631 7321 7561 8221 769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6611 5661 5831 3331 3221 3091 3041 1871 157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1611 1251 0111 1831 3841 5671 6801 6941 792
2017 2018 - - - - - - -
1 9131 943-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Les Vendredis de Grane : les vendredis de fin juin à fin août (animations culturelles variées, en plein air, au Théâtre de Verdure, l'amphithéâtre romain du village)[réf. nécessaire].
  • Fête : [12] : fête votive : le week-end du (fête foraine, concours de pétanque et de boules lyonnaises, repas défarde, bal et feux d’artifice avec embrasement du clocher)[réf. nécessaire].
  • Les Concerts du Temple : les premiers vendredis du mois (et d'autres vendredis ponctuellement) de septembre à juin : des passionnés de musique et de chant présentent dans un registre classique, divers concerts au Temple[réf. nécessaire].

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Pêche et chasse[12].

Sport[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : céréales, fruits, ovins, caprins / foire :

  • Marché : le jeudi[12].

Autres[réf. nécessaire] :

  • Ail de grande qualité. Plusieurs familles commercialisent de l'ail de semence.
  • Maïs.
  • Abricots.
  • Truffes : de nombreux champs de chênes truffiers ont été plantés.
  • Important abattoir de volailles.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges antiques[12].
  • Ruines du château féodal[12].
  • Beffroi (IMH)[12].
  • Chapelle de l'ancien prieuré (IMH) du XIIe siècle : clocher-porche antérieur, sculptures romanes[12].
  • Clocher du XIVe siècle (vestige de l'ancienne église)[12].
  • Château de Plaisance (ferme)[12].
  • Prieuré (ferme)[12].
  • Château du XVIIe siècle : boiseries, plafond à la française[12].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Réserve naturelle des Ramières du Val de Drôme[22].
  • Rives de la Drôme[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Robert Serre (historien) auteur de divers ouvrages (dont un sur la commune de Grane)[réf. nécessaire].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Grane possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c https://www.geoportail.gouv.fr/
  2. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), p. 170 (Grenette).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a b c d e f et g J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 167 (Grâne).
  11. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-26144 Site INSEE.
  12. a b c d e f g h i j k l m et n Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Grane.
  13. Roger Pierre, « Un épisode peu connu des guerres de religion : Les défenseurs de la cause commune et La guerre des Paysans », Bulletin de l'association universitaire d'études drômoises, no 15, 1968, p. 8.
  14. a b c d e f g et h J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 289 (Notre-Dame-d'Andéa).
  15. a b c d e et f J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 29 (Prieuré de Beaune).
  16. J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 336 (Saint-Donis).
  17. Association des maires de la Drôme, « Renouvellement électoral », sur mairesdeladrome.fr.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. https://www.ladrometourisme.com/fiches/reserve-naturelle-des-ramieres-val-de-drome/.