Montéléger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montéléger
Montéléger
Montéléger et son château.
Blason de Montéléger
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Marylène Peyrard
2020-2026
Code postal 26760
Code commune 26196
Démographie
Gentilé Montélégeois
Population
municipale
1 806 hab. (2018 en augmentation de 1,63 % par rapport à 2013)
Densité 191 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 15″ nord, 4° 56′ 02″ est
Altitude Min. 129 m
Max. 222 m
Superficie 9,45 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Valence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Valence-3
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Montéléger
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Montéléger
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montéléger
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montéléger

Montéléger [mɔ̃teleʒe] est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont dénommés les Montélégeois(e)s[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Montéléger et des communes voisines.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Montéléger est limitrophe (au sud) de la ville de Valence (préfecture de la Drôme), à dix kilomètres environ de son centre-ville[2].

Le bourg central de Montéléger est situé (par la route) à 114 kilomètres de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à 102 kilomètres de Grenoble, à 219 kilomètres de Marseille et à 574 kilomètres de Paris[3].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par de nombreux cours d'eau dont :

  • la Véore, affluent de la rive gauche du Rhône, d'une longueur de 37,6 kilomètres[4] traverse le nord du territoire communal et qui compte deux de ses affluents sur ce même territoire :
    • l'Écoutay d'une longueur de 17 kilomètres[5] qui rejoint la Véore au nord du bourg.
    • le Pétochin (ou ruisseau de Loye) d'une longueur de 16,93 kilomètres[6] qui traverse le secteur du bourg central et qu compte, lui-même, un affluent sur la commune :
      • le ruisseau de Guillomont d'une longueur de 7 kilomètres[7]

Climat[modifier | modifier le code]

Le Valentinois, où se situe Montéléger, est une région de transition entre un climat méditerranéen altéré au nord et un climat méditerranéen franc au sud[8]. Les températures et la pluviométrie sont marquées par ces influences continentales et méditerranéennes. Les moyennes annuelles de températures sont plus élevées que dans la France du nord et les maxima de précipitations se rapprochent des saisons intermédiaires, plus particulièrement en automne[réf. nécessaire].

Le mistral, vent de couloir, de secteur nord-ouest à nord peut souffler fortement dans ce secteur[réf. nécessaire].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Périphérique valentinois : le territoire de Montéléger se situe en bas de la photo où l'on peut distinguer le site du centre hospitalier Le Valmont

La commune est desservie par le périphérique valentinois dont une sortie se raccorde à la route départementale 261 (RD261) et permet de rejoindre le bourg central et les différents quartiers et hameaux

  • Sortie 32 : Valence-Lautagne, Centre Hospitalier, Montéléger.

La route départementale 502 (RD502) relie le bourg central de Montéléger à la commune voisine de Beaumont-les-Valence
La route départementale 211 (RD211) relie Montéléger à la commune voisine de Beauvallon.

Transports publics[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 23 de la ligne d'autobus de l'agglomération valentinoise dénommé Citéa :

  • Upie (village)-Montmeyran (le Parc) ↔ Montéléger (centre) ↔ VALENCE (Pôle Bus)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montéléger est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[9],[10],[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Beaumont-lès-Valence, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[12] et 9 891 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[13],[14].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Valence dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[15],[16].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (81,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (66,5 %), forêts (9,6 %), zones urbanisées (9,5 %), zones agricoles hétérogènes (5,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,2 %), prairies (3,7 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le village est en arc de cercle au pied du château[19].

Montéléger, appartient à l'agglomération très urbanisée de Valence qui dépasse les 100 000 habitants, cependant la commune a gardé une taille modeste (moins de 2 000 habitants) et son caractère rural malgré la présence de nombreuses constructions modernes à caractère résidentiel, car ces lotissements sont entourés de terres agricoles[20].

La commune est constituée d'un bourg central entourée de nombreux lotissements, ainsi que de quelques hameaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Site géoportail de l'Institut géographique national[21] :

  • la Léore
  • Beauvert
  • Perrin
  • les Rebatières / CHS le Valmont
  • Bois des Rebatières
  • Massard
  • Lorient (parc départemental)
  • Gaud
  • Vicherolle
  • le Gros Pays
  • Planèze
  • Rodet
  • Tarare
  • les Trois Becs
  • les Marauds
  • Consonave
  • Périon
  • le Petit Montalivet
  • la Gamelle
  • les Roches
  • les Blaches
  • les Vergants
  • les Eaux
  • les Champs Blancs
  • Sivacières
  • les Bruyères
  • le Clos
  • Zodinon
  • Rigomand
  • Comborie
  • les Reines
  • Côteau des Reines

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Montéléger est situé en zone de sismicité no 3 (sur une échelle de 5), comme la plupart des communes situées dans la vallée du Rhône[22].

Terminologie des zones sismiques[23]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[24] :

  • 1157 : castrum Montis Lagerii (Gall. christ., XVI, 104).
  • 1229 : Montem Latgerium (cartulaire de Léoncel, 105).
  • 1286 : de Monte Lagerio (archive de la Drôme, E 1512).
  • 1540 : mention de la paroisse : cura Montislagerii (rôle de décimes).
  • 1606 : Montélégier (rôle de tailles).
  • 1624 : Montlagier (parcellaire de Montoison).
  • 1657 : Montellegier (parcellaire de Montoison, 512).
  • 1891 : Montéléger, commune du canton de Valence.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La première partie du toponyme vient du latin mons signifiant « élévation, colline, mont, montagne ».
La seconde partie viendrait d'un nom d'homme germanique : Leodegrius[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Durant la période celte, le territoire de Montéléger se situait dans le territoire des Segovellaunes[réf. nécessaire].

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[24] :

  • Au point de vue féodal, Montéléger était une terre du patrimoine des évêques de Valence, dont les droits furent confirmés en 1157 par les empereurs germaniques.
  • 1470 : elle est engagée aux Eurre.
  • 1506 : engagée aux Villars.
  • 1530 : engagée aux Mayaud.
  • 1654 : engagée aux Luc.
  • 1742 : acquise par les Bernon, derniers seigneurs.

Démographie[24] :

  • 1688 : 60 ménages, tous pauvres.
  • 1789 : 140 chefs de famille.

Avant 1790, Montéléger était une communauté de l'élection subdélégation et bailliage de Valence.
Elle formait une paroisse du diocèse de Valence dont l'église, dédiée à saint Marcel, dépendait du prieuré de Beaumont-lès-Valence qui y prenait la dîme et présentait à la cure[24].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune est comprise dans le canton d'Étoile. La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) la place dans le canton de Valence[24].

En 1793, Montéléger est un village florissant, la statistique résume ainsi son état : « canton et arrondissement de Valence, perception et bureau de poste d'Étoile, école primaire, foire le samedi de l'octave de Pâques et le 15 juin ». Cette statistique lui reconnaît 644 habitants[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Montéléger.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Scrutins locaux[modifier | modifier le code]

Scrutins nationaux[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Montéléger est composé de dix-neuf membres (dix femmes et neuf hommes) dont une maire, trois adjoints au maire, trois conseillers délégués et dix conseillers municipaux. La moyenne d'âge de cette assemblée est de 54 ans[26].

La commune compte également un « conseil municipal » des jeunes. En 2018, il était composé de quatorze jeunes scolarisés (du CE2 à la 6e)[27]. Ce CMJ organisent plusieurs événements annuels (la boom des jeunes, le nettoyage des chemins forestiers, etc.)[réf. nécessaire].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871   ?    
1874   ?    
1878   ?    
1884   ?    
1888   ?    
1892   ?    
1896   ?    
1900   ?    
1904   ?    
1908   ?    
1912   ?    
1919   ?    
1925   ?    
1929   ?    
1935   ?    
1945   ?    
1947   ?    
1953   ?    
1959   ?    
1965   ?    
1971   ?    
1977 1983 Jean-Marie Sanne (sans étiquette)  
1983 1989 Jean-Marie Sanne   maire sortant
1989 1995 Jean-Marie Sanne   maire sortant
1995 2001 Jean-Marie Sanne   maire sortant
2001 décembre 2006 Jean-Marie Sanne   maire sortant
décembre 2006
(statut ?)
2008 Marylène Peyrard DVD[28] fonctionnaire
2008 2014 Marylène Peyrard   maire sortante
2014 2020 Marylène Peyrard   maire sortante
2020 En cours Marylène Peyrard[29][source insuffisante]   maire sortante

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Montéléger est une des communes adhérentes de la communauté d'agglomération Valence Romans Agglo[réf. nécessaire].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[31].

En 2018, la commune comptait 1 806 habitants[Note 3], en augmentation de 1,63 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
558459623688714714712720718
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
687644610597617594564563547
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
531596572474480475475382417
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4555809411 4321 3991 5261 8661 8021 798
2018 - - - - - - - -
1 806--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rattachée à l'académie de Grenoble, la commune compte plusieurs établissements scolaires publics et privés, dont :

  • l'école maternelle et élémentaire communale qui présente un effectif de 128 élèves lors de la rentrée scolaire 2018/2019[34]
  • le lycée agricole privé du Val-de-Drôme est un établissement de la fondation des apprentis d'Auteuil qui assure aux scolaires depuis la 4e jusqu'au baccalauréat professionnel un enseignement orienté vers le machinisme agricole, le service à la personne et la vente en espace rural pour un effectif de 200 élèves[35].

Santé[modifier | modifier le code]

  • Le CHS Drôme Vivarais (autrefois dénommé le centre Hospitalier Le Valmont) est un établissement public de santé spécialisé en psychiatrie enfant et adulte[36]. Cette structure gère 240 lits sur deux sites dont 185 lits sur le site des Rebatières, un hameau au nord de Montéléger. Le site comprend également une Unité de soins de longue durée[37].
  • L'Institut médico-éducatif Les Colombes, ouvert en 1970 et l'IME du domaine de Lorient, ouvert en 1974 sont des établissements accueillant et hébergeant enfants et adolescents handicapés atteints de déficience intellectuelle[38],[39].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Le parc départemental de Lorient, propriété du conseil départemental de la Drôme depuis 1967, accueille environ 200 000 visiteurs par an sur un site de dix sept hectares aménagés en espace naturel de découverte et de détente[40].
Parc départemental de Lorient.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone de distribution de plusieurs organes de la presse écrite :

  • Le Dauphiné libéré est le quotidien régional à grand tirage qui consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Valence-Drôme, un ou plusieurs articles à l'actualité de la commune, ainsi que des informations sur les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.
  • L'Agriculture Drômoise est un journal agricole et rural. Il couvre l'actualité de tout le département de la Drôme.
  • Drôme Hebdo (anciennement Peuple libre) est un journal hebdomadaire catholique basé à Valence. Il couvre l'actualité de tout le département de la Drôme.

Cultes[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église de Montéléger (propriété de la commune) dépendent de la paroisse Saint-Martin-de-la-plaine de Valence qui comprend d'autres communes du secteur.
Cette paroisse est rattachée au diocèse de Valence[41].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : champs de céréales (maïs), arbres fruitiers, aviculture[19].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture et Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La porte de la Calade est une ancienne porte fortifiée de l'enceinte du village[réf. nécessaire].
  • Le château de Montéléger fut bâti vers la fin du XVe siècle ou dans les premières années du XVIe siècle. Le comte de Montéléger, l'un des derniers propriétaires du château, s'est appliqué à le restaurer et à l'embellir.
La chambre des rois a pris son nom d'une visite royale, celle de Henri III venu du Comtat pour mettre le siège devant Livron.
De grandes salles avec des ouvertures en arceaux « donnent une majesté particulière » à l'édifice[Note 4].
Aujourd'hui propriété d'une institution, le château abrite une maison pour personnes âgées[réf. nécessaire].
  • Château de Montalivet (XVIIe siècle[19].
  • Église composite[19].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Le parc départemental de Lorient est qualifié d'espace naturel sensible. 151 espèces de fleurs, 37 espèces d’oiseaux, plusieurs espèces de papillons et libellules, ainsi que de nombreux mammifères tels que des écureuils, des lapins, des lièvres bruns ainsi que des renards roux et des blaireaux d'Europe y ont été répertoriés[réf. nécessaire].
Des travaux d'aménagement ont été entrepris en 2012 et les années suivantes afin de permettre une meilleure diversification de la végétation locale, la création de chemins de promenade, ainsi que la réorganisation et le réaménagement des aires de parking[42].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Montéléger Blason
Tiercé en fasce : au 1er d'azur à la fleur de lis d'or, au 2e d'argent crénelé de six pièces et chargé d'un araire de sable, au 3e de gueules au dauphin couronné d'argent accompagné d'un soleil levant et d'un aquilon mouvant de l'angle senestre du chef de la partition, le tout d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  4. texte tiré de Notice historique sur Montéléger, par l'abbé A. Vincent en 1864

Références[modifier | modifier le code]

  1. « le nom des habitants des communes de la Drôme » (consulté le 19 mai 2019).
  2. Site ViaMichelin, distance entre Montéléger et Valence, consulté le 20 mai 2019
  3. Site annuaire-mairie.fr distance entre Montéléger et les grandes villes françaises, consulté le 20 mai 2019
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Véore (V40-0400) » (consulté le 20 mai 2019).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau (V400-400) ».
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau (V4040500) ».
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau (V4041040) ».
  8. Revue européenne de géographie - Les types de climats en France, une construction spatiale - Types of climates on continental France, a spatial construction - par Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky
  9. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  10. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  11. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  12. « Unité urbaine 2020 de Beaumont-lès-Valence », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  13. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  14. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  15. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  16. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 26 avril 2021)
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 26 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. a b c et d Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Montéléger.
  20. Site Cityzia, fiche du Monétéléger, consulté le 20 mai 2019
  21. Site géoportail, page des cartes IGN
  22. Préfecture du Rhône, page sur les risques sismiques
  23. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  24. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 227.
  25. de A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France
  26. site webvilles.net, Site webvilles.fr page sur le conseil municipal de Montéléger, consulté le 20 mai 2019
  27. Site de la commune de Montéléger, page sur le conseil municipal des jeunes, consulté le 20 mai 2019
  28. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/drome,26/monteleger,26196/
  29. http://www.mairesdeladrome.fr/annuaire/
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  34. Site de l'Éducation nationale, page sur l'école de Montéléger, consulté le 20 mai 2019
  35. apprentis-auteuil.org, « lycée agricole Val-de-Drôme » (consulté le 21 mai 2019).
  36. Site du CH Drôme-Vivarais, page de présentation, consulté le 20 mai 2019
  37. « Fiche du Centre hospitalier Drôme Vivarais (Montéleger) », sur fhf.fr (consulté le 20 mai 2019).
  38. Site de l'annuaire de l'action sociale fiche sur l'IME les Colombes, consulté le 21 mai 2019]
  39. Site de l'annuaire de l'action sociale fiche sur l'IME Domaine de Lorient, consulté le 21 mai 2019
  40. Site du département de la Drôme, page sur l'ENS du parc de Lorient, consulté le 20 mai 2019
  41. Site messe-info page sur la paroisse Saint-Martin-de-la-plaine-de Valence, consulté le 21 mai 2019
  42. « Espace naturel sensible du Domaine de Lorient », sur cirkwi.com (consulté le 20 mai 2019).