Peyrins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Drôme
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Drôme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Peyrins
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Romans-sur-Isère
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Bernard Picot
2014-2020
Code postal 26380
Code commune 26231
Démographie
Gentilé Peyrinois, Peyrinoises
Population
municipale
2 553 hab. (2014)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 38″ nord, 5° 02′ 53″ est
Altitude Min. 175 m – Max. 434 m
Superficie 25,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Peyrins

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Peyrins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Peyrins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Peyrins

Peyrins est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Peyrins est situé à 6 km au nord de Romans-sur-Isère (chef-lieu du canton).

Les communes les plus proches sont Mours-Saint-Eusèbe et Génissieux.

Valence se trouve à 25 km, Grenoble à 82 km, Lyon à 108 km.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Peyrins
Saint-Donat-sur-l'Herbasse Arthémonay

Margès

Geyssans
Saint-Bardoux Peyrins Génissieux
Romans-sur-Isère Mours-Saint-Eusèbe

Histoire[modifier | modifier le code]

Les différents noms de la commune « Pairanium » ou « Pairinum » du XIe et XIIIe siècle, puis « Payranum » ou « Peyrinum » au XVe siècle, contiennent tous l’idée de pierre, de rocher ou de carrière. Ils évoquent la situation géographique du village adossé à un coteau de pierre molasse sur lequel se dressait « le château du Roux » (détruit en 1580).

Le château et le mandement sont attestés en 1078, bien après les chevaliers de « Pairiano »[1]

Traversée par la Savasse et par de nombreux ruisseaux et sources, la commune de Peyrins est également un pays d’eau. Déjà en 1114 « Pairianum » s’engageait à donner deux tiers de ses eaux à Romans, en échange d'une rétribution.

Le comte d'Albon, Guiges IV, s'impose en tant que maitre avant une bataille contre la ville de Romans Sur Isère en 1130.

En 1302, la famille de Royans vend au Dauphin Jean II de Viennois le domaine de Peyrins, qui le lèguera à son fils Humbert II de Viennois, avant de l'offrir en 1332 à Amblard de Beaumont.

Vers 1340, suite à l'expulsion de l'archevêque de Vienne, la ville de Romans-Sur-Isère prend la défense de l'archevêque tandis que le village de Peyrins s'y oppose opposant les deux voisins à une période importantes de troubles se concluant par l'envahissement temporaire de l'armée romanaise.

En 1450, le roi Louis XI passe une journée au Château du Roux où il signe une exemption des droits de gabelles pour la ville de Romans-sur-Isère qui détient de nombreux stocks de sel.

En 1600, le premier État Civil est sauvegardé et concerne principalement des archives administratives.


Le 26 juin 1873, la section de Génissieux devient une commune indépendante de Peyrins. Le 12 avril 1880, la section de Mours-Saint-Eusèbe devient également une commune à part entière ne dépendant plus de Peyrins.[2]


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires [3][modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
21 Septembre 1793 21 Septembre 1798 Citoyen Chaudier SE  
21 Septembre 1798 24 Décembre 1807 Citoyen Julhuit SE  
24 Décembre 1807 13 Décembre 1816 Benoît Maisonneufre SE Nommé par Napoléon 1er
13 Décembre 1816 18 Novembre 1830 François Juhliet SE Nommé par Louis XVIII
18 Novembre 1830 18 Décembre 1834 Claude Pain SE Nommé par Louis Philippe
18 Décembre 1834 22 Décembre 1844 Victor Barruyer SE Nommé par Louis Philippe
22 Décembre 1844 16 Avril 1848 Jean Perriolat SE Nommé par Louis Philippe
16 Avril 1848 1852 Victor Barruyer SE  
1852 1858 Inconnu ( à compléter)   Un maire est chargé de la ville tout les 6 mois [4]
28 Juillet 1858 24 Aout 1865 Jean Ferlay SE Nommé par Napoleon III
24 Aout 1865 24 Septembre 1870 Victor Barruyer SE Nommé par Napoleon III
24 Septembre 1870 16 Septembre 1873 Victor Brichet SE  
16 Septembre 1873 3 Juin 1880 Pierre de Sallmard SE Vicompte
3 Juin 1880 27 Avril 1890 Victor Rebattet SE  
27 Avril 1890 15 Mai 1892 Antoine Arthaud SE  
15 Mai 1892 30 Avril 1899 Joseph Ogier SE  
30 Avril 1899 23 Aout 1908 Elizée Bouzon SE  
23 Aout 1908 10 Octobre 1919 Auguste Barruyer SE  
10 Octobre 1919 17 Mai 1925 Jules Barruyer SE  
17 Mai 1925 19 Mai 1935 Auguste Brunel SE  
19 Mai 1935 1943 Joseph Chabert SE  
1943 20 Mai 1945 Adolphe Ruchon SE Premier adjoint qui remplit les fonctions de maire durant la guerre
20 Mai 1945 13 Mai 1953 Pierre Rivière SE  
13 Mai 1953 16 Avril 1959 Raymond Charra SE  
16 Avril 1959 27 Avril 1971 Paul Grenier SE  
27 Avril 1971 5 Juillet 1973 Jean-Marie Dherbet SE  
5 Juillet 1973 16 Mars 2001 Lucien Cotte SE Premier Adjoint de Jean-Marie Dherbet
16 Mars 2001 30 Mars 2014 Alain Paret LDIV  
30 Mars 2014 en cours
(au 28 Mars 2017)
Bernard Picot[5] DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 670 habitants, en augmentation de 10,56 % par rapport à 2009 (Drôme : 3,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 599 2 550 2 616 2 552 2 785 2 832 3 015 3 214 3 156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 970 3 041 3 012 2 892 2 054 1 540 1 546 1 530 1 437
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 404 1 400 1 346 1 224 1 200 1 229 1 245 1 272 1 298
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 286 1 302 1 652 1 882 2 055 2 309 2 447 2 415 2 670
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Associations [10][modifier | modifier le code]

  • "D'Gens ! T' de Peyrins" (Association Théâtrale).
  • A Livres Ouverts (Bibliothèque).
  • A.C.C.A. de Peyrins (Développement durable en milieu rural, chasse et biodiversité).
  • ABC Gym (Initiation à la gymnastique et compétitions inter-clubs).
  • ADMR de Peyrins- Génissieux- Haute Herbasse (Aide à domicile , service de proximité).
  • Bouge tes notes (Aide au développement de la musique : Musique, Chorales, Groupes musicaux).
  • CLS de Peyrins (Organisation de loisirs à objectifs multiples, comité des fêtes).
  • Club des sans soucis (Club de loisirs).
  • Décawowo solidarité togo (Aide pédagogique et financière aux projets scolaires).
  • Ecole municipale de musique (Musique, Chorales, groupes musicaux).
  • Evolus'on (Musique, Chorales, groupes musicaux).
  • FNACA.
  • Générations Futures (Discussion débats sur le futur et l'environnement).
  • Graine de Cocagne (Insertion sociale et professionnelle et réinsertion professionnelle : entreprises d’insertion, associations intermédiaire).
  • Graine de Présent (Méditation).
  • GYM Form (Club de gymnastique).
  • Judo Peyrinois (Club d'arts martiaux et sports de combats).
  • Kevin's (Chorales, groupes musicaux).
  • L'Art et la matière en Drôme des collines (Promotion des œuvres contemporaines et des lieux d'Histoire).
  • La Ruche, Familles Rurales[11](Accueil de Loisirs Sans Hébergement Jeunesse 3/12 ANS).
  • Le Foyer des Hirondelles (Accueil de personnes en situation de Handicap).
  • Paroisse (Religion).
  • Petit Orchestre de Génissieux POG (Jazz, Musique, Chorales, Groupes Musicaux).
  • Peyrins Volley Ball (Club de Volley et Beach Volley).
  • Société des œuvres laïques (Association périscolaire et de parents d'élèves).
  • Tennis Club Peyrinois (Club de Tennis).
  • Union Sportive Peyrinoise Foot (Club de football).

Vie locale[modifier | modifier le code]

  • Foire des artisans et des commerçants : fin avril.
  • Peyrinissime (course à pied) : 1er dimanche d’octobre.
  • Tournoi de Beach Volley : le 1er week-end de juillet.
  • Marché de Noël des écoles fin novembre début décembre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château du Gatelet (privé), ancienne maison forte du XVIIe siècle, juste à la sortie du village en direction de Margès.
  • Le château de Sallemard (privé) offert à Soffrey de Calignon par Henri IV en 1606 pour sa participation à l’élaboration de l’Édit de Nantes en 1598.
  • La Mèche : maison forte du XVIIe siècle.
  • Châteauroux : vestiges du château médiéval dominant le village.
  • L’église Saint-Ange, classée aux Monuments Historiques, sur la colline du hameau de Saint-Ange.
  • La chapelle Saint-Roch sur la route de Margès.
  • Motte castrale installée sur une colline naturelle de grès.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe, Editions Picard, (ISBN 9782708407701).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Site du Château de Peyrins [1]