Le Chalon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chalon.

Le Chalon
Le Chalon
Le village du Chalon.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Drôme des collines
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
François Caumes
2014-2020
Code postal 26350
Code commune 26068
Démographie
Gentilé Chalonnais, Chalonnaises
Population
municipale
211 hab. (2016 en diminution de 3,21 % par rapport à 2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 23″ nord, 5° 05′ 21″ est
Altitude Min. 277 m
Max. 485 m
Superficie 8,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Le Chalon

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Le Chalon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Chalon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Chalon
Liens
Site web lechalon.fr

Le Chalon est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Chalonais(aises).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Crépol Saint-Laurent-d'Onay Rose des vents
Arthemonay N Saint-Michel-sur-Savasse
O    Le Chalon    E
S
Geyssans

Le Chalon est située à 14 km au nord de Romans-sur-Isère.

Les communes les plus proches sont Crépol, Saint-Laurent-d'Onay et Saint-Michel-sur-Savasse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[1] :

  • 1000 : Villa de Berbegatis (cartulaire de Romans, 126).
  • 1083 : Villa Sancti Michaelis de Berbeiatis (cartulaire de Romans, 81).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : Capella Sancti Michaelis Barbayris (pouillé de Vienne).
  • 1393 : Saint-Michel de Berbrays (archives de la Drôme, E 2287).
  • 1458 : Sanctus Michael de Berbiex (archives de la Drôme, E 1212).
  • 1517 : Apud Chalonem (terrier de Saint-Just).
  • 1536 : Challon (terrier de Crépol).
  • 1777 : Chalon Saint-Christophe (ét. de sect.).
  • 1788 : Le Chalon de Crespol (alman. du Dauphiné).
  • 1891 : Le Chalon, commune du canton de Romans.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Avant 1790, le Chalon était une paroisse de la communauté de Crépol et du diocèse de Vienne dont l'église était sous le vocable de saint Michel et dont les dîmes appartenaient au collège de Tournon, comme prieur de Saint-Donat[1].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

Partagé en 1790 entre les municipalités de Crépol, de Geyssans, de Montmiral et d'Arthemonay, le Châlon est devenu succursale en 1826. Cette paroisse a été érigée en commune le 29 juin 1854[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1854 1859 Jean-Symphorien Guilhermet    
1859 1884 Joseph Guilhermet    
1884 1896 Marius Guilhermet    
1919 1929 Adolphe Dochier    
1929 1947 Marius Feydel    
1947 1971 Jean Menier    
1971 1983 Lucien Boissieux PS  
1983 2001 Marcel Tardy    
2001 2014 Bernard Robin    
2014 En cours François Caumes[2]   Professeur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 211 habitants[Note 1], en diminution de 3,21 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
332339301301304277273290277
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
278250258215176162152166161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
141138129132147157162210212
2016 - - - - - - - -
211--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : pâturages (bovins, ovins), céréales / Foire : samedi suivant le 18 octobre[7].

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Paysage bocagé[7].
  • Fête : dernier dimanche d'août[7].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Robinière, ancienne maison forte[7]. attestée au milieu du XVIe siècle.
    • Le site Géoportail (plan et carte IGN) mentionne le lieu-dit avec le nom de Bobinière mais la route qui y mène s'appelle route de la Robinière.
  • Fermes en limousinerie[7].
  • Eglise du XIXe siècle[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 61-62 (Le Chalon)
  2. Le Chalon sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 9 mars 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. a b c d e et f Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Le Chalon

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]