Beauvallon (Drôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beauvallon
Beauvallon (Drôme)
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Bernard Ripoche
2020-2026
Code postal 26800
Code commune 26042
Démographie
Gentilé Beauvallonnais, Beauvallonnaises
Population
municipale
1 595 hab. (2018 en augmentation de 1,4 % par rapport à 2013)
Densité 511 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 51′ 29″ nord, 4° 54′ 26″ est
Altitude Min. 120 m
Max. 200 m
Superficie 3,12 km2
Unité urbaine Valence
(banlieue)
Aire d'attraction Valence
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Valence-3
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Beauvallon
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Beauvallon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauvallon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauvallon

Beauvallon est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont dénommés les Beauvallonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Beauvallon est située dans l'agglomération valentinoise, à 10 kilomètres au sud de Valence, préfecture du département de la Drôme.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 111, axe reliant Valence à Crest et à Gap.

L'autoroute la plus proche est l'A7 (sortie 15).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Beauvallon est une commune urbaine[Note 1]. Elle appartient en effet à l'unité urbaine de Valence, une agglomération inter-départementale regroupant 10 communes[1] et 131 695 habitants en 2017, dont elle est la banlieue[2],[3].

La commune fait partie de l'aire d'attraction de Valence dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 71 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[6] :

  • 1332 : Vacha (Gall. christ., XVI, 130).
  • 1349 : Vaca et mandamentum Vachie (archives de la Drôme, fonds de Saint-Ruf).
  • XVe siècle : mention de la paroisse : cura Vachie (pouillé de Valence).
  • 1442 : Vachia (choix de docum., 275).
  • XVIe siècle : Vacha (inventaire de la chambre des comptes).
  • 1891 : La Vache, commune du canton de Valence (le dictionnaire topographique n'a pas tenu compte du changement de nom de novembre 1890).

Avant 1890, le territoire s'appelait La Vache comme le montre la carte de Cassini (XVIIIe siècle)[réf. nécessaire].

1890 (12 novembre) : la commune prend le nom de « Beauvallon »[réf. nécessaire].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le toponyme, créé en 1890, vient du français bel (beau) et vallon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Présence préhistorique[7] : deux sites néolithiques ont été répertoriés[8].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie[6] :

  • Possession des Chabeuil.
  • Vers 1250 : acquise par les comtes de Valentinois.
    • Les comtes de Valentinois auraient acheté le château et ses terres à Lambert, seigneur de Chabeuil, en 1259[8].
  • 1345 : inféodée aux Mareuil.
  • Passe aux Poitiers-Saint-Vallier.
  • Vendue aux Gaston du Cheylard.
  • 1487 : racheté par les Poitiers-Saint-Vallier (vendue en 1594 par le duc d'Aumale, un des gendres de Diane).
  • 1594 : vendue à Bertrand Manuel de La Faye qui la revend peu après.
  • Peu après : vendue aux Chastellier qui s'en dessaisissent trente ans après.
  • Acquis par les Bressac, derniers seigneurs de la Vache.

Démographie[6]. :

  • 1688 : 48 chefs de famille.
  • 1789 : 34 chefs de famille.

Avant 1790, la Vache était une communauté de l'élection et subdélégation de Valence et de la sénéchaussée de Crest.
Elle formait une paroisse du diocèse de Valence, unie à celle de Fiancey (nom de la commune de Portes-lès-Valence avant 1908)[6].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune est comprise dans le canton d'Étoile. La réorganisation de l'an VIII (1799-1800) la place dans le canton de Valence[6].

Le nom de la commune fait l’objet de plaisanteries[8] :

  • de la part du curé : « Fils de La Vache, soyez dévots sinon vous serez détruits ».
  • de Madier de Montjau, s'adressant au lieutenant Bonaparte qui se rendait souvent au château de Laurent de Bressac : « pour quel motif, tenez-vous tant à La Vache, enragé ! ».

Dès 1883, le maire, Alphonse Pomarel, entreprend les démarches pour un changement de nom. Par le décret du 12 novembre 1890, Lavache devient Beauvallon, ce dont témoignent les deux plaques de cocher apposées sur deux maisons qui ont dû être corrigées, et le monument près du lac érigé pour le centenaire du changement de nom en 1990[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 et 2 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 19.

À la suite de l'élection municipale de 2020, le conseil municipal est composé de cinq adjoints et de treize conseillers municipaux[9][source insuffisante].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871   ?    
1874   ?    
1878   ?    
1884   ?    
1888   ?    
1892   ?    
1896   ?    
1900   ?    
1904   ?    
1908   ?    
1912   ?    
1919   ?    
1925   ?    
1929   ?    
1935   ?    
1945   ?    
1947   ?    
1953   ?    
1959   ?    
1965   ?    
1971   ?    
1977   ?    
1983   ?    
1989   ?    
1995   ?    
2001 2008 Marie-Josée Faure PS conseiller général
2008 2014 Marie-Josée Faure   maire sortante
2014 2020 Bernard Ripoche DVG retraité (fonction publique)
2020 En cours
(au 21 décembre 2020)
Bernard Ripoche[9][source insuffisante]   maire sortant

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 1 595 habitants[Note 3], en augmentation de 1,4 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
249273310348399410368391405
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
360381366322320310295251228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
182220207240295308331303444
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
4244819751 6141 5191 6851 6361 6281 582
2017 2018 - - - - - - -
1 5911 595-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : second dimanche de mai[7].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de football ASVM (association sportive Véore Montoison), regroupant les communes de Montoison, Étoile-sur-Rhône et de Beauvallon[réf. nécessaire].
  • Club de rugby de l'intercommunalité Véore XV, issu de la fusion du club de Beauvallon et de celui de Portes-lès-Valence[réf. nécessaire].
  • Club de tennis[réf. nécessaire].
  • Club de pétanque, de boules lyonnaises, etc.[réf. nécessaire].

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : céréales, vergers, vignes, ovins[7].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Rues pittoresques[7].
  • Lac.
  • Plaine vallonnée de la Véore[7].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en octobre 2020, l'ancienne notion d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Unité urbaine 2020 de Valence », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 2 décembre 2020)
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d'habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  6. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 400
  7. a b c d e f g h et i Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Beauvallon
  8. a b c et d « Histoire - Beauvallon - Site officiel de la commune », sur www.beauvallon.fr (consulté le 25 septembre 2019)
  9. a et b http://www.mairesdeladrome.fr/annuaire/
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.