Upie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Upie
Upie
La mairie.
Blason de Upie
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Crest
Intercommunalité Communauté d'agglomération Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
Jean-Jacques Bruschini
2014-2020
Code postal 26120
Code commune 26358
Démographie
Gentilé Upiens, Upiennes
Population
municipale
1 529 hab. (2016 en augmentation de 0,33 % par rapport à 2011)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 48′ 20″ nord, 4° 58′ 46″ est
Altitude Min. 158 m
Max. 415 m
Superficie 19,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Upie

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Upie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Upie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Upie
Liens
Site web http://www.mairie-upie.com/

Upie est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Située dans la vallée du Rhône, au sud de l'agglomération de Valence et à l'est des premières pentes occidentales du massif du Vercors, Upie est une commune adhérente à la Communauté d'agglomération Valence Romans Agglo, créée le .

La commune héberge sur son territoire un parc zoologique privé dénommé le Zoo d'Upie - Le jardin aux oiseaux.

Ses habitants sont appelés les Upien(ne)s[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Upie est située à 13 km au sud de Chabeuil (chef-lieu du canton), à 20 km au sud de Valence, à 15 km au nord-est de Livron-sur-Drôme et à 12 km au nord de Crest.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Upie
Montmeyran Ourches
Montoison Upie
Allex Eurre Vaunaveys-la-Rochette

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par deux cours d'eau :

  • le Pétochin (ou ruisseau de Loye) d'une longueur de 16,93 kilomètres[2] qui traverse la partie septentrionale de la commune.
  • le ruisseau de Jalatte qui marque la délimitation occidentale de la commune avec la commune voisine de Montoison.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat de la Drôme.

La plaine de Valence ou se situe la commune d'Upie est une zone de transition entre le climat méditerranéen et les influences océaniques et semi-continentales. Les températures sont intermédiaires entre celles de Lyon et Montélimar.

Le mistral, vent de couloir, de secteur nord-ouest à nord peut souffler fortement dans ce secteur.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

le territoire communal est situé à l'écart des voies de grandes circulations mais il est traversé par quelques routes secondaires qui relient le bourg avec les communes voisines.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon le site officiel de la mairie, l'étymologie du terme Upie est « difficile à déterminer car on ne connaît pas de nom analogue dans le Dauphiné ou dans les provinces voisines, ni de radical celtique capable de l'expliquer ».

La première mention d'Upie apparaît en 1231 sous la forme de Castrum de Ulpiano, puis en 1238, elle s'écrit sous le nom d'Upiani. Quelques années plus tard, on peut découvrir les désignations suivantes : Upien, Castrum Uppiani, Uppie (en 1697) et enfin, Hupie (en 1685)[3]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune, à l'aspect encore très rural, est constituée d'un bourg central entourée de nombreux hameaux éparts

Hameaux lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune d'Upie est situé en zone de sismicité n° 3, comme la plupart des communes situées dans la vallée du Rhône[4].

Terminologie des zones sismiques[5]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Territoire des Allobroges.
Articles connexes : Allobroges et Segovellaunes.

Durant la période celte, le territoire d'Upie se situe en limite du territoire des Allobroges et de celui des Segovellaunes.

L’intervention des Romains, dès 125 av. J.-C. contre les Salyens qui ravageaient le territoire situé dans le sud de la vallée du Rhône entraîna une guerre contre les Allobroges, chez qui les dynastes salyens avaient trouvé refuge. En août 121 av. J.-C. l’armée de Quintus Fabius Maximus écrase cette tribu gauloise lors de la bataille du confluent aux environs du confluent entre le Rhône et de l’Isère, au nord de l'actuelle ville de Valence. Une fois la paix conclue, la cité gallo-romaine de Valentia fut créée.

Du Moyen Âge au Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2019, le conseil municipal d'Upie est composé de dix-neuf membres (dix hommes et neuf femmes) dont un maire, quatre adjoints au maire, et quatorze conseillers municipaux. La moyenne d'âge de cette assemblée est de 58 ans[6],[7].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Scrutins locaux[modifier | modifier le code]

Scrutins nationaux[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Alain Terrasse    
mars 2008 2014 Martine Vincenot    
2014 En cours
(au 20 février 2015)
Jean-Jacques Bruschini[8] SE Professeur des écoles

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 1 529 habitants[Note 1], en augmentation de 0,33 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9398861 1141 1771 3231 3531 3301 4191 455
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3581 3321 3081 3101 3061 2041 1741 1461 211
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0821 1151 034918909845824835826
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7807187429389561 0961 2131 4321 529
2016 - - - - - - - -
1 529--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune qui relève de l'académie de Grenoble compte un groupe scolaire (comprenant une école maternelle et une école élémentaire) situé dans le bourg et qui présentait un effectif de 84 élèves lors de la rentrée scolaire de 2018/2019[13].

Équipement sportif et culturel[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

La fête des Bouviers

Célébrée depuis le début du XXe siècle, le deuxième dimanche du mois de janvier, la fête des Bouviers est une animation locale présentant de nombreuses animations dont un bal et un corso fleuri[14].

Celle-ci commémore la célébration du « roi des bouviers », fête ancestrale des campagnes de cette région, organisée, autrefois en plein cœur de l'hiver. La 73e édition de cette fête se déroulera du au [15].

Médias[modifier | modifier le code]

Presse locale

La commune est situé dans la zone de distribution de plusieurs journaux :

  • Le Dauphiné libéré est le quotidien régional à grand tirage qui consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Valence-Drôme, un ou plusieurs articles à l'actualité de la commune, ainsi que des informations sur les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.
  • L'Agriculture Drômoise est un journal agricole et rural. Il couvre l'actualité de tout le département de la Drôme.
  • Drôme Hebdo est un journal hebdomadaire basé à Valence. Il couvre l'actualité de tout le département de la Drôme.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

La communauté catholique et l'église d'Upie (propriété de la commune) dépendent de la Paroisse Sainte Famille du Crestois, rattachée au diocèse de Valence[16].

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Situé dans une région qui accueillit de nombreux huguenots, la paroisse réformée de La Véore relevant de l'Église protestante unie, couvre les communautés protestantes d'Upie et des communes riveraines[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Secteurs économiques et entreprises[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Monuments religieux
Chapelle Saint-Baudille d'Upie
Notre-Dame de Miery.
  • Chapelle Saint-Baudille
Cette chapelle du XIIe siècle correspond au choeur de l'église d'un ancien prieuré bénédictin. L'édifice situe dans l'enceinte du cimetière d'Upie[18]. et il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
  • Notre-Dame de Miery
Au sommet de Mont Miery : ruines d'un château fort, vestiges de l'enceinte du village, on peut découvrir la statue d'une vierge du XIXe siècle.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Créé en 1976 à partir d'une initiative privée par un passionné d'oiseaux, ce parc zoologique de six hectares présente de nombreux espèces d'oiseaux

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean de Rabot, seigneur d'Upie, ministre de la Justice du royaume de Naples sous l'occupation française (1494-1495).
  • Paul Mially, résistant.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Upie Blason D'argent à cinq pals flamboyants de gueules, deux mouvant du chef et trois mouvant de la pointe; au chef d'azur chargé d'un lion léopardé d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « le nom des habitants des communes de la Drôme » (consulté le 19 mai 2019)
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau (V4040500) »
  3. « Un peu d'histoire », sur mairie-upie.com (consulté le 22 mai 2019)
  4. Préfecture du Rhône, page sur les risques sismiques
  5. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  6. Site webvilles.fr, page sur le conseil municipal d'Upie, consulté le 22 mai 2019
  7. Site de la mairie d'Upie, page sur le conseil municipal, consulté le 22 mai 2019
  8. Upie sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 20 février 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « École primaire d'Upie », sur education.gouv.fr (consulté le 22 mai 2019)
  14. Site du dauphiné libéré, page sur la fête de bouviers, consulté le 22 mai 2019
  15. « Fête des Bouviers à Upie », sur flanerbouger.fr (consulté le 22 mai 2019)
  16. Site du docièse de Valence, page sur la paroisse Sainte Famille du Crestois, consulté le 22 mai 2019
  17. Site de l'église protestante unie, page sur la Paroisse réformée de La Véore, consulté le 22 mai 2019
  18. Site Du côté de chez Ma', page sur la chapelle Sainte-Baudialle, consulté le 19 mai 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :