Geyssans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Geyssans
Geyssans
église du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Valence Romans Agglo
Maire
Mandat
André Mege
2020-2026
Code postal 26750
Code commune 26140
Démographie
Population
municipale
715 hab. (2018 en augmentation de 4,84 % par rapport à 2013)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 20″ nord, 5° 05′ 40″ est
Altitude Min. 242 m
Max. 475 m
Superficie 10,90 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Romans-sur-Isère
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Drôme des collines
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Geyssans
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Geyssans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Geyssans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Geyssans

Geyssans est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont dénommés les Geyssanais et Geyssanaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Geyssans  est située à 114 km de Lyon, à 79 km de Grenoble, à 32 km de Valence.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Geyssans est située au cœur de la Drôme des Collines. Le village se trouve sur le flanc d'une colline qui culmine à 440 mètres d'altitude. Il domine la vallée de l'Isère et la ville de Romans-sur-Isère.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par la N532.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Geyssans est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Romans-sur-Isère dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 30 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le village est étagé sur une colline[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[7] :

  • 950 : Villa Gissianum (cartulaire de Romans, 99).
  • 952 : Villa Gessianum (cartulaire de Romans, 132).
  • 952 : mention de la paroisse : Ecclesia de Gissiaco (cartulaire de Romans, 132).
  • Xe siècle : mention de l'ager : Ager Gissanense (cartulaire de Romans, 89).
  • 1000 : Villa que nominant Gisiano (cartulaire de Romans, 89).
  • 1070 : mention de la paroisse Saint-Martin : Parrochia Sancti Martini in territorio Gissiano (cartulaire de Romans, 51).
  • XIe siècle : Gissanum (cartulaire de Romans, 203).
  • 1200 : Geisans (cartulaire des hospitaliers, 22).
  • 1221 : Jaisas (cartulaire des hospitaliers, 22).
  • 1225 : Geisas (cartulaire de Romans, 363).
  • 1360 : Dominus Geyssani (choix de docum., 197).
  • 1377 : Geyssanum (archives de la Drôme, E 913).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : Capella de Jeyssano (pouillé de Vienne).
  • 1521 : mention de la paroisse : Ecclesia Jayssani (pouillé de Vienne).
  • XVIIIe siècle : Gessans (Anselme, VIII, 936).
  • 1775 : Geissans (Aff. du Dauphiné).
  • 1891 : Geyssans, commune du canton de Romans.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

IXe siècle : don de l'empereur Lothaire au comte de Vienne, puis aux religieux de Vienne[6].

Xe siècle : il est question d'un ager de Geyssans dont l'étendue était la même que celle de la paroisse de ce nom. Cependant, à la même époque, cette paroisse est donnée comme faisant partie, tantôt de l'ager de Génissieux, et tantôt d'un ager Leviacensis ou ager Levensis (cartulaire de Romans, 13 bis, 47, 72, 76, 81, 100, 208 et 255) dont le chef-lieu est inconnu[7].

La seigneurie[7] :

  • XIe siècle : possession des Lambert-François.
  • Possession des dauphins.
  • 1334 : les dauphins la donnent aux Beaumont qui ne la gardent pas longtemps.
  • Peu de temps après : les dauphins la donnent aux Beauvoir.
  • 1357 : passe (par mariage) aux Clermont-Chatte. Ils la garderont jusqu'au début du XVIIIe siècle.
  • 1768 : acquise par les Bally de Bourchenu, derniers seigneurs.

Avant 1790, Geyssans était une communauté de l'élection et subdélégation de Romans et du bailliage de Saint-Marcellin, formant une paroisse du diocèse de Vienne, dont l'église, dédiée à saint Martin, dépendait du chapitre de Romans, qui y prenait la dîme et présentait à la cure[7].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

Eu 1790, Geyssans fut compris dans le canton de Peyrins, mais la réorganisation de l'an VIII l'a fait entrer dans celui de Romans[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de quinze.

À la suite de l'élection municipale de 2014, le conseil municipal est composé de trois adjoints et de onze conseillers municipaux[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2013 Maurice Detriors    
2013 En cours Claude Bourne[8] Sans étiquette Retraité

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2018, la commune comptait 715 habitants[Note 3], en augmentation de 4,84 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
379315349443482478509524506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
538513498524523461455486454
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
445415409362336326306323352
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
274261263308408468539549675
2017 2018 - - - - - - -
717715-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école primaire comportant trois classes : une de grande section, une de CP-CE1, une de CE2-CM1-CM2 [1].

Les petite et moyenne sections de maternelle ont été transférées dans l'école de la commune de Peyrins[réf. nécessaire].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : dimanche suivant le 14 juillet[6].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune possède une église où la messe est célébrée tous les mois. Les autres messes du dimanche sont célébrées dans les communes avoisinantes)[réf. nécessaire].

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : bois, céréales, porcins, caprins, élevage de gibier[6].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de style roman (XIXe siècle)[6].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Vaste panorama de la route de Saint-Ange. Paysage vallonné[6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Geyssans Blason
D'azur à la clé d'or posée en bande.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  6. a b c d e et f Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Geyssans.
  7. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 159.
  8. a et b « 26750 GEYSSANS », sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 9 mars 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.