Soyons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Soyons
Soyons
Clocher-porche de l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton La Voulte-sur-Rhône
Intercommunalité Rhône-Crussol
Maire
Mandat
Hervé Coulmont
2017-2020
Code postal 07130
Code commune 07316
Démographie
Gentilé Soyonnais, Soyonnaises
Population
municipale
2 211 hab. (2015 en augmentation de 15,1 % par rapport à 2010)
Densité 280 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 24″ nord, 4° 51′ 03″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 280 m
Superficie 7,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte administrative de l'Ardèche
City locator 14.svg
Soyons

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Soyons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soyons

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soyons

Soyons est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle se situe dans l'agglomération de Valence.

Les habitants sont appelés les Soyonnais et les Soyonnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située en Ardèche, en rive droite du Rhône, la commune de Soyons est limitrophe à la ville de Valence (Drôme) au nord-est.

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Toulaud Guilherand-Granges Valence (Drôme) Rose des vents
Toulaud N Portes-lès-Valence (Drôme)
O    Soyons    E
S
Toulaud Charmes-sur-Rhône Portes-lès-Valence (Drôme)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La divinité Soio Augusta est éponyme de la localité[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de l’époque celtique, Soyons était peuplé par les Helviens[1].

Soyons pourrait être le lieu de la bataille de Solonion, qui a lieu lors de la révolte de Catugnat en 62/61 av. J.-C. selon Dion Cassius (Histoires, 48, 37) et Tite-Live (Epitomé, 103). Catugnat, roi des allobroges, avait déclaré la guerre à Rome en 61 av J-C. Installé a Solonium, il défait les légions de Lentinus, venues d'Orange, mais d'autres légions viennent incendier la forteresse en bois, située sur l'oppidum, qui succombe. Catugnat et une petite escorte parviennent à s'échapper du massacre[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 juin 1995 André Comte    
juin 1995 mars 2001 Raymond Rivaux    
mars 2001 2007 Régine Saint-Criq    
2007 2014 Gérard Chapuis    
2014 2017 Gisèle Bertrand[3] DVG Retraitée Fonction publique
15/10/2017   Hervé Coulmont    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 2 211 habitants[Note 1], en augmentation de 15,1 % par rapport à 2010 (Ardèche (département) : +2,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
446456533509695618627750707
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7246567546998641 009810698738
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
729728690627647644601626684
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
8297879421 3021 5511 7211 9361 9212 211
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La tour penchée
  • L'église, édifiée au XIIe s. sur un sanctuaire carolingien (authentifié par la découverte en 1975 d'une épitaphe) qui a renfermé le tombeau de saint Venance, conserve de très belles sculptures carolingiennes, restes d'un chancel à baldaquin de la première moitié du IXe siècle. L'édifice, de plan rectangulaire, possédait une abside semi-circulaire flanquée de deux absidioles. Au XIXe, on changea l'orientation de l'église en perçant l'abside pour élever un clocher-porche, et on construisit une abside dans l'étroit espace compris entre l'entrée primitive et la falaise surplombant le village. Un monastère de Bénédictines occupait cet emplacement : il fut détruit par les Protestants en 1627 et les religieuses, emportant les reliques de saint Venance, se réfugièrent à Valence pour y créer l’abbaye Notre-Dame de Soyons.
  • Parc miniature « Ardèche miniatures ».
  • Les grottes préhistoriques de Soyons[8].
  • Le musée archéologique[9] présente l'histoire de la région depuis l'homme préhistorique jusqu'aux vestiges protohistoriques et gallo-romains.
  • La tour penchée[10] inscrite à l’inventaire des monuments historiques, datant de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle, est l’unique vestige des fortifications médiévales du plateau de Malpas.
  • Les berges du Rhône et les Lônes[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie de Valence, religieuse, née à Soyons en 1576.
  • Charles Albert d’Arnoux, dit Bertall, peintre et illustrateur, mort à Soyons en 1882.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Charmasson, Michel Christol, Anne Roth-Congès, « Un autel aux Parques découvert sur l'oppidum Saint-Vincent à Gaujac (Gard) », Cahiers du Centre Gustave Glotz, no 8, 1997, p. 269.
  2. Joêl Schmidt, Les Gaulois contre les Romains, Perrin
  3. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 août 2015).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. Les grottes de Soyons
  9. Musée archéologique de Soyons
  10. La tour penchée
  11. Les berges du Rhône et les Lônes