André Piganiol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Piganiol
Portrait de André Piganiol
Biographie
Naissance
à Le Havre
Décès (à 85 ans)
à Paris
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation École normale supérieure
École française de Rome
Titres Professeur des universités
Professeur au Collège de France
Membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres
Profession Historien de l'Antiquité classique (d), archaeologist of the Roman provinces (d), épigraphiste (d), professeur d'université (d), historien de l'économie (d), historien social (d), historien des religions (d), enseignant du second degré (d) (-) et érudit classique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur Collège de France (-), université de Paris (-), université de Strasbourg (-) et École française de Rome (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Travaux
  • Thèse de doctorat, Essai sur les origines de Rome (1916)
  • Thèse complémentaire, L’Impôt de capitation sous le Bas-Empire (1916)
  • Recherches sur les jeux romains : notes d'archéologie et d'histoire religieuse (1923)
  • La Conquête romaine (1927)
  • Histoire de Rome (1939)
  • Les Documents cadastraux de la colonie romaine d’Orange (1962)
Approche Histoire de la Rome antique (méthode comparative)
Distinctions Officier de la Légion d'honneur (d) () et docteur honoris causa de l'université de Gand (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Académie bavaroise des sciences (à partir de ), Académie des sciences et des lettres de Mayence (à partir de ), Académie des inscriptions et belles-lettres (à partir de ) et Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-FranceVoir et modifier les données sur Wikidata

André Piganiol, né le au Havre, et mort le à Paris, est un archéologue et historien français, spécialiste de l'histoire romaine. André Piganiol est inhumé au cimetière de Barbizon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années de formation[modifier | modifier le code]

Le père d'André Piganiol, originaire du Cantal, était directeur des Docks et Entrepôts du Havre. Sa mère, d'origine parisienne, avait été élevée en Angleterre. Élève au lycée du Havre, puis du lycée Louis-le-Grand à Paris, André Piganiol fut élève de l'École normale supérieure[1], où il suivi les exposés de René Cagnat en épigraphie latine[2]. Il obtint en 1906, l'agrégation d'histoire-géographie. Il fut membre de l'École française de Rome de 1906 à 1909, où il côtoya Jérôme Carcopino[1]. En 1916, il soutint sa thèse de doctorat, Essai sur les origines de Rome. Toutefois, ses premières interprétations, hâtives et trop systématiques, l'amenèrent à attribuer les tombes à fosses découvertes à Rome à des Sabins d'origine nordique pratiquant l'inhumation et les tombes à puits à des Albains méditerranéens adaptes de l'incinération, thèse dualiste qu'il ne reprit pas dans sa Conquête romaine de 1927[3].Il s’intéressa également au Bas-Empire romain, sa thèse complémentaire de 1916 traita de L'Impôt de capitation sous le Bas Empire[4].

Il subit l'influence d'Émile Durkheim et fréquenta, Henri Hubert, Lucien Lévy-Bruhl, François Simiand et Marcel Mauss qui devint son ami et fut fortement marqué par les idées diffusées par la revue L'Année sociologique[5].

Sa rencontre avec les chercheurs italiens, Ettore Pais et Gaetano De Sanctis l'amena à s'intéresser aux origines de la fondation de Rome et au peuplement de l'Italie ancienne.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

André Pigagniol fut d'abord professeur de lycée à Alençon, Saint-Quentin puis Chambéry. Il fut affecté ensuite à l'université de Lille où il suppléa Pierre Jougnet. En 1919, il était nommé chargé de cours à l'université de Strasbourg puis professeur de 1925 à 1928[1]. Il fonda à Strasbourg l'Institut d’histoire ancienne qui prit la suite de l'Institut für Altertumswissenschaft créé en 1872. En 1935, il fut nommé professeur titulaire à la Sorbonne[6]. Il enseigna également dans les universités de Gand et de Bruxelles et dans les écoles normales supérieures de Sèvres, Saint-Cloud, Fontenay-aux-Roses et Paris. En 1942, il devint titulaire de la chaire d'histoire de la civilisation romaine au Collège de France[6]. Il fut élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1945[7].

Apport à l'histoire de la Rome antique[modifier | modifier le code]

Inspiré par l’œuvre et la méthode de Fustel de Coulanges, André Pigagniol fut également fortement influencé par la sociologie et les revues L'Année sociologique et Les Annales auxquelles ils collabora[5]. Dans sa thèse de doctorat, Essai sur les origines de Rome, il utilisa la méthode comparative associant anthropologie, ethnographie, archéologie, mythologie, topographie, histoire du droit… Il y établit une comparaison entre les civilisations grecque, hébraïque, thrace, phrygienne et romaine en s'attachant à poser le problème de la formation de la cité par la fusion d'éléments variés donnant naissance à un peuple.

Il s’intéressa également l'ensemble de la civilisation romaine, des origines au Bas Empire, et posa la question de la disparition de l'Empire romain, réagissant contre l'opinion courante de la fatalité de la fin de Rome en proclamant cette formule fameuse « La civilisation romaine n'est pas morte de sa belle mort. elle a été assassinée »[8]. Il mit en relief les aspects religieux (triomphe du christianisme, religion internationaliste), administratifs (bureaucratie trop lourde et trop coûteuse aux yeux des Romains), militaires (refus du service militaire par les Romains), et surtout économiques (basculement du centre de gravité économique de la Méditerranée vers les vallées du Rhin et du Danube).

Il fut directeur des publications de la Carte archéologique de la Gaule romaine, des Tabula Imperii romani et du Corpus des inscriptions de la Gaule. Il publia de 1937 à 1958 dans la Revue historique des Bulletins critiques d'histoire romaine et à partir de 1929 dans Les Annales[4] des chroniques d'économie antique. Il collabora à de très nombreuses revues parmi lesquelles Revue archéologique, Revue des Études anciennes. Il fut membre du comité de rédaction de la revue Gallia[9] dans laquelle il publia en 1962 Les Documents cadastraux de la colonie romaine d'Orange, point de départ pour les recherches de nombreux chercheurs[10].

Il dirigea de 1950 à 1964 la circonscription archéologique de Paris-Nord, couvrant cinq départements et fouilla lui-même à Senlis[9].

Il participa à plusieurs fouilles archéologiques en Italie dans la région de Minturnes, de Vulturne et du Mont Massique. En Tunisie, il participa aux fouilles de la nécropole militaire de Haïdra et découvrit 150 inscriptions inédites[11]. En France, il étudie le cadastre d'Orange à partir de 1949[10].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'impôt de capitation sous le Bas-Empire, 1916
  • Essai sur les origines de Rome, 1917
  • Recherches sur les jeux romains : notes d'archéologie et d'histoire religieuse, 1923
  • La conquête romaine, 1927, revue par son auteur et rééditée en 1930, 1940, 1944 et 1967[13]
  • Esquisse d'histoire romaine, 1931
  • L'Empereur Constantin, 1932
  • Histoire de Rome, 1934
  • L'Empire chrétien, 325-395, PUF, 1973, 1re édition 1947, 512 pages, (ISBN 2130321259)
  • Les documents cadastraux de la colonie romaine d'Orange, 1962
  • Ve siècle, le sac de Rome, Paris, Albin Michel, coll. « Le mémorial des siècles », 1964
  • Scripta varia (3 volumes), 1973

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Heurgon 1970, p. 574
  2. Heurgon 1970, p. 579
  3. Heurgon 1970, p. 578
  4. a et b Chevallier 1970, p. 286
  5. a et b Heurgon 1970, p. 576-577
  6. a et b Chevallier 1970, p. 285
  7. Heurgon 1970, p. 583
  8. Heurgon 1970, p. 582-583
  9. a et b Duval 1969, p. 161
  10. a et b Heurgon 1970, p. 584
  11. Heurgon 1970, p. 580
  12. (nl) « Overzicht eredoctoraten », sur ugent.be/nl (consulté le 24 février 2017)
  13. Heurgon 1970, p. 581

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]