XVIIe siècle av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

IIIe millénaire av. J.‑C. | IIe millénaire av. J.‑C. | Ier millénaire av. J.‑C.

../.. | XIXe siècle av. J.-C. | XVIIIe siècle av. J.-C. | XVIIe siècle av. J.-C. | XVIe siècle av. J.-C.| XVe siècle av. J.-C.| ../..

Années 1690 av. J.-C. | Années 1680 av. J.-C. | Années 1670 av. J.-C. | Années 1660 av. J.-C. | Années 1650 av. J.-C.
Années 1640 av. J.-C. | Années 1630 av. J.-C. | Années 1620 av. J.-C. | Années 1610 av. J.-C. | Années 1600 av. J.-C.

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains


Évènements[modifier | modifier le code]

  • 1700-700 av. J.-C. : culture de Pirak, à 20 km de Mehrgarh, en Inde. C’est une prospère agglomération agricole aux imposantes architectures de briques crues couvrant près de dix hectares. Elle présente un mélange de résurgences préharappéennes, de caractères harappéens et de traits tout à fait nouveaux (statuettes de cavaliers, de chevaux et de chameaux à deux bosses). Mise en place à Pirak d’un procédé de doubles récoltes annuelles. L’orge et le blé (céréales d’hiver), sont complétés par la culture de riz, de millet et de sorgho (céréales d’été)[1].
  • Vers 1700-1600 av. J.-C. : le « phénomène Seima-Turbino (en) », apparait au cours de l'âge du bronze dans les monts Altaï[2]. Des groupes humains maîtrisant la métallurgie et l'élevage des chevaux migrent rapidement vers différentes régions d'Europe et d'Asie.
  • 1700-1600 av. J.-C. : en Mésopotamie, le royaume de Babylone démembré, les successeurs d’Hammourabi, pour compenser leurs pertes en loyer de fermage et revenus fiscaux, tentent d’intensifier la production agricole dans un territoire restreint. Pour remplacer les bénéfices d’un commerce extérieur diminué, les marchands se font banquiers. Ils offrent aux petits exploitants des prêts d’équipement de rapport et consentent des prêts de nécessité aux plus pauvres. Des milliers de familles s’endettent à tout jamais. Les créanciers privés s’enrichissent et menacent l’autorité de l’État. L’abandon de la jachère entraîne l’épuisement et la salification des sols. La Babylonie passe en un siècle de la désintégration politique au désordre économique aggravé d’un désastre écologique[3]. De nouvelles populations s’installent (Hourrites, Kassites). L’activité commerciale avec le golfe Persique ralentit, voire s’arrête à certains moments. Même si les échanges augmentent alors avec les régions septentrionales, il n’en reste pas moins que la fonction de trait d’union que représentait la Mésopotamie n’est plus dominante[4].
Fresque minoenne découverte à Akrotiri.
  • 1700 av. J.-C. : destruction des premiers palais minoens en Crète[5].
La déesse aux serpents, statuette minoenne (Cnossos)
  • 1700-1450 av. J.-C. : période néopalatiale ou époque des seconds palais crétois, apogée de la civilisation minoenne. La dynastie des Minos gouverne Cnossos et la majeure partie de la Crète[6]. Le pouvoir se centralise. La bureaucratie se perfectionne. De grandes résidences apparaissent dans les agglomérations secondaires, siège du pouvoir administratif local. La société se hiérarchise et une « noblesse » minoenne apparaît. Naissance d’une thalassocratie crétoise, plutôt commerciale et culturelle que politique et défensive, sur les îles de la mer Égée. Le palais de Cnossos est reconstruit sur trois ou quatre étages : fresques représentant des courses de taureaux (légende du Minotaure), sanctuaires dédiés au culte de la déesse mère, représentations de haches à double tranchant, sculptures, objets en métal.
  • 1700-1600 av. J.-C. : âge du bronze moyen III en Grèce[5].
  • Vers 1680-1650 av. J.-C. : règne de Labarnas Ier, fondateur de l’ancien royaume Hittite en Anatolie centrale (1650-1500 av. J.-C.) ; son successeur Hattusili Ier mène une série de campagnes militaires contre ses voisins qui aboutissent à une forte dilatation du royaume[7].
  • 1650-1100 av. J.-C. : civilisation mycénienne en Grèce (Bronze récent[5]). Elle atteint son apogée vers 1400-1200 av. J.-C. avec la construction des palais mycéniens avant de s'éteindre progressivement (siècles obscurs).
  • 1640[8] ou 1628[9] av. J.-C. : date probable de l'éruption de Santorin.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mukhtar Ahmed, Ancient Pakistan - An Archaeological History: The End of the Harappan Civilization, and the Aftermath, vol. 5, Amazon, (ISBN 9781499709827, présentation en ligne)
  2. Ian Shaw, Robert Jameson, A Dictionary of Archaeology, John Wiley & Sons, (ISBN 9780470751961, présentation en ligne)
  3. a et b Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil, (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  4. Jean-Claude Margueron, Le Proche-Orient et l'Égypte antiques, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011400963, présentation en ligne)
  5. a b et c Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique : Des origines à la fin du VIe siècle, Points (ISBN 9782757845004, présentation en ligne)
  6. Jean Tulard, Histoire de la Crète, Que sais-je ? (ISBN 9782130656630, présentation en ligne)
  7. Hatice Gonnet, Catherine Breniquet-Coury, Jean-Marie Durand, Paul Garelli, Le Proche-Orient asiatique. Des origines aux invasions des peuples de la mer, vol. 1, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130737193, présentation en ligne)
  8. John J.W. Rogers, Trileigh (Patricia) L. Tucker, Earth Science and Human History 101, ABC-CLIO, (ISBN 9780313355592, présentation en ligne)
  9. Alexander R. McBirney, Santorini and Its Eruptions, JHU Press, (ISBN 9780801856143, présentation en ligne)
  10. Ethnoastronomie et traditions astrologiques, Publibook (ISBN 9782748349160, présentation en ligne)
  11. André Pichot, La naissance de la science - Grèce présocratique, vol. 2, Gallimard (ISBN 9782072532061, présentation en ligne)
  12. Nicolas Platon, Béatrice de Tournay, La Civilisation égéenne : Le Bronze récent et la civilisation mycénienne, vol. 2, Albin Michel, (ISBN 9782226225221, présentation en ligne)
  13. Paul Faure, Marie-Jeanne Gaignerot, Guide grec antique, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011817662, présentation en ligne)