Caton d'Utique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Caton d'Utique
Image dans Infobox.
Caton d'Utique lisant le Phédon avant de se donner la mort de Jean-Baptiste Roman et François Rude, musée du Louvre.
Fonctions
Préteur
Tribun de la plèbe
Questeur
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Marcus Porcius Cato UticensisVoir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activités
Famille
Porcii Catones (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Marcus Porcius Caton (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Fratrie
Porcia (en)
Servilia Minor (en)
Servilia Caepionis
Cnaeus Servilius Caepio (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Atilia (en)
MarciaVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Porcie
Porcia (d)
Porcius Cato (d)
Marcus Porcius Cato (en)
Porcia (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Caton l'Ancien (arrière-grand-père côté paternel)
Marcus Porcius Cato Salonianus (en) (grand-père paternel)
Servilia (d) (ward)Voir et modifier les données sur Wikidata
Gens
Statut
Noble (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Maître
Antipater de Tyr (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Caton d'Utique (Marcus Porcius Cato Uticencis), ou Caton le Jeune, né en 95 av. J.-C. à Rome et mort le à Utique (Tunisie actuelle), est un homme politique romain. Il est resté dans l'histoire comme une figure du stoïcisme, célèbre pour sa fermeté d'âme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrière-petit-fils de Caton l'Ancien, il montra de bonne heure une âme ferme et courageuse. Amené à quatorze ans au palais de Sylla et apercevant les têtes sanglantes des proscrits, il demanda un poignard, afin, dit-il, d'affranchir Rome de son tyran.

Élu questeur en 65 av. J.-C., il se signala par sa rigueur en examinant les archives du Trésor au début de son mandat, et en faisant procéder à de nombreuses rectifications d'irrégularités financières dues aux négligences administratives de ses prédécesseurs[1].

En 63 av. J.-C., lorsque Cicéron demande au Sénat de décider le sort des complices de Catalina, il convainquit les sénateurs de les mettre à mort en s'opposant à l'avis de Jules César[2]. Tout en se défiant de Pompée, il s'opposa constamment à l'ambition de Jules César, et vota en -59 contre la mesure qui donnait à ce dernier le commandement des Gaules pour cinq ans, disant aux sénateurs qu'ils se décrétaient un tyran pour l'avenir.

En -52, il fut candidat au consulat de -51, mais fut battu par les candidats pompéiens.

Au début de la guerre civile en -49, il fut gouverneur de la Sicile, que les césariens commandés par Curion l'obligèrent à évacuer. Il se prononça pour Pompée, et remporta quelques avantages sur les troupes de César à Dyrrachium. À la nouvelle de la défaite de Pharsale, et peu après l'assassinat de Pompée, il rassembla les débris de l'armée républicaine et se rendit en Afrique, où Quintus Metellus Scipion, à la tête de quelques troupes, se préparait à résister à César. Après la défaite de Metellus Scipion à Thapsus le 6 avril 46, Caton ne voulut pas « survivre à la liberté » : il s'enferma dans Utique et s'y perça de son épée.

Sénèque évoque cet épisode comme un exemple de fermeté d'âme, conforme à la vertu de courage du stoicisme. Puis un médecin, voyant les organes intacts, commença à lui recoudre le ventre. Caton qui revenait à lui plongea ses mains sur la plaie et l'ouvrit, et mourut aussitôt.

Jules César, qui comptait lui accorder la vie sauve, arriva trop tard et dit : « Ô Caton ! je t’envie ta mort, car tu m’as envié de te sauver la vie[3]. »

Plutarque lui consacre un chapitre dans ses Vies parallèles où il indique qu'en perdant la préture, Caton se mit à jouer et qu'avant de se donner la mort, il médita sur un ouvrage de l'Académie écrit par Platon, le Phédon, qui traite de l'immortalité de l'âme. Sénèque salue dans ces attitudes, comme ses contemporains le feront, un modèle de fermeté d'âme, proprement stoïcienne.

Le peuple d'Utique lui fit un tombeau sur la plage où se dressait une statue de Caton à l'époque de Plutarque.

Il fut le père de Porcie, épouse de Brutus.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
Salonia (2)
 
Caton
l'Ancien
 
Licinia (1)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marcus Porcius
Cato Salonianus
 
Marcus Porcius
Cato Licinianus
 
 
 
 
 
 
 
Marcus Livius
Drusus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marcus Porcius
Cato (2)
 
 
 
 
 
 
 
Livia Drusa
 
 
 
 
 
Quintus Servilius
Caepio
(1)
 
 
 
 
 
Marcus Livius
Drusus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Atilia (1)
 
Caton
d'Utique
 
Marcus Junius
Brutus (1)
 
Servilia
Caepionis
 
Decimus Junius
Silanus (2)
 
Servilia
la Jeune
 
Quintus Servilius
Caepio
 
Marcus Livius
Drusus Claudianus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marcus Porcius Cato
 
Porcia
Catonis
 
 
 
Marcus Junius
Brutus
 
Junia
Prima
 
Junia
Secunda
 
Marcus Aemilius
Lepidus
 
Junia
Tertia
 
Gaius Cassius
Longinus
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une descendante de
Pompée et Sylla
 
Marcus Æmilius
Lepidus Minor
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Manius Aemilius
Lepidus
 
Aemilia
Lepida II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Légende :

(1) : premier époux ou épouse
(2) : second époux ou épouse
pointillés : fils adoptif
italique : assassin de César

Postérité[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

Dans Porcie (1568), Robert Garnier met dans la bouche de l'héroïne éponyme cet éloge de son père (II, v. 229-234) :

J'eusse par mon trespas fait connoistre à Pluton,
Qu'à bon droit j'eusse esté la fille de Caton,
De ce Caton, Romains, que tout le monde estime,
De ce Caton fameux, qui d'un cœur magnanime,
Tant qu'il fut jouissant de la douce clairté,
Combatit ardemment pour nostre liberté.

Dans la Divine Comédie c'est Caton d'Utique qui accueille Dante et Virgile à l'entrée du Purgatoire.


  • « Vider un principe de son sens, c'est confier la liberté à l'arbitraire » (rapportée par Plutarque)

Dramaturgies[modifier | modifier le code]

Buste de Caton découvert à Volubilis – musée archéologique de Rabat, Maroc.
  • Joseph Addison a pris en 1713 la mort de Caton pour sujet d'une tragédie dont le succès est dû en partie aux circonstances politiques de l'époque.
  • Deschamps a également fait une tragédie en 1715, titrée Caton d’Utique.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Peinture

Le suicide de Caton, dans une ambiance recueillie et nocturne, isolé ou au milieu des siens, est un sujet traité par de nombreux peintres

Télévision[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plutarque, Caton le Jeune, 18.
  2. Salluste, Conjuration de Catilina, LII
  3. Plutarque, « Vie des Hommes illustres ; vie de Caton d'Utique (bilingue) », sur remacle.org (consulté le ).
  4. Plutarque, Vie de César, LIX.
  5. Dominique Venner, Un samouraï d'Occident : Le Bréviaire des insoumis, Paris, Pierre-Guillaume de Roux, 2013, p. 272-280.
  6. Jean-Jacques Rousseau, Discours sur la science et les arts, Garnier-Flammarion, p. 114

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]