Taurisques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Taurisques (Taurisci en latin, qui selon Pline l'Ancien correspondaient aux Norici[1]), étaient un ensemble de peuples celtes[2] du Norique qui vivaient au milieu des populations illyriennes et thraces[3]. Cet ensemble de peuples celtes, auquel appartenaient notamment les Ambisonti, ne doit pas être confondu avec les Taurini du Piémont italien ou avec la Tauride, ancien nom de la Crimée (Cimmériens de Tauride), même si l'on ne peut exclure une ascendance commune.

Norique où habitaient les Taurisci.

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre le IVe et le IIIe siècle av. J.-C..[modifier | modifier le code]

La conquête de la part des Celtes continua aussi au IIIe siècle av. J.-C., avec l’occupation en premier de la Slovénie nord-orientale, puis de la Carinthie, et enfin de la basse Styrie peu après 200 av.J.-C. Il fondèrent dans la partie méridionale du Norique de nouveaux et importants oppidum celtes comme Virunum, Teurnia, Solva, Celeia, Santicum et beaucoup d’autres encore.

Premier contact avec les Romains[modifier | modifier le code]

Le premier contact entre la population du Norique des Taurisci (ou Norici par la suite) advient en 183 av.J.-C., quand une bande de ce peuple apparaît dans la zone où, deux années plus tard sera fondée la colonie romaine d'Aquilée, et commencèrent à construire leur oppidum. Les Romains qui verront dans cette initiative une interférence dans leur politique de l’aire padane, enverront le consul Marcus Claudius Marcellus avec une légion pour les éloigner. Les armes ne furent point nécessaires, parce que les Taurisci étaient arrivés en paix, et à peine le consul s’approcha d’eux, ils envoyèrent des ambassadeurs pour leur faire savoir qu’ils se soumettraient sans hésitation. Ce geste fut considéré comme un signe d’amitié pour le peuple romain, à tel point que dans les siècles successifs se développa un rapport de très proche voisinage et de « réciproque hospitalité » entre les deux peuples.

En 178 av. J.-C., les Taurisci fournirent aux Romains un contingent allié de 3 000 soldats contre les peuples de l’Istrie (Iapodi et Liburniens), alors que quelques-unes de leurs bandes (de la zone de Nauporto), s’affrontèrent en 129 av. J.-C. au consul Gaius Sempronius Tuditanus, qui combattit aussi les proches Carni comme le relate une inscription de l’époque[4],lequel pour ce succès mérita le Triomphe romain[5].

Guerre des Cimbres[modifier | modifier le code]

Vers -115, lors de l’invasion de leur territoire par les Cimbres, Teutons et Ambrons, les Taurisques durent demander l'intervention des Romains qui furent défaits à la Bataille de Noreia, une partie des Taurisques devant s'établir en Pannonie supérieure. Lors de la migration des Suèves au début du Ier siècle av. J.-C., une partie des Boïens de Bohême s'établit à leurs côtés.

Guerre des Daces[modifier | modifier le code]

Autour de -60, Taurisques et Boïens de Pannonie sont défaits par le roi des Daces, Burebista[6]. Les Boïens de Pannonie traversent la Norique où ils assiègent Noreia[7] et s'établissent en Rhétie au côté des Vendéliques et Helvètes.

Romanisation[modifier | modifier le code]

En 16 av.J.-C., une invasion de l'Istrie par des groupes de populations de Pannonie et Norique, parmi lesquelles des Taurisques, créa l’avant poste pour l’invasion de la Norique méridionale. La campagne qui suivit fut conduite par le consul de 20 av.J.-C., Publius Silius Nerva[8]. Ils occupèrent ainsi la zone entière autour de Celeia et de la Carinthie (Land), où furent trouvées, un siècle et demi plus tôt, d’importantes mines aurifères, ils n’allèrent pas plus loin[9].

Velleius Paterculus raconte que durant la campagne de Tibère, en 6, contre les Marcomans de Maroboduo, le camp de marche de Carnuntum (où étaient cantonnées les 4 légions romaines), se trouvait justement le long des confins avec les alliés Regnum Noricum[10], qui restèrent libres jusqu’au règne de l’empereur Claude. C'est seulement autour de l’année 50 que la partie du Norique septentrional sera définitivement annexée. Ainsi, les confins de l’empire comprenaient au nord des Alpes toute la zone allant jusqu’au Danube. Les Taurisci faisaient alors partie de l'Empire romain.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, Naturalis Historia. A.Mocsy, Noricum, Londres & Boston 1974, p.26-27.
  2. Pour le géographe grec Strabon, les Taurisques étaient une nation celtique (Géographie, Livre VII, Chapitre V : L'Illyrie, 2.).
  3. Strabon, Géographie, L. VII, Chap. V : L'Illyrie, 2.
  4. [1].
  5. Fasti triumphales 614 anni ab Urbe condita.
  6. Strabon, Géographie, VII, 5, 2.
  7. Jules César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, I, 5.
  8. Géza Alföldy, Noricum, Londres & Boston, 1974, p.54.
  9. Dion Cassius, Storia romana, LIV, 20.
  10. Velleius Paterculus, Histoire de Rome, livre II, 109, 5.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • x

Sources[modifier | modifier le code]