Estaimpuis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Estaimpuis
(nl) Steenput
Estaimpuis
L'église Saint-Barthélemy
Blason de Estaimpuis
Héraldique
Drapeau de Estaimpuis
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Tournai-Mouscron
Bourgmestre Daniel Senesael (PS)
Majorité PS
Sièges
Ecolo
PS-LB
Pour Vous !
21
3
15
3
Section Code postal
Bailleul
Estaimbourg
Estaimpuis
Évregnies
Leers-Nord
Néchin
Saint-Léger
7730
7730
7730
7730
7730
7730
7730
Code INS 57027
Zone téléphonique 056 à Estaimpuis, Leers-Nord,
Évregnies et Saint-Léger
 ;
069 à Néchin, Estaimbourg et Bailleul
Démographie
Gentilé Estaimpuisien(ne)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
10 654 ()
49,59 %
50,41 %
331,89 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
21,69 %
62,65 %
15,66 %
Étrangers 34,25 % ()
Taux de chômage 12,29 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 18 968 €/hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 42′ nord, 3° 15′ est
Superficie
– Terr. non-bâtis
– Terrains bâtis
– Divers
32,08 km2 (2021)
77,87 %
9,64 %
12,49 %
Localisation
Localisation de Estaimpuis
Situation de la commune dans l’arrondissement de Tournai-Mouscron et la province de Hainaut
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
Estaimpuis
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
Estaimpuis
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de la Région wallonne
Estaimpuis
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
Estaimpuis
Liens
Site officiel estaimpuis.be

Estaimpuis (prononcer [etɛ̃pɥi] ou [etɛ̃pwi] ; en néerlandais Steenput, en picard Timpu) est une commune francophone de Belgique située en Wallonie picarde et en Flandre romane dans la province de Hainaut, ainsi qu’une localité où siège son administration.

Il s'agit d'une commune à caractère rural. La majeure partie du territoire est occupée par des terres agricoles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les différentes sections d'Estaimpuis

La commune se compose des sept villages suivantes depuis la fusion du

# Nom Superf.
(km²)[2].
Habitants
(2020)[2].
Habitants
par km²
Code INS
1 Estaimpuis (I) 3,30 2.786 845 57027A
2 Évregnies (II) 3,74 1.118 299 57027B
3 Saint-Léger (III) 5,57 733 132 57027C
4 Estaimbourg (IV) 4,08 1.548 379 57027D
5 Bailleul (VII) 4,20 579 138 57027E
6 Leers-Nord (V) 7,12 2.289 321 57027F
7 Néchin (VI) 4,09 1.506 368 57027G

Les villages d'Estaimpuis, Leers-Nord et Néchin sont frontaliers avec la France à l’ouest.

Les communes voisines en France sont :

Leers-Nord possède la particularité de n'avoir formé dans l'histoire qu'un seul et même village avec Leers jusqu'au XVIIe siècle.

Les villages limitrophes en Belgique sont :

La commune est traversée par :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Estaimpuis
Mouscron
France Estaimpuis Pecq
Tournai

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Stemput au XIIe siècle, Stempuch au XIIIe siècle[3].

Selon Maurits Gysseling[4] et François de Beaurepaire, il s'agit d'un composé germano-roman signifiant « le puits maçonné » ou « le puits en pierre », le premier élément Estaim- étant issu du germanique staina- « pierre » cf. Étaimpuis (Haute-Normandie, Estanpuiz en 1137) et Steenput (Brabant flamand)[5]. En réalité, c'est plus précisément une combinaison de deux éléments vieux bas franciques, le second d'entre eux -puis étant vraisemblablement issu du vieux bas francique *putti « puits »[6] (cf. vieux saxon putti, moyen néerlandais putte > néerlandais put, vieux haut allemand p(f)uzza, même sens > allemand Pfütze; anglais pit), avec une désinence -s romane. Le germanique commun *putti, *puttja passe pour un emprunt au latin puteus.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason d'Estaimpuis
Blasonnement : Écartelé : au 1, de sable au chevron d'or, chargé de trois fleurs de lis d'azur, accompagné en chef de deux têtes de lion, arrachées et affrontées d'or, lampassées de gueules, et en pointe d'une tête de léopard d'or, qui est della Faille,, tenant en sa gueule un anneau de sable ; au 2, d'or à la croix de gueules, cantonnée de quatre lionceaux du même, armés et lampassés d'azur, qui est Estaimpuis ; au 3, de sable à deux quintefeuilles d'argent, une en chef à senestre et l'autre en pointe, au franc-canton d'or, chargé d'un double roc de gueules, qui est Maes ; au 4, d'or à la fasce bretessée et contre-bretessée de sable, qui est Schoyte ; sur le tout, d'argent à la croix de gueules, qui est Nevele.
L'écu sommé du bonnet ancien de baron brabançon et supporté par deux léopards lionnés d'or, couronnés du même, tenant chacun une bannière, celle de dextre, écartélé : aux 1 et 4 aux armes della Faille ; aux 2 et 3 armes d'Estaimpuis ; celle de senestre aux armes d'Estaimpuis - le tout posé sur une terrasse de sinople[7].



Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des bourgmestres successifs[modifier | modifier le code]

Titulaires de la fonction de Bourgmestre d'EstaimpuisVoir et modifier les données sur Wikidata
PortraitIdentitéPériodeDuréeÉtiquette
DébutFin
Daniel SenesaelDaniel Senesael[8]
(né le )
En cours29 ans, 1 mois et 6 jours Parti socialiste

Démographie[modifier | modifier le code]

Démographie: Avant la fusion des communes[modifier | modifier le code]

  • Source: DGS recensements population

Démographie : Commune fusionnée[modifier | modifier le code]

En tenant compte des anciennes communes entraînées dans la fusion de communes de 1977, on peut dresser l'évolution suivante:

Les chiffres des années 1831 à 1970 tiennent compte des chiffres des anciennes communes fusionnées.

  • Source: DGS , de 1831 à 1981=recensements population; à partir de 1990 = nombre d'habitants chaque 1 janvier

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Deux usines importantes sont présentes sur le territoire de la commune :

  • la savonnerie Mc Bride[10] (ex. Yplon, ex-European Detergents, ex-Tensia) spécialisée dans les savons liquides, produits de beauté et produit d'entretien ;
  • la tannerie Masure à Estaimbourg.

La commune abrite également le siège belge de la firme de vente par correspondance La Redoute.

Un grand nombre de membres de la famille Mulliez (propriétaires du groupe Auchan) habitent le village[11]. Gérard Depardieu s'y est installé pour un temps en 2012[12],[13],[14].

Monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Les frères Émile, Charles et Joseph Doyen, originaires de Wattrelos, furent les fondateurs de la Lyre d’Estaimpuis.
  • Louis Deroubaix : médecin et professeur l'Université libre de Bruxelles.
  • Gérard Depardieu est citoyen d'honneur de la commune d'Estaimpuis, ce statut lui est retiré en décembre 2023 à la suite de l'affaire Gérard Depardieu[15].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 33.
  2. a et b https://statbel.fgov.be/fr/open-data/population-par-secteur-statistique-10
  3. (nl) Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), Tongres, Belgisch Interuniversitair Centrum voor Neerlandistiek, (lire en ligne), p. 337.
  4. Ibidem, p. 338.
  5. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150).
  6. Site du cnrtl : étymologie de "puits"
  7. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 1 : Communes wallonnes A-L, Bruxelles, Dexia, , p. 311
  8. « Daniel Senesael, ce véritable phénomène des urnes », Nord Éclair (d),  : « Il devient alors bourgmestre d'Estaimpuis en janvier 1995 »
  9. https://view.officeapps.live.com/op/view.aspx?src=https%3A%2F%2Fstatbel.fgov.be%2Fsites%2Fdefault%2Ffiles%2Ffiles%2Fdocuments%2Fbevolking%2F5.1%2520Structuur%2520van%2520de%2520bevolking%2FPopulation_par_commune.xlsx&wdOrigin=BROWSELINK
  10. site Mc Bride
  11. « Rue Mulliez », Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. Orange.fr qui cite le 9 décembre 2012 Les Échos, l'AFP, Le Parisien et L'Express.
  13. « Depardieu en Belgique, encore un passionné du grand air des montagnes », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  14. « Departdieu élit domicile en Belgique », sur Europe 1, .
  15. Gérard Depardieu n’est plus citoyen d’honneur d’Estaimpuis, RTBF, 16 décembre 2023

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]