Aérodrome de Lézignan-Corbières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lézignan-Corbières
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Aude Département
Ville Lézignan-Corbières
Coordonnées 43° 10′ 30″ N 2° 43′ 58″ E / 43.175, 2.7327843° 10′ 30″ Nord 2° 43′ 58″ Est / 43.175, 2.73278
Altitude 62 m (204 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lézignan-Corbières
Pistes
Direction Longueur Surface
08/26 1 000 m (3 281 ft) Revêtue
08/26 1 000 m (3 281 ft) Non revêtue
Informations aéronautiques
Code AITA -
Code OACI LFMZ
Nom cartographique LEZIGNAN
Type d'aéroport Ouvert à la CAP
Gestionnaire Municipalité de Lézignan-Corbières
Cartes SIA VAC

L’aérodrome de Lézignan-Corbières (code OACI : LFMZ) est un aérodrome ouvert à la circulation aérienne publique [1], situé sur les communes de Lézignan-Corbières et Conilhac-Corbières, dans l’Aude (région Languedoc-Roussillon, France).

Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère, parachutisme, aéromodélisme), en conditions de vol à vue. L’aérodrome est géré par la municipalité de Lézignan-Corbières.


Histoire[modifier | modifier le code]

Il était prévu que Jules Védrines vienne atterrir à Lézignan en avril 1911, pour le « Raid de la Dépêche », reliant Carcassonne, Lézignan puis Narbonne. À cette occasion, le Comité d'aviation de Lézignan aménage un terrain d'aviation avec un hangar, au lieu dit de Gaujac, sur la route de Fabrezan après le Ruisseau de Juifs (actuel emplacement de l'aérodrome). Mais, retardé par une météo très venteuse, Védrines ne se posera pas à Lézignan et volera directement de Carcassonne à Narbonne.

Le tout premier avion décolle de Lézignan en 1911. Il s'agit d'un monoplan, arrivé par le chemin de fer et qui sera piloté par Gustave-Paul Weiss, le 16 juillet 1911, à l'occasion d'une semaine de l'aviation organisée par le Comité d'aviation de Lézignan.

À l'Armistice de 1940 les hommes et avions survivants de la 51e y furent regroupés le , le 1/51 et le II/51 ayant fusionné s'appelle le 1/51, rejoignant le 1/54, dont les hommes logent dans un premier temps chez l'habitant[2]

Installations[modifier | modifier le code]

L’aérodrome dispose de deux pistes orientées est-ouest (08/26) :

  • une piste bitumée longue de 1 000 mètres et large de 30 ;
  • une piste en herbe longue de 1 000 mètres et large de 100.

L’aérodrome n’est pas contrôlé mais dispose d’un service d’information de vol (AFIS). Les communications s’effectuent sur la fréquence de 121,200 MHz.

Une station météorologique appartenant au réseau Radôme de Météo-France est implantée sur place depuis le .

S’y ajoutent :

Activités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des aérodromes dont la création et la mise en service ont été autorisées, liste no 1 : Aérodromes ouverts à la circulation aérienne publique (Journal officiel du 27 mai 2010, p. 9575)
  2. Emmanuelle Hellot-Cintract, Jacques et Jeanne (1912-1913/2012), publié en auto-édition lulu.com, 2012,par un membre de la famille, p.74/246.p.
  3. N.B. : les informations contenues dans cette section sont susceptibles d’être modifiées sans préavis par le Service de l'information aéronautique (SIA) et/ou le gestionnaire de l’aérodrome.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]